[BOUQUINS] Gérald Bronner – Comme Des Dieux

AU MENU DU JOUR


Titre : Comme Des Dieux
Auteur : Gérald Bronner
Éditeur : Grasset
Parution : 2022
Origine : France
304 pages

De quoi ça cause ?

Une émission de téléréalité pour se choisir un Messie ? C’est l’idée folle et géniale lancée par une église évangélique américaine. Le principe en est simple : après un gigantesque casting mené dans le monde entier, treize candidats choisis pour leurs aptitudes extraordinaires, réelles ou prétendues, concourent dans l’émission He is alive ! et c’est aux téléspectateurs de voter pour le Messie des temps modernes. Notre Messie.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Un choix qui s’est joué 100% au feeling, le pitch m’a paru prometteur et j’ai foncé.

Gérald Bronner est plutôt spécialisé dans les ouvrages de sociologie (étant sociologue lui-même, cela n’a rien d’étonnant). Son premier roman, Comment Je Suis Devenu Un Super-Héros (2007), a été initialement adapté pour le cinéma en 2020 et finalement diffusé sur Netflix en 2021 (crise sanitaire et restrictions liées à celle-ci obligent).

Ma Chronique

Je remercie les éditions Grasset et Net Galley qui ont répondu favorablement à ma sollicitation.

Avec ce roman Gérald Bronner s’essaye pour la seconde fois à la fiction, je reconnais sans aucune honte n’avoir pas lu son premier roman, Comment Je Suis Devenu Un Super Héros, mais j’ai vu le film que j’avais trouvé fort sympathique soit dit en passant.

Il est évident que l’athée viscéral que je suis espérait un scénario qui prend ses distances avec les préceptes religieux ; je misais beaucoup sur l’esprit rationnel de l’auteur pour aller dans ce sens.

Et sur ce point j’ai eu le nez creux, Gérald Bronner explique de façon claire et concise certaines notions de sociologie appliquées aux sectes et plus largement à toute forme de croyance. Il ne va d’ailleurs pas que s’intéresser aux croyances / superstitions en appliquant la sociologie à différents comportements humains… Ça aurait pu être rébarbatif pour les non-initiés, c’est juste captivant (didactiquue sans être pompeux) !

Le narrateur, Jeff Jefferson, est un modeste universitaire d’origine franco-américaine, alors qu’il vient de se faire plaquer par sa femme et virer de son job, il va se retrouver engagé sur le show de téléréalité He is alive !. Un spectacle orchestré par l’Église des jours nouveaux (un mouvement auquel il avait consacré sa thèse quelques années plus tôt), durant lequel 13 candidats vont s’affronter dans l’espoir d’être élu – par le public – Messie des temps modernes.

Et ce brave Jeff va s’impliquer bien plus que de raison dans ce grand show télévisé, au risque de se brûler les ailes et d’y perdre le peu d’âme qu’il lui reste…

J’aurai aimé plus de cynisme autour du programme qui offre une occasion rêvée de pointer du doigt les dérives de la téléréalité (associées à des dérives idéologiques / théologiques). Ce ne fut pas le choix de l’auteur et le résultat n’en demeure pas moins convaincant (mais il aurait pu être plus mordant).

Le show et tout ce qui tourne autour pourrait constituer la première partie de l’intrigue (une grosse moitié du bouquin). La seconde partie va plutôt s’articuler autour de ce nouveau Messie 2.0… l’occasion de réaliser que le costard de prophète n’est pas toujours évident à porter.

Gérald Bronner nous plonge dans l’esprit de son narrateur, on partage ses joies, ses doutes, ses peines, ses instants de pure félicité comme sa détresse (parfois physique, souvent psychologique).

Je ne m’étendrai pas sur l’autre personnage phare du roman, notre fameux Messie, afin de préserver le plaisir de la découverte. Je peux juste toutefois vous dire que l’on bien loin des enseignements de son prédécesseur punaisé…

Pour l’anecdote, le périple messianique de nos héros va les amener à croiser la route – et à changer le funeste destin – de la secte Heaven’s Gate (qui au centre de l’excellent docu-fiction Dieu est Un Voleur Qui marche Dans La Nuit signé Quentin Bruet-Ferréol).

Le style de l’auteur est agréable et abordable ce qui permet une grande fluidité de lecture, on en viendrait même à se surprendre de l’aisance avec laquelle on enchaîne les chapitres.

Je conçois volontiers que certains lecteurs puissent passer à côté de ce bouquin (voire plus), pour ma part j’ai bien accroché mais ce n’est pas pour autant que je le conseillerai aveuglément.

MON VERDICT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s