[BOUQUINS] Philippe Raxhon – La Source S

AU MENU DU JOUR

P. Raxhon - La source S

Titre : La Source S
Auteur : Philippe Raxhon
Éditeur : Librinova
Parution : 2018
Origine : Belgique
398 pages

De quoi ça cause ?

Le Professeur François Lapierre, historien de renom et maître de conférence à la Sorbonne, reçoit un mail pour le moins mystérieux de Laura Zante, une jeune historienne sicilienne qui souhaite partager avec lui une étonnante découverte.

Laura montre alors à François une lettre jusque là inédite de Sénèque à Lucilius, une lettre dont le contenu remet en cause les fondamentaux de la chrétienté et de fait tout ce qui en découle.

François et Laura travaillent alors de concert sur ce mystérieux document afin d’en percer tous les secrets avant de prendre une diffusion quant au partage ou non de cette découverte explosive.

D’autres ont déjà eu vent de ladite découverte, tous veulent mettre la main sur le document, pas forcément pour les mêmes raisons. Et certains sont prêts à tout pour arriver à leurs fins…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Avant de croiser son chemin au fil de mes errances dans le catalogue Net Galley je n’avais entendu parler ni du bouquin ni de son auteur, il n’en reste pas moins que la quatrième de couv’ a sérieusement titillé ma curiosité.

Ma chronique

Je remercie Philippe Raxhon, les éditions Librinova et Net Galley d’avoir accepté ma sollicitation et de m’avoir fait parvenir ce SP. Une fois n’est pas coutume, c’est un titre que je ne connaissais pas du tout que j’ai demandé à lire ; comme quoi parfois la curiosité l’emporte…

Vous l’aurez compris nous sommes bel et bien en présence d’un thriller ésotérique, un genre dans lequel Dan Brown fait référence. Ceci dit je n’entends pas comparer le travail de Philippe Raxhon, dont c’est la première incursion dans le roman, à celui de Dan Brown, auteur confirmé et reconnu.

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que l’auteur joue à 100% la carte de la fiction, même si la plupart des démonstrations et faits historiques sont avérés. Sachez d’ores et déjà que la fameuse lettre de Sénèque, qui sert de base au présent roman, n’a jamais existée.

Il n’en reste pas moins que quand on suit les échanges entre François et Laura quant à la naissance et à la propagation de la foi chrétienne, on peut honnêtement se poser des questions (et ce n’est pas uniquement l’athée anticlérical que je suis qui vous parle). Incontestablement c’est pour moi LE point fort du roman, j’aime qu’on me pousse à remettre en question des faits que l’on considère comme des acquis…

Je reconnais volontiers que pour étayer leur théorie (et celle de Sénèque), François et Laura aient besoin de creuser certains points historiques. Si j’ai été happé par certains échanges, j’avoue que d’autres ont manqué de me faire piquer du nez. Ce n’est en rien la faute de Philippe Raxhon, historien de son état et qui plus est jouissant d’une réelle notoriété ; c’est purement personnel, un simple manque de curiosité vis-à-vis de certains épisodes qui me laissent de marbre… mea culpa.

J’ai bien aimé les personnages de François et Laura, et c’est avec un réel intérêt que j’ai suivi leur parcours et leur quête de la vérité. Même si, force est de le reconnaître, je n’ai pas jugé utile de m’appesantir sur leurs états d’âme personnels ; c’est la vie mon p’it loup, ne pleure pas mon p’tit loup

Au nom de la fiction, je pardonne volontiers quelques écarts juste un peu trop énormes (notamment la phase finale du récit) ; ça n’en reste pas moins une lecture qui m’aura tenu en alerte du début à la fin (j’ai pris la liberté de lire en diagonale les digressions historiques qui ne me m’inspiraient pas plus que ça).

Pensez à prendre une serviette de table avant d’entamer la lecture de ce bouquin, non pour essuyer vos larmes, mais plutôt pour éponger la bave. François et Laura sont de bons vivants qui aiment la bonne chère et notamment les plaisirs de la table ! Nombre de leurs repas m’ont fait saliver.

Pour un premier essai dans le monde de la fiction, Philippe Raxhon n’a pas à rougir du résultat (malgré quelques faiblesses à perfectionner), j’espère qu’il poursuivra l’aventure, avec les mêmes personnages ou avec d’autres. Nul doute que dans son milieu les sources d’inspiration ne manquent pas…

MON VERDICT

La minute du râleur maniaco-obsessionnel…

Vous le savez peut être déjà je suis du genre maniaco-obsessionnel en matière de typographie et de code HTML quand j’ouvre un epub. Librinova aidant les auteurs autoédités à toucher un public plus large, je ferai abstraction des quelques broutilles repérées çà et là dans ma notation.

Pour information (que j’espère constructive), je citerai notamment :

– L’insertion inutile d’une ligne vide en fin de chapitre,
– L’absence d’espace après les points de suspension (plusieurs occurrences rencontrées),
– Les dialogues marqués par un tiret simple (-) au lieu d’un tiret cadratin (—),
– Des paragraphes ne correspondant pas à des dialogues commençant par un tiret cadratin,
– Les tirets simples utilisés en guise de parenthèses au lieu de demi-cadratin (–) parfois sans espace entre le tiret et le texte…

Attention par contre aux fautes, notamment de conjugaison, certaines tournures de phrases (rares fort heureusement) piquent les yeux : nous pouvons nous y déployez au lieu de nous pouvons nous y déployer par exemple.

3 réflexions au sujet de « [BOUQUINS] Philippe Raxhon – La Source S »

      1. Moi aussi j’aime la cuisine italienne ! Et l’asiatique… mon homme fait les deux ! Mais je vais passer quand même, j’ai vu les chiffres affolants de ma PAL, c’est plus que le prix de la nouvelle vaisselle de l’Élysée ! 😆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s