RSS

[BOUQUINS] Erik Emptaz – La Malédiction De La Méduse

02 Mar

eelmdlmSi je vous dis la Méduse, à quoi pensez vous ? Une saloperie de bestiole qui pique les innocents baigneurs. Oui, mais encore, avec un M majuscule ? Une créature mythologique dont il ne fait pas bon de croiser le regard. OK, un petit dernier pour la route ? Le Radeau de la Méduse, un célèbre tableau de Géricault ! Bingo ! Un tableau qui a visiblement inspiré Erik Emptaz, avec La Malédiction De La Méduse il nous conte l’Histoire du naufrage, du radeau et du tableau…
17 juin 1816, la frégate La Méduse quitte le port de Rochefort pour rejoindre le Sénégal. Le 2 juillet, elle s’échoue sur un banc de sable pourtant bien connu des marins. Trois jours plus tard, faute de place dans les canots de sauvetage, 150 naufragés s’entassent sur un radeau de fortune en espérant ainsi gagner les côtes…
Si le tableau est mondialement connu, l’Histoire de la Méduse l’est moins… et quand on voit le nombre de cafouillages, lâchetés et autres ratés on peut comprendre que les manuels d’Histoire ne se vantent pas de cet épisode qui a de quoi faire honte à l’histoire navale française. Pour nous faire vivre le naufrage et la survie à bord du radeau l’auteur nous place dans la peau de Jean Baptiste Savigny, assistant chirurgien à bord de la Méduse et surtout rescapé du radeau, qui co-signera un livre témoignage accablant.
Je suppose que, pour les besoins de son roman, Erik Emptaz fait cohabiter les faits historiques avérés avec quelques improvisations qui donnent plus de poids et plus de vie au récit. Je ne suis en général pas fan des romans historiques mais force est de constater que j’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ces quelques pages.
Le moins que l’on puisse dire c’est que d’entrée de jeu Savigny ne sent pas ce voyage pour lequel il a signé par dépit amoureux et quelque peu imbibé : « Funeste idée que celle d’affubler une frégate d’un symbole si peu aimable ! L’évocation de ce monstre mythologique à la chevelure infestée de serpents ne me plaît guère. Et il ne me paraît pas du meilleur augure : on dit que cette créature transformait quiconque la regardait en pierre ! Quant à la version gélatineuse et urticante de l’animal qui s’échoue mollement sur les rivages, sacré modèle pour un bateau ! J’espère qu’il est solide, au moins !« .
De ce drame je retiendrai surtout que les pertes humaines et matérielles sont avant tout le fait de l’incompétence chronique du commandant de bord, Hughes de Chaumareys, un parvenu doublé d’un alcoolique chronique. Après le naufrage, l’auteur prêtera ces mots sans appel à un des marins : « La Méduse s’est échouée sur un haut-fond, le banc d’Arguin qui est indiqué sur toutes les cartes marines comme une zone à éviter. Et que pour planter un bateau ainsi : « Faut vraiment être une bourrique qu’a la cataracte ou un borgne des deux yeux ! »« .
Plus que les conditions de survie rudimentaires (genre Koh Lanta à la puissance 1000) c’est la connerie humaine qui aura fait le plus de victimes sur le radeau. Entre la vinasse qui coule à flot, les bastonnades en tout genre et le désespoir les occasions de tirer sa révérence avant l’heure ne manquaient pas. Le périple des rescapés aura duré deux semaines, un délai de privation qui ne justifie en rien que seuls un dixième d’entre eux aient été encore en vie au moment où ils ont été sauvés (sur les 15 survivants, 5 mourront avant d’atteindre les côtes). A croire que le genre humain trouve plus de réconfort à s’entre-tuer plutôt qu’à s’entraider…
Un roman relativement court (moins de 300 pages) qui se lit comme un récit d’aventures, on en viendrait presque à oublier que les horreurs décrites ont été bien réelles. Après cette lecture il est clair que je ne regarderai plus le tableau de Géricault du même oeil ; de fait quand on peut mettre un nom sur les personnages représentés et que l’on sait ce qu’ils ont vécu l’oeuvre prend une toute autre dimension.

MON VERDICT
jd4

Impossible de clore cette chronique sans en dernier coup d’oeil sur le tableau de Géricault.
meduse

Publicités
 
19 Commentaires

Publié par le 2 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

19 réponses à “[BOUQUINS] Erik Emptaz – La Malédiction De La Méduse

  1. Cat

    2 mars 2016 at 18:58

    Quand j’allais au musée Grevin enfant, j’étais fascinée par le radeau de la Méduse. Mon père qui adore l’histoire m’avait raconté l’histoire… J’ai d’ailleurs un vieux vieux livre à la maison à ce sujet. Belle journée…

     
    • Lord Arsenik

      3 mars 2016 at 08:18

      Merci de ta visite.
      Si tu es toujours fascinée par le radeau je suis certain que ce bouquin te plaira.

       
  2. belette2911

    3 mars 2016 at 06:56

    L’Homme a plus facile de détruire que de construire, de tuer l’autre que de se faire tuer… et au lieu d’aider l’autre, il l’enfonce car l’autre pourrait lui jouer un tour de cochon et toussa toussa… OUi, sur le radeau, j’en balancerais quelques uns à la flotte ! 😀

    Dès que j’ai un peu de temps je m’y attaque ! Là, je suis sur Dune et le sable me gratte partout et m’énerve ! :p

     
    • Lord Arsenik

      3 mars 2016 at 08:21

      Après le sable, le sel marin… t’as pas fini de te gratter ! Et de t’énerver 🙂

       
      • belette2911

        4 mars 2016 at 18:51

        Je suis en plein dedans et je me dis que, une fois de plus, une catastrophe survient parce que l’on nomme des incapables à la barre !! Putain, ça me démonte !

         
      • Lord Arsenik

        5 mars 2016 at 06:46

        Chaumareys, Flamby… les cons se suivent et se ressemblent dans leur incompétence 😀

         
      • belette2911

        6 mars 2016 at 09:50

        J’ai fait ma chronique sur papier, et je parle de pédalo, d’incompétence et du capitaine qui aimait frôler les côtes, celui qui descendit du bateau plus vite que son ombre ! mdr

         
      • Lord Arsenik

        7 mars 2016 at 08:19

        Di Falco a dû suivre la même formation que Chaumareys !

         
      • belette2911

        9 mars 2016 at 06:18

        Di Falco ? Le prêtre ? Parce que le commandante de merde du Costa croisière était Schettino… comme « Sket » (« sketter » = « casser », en patois bruxellois).

         
      • Lord Arsenik

        9 mars 2016 at 07:27

        Ouais bon c’était un italien qui finit en o 😀
        Et accessoirement un lâche de premier choix !

         
      • belette2911

        10 mars 2016 at 07:51

        Oui, un lâche ! Courage, fuyons !

         
  3. Nathalie M

    5 mars 2016 at 02:41

    Ça c’est intéressant. Et ça change complètement des lectures habituelles. Bravo pour ton éclectisme 🙂

     
    • Lord Arsenik

      5 mars 2016 at 06:41

      C’est l’avantage des lectures communes… on pioche dans les propositions histoire de sortir des sentiers battus.

       
      • Nathalie M

        5 mars 2016 at 17:32

        oui c’est vrai

         
  4. Zofia

    9 mars 2016 at 04:14

    Je crois que je pourrais vraiment aimer ce livre ! le mélange peinture, aventure, navigation me plaît beaucoup, beaucoup !

     
    • Lord Arsenik

      9 mars 2016 at 07:28

      Je suis sûr que ça pourrait te plaire. Même dans les passages les plus trash l’auteur ne fait pas dans la surenchère.

       
      • Zofia

        9 mars 2016 at 19:47

        Oui et puis j’ai déjà lu 2/3 trucs trash ^^ donc ça devrait bien passer, je me le note tout en haut de ma liste d’envies !

         
      • Lord Arsenik

        10 mars 2016 at 08:43

        C’est parfois mais pas gratuit. Il me semble que tu n’es pas fan du trash inutile 🙂

         
  5. collectifpolar

    11 mars 2016 at 15:44

    Connais pô :/
    Merci pour cette découverte cher Lord !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :