[BOUQUINS] Philippe Pratx – Le Soir, Lilith

P. Pratx - Le soir, LilithAu menu du jour un roman lu à la demande de son auteur, Philippe Pratx. Une chronique tardive sachant que j’ai reçu ce roman, Le Soir, Lilith, depuis plus d’un an ! Si, comme le dit l’adage, « Patience est mère de toutes les vertus« , alors Monsieur Pratx doit être vachement vertueux… en tout cas il aura été vachement patient et je l’en remercie.
1964. Le narrateur est contacté par une journaliste qui souhaiterait écrire un article en hommage à Lilith Hevesi, star montante du cinéma muet des années 20, décédée quarante ans plus tôt. Le narrateur ayant été un proche de Lilith, son aide serait précieuse à la journaliste…
Vu comme ça et si vous me lisez depuis quelque temps déjà, vous vous demandez peut être pourquoi je me suis lancé dans ce bouquin. Rassurez-vous je me suis longtemps (très longtemps) posé la même question avant de me lancer. Et je me suis lancé sans conviction, uniquement afin de respecter mon engagement à le lire.
Incontestablement l’auteur est un amoureux de la langue française au vocabulaire riche et maître dans l’art de la sémantique et de la métaphore. Le hic c’est que personnellement je ne suis pas fan des tournures trop alambiquées qui nuisent (et là encore ça n’engage que moi) à la fluidité du récit. Trop de style finit par tuer le style, si à la fin d’une phrase j’ai besoin de revenir au début pour en saisir le sens alors il y a peu de chance pour que l’alchimie se fasse.
La construction même du récit est quelque peu déconcertante, outre les échanges entre le narrateur et la journaliste, on trouve extraits de la biographie de Lilith que le narrateur est en train d’écrire, des morceaux des carnets d’écriture de Lilith, des extraits de scénarios de films, des lettres… comme piochés au hasard, en dépit de toute chronologie, dans une malle contenant un tas de paperasses que le narrateur aurait devant lui. Plus d’une fois j’ai eu le sentiment de naviguer à l’aveugle au milieu d’un èpais brouillard.
Et tout ça pour aller où ? J’avoue sans complexe m’être posé la question plus d’une fois. Le bouquin est tout simplement inclassable ; ça aurait pu être un atout mais faute de réelle trame romanesque ce mélange des genres (ou ce non genre) finit par se retourner contre lui. Et pourtant j’ai persévéré, non par masochisme littéraire, mais parce que, presque malgré moi, j’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire… en espérant qu’il y en ait un !
Et donc au final ? Il faut attendre le douzième (et dernier) chapitre pour que les pièces du puzzle s’assemblent enfin. Ca commence par une révélation qui ne surprendra qu’à moitié le lecteur ; la suite par contre sera nettement plus inattendue. Dommage que tout le roman n’ait pas été conçu comme ce dernier chapitre ! Au moins on referme le bouquin avec une impression plutôt positive…

MON VERDICT
jd2d

Philippe Pratx reconnait volontiers que son roman est destiné à un public élitiste : « Amateurs d’«easy reading» s’abstenir. Mon écriture est exigeante. »
Je ne peux que plussoyer ! Ce qui m’amène à me poser la question suivante : Pourquoi moi ? Non que je considère son offre comme une punition, au contraire je remercie Philippe pour sa confiance. Mais en parcourant les différentes lectures chroniquées dans mon blog il me paraît évident que je suis certes éclectique mais aussi que je ne place pas la barre de mes exigences à des sommets vertigineux. Dans tous les cas je préfère l’intensité du récit ou encore le rythme de l’intrigue que le style. Est-ce que cela fait de moi un « easy reader » ? Si oui, je l’assume pleinement.
Désolé Philippe de ne pouvoir proposer une chronique plus élogieuse mais je ne dérogerai pas à ma philosophie qui consiste à écrire avec le coeur et les tripes.

Petit bémol adressé aux Editions L’Harmattan. Pour votre offre numérique vous devriez privilégier le format epub plutôt que le pdf ; le pdf c’était avant. Lire en pdf aujourd’hui c’est un peu comme regarder Avatar sur un vieux téléviseur en noir et blanc… on pige l’essentiel mais ça manque cruellement d’éclat !
Merci à Philippe de m’avoir fait parvenir son roman au format epub. Même si j’ai dû m’imposer un gros travail de retouche via Sigil, l’effort mérite d’être remercié.

7 réflexions au sujet de « [BOUQUINS] Philippe Pratx – Le Soir, Lilith »

  1. Le PDF sur liseuse, oui, j’avoue que c’est kk :poop: et la comparaison avec Avatar regardé sur le vieux téléviseur NB de mamy est parfait. J’ai quelques romans aussi en PDF envoyé par des auteurs mais c’est une horreur, y’a pas de mise en page et mes yeux hurlent au secours.

    Bon, je passerai ce roman… je ne sais pas si je suis une zizi raider (deux doigts coupe-faim) mais je passerai quand même 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s