[BRD] Mad Max – Fury Road

Mad Max - Fury RoadPetite pause cinéphile post apocalyptique en compagnie de Mad Max – Fury Road, réalisé par George Miller. Quatrième volet des errances futuristes de Max Rockatansky, avec Tom Hardy qui succède à Mel Gibson ; question d’âge je suppose (respectivement 37 et 59 ans).
Max (Tom Hardy) erre en solitaire au milieu d’un monde dévasté ou des clans de barbares s’affrontent pour obtenir de l’eau ou du carburant. Il va se retrouver bien malgré lui impliquer dans cette guerre quand il va être fait prisonnier par les hommes d’Immortan Joe (Hugh Kayes-Byrnes), qui règne en tyran sur la Citadelle…
Quand j’ai entendu parler d’un nouveau Mad Max, trente ans après la sortie du troisième opus (et trente six après le lancement de la saga), j’ai d’abord pensé à un reboot. Après tout ça semble devenir un phénomène de mode depuis quelques années. A vrai dire j’étais presque rassuré à cette idée vu l’évolution de la série.
Le premier volet Mad Max (1979) est aujourd’hui considéré par beaucoup (dont je suis) comme un film culte. Mad Max 2 – Le Défi (1981) nous plonge au coeur d’un univers post apocalyptique qui tranche avec son prédécesseur ; déconcertant de prime abord, il n’en reste pas moins divertissant. Mad Max 3 – Au-Delà Du Dôme Du Tonnerre (1985) n’est qu’une sinistre daube à tout point de vue… Alors quid d’un Mad Max 4 ???
Pour être tout à fait franc avec vous ma première impression aura surtout été que le film mise à fond la carte de la surenchère, impression confirmée quand les troupes d’Immortan Joe se lancent à la poursuite de Furiosa (Charlize Theron). Survient un camion avec des percussionnistes à l’arrière et à l’avant un guitariste dont l’instrument crache des flammes… Serais-je en train d’assister à un show revisité de Rammstein (un groupe allemand de Metal industriel que j’adore) ? Autant dire que les voyants scepticisme et appréhension étaient au rouge clignotant…
Au fur et à mesure du film les univers visuel et technologique s’imposent naturellement dans l’esprit du spectateur (en tout cas dans le mien), avec notamment une impressionnante gamme de véhicules en tout genre (motos, camions, voitures, quads…) au look futuriste et surtout transformées en machine de guerre. Un visuel renforcé par des effets spéciaux parfaitement maîtrisés (qu’il s’agisse des scènes d’action ou des maquillages des personnages) et un rythme plus dopé qu’un coureur du Tour de France !
Au niveau du casting Tom Hardy réussit à faire oublier Mel Gibson, on retrouve le même personnage de héros solitaire, faux dur au grand coeur, un brin taciturne et peu loquace. Il parvient à la fois à jouer sur la continuité du personnage tout en lui apportant une touche personnelle.
Même si la première rencontre est plutôt houleuse, Max pourra compter sur l’aide Furiosa (à moins que ce ne soit l’inverse), impératrice en fuite qui a libéré les épouses de Joe en les embarquant dans sa fuite. Charlize Theron, crâne rasé et une main en moins, insuffle une force incroyable à son personnage tout en lui conservant un charme certain (même si incontestablement l’atout charme du film reste Rosie Huntington-Whiteley qu incarne Splendid, la favorite en fuite de Joe, enceinte de lui).
George Miller a affirmé avoir voulu, avec ce quatrième film de la saga, faire à la fois dans la continuité et dans le renouveau, le film faisant office de premier opus d’une nouvelle trilogie. Je ne demande qu’à voir mais je dois avouer que pour le moment son pari est réussi…

♥♥♥♥

[BRD] American Sniper

amsnipPetite pause cinéphile afin de terminer ces congés en douceur, quoique le terme n’est pas forcément le plus adéquat vu comme nous avons opté pour American Sniper de Clint Eastwood.
Chris Kyle (Bradley Cooper) s’engage dans les SEALS et se spécialise comme tireur d’élite (sniper). Peu après les attentats du 11 septembre il est envoyé en Irak. Son rôle : protéger les équipes au sol en éliminant toute menace potentielle. Rapidement il se fait un nom au sein des troupes, et un surnom : La Légende
Clint Eastwood opte pour le biopic pour son dernier film, un genre qui ne lui est pas complètement étranger puisqu’il est déjà à l’origine de Bird, qui retrace le parcours de Charlie Parker. Certes celui de Chris Kyle est un peu plus mouvementé ; le challenge étant justement de proposer une double vision du personnage : le soldat sur le terrain et le civil avec ses proches. Un cocktail parfaitement maîtrisé par Clint Eastwood et un hommage salué par la famille et les proches de Chris Kyle.
De fait si vous vous attendez à un film de guerre brut de décoffrage vous pouvez passer votre chemin, le réalisateur s’intéresse avant tout à l’aspect humain (ce qui n’exclut pas de belles scènes d’action). Notamment sur la difficulté de réintégrer une vie civile normale avec sa famille tandis que les combats font rage en Irak. A ce titre Bradley Cooper réussit une belle performance d’acteur, son interprétation est criante de vérité, et pas uniquement au niveau de la ressemblance physique.
A noter la présence au casting de Sienna Miller qui incarne l’épouse de Chris Kyle, Taya Kyle. Une présence discrète mais omniprésente et sa raison d’être. Même si ça ne saute pas toujours aux yeux…
Ce film est avant tout un hommage à un homme et à un soldat d’exception, pas une ode à l’Amérique, à la politique de Bush ou la guerre. Que ça plaise ou non Chris Kyle a fait son boulot et il l’a bien fait (perso je dis respect Mr Kyle… et nul doute qu’un bon nombre de Marines lui doivent d’être rentrés au pays en un seul morceau). Avec son palmarés (255 tirs réussis, dont 160 officiellement confirmés) il est considéré comme le meilleur sniper de tous les temps et comme un héros national. Un palmarès qui lui a valu une tripotée de décorations, parmi les plus prestigieuses.
Décorations Chris Kyle

<<< ALERTE SPOILER >>> Le film ayant été tourné avant le procés d’Eddie Ray Routh, le meurtrier de Chris Kyle et de son ami, Chad Littlefield, il n’est pas fait mention du verdict rendu en février 2015. Eddie Ray Routh a été condamné à la prison à perpuité, sans possibilité de remise de peine.

♥♥♥♥♥

[BRD] Interstellar

InterstellarLes pauses ciné se suivent et ne se ressemblent pas, petit détour par la science-fiction avec Interstellar de Christopher Nolan.
Dans un futur indéterminé, alors que l’humanité est condamnée à disparaître par manque de nourriture, Cooper (Matthew McConaughey), un ancien pilote devenu agriculteur rejoint une équipe de scientifique persuadés que l’avenir de l’homme se situe dans l’espace. Reste à savoir où. C’est ce que Cooper et son équipage vont devoir découvrir…
Oubliez les méchants aliens et les batailles intergalactiques, Christopher Nolan (qui a co-signé le scénario du film, avec son frère Jonathan) joue la carte Hard Science. De la science fiction qui s’appuie justement sur la science pour rendre son intrigue réaliste (tout en restant dans un contexte futuriste). Pour l’anecdote, sachez qu’à l’origine les frères Nolan avaient écrit le scénario pour Spielberg qui a finalement dû renoncer au projet Interstellar. Les deux frères ont ainsi pu remanier leur scénario afin qu’il colle mieux à leurs attentes.
Le risque majeur avec cette approche de la SF est de proposer au spectateur profane un film totalement incompréhensible. Christopher Nolan évite brillamment cet écueil, mais bon il est quand même conseillé de visionner Interstellar avec l’esprit clair (évitez un apéro blindé avant), surtout dans la dernière partie du film.
La première claque est visuelle, qu’il s’agisse des décors de notre Terre du futur (avec un habile mélange entre l’ancien et le futuriste), des séquences dans l’espace ou des planètes visitées par l’équipage, tout est magnifiquement soigné. Ce n’est pas pour rien que le film s’est vu récompensé par l’Oscar 2015 des meilleurs effets visuels.
Le film réussit à nous captiver sans avoir besoin de jouer la carte de l’action à tout va, une intrigue prenante, pour ne pas dire captivante, menée avec intelligence et les presque trois heures passent comme une lettre à la poste, sans jamais avoir eu l’impression d’être largué, sans jamais s’ennuyer. Une intrigue blindée servie par des acteurs totalement investis dans leur rôle.
Cerise sur le gâteau déjà bien garni, la bande son de Hans Zimmer vient sublimer le film. Un sacré défi quand on sait que Christopher Nolan a refusé de lui faire le scénario, au lieu de quoi l a rédigé un texte sans aucun rapport avec le film et demandé au compositeur d’écrire les morceaux que ça lui inspirait. Le résultat est bluffant, en fait tout est bluffant dans ce film.

♥♥♥♥♥

[BRD] Le Hobbit – La Bataille Des Cinq Armées

La Bataille Des Cinq ArméesUne pause cinéphile sous le signe de la Terre du Milieu puisque nous avons visionné Le Hobbit – La Bataille Des Cinq Armées, ultime hommage à l’oeuvre de Tolkien signé Peter Jackson.
Alors que les réfugiés de Lacville, menés par Bard (Luke Evans) et les elfes de Thranduil (Lee Pace) viennent demander à Thorin (Richard Armitage) d’honorer sa promesse, le nain leur oppose une fin de non recevoir. Bilbon Sacquet (Martin Freeman) va tout mettre en oeuvre pour éviter une guerre entre elfes et nains ; d’autant que de son côté Azog (Manu Bennett) prépare les armées orques à l’attaque…
Ce troisième volet est de loin le plus sombre de la trilogie (la guerre menace c’est inévitable, la question est surtout de savoir qui va affronter qui) mais c’est aussi celui qui donne le plus d’importance à la psychologie des personnages (notamment avec Bilbon qui va faire le maximum pour ramener Thorin à la raison, n’hésitant pas à se mettre en danger). A ce titre c’est aussi le plus éprouvant pour les nerfs de spectateur.
Visuellement la magie fonctionne toujours aussi bien, on est en totale immersion dans la Terre du Milieu et ses intrigues avec un habile mélange de paysages naturels magnifiques et d’effets spéciaux toujours aussi fabuleux. Sans oublier bien entendus les combats parfaitement chorégraphiés.
La scène d’ouverture met d’office la barre très haut avec l’assaut dévastateur de Smaug sur Lacville (ce n’est pas un scoop puisque le film précédent se termine par l’envol du dragon vers le village de pêcheurs… on se doute bien qu’il ne va pas s’acheter un kilo de crevettes). Le rythme ne baisse pas ‘au contraire) pendant pas loin de 2h30 de pur bonheur. Heureusement on retrouve çà et là quelques notes d’humour permettant de faire baisser (temporairement) la tension d’un cran.
La transition entre Le Hobbit et Le Seigneur Des Anneaux est impeccablement menée même si c’est avec regrets que je dis au revoir à la Terre du Milieu. Et oui c’est juste un au revoir, dès que le coffret de la trilogie sort en version longue je vais me refaire les six films… Je ne m’en lasserai jamais tant Peter Jackson a su sublimer l’oeuvre de JRR Tolkien !

♥♥♥♥♥

[BRD] Edge Of Tomorrow

Edge Of TomorrowNouvelle pause cinéphile placée sous le signe de la science-fiction mais cette fois en film et non en animé. Histoire de finir le weekend dans le bruit et la fureur on a opté pour Edge Of Tomorrow de Doug Liman.
Dans un futur proche la Terre est envahie par des extra-terrestres qui prennent rapidement l’ascendant sur les humains; Le commandant Bill Cage (Tom Cruise), un bureaucrate chargé de la communication marketing des forces armées, se retrouve en première ligne comme simple soldat dans une opération militaire de la dernière chance. Faute d’entraînement adéquat, il est tué dès le début des combats. Il reprend connaissance la veille de la bataille qui lui a coûté la vie. Condamné à revivre (et mourir) encore et encore cet ultime assaut. Aidé par le sergent Rita Vrataski (Emily Blunt), il va améliorer son entrainement, jour après jour, mort après mort, ensemble ils vont élaborer une riposte face l’envahisseur…
L’accroche : « Vivre. Mourir. Recommencer. » est parfaitement adaptée au film et résume bien la trame, l’idée étant de recommencer en faisant mieux que les fois précédentes. Le film n’est pas aussi bourrin que l’on pourrait s’y attendre, les scènes d’action sont contrebalancées par un humour omniprésent et servent une intrigue plutôt bien ficelée.
Visuellement le film est une totale réussite (c’est aussi pour ça que e privilégie la SF et le fantastique en blu-ray). Les scènes de combat sont bluffantes, e pense notamment au débarquement sur les plages normandes (non pas celui de 1944).
Les personnages principaux, incarnés par Tom Cruise et Emily Blunt, sont parfaitement travaillés et complémentaires. Je me contrefous de savoir que Tom Cruise soit adepte de la scientologie, il pourrait vénérer Flamby que a ne m’empêcherait pas d’aller voir ses films, du moment qu’ils m’offrent ce que je recherche (donc ni une histoire de la scientologie, ni une biographie de Flamby); Du divertissement, de l’éclate, du fun… Et avec Edge Of Tomorrow j’ai eu tout ça et bien plus.
Pour une première incursion dans le monde de la science fiction, Doug Liman réussit à frapper un grand coup ; même si aux Etats-Unis le film ne rentrera pas dans ses frais (un peu plus de 100 millions de recettes pour un budget de 178 millions), une situation largement comblée par le box office mondial (pas loin de 370 millions).
Pour l’anecdote le film est adapté d’un roman japonais de 2004 signé Hiroshi Sakurazaka. Roman qui sera d’abord adapté en manga par les créateurs de Death Note (un des rares mangas, peut être même le seul, que j’ai lu et apprécié).
On pourrait accuser le film de surfer sur la mode de l’exosquelette, mode trés largement popularisée par la série des Iron Man, que l’on retrouvera, pour ne citer que les films les plus récents, dans Pacific Rim ou encore Elyseum, sauf que le fameux exosquelette est bel et bien présent dans le roman d’origine.

[BRD] Gravity

GravityChangement de registre pour le dernier film du weekend, ça faisait un bail qu’il me faisait le l’oeil du coin de sa jaquette, il était donc grand temps que je découvre Gravity de Alfonso Cuaron.
Alors qu’ils sont sur une intervention sur le télescope Hubble le Commandant Kowalsky (George Clooney) et le Docteur Stone (Sandra Bullock) reçoivent l’ordre de regagner immédiatement leur navette. Mais avant qu’ils ne puissent obéir des débris flottants pulvérisent la navette. Les deux astronautes se retrouvent seuls dans l’espace, coupés du monde…
Je suppose que si je vous dis que vous allez prendre une monumentale claque visuelle je ne vous apprendrai rien. Magnifique, tout simplement. On s’y croirait, même si nous n’échangerions pour rien au monde le confort de notre canapé contre les conditions de survie du Dr Stone.
Ah oui, désolé mesdames mais le beau George tire rapidement sa révérence. Quasiment tout le film repose sur les épaules de Sandra Bullock et elle le porte admirablement, donnant une véritable profondeur à son personnage (pas évident quand on n’a personne à qui donner la réplique).
Bon OK c’est beau et bien joué mais est-ce que c’est intéressant ? Voir une nana flotter dans l’espace pendant 90 minutes, très peu pour moi. Gravity c’est bien plus que ça, il y a un vrai scénario, un vrai rôle au service d’une véritable intrigue. Et d’une intrigue foutrement bien menée.
Pour le spectateur lambda, à la recherche d’un bon moment de cinéma, le film tient toutes ses promesses et parait fidèle à ce que pourrait être la réalité dans de telles conditions (merci à la NASA qui a fournit aux équipes une importante documentation technique). Bien sûr il y a toujours le pinailleur de service ou l’enculeur de mouches qui va soulever telle ou telle invraisemblance. Mais on s’en fout ! On est en présence d’une fiction. Je laisserai le dernier mot à James Cameron qui qualifie Gravity de « meilleur film sur l’espace jamais réalisé« .
Si je n’ai toujours pas réussi à vous convaincre je vous invite à vous reporter aux chiffres qui sont à même de faire rêver tout réalisateur. Gravity c’est 100 millions de budget et plus de 716 millions au box office mondial. Un film récompensé par les prix les plus prestigieux de la profession (dont 7 Oscar, excusez du peu : meilleur réalisateur, meilleure actrice, meilleure photographie, meilleurs effets visuels, meilleur montage…).