RSS

Archives de Tag: Victor Hugo

Victor Hugo – Sur une barricade (1873)

Sur une barricade, au milieu des pavés
Souillés d’un sang coupable et d’un sang pur lavés,
Un enfant de douze ans est pris avec des hommes.
– Es-tu de ceux-là, toi ! – L’enfant dit : Nous en sommes.
– C’est bon, dit l’officier, on va te fusiller.
Attends ton tour. – L’enfant voit des éclairs briller,
Et tous ses compagnons tomber sous la muraille.
Il dit à l’officier: Permettez-vous que j’aille
Rapporter cette montre à ma mère chez nous ?
– Tu veux t’enfuir ? – Je vais revenir. – Ces voyous
Ont peur ! Où loges-tu ? – Là, près de la fontaine.
Et je vais revenir, monsieur le capitaine. – Va-t’en, drôle! –
L’enfant s’en va. – Piège grossier !
Et les soldats riaient avec leur officier,
Et les mourants mêlaient à ce rire leur râle
Mais le rire cessa, car soudain l’enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s’adosser au mur et leur dit: Me voilà.

Un poème étudié en cours de français puis oublié. J’avais retenu le contexte (et surtout la fin) mais perdu le nom et l’auteur.
Quand j’ai voulu le retrouver, pas moyen de remettre la main dessus… et aujourd’hui je tombe dessus par le plus grand des hasards.

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 juillet 2017 dans Coups de coeur

 

Étiquettes : , ,

[BRD] Les Misérables

Les MisérablesLes films se suivent mais ne se ressemblent pas, notre dernière pause cinéphile ayant été musicale avec Les Misérables de Tom Hooper.
Est-il besoin de présenter ce classique de la littérature française ? Jean Valjean (Hugh Jackman), ancien bagnard, s’est refait une réputation sous un nouveau nom. A la mort de Fantine (Anne Hattaway), il s’ engage à prendre sa fille, Cosette, sous sa protection. Mais son chemin va à nouveau croiser celui de Javert (Russell Crowe), un représentant de la loi bien décidé à punir le fugitif…
Le film est l’adaptation d’une comédie musicale présentée sur scène depuis quelques années et connaissant un réel succès public et critique. Autant vous prévenir de suite il ne s’agit pas d’un film entrecoupé de quelques chansons, le film est quasiment entièrement chanté.
Un petit conseil s’impose donc d’office, privilégiez la VO, sous-titrée ou non selon votre niveau d’anglais. C’est d’ailleurs la seule version présentée en salle, une VF intégrale est dispo sur les DVD et BRD mais je n’ai pas osé tenter le coup.
Dans les premières minutes ça peut surprendre mais le jeu des acteurs, les décors, le montage et la bande son font rapidement oublier les a priori négatifs. Je ne dirai pas que j’ai été conquis mais je me suis laisser embarquer sans déplaisir. Le film est long (2h30) mais reste fidèle à l’oeuvre de Victor Hugo, de fait je préfère y voir un hommage plutôt qu’un outrage.
A en croire le box office mondial et ses 442 millions de dollars (pour un budget de 61 millons), je n’ai pas été le seul à succomber. Toutefois l’accueil en France a été nettement plus mitigé, chauvinisme culturel oblige je suppose (encore que ce ne soit pas la première fois que l’oeuvre est adaptée par une équipe non francophone). Un « raté » qui n’a en rien empêché le film d’être le film non américain (il est britannique) le plus rentable de l’histoire du cinéma, c’est pas rien quand même (bien qu’il soit encore loin des résultats des géants made in Hollywood).
Une bonne surprise de plus qui traînait dans mon stock de BRD en attente et finalement visionné grâce à Canal+.

 
2 Commentaires

Publié par le 8 janvier 2014 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , ,