RSS

Archives de Tag: Uchronie

[BOUQUINS] R.J. Ellory – Le Jour Où Kennedy N’Est Pas Mort

AU MENU DU JOUR

R.J. Ellory - Le jour où Kennedy n'est pas mort
Titre : Le Jour Où Kennedy N’Est Pas Mort
Auteur : R.J. Ellory
Éditeur : Sonatine
Parution : 2020
Origine : Angleterre (2019)
432 pages

De quoi ça cause ?

Novembre 1963. Le président JFK est en visite à Dallas (Texas). Une visite qui se déroule sans incident particulier à signaler.

Juillet 1964. Mitch Newman, photographe de presse free-lance, apprend que Jean Boyd, son grand amour de jeunesse, s’est donnée la mort. Même s’il ne l’avait pas revu depuis plus de 14 ans, Mitch ne peut croire à la thèse du suicide.

Jean Boyd était reporter pour le Washington Tribune. Mitch va rapidement découvrir que, peu avant sa mort, l’enquête de Jean se focalisait autour du président JFK. Une enquête qui l’a conduite à Dallas en novembre 1963.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est R.J. Ellory, un auteur qui ne m’a jamais déçu.

Parce que le pitch du bouquin me semble particulièrement audacieux, une bonne raison supplémentaire de me laisser tenter.

Ma Chronique

Je remercie chaleureusement les éditions Sonatine et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Le roman de R.J. Ellory fait partie de ces nombreux titres dont la publication a été repoussée en raison de la crise sanitaire liée au COVID-19. C’est en totale conformité avec la charte de l’éditeur sur la plateforme Net Galley que je vous propose de découvrir ma chronique en avant-première.

Fichtre ! Diantre ! Palsambleu ! Aurai-je basculé dans la quatrième dimension à l’insu de mon plein gré ? V’là t’y pas que je découvre que JFK n’a pas été assassiné à Dallas le 22 novembre 1963. Que nenni, son escapade texane s’est déroulée sans incident majeur à signaler…

Pardon ? Aaah, OK, c’est un roman ! Sacré Stephen King, il m’a foutu une trouille bleue sur ce coup. Mais bon faudrait qu’il se renouvelle, le coup JFK il nous l’a déjà fait, et brillamment fait même, avec l’excellent 22/11/63.

Arrête… tu déconnes là ! C’est le point de départ du dernier bouquin de R.J. Ellory… Bin voyons, et moi j’suis la reine d’Angleterre ! R.J. Ellory est un auteur de polars et de thrillers, pas le genre à se lancer dans une uchronie, me prends pas pour une quiche.

Et bin si, mes ami(e)s ! Enfin pas tout à fait quand même. Si le point de départ du dernier roman de R.J. Ellory repose bel et bien sur une uchronie (tout est dit dans le titre : Le Jour Où Kennedy N’Est Pas Mort), c’est dans un registre 100% thriller que l’auteur place son intrigue.

R.J. Ellory nous propose donc de retrouver JFK et son équipe, dirigée par son frère Bob, en course vers un second mandat… sauf que les choses sont loin d’être gagnées d’avance ! Ah oui j’oubliais, non content d’épargner JFK, l’auteur va surtout s’intéresser au(x) côté(s) obscur(s) du personnage. Il va en effet fouiner sans concession au-delà de l’image d’Épinal du beau et fringant jeune homme charismatique qui sentait bon le sable chaud…

Perso c’est une approche qui ne me choque nullement, je me méfie des individus que l’on dresse sur un piédestal. D’autant que post mortem, de nombreuses enquêtes ont révélé les travers et frasques du faux-cul au sourire Colgate. Et puis franchement, de vous à moi, on a plus de chance dans une vie de croiser une licorne chevauchée par le Père Noël qu’un politicien plus blanc que blanc (compétent, honnête, intègre et tutti quanti). Depuis le temps, ça se saurait si ça existait !

Si JKF n’est pas mort, il n’en va malheureusement pas de même pour Jean Boyd, jeune reporter ambitieuse et tenace. La jeune femme se serait en effet suicidée un triste jour de juillet 1964… c’est en tout cas la version officielle. Sauf que pour Mitch Newman c’est purement et simplement impensable ; le suicide ne colle pas à la personnalité de Jean Boyd. Il le sait, il en est convaincu… même s’il ne l’a pas revu depuis presque 15 ans, suite à son départ pour la Corée qui sonna le glas de leurs fiançailles et de leur idylle.

Un JFK vivant, une Joan Boyd morte et un Mitch Newman en plein questionnement… R.J. Ellory a désormais toutes les cartes en main pour nous mitonner une intrigue aux petits oignons comme il sait si bien le faire.

Et une fois de plus le Top Master Chef Ellory ne nous déçoit pas. Avec lui pas de cauchemar en lecture, c’est que du bonheur ! Son intrigue est rondement menée et saura rapidement captiver le lecteur (malgré les introspections un tantinet répétitives et une tendance poussée à l’auto apitoiement de Mitch).

La plongée dans les coulisses du pouvoir, et notamment celles du clan Kennedy, est totalement crédible et convaincante (sans perdre de vue toutefois que l’on est dans le domaine d’un futur possible et non d’un vécu historique). Pas besoin d’être un expert en politique international pour comprendre les enjeux et la façon dont chacun va déplacer ses pions pour arriver à ses fins.

Bien qu’écrit à la troisième personne, l’essentiel du roman est le reflet de la façon dont Mitch perçoit et analyse les événements. Un détail que peut paraître insignifiant, mais soyez assurés que ce choix narratif est tout sauf anodin.

Petit bémol pour la fin qui me laisse un arrière-goût d’inachevé en bouche, même si on devine aisément les conséquences de l’ultime découverte de Mitch.

Pour finir cette chronique, je vous laisse méditer sur la question que R.J. Ellory pose dans sa postface.

Si Kennedy n’était pas mort en novembre 1963, garderait-on le même souvenir de lui, ou aurait-il rejoint les rangs des disgraciés ?

MON VERDICT

 
7 Commentaires

Publié par le 12 mai 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] Laurent Binet – Civilizations

AU MENU DU JOUR

L. Binet - Civilizations

Titre : Civilizations
Auteur : Laurent Binet
Éditeur : Grasset
Parution : 2019
Origine : France
384 pages

De quoi ça cause ?

Et si les Vikings avaient apporté le fer, des chevaux et leurs précieux anticorps aux Indiens.
Et si Christophe Colomb n’était jamais arrivé en Amérique.
Et si les Incas avaient décidé de partir à la conquête de l’Europe…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Je n’ai jamais rien de Laurent Binet, même si son roman HHhH, qui semble faire l’unanimité autour de lui, figure dans mon Stock à lire Numérique depuis déjà un certain temps (voire un temps certain). La perspective de cette revisite de l’Histoire a titillé ma curiosité.

Ma Chronique

Je remercie chaleureusement les éditions Grasset et Net Galley qui m’ont permis de découvrir ce roman en avant-première (sortie le 14 août).

Avec Civilizations Laurent Binet se propose donc de réécrire l’Histoire, à partir de trois hypothèses pas totalement aberrantes, il imagine ce qui aurait pu en découler.

Et si les Vikings avaient apporté le fer, des chevaux et leurs précieux anticorps aux Indiens, c’est la première partie du roman, La saga de Freydis Eriksdottir, une mise en bouche pas vraiment appétissante desservie par une écriture fade et impersonnelle qui se borne à énoncer les faits. Heureusement cette entrée en la matière est plutôt courte.

Et si Christophe Colomb n’était jamais arrivé en Amérique, la seconde partie est en fait constituée de fragments du Journal de Christophe Colomb. Dans la continuité de la première hypothèse, les choses commencent à se mettre en place et l’intérêt du lecteur est soudain en éveil.

Et si les Incas avaient décidé de partir à la conquête de l’Europe, troisième partie du roman, Les chroniques d’Atahualpa, de loin la plus intéressante, pour ne pas dire captivante est aussi, heureusement, la plus longue puisqu’elle occupe plus de la moitié du roman.

C’est donc en 1531 qu’une armée inca, menée par le chef de guerre Atahualpa, débarque à Lisbonne alors que la ville vient d’être frappée par un violent séisme. Le seigneur inca et son état-major ne tardent pas à comprendre que l’Europe est en pleine débandade. D’un côté la foi chrétienne veut s’imposer comme religion unique à grands coups de représailles musclées menées par l’Inquisition. De l’autre une partie de la population doit subir les affres de la misère et de la faim alors que les nobles se vautrent dans le luxe et le stupre. Un terrain de prédilection pour servir les ambitions d’Atahualpa.

Suivra une longue période de conquêtes émaillées de réformes qui nous feront regretter que tout ceci ne soit que fiction tant le portrait de cette Europe semble idéalement utopiste. Une utopie qui ne se fera pas sans avoir à guerroyer et à déjouer maints complots… et c’est justement ce qui fait tout l’intérêt du récit.

À tel point d’ailleurs que l’on peut alors légitimement se demander si cette quatrième et dernière partie, Les aventures de Cervantés, s’imposait. Si le récit n’est pas désagréable à lire, force est de reconnaître qu’il n’apporte strictement aucune plus-value au reste de l’intrigue.

Un roman atypique qui vous permettra de croiser de nombreux personnages historiques de milieux divers et variés (politique, religieux, arts…) tout en revisitant sans ménagement, mais avec habileté l’Histoire. Quelques longueurs viennent toutefois gâcher le plaisir.

MON VERDICT

Aparté en forme de digression…

Le titre du roman avec un z à la place du s de civilisation m’a fait penser au jeu vidéo Civilization. Un jeu de stratégie développé par Sid Meier et distribué par Microprose sorti en 1991.

Je sais : je vous parle d’un temps, que les moins de 20 ans, ne peuvent pas connaître…

Le joueur devait alors mener son peuple (civilisation) de l’âge de pierre à la conquête spatiale en gérant de multiples facteurs (exploitation des ressources, diplomatie, guerre…).

Le jeu connaîtra de nombreuses suites qui feront évoluer le concept initial.

 
1 commentaire

Publié par le 30 juillet 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Koushun Takami – Battle Royale

K. Takami - Battle RoyaleCa faisait un moment que j’avais laissé en plan mon challenge 100% SF, j’y reviens donc avec un invité surprise : Battle Royale de Koushun Takami. En fait à la base je pensais m’attaquer à Hunger Games mais j’ai bifurqué sur l’auteur japonais qui a, semble-t-il, pas mal inspiré Suzanne Collins ; honneur aux anciens donc (le roman date de 1999 mais est sorti en français seulement en 2006) mais aussi et surtout à une intrigue que je suppose plus mature.
Tous les ans une classe de troisième de la République de Grande Asie est sélectionnée pour participer au programme. Les élèves sont lâchés, armés, sur une île où ils doivent s’entretuer jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul survivant. En cette année 1997, c’est la 3ème B du collège Shiroiwa qui a été désignée. Shûya, l’un des 42 adolescents pris dans ce jeu macabre, espère convaincre un maximum d’élèves de refuser les règles imposées, de faire jouer leur solidarité afin de se soulever contre les militaires qui encadrent l’épreuve ; mais pour certains de ses camarades le « jeu » a déjà commencé…
Vous l’aurez compris on est en pleine uchronie (une autre « version » de notre monde), ce qui de fait justifie pleinement le  label SF. La République de Grande Asie est en fait le Japon, devenu un régime totalitaire d’inspiration fasciste régi d’une main de fer par le Reichsführer (si j’ai bien tout compris ça a dû se produire dans les années 20). En passant j’adore les noms données aux deux Corée : la Semi République de Corée pour le Sud et la République Impopulaire et Dictatoriale de Corée pour le Nord.
La longue intro qui présente certains des élèves, encore ignorants de leur triste sort, peut être décourageante au vu des nombreux noms japonais mais d’un autre côté elle s’impose car c’est la dernière fois que Shûya porte un regard d’ado sur le monde qui l’entoure. Pour le lecteur occidental il peut paraître difficile de ne pas s’emmêler les pinceaux entre tous les personnages mais au final il n’en est rien, on identifie vite les personnages principaux et les relations qui lient les uns aux autres. Une fois passée l’intro on est plongé au coeur de l’action, le rythme imposé par l’auteur nous scotche irrémédiablement à son intrigue pleine de surprises, d’autant que ce rythme ne faiblira jamais… Par contre c’est à réserver à un public averti, c’est violent et gore, pas gratuitement, c’est juste imposé par la nature même de l’intrigue.
Qui plus est le style de l’auteur rend la lecture aisée, on avale les 864 pages (en version poche) sans s’en rendre compte. Les chapitres sont courts, percutants, et tous s’achèvent par le sinistre décompte des survivants, [Reste : n]. Si l’essentiel du bouquin se concentre sur le groupe de Shûya, les autres personnages ne sont pas pour autant oublié, certains développent leur propre stratégie de survie (soit en s’engageant pleinement dans le jeu, soit en cherchant à éviter l’affrontement). D’ailleurs ce n’est pas Shûya qui a la plus forte personnalité dans le récit, deux noms s’imposent : Kawada et Kiriyama (mais je vous en dirai pas plus).
Visiblement l’univers de Battle Royale a pas mal inspiré les produits dérivés puisque l’on compte deux films (réalisés par Kinji Fukasaku) et une série de manga (avec Koushun Takami au scénario et Masayuki Taguchi au dessin). Je passe mon tour pour les mangas, par contre j’avoue que les films m’intriguent (je me demande s’ils réussiront à restituer la même ambiance oppressante que le bouquin, et surtout pourquoi une suite ?), à voir si l’occasion se présente.
A ce jour c’est le seul roman de l’auteur, un second serait en chantier mais je ne trouve aucune info quant à son contenu…
Comme le bouquin m’a vraiment plu je me suis dit naïvement que j’allais me l’offrir, sauf que aucune librairie de la place ne l’a en stock ; plutôt que de le commander avec des frais de transport en sus je vais plutôt passer par Amazon, qui plus est ça me permettra de choisir l’édition que je souhaite acheter. Par contre ça m’aurait arrangé de disposer d’une version papier pour corriger l’epub que j’ai récupéré, outre de nombreuses erreurs d’OCR facilement réparables, on tombe parfois (à quatre ou cinq reprises sur l’ensemble du bouquin) il manque des fins de phrase, à défaut j’ai complété les blancs à partir d’un epub en anglais (mise en page complétement pourrie mais bien utile pour le texte manquant).

 
10 Commentaires

Publié par le 25 septembre 2013 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,