Tête-à-tête virtuel avec Franck Chanloup

Bonjour Franck, merci d’avoir accepté de participer à ce tête-à-tête virtuel.

Question rituelle en guise de mise en bouche. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer comment tu en es venu à l’écriture ?

Je m’appelle Franck Chanloup, j’ai 50 ans et je suis dingue de littérature depuis mon plus jeune âge.  Comme beaucoup, j’ai toujours rêvé d’écrire un roman, c’est une idée qui ne m’a jamais lâchée, jusqu’à ce que je me décide enfin à coucher sur le papier les histoires qui naissent dans ma tête. Je l’ai fait sur le tard, peut-être avais-je besoin de ressentir une certaine forme d’urgence pour y consacrer enfin du temps. Ces deux ou trois dernières années, j’ai écrit plusieurs romans, plutôt inégaux, c’est le moins que l’on puisse dire, et les enchaînés est mon premier roman édité.

Dans ton roman, Les  Enchaînés tu reviens sur une page peu glorieuse de l’histoire calédonienne avec le bagne. Un sujet longtemps considéré comme tabou, surtout par les descendants d’anciens bagnards. Pourquoi ce choix ?

Je vis en Calédonie depuis presque vingt ans, il me paraissait donc naturel d’écrire sur ma terre d’adoption. De plus, j’avais envie d’écrire un roman d’aventures, quelque chose de rythmé et cette période passionnante m’a paru tout à fait adaptée à ce projet.

Tes descriptions du quotidien des bagnards sont très crédibles, tu t’es beaucoup documenté sur le sujet avant de te lancer dans l’écriture de ton roman ?

Tout d’abord, il me semble important de préciser que je ne suis pas historien ni un spécialiste du bagne calédonien. Évidemment je me suis documenté, il a fallu de longs mois de travail et de recherches pour tenter de coller au plus près de la réalité de l’époque. Mais cela reste une fiction, pour être franc je suis beaucoup plus passionné par les mots, par le langage, que par l’histoire proprement dite.

Se faire éditer quand on réside en Nouvelle-Calédonie – et plus encore en contexte de crise sanitaire – parcours de santé ou parcours du combattant ?

J’ai eu beaucoup, beaucoup de chance. Mon parcours s’apparente beaucoup plus à un parcours de santé qu’à un parcours du combattant, et tout le mérite en revient à ma maison d’édition : au vent des îles.

Comment se déroule une journée type lorsque tu écris ? Quelle est l’ambiance la plus propice pour laisser libre cours à ton inspiration ?

J’écris le soir et… couché ! Lorsque j’entame un roman, j’écris trois à quatre heures par soirée, dans le silence si possible. Pas de musique, très peu de bruit alentour et des clopes, beaucoup trop.

Sais-tu déjà combien d’épisodes composeront ta série consacrée à Victor ? Tu as déjà une idée précise de la trame à venir ou cela se fera au gré de ton inspiration ?

Dans ma tête, la série consacrée à Victor (ou à sa descendance !) comptera au moins quatre épisodes. Ce ne sera pas nécessairement linéaire dans le temps, mais je ne veux pas trop en dévoiler pour l’instant. Pour le récit, j’ai toujours une idée très précise du déroulement au moment d’entamer l’écriture. Parfois, les personnages me surprennent, ils m’échappent un instant, puis je reviens à mon idée directrice.

Peux-tu nous donner une date de sortie pour le second épisode ? Et quelques indices sur la suite des événements ?

Non, j’en suis bien incapable à ce jour, car cela ne dépend pas que de moi. Encore un indice ? Je crois en avoir semé tout le long de cet entretien, mais je peux te confier que l’épisode suivant est déjà achevé.

 Quelles sont tes références (auteurs et romans) en tant que lecteur ?

La liste est tellement longue ! Les auteurs qui m’ont vraiment marqué m’ont accompagné toute ma vie, des écrivains tels qu’ Albert Cohen, Céline, John Fante, Jonathan Safran Foer, Steinbeck, Pat Conroy ou Dumas. Ces dernières années, j’ai particulièrement aimé le Confiteor de Jaume Cabré, un véritable chef d’œuvre ou les romans de Houellebecq, un auteur à part, peut-être l’un des seuls contemporains qu’on lira dans cent ans pour se faire une idée de la société actuelle.

Comme il m’est d’usage de le faire, je te laisse le mot de la fin.

Tout d’abord, je tiens à te remercier pour cet entretien et la qualité de tes posts que je lis depuis maintenant quelques années. C’est un plaisir de répondre à tes questions et j’ai hâte que nous discutions bouquins autour d’un verre prochainement !