RSS

Archives de Tag: Témoignage

[BOUQUINS] Thierry Poncet – Zykë, L’Aventure

AU MENU DU JOUR

T. Poncet - Zykë l'aventure
Titre : Zykë, L’Aventure
Auteur : Thierry Poncet
Editeur : Taurnada
Parution : 2017
Origine : France
359 pages

De quoi ça cause ?

Thierry Poncet rencontre Cizia Zykë en 1984, l’aventurier écrivain a besoin d’un assistant qui puisse mettre en forme son récit Oro. Direction le Maroc pour commencer l’Aventure Zykë. Une aventure qui durera 25 ans, 25 années de collaboration et d’amitié. 25 années à parcourir le monde en compagnie du dernier des aventuriers ; un périple qui ne sera pas toujours de tout repos…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que ça parle de Cizia Zykë. J’ai découvert le parcours hors du commun de ce mec en lisant Oro, ça a été un énorme coup de coeur malgré un style très rudimentaire. J’ai enchaîné avec Sahara et Parodie, remontant à contre-courant la vie de cet Aventurier avec un grand A.
Mais aussi et surtout parce que Joël, des éditions Taurnada, m’a gentiment proposé de découvrir ce récit de Thierry Poncet. Une offre que j’ai acceptée de bon coeur.

Ma chronique

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaite remercier Joël, des éditions Taurnada, pour sa proposition et sa confiance. Admiratif du parcours de Cizia Zykë, je ne pouvais refuser cette opportunité de découvrir le récit de Thierry Poncet.

Il aura fallu que je lise ce récit pour enfin comprendre ce qui faisait la différence entre Oro (qui m’a littéralement scotché) et les deux autres opus de la trilogie autobiographique de Cizia Zykë (Sahara et Parodie m’ont emballé, mais sans véritable engouement). Ce petit truc en plus n’est autre que la spontanéité.

Oro a été écrit à chaud alors que l’auteur rentrait tout juste du Costa Rica, alors que pour écrire Sahara et Parodie l’auteur a dû puiser dans ses souvenirs (les faits datent des années 70). Et de l’aveu même de l’auteur, il n’est pas du genre en s’encombrer l’esprit avec les détails qu’il juge futiles.

On apprend aussi qu’un livre (récit ou roman) signé Cizia Zykë est le résultat du travail de trois personnes. Zykë himself bien entendu, qui apporte le corps du livre (les grandes lignes, les orientations souhaitées, le ton…). Vient ensuite Thierry Poncet qui donne du coeur au récit en mettant en forme ses prises de notes (c’est mieux quand un bouquin est lisible). Enfin Colette Véron, lui insuffle une âme, par son travail de relectrice et correctrice (il faut non seulement que le bouquin soit lisible, mais aussi qu’il soit agréable à lire).

Voilà comment Thierry Poncet décrit le travail de Mme Véron : « D’un porte-mine précis, intraitable, sévère, elle traqua mes répétitions, assécha mes flots de virgules, tailla dans mes guirlandes d’adjectifs, biffa mes pompeusement superfétatoires adverbes et tamisa mes épaisseurs jusqu’à l’obtention de la fluide, juste, essentielle phrase« .

Commençons donc par le point négatif, le récit de Thierry Poncet aurait gagné en qualité en passant entre les mains expertes de Colette Véron. Il y a quelques lourdeurs de styles et les répétitions superlatives ça devient vite limite insupportable. Et que dire du passage de défonce à Amstardam ponctué de « Poil au… » répétitif et ô combien puéril ?

Ceci étant dit, il n’en reste pas moins que j’ai pris énormément de plaisir à lire ce récit qui, l’espace de quelques jours, a fait revivre Cizia Zykë (il est décédé en 2011, terrassé par une banale, mais fatale crise cardiaque) dans mon coeur. Non seulement l’auteur nous livre un hommage à la hauteur du bonhomme, mais aussi une très belle (et mouvementée) histoire d’amitié.

Il faut dire que pour suivre Zykë dans ses pérégrinations il faut les avoir bien accrochées, mais surtout lui faire une confiance aveugle et lui être d’une loyauté sans faille. C’est non seulement le prix à payer pour gagner son amitié, mais aussi la clé de la survie dans les situations les plus délicates.

Au fil des pages, vous embarquerez pour un tour du monde hors du commun, quand Zykê s’est fixé un objectif, il fonce au pas de charge, rien ni personne ne semble pouvoir l’arrêter. Certes le gars n’est pas un saint, au contraire, ce serait plutôt l’homme de tous les excès ; nul doute que les grenouilles de bénitiers et autres saintes-nitouches s’étoufferont avec leur eau bénite en lisant ces pages.

Pour ma part j’ai pris un réel plaisir à lire ce bouquin, on retrouve chez Thierry Poncet le même humour teinté de cynisme que chez Zykë. Même dans les moments les plus sombres du récit, j’ai gardé un sourire au coin des lèvres.

Il va désormais falloir que je me lance dans la lecture de Oro & Co, l’ultime opus autobiographique de Zykë dans lequel il relate son parcours depuis qu’il a quitté le Costa Rica. Une occasion aussi de confronter les deux récits puisqu’ils couvrent quasiment la même période.

Bizarrement les romans de Zykë ne m’ont jamais attiré, je ne dirai pas qu’aujourd’hui la tendance s’est inversée, mais le fait de connaître leur genèse a titillé ma curiosité. Pas impossible que je me laisse tenter finalement…

Tout comme je ne connais pas les romans de Thierry Poncet, là encore, il n’est pas impossible que je me laisse tenter, notamment par sa série HAIG.

MON VERDICT

Publicités
 
9 Commentaires

Publié par le 27 octobre 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Paul M. Marchand – J’Abandonne Aux Chiens L’Exploit De Nous Juger

P. Marchand - J'abandonne aux chiens...Un invité surprise au menu du jour, J’Abandonne Aux Chiens L’Exploit De Nous Juger de Paul M. Marchand, un roman/témoignage qui m’est tombé dessus presque par hasard, après lecture de la quatrième de couv’ (parce que la couv’ en elle même est très bof bof) je me suis dit « ma foi, pourquoi pas ? » Et voilà le résultat.
Sarah est née de père inconnu, elle a 17 ans quand elle rencontre l’inconnu en question, il s’appelle Benoît, il a 38 ans. Ils vont apprendre à se connaître… et à s’aimer. Pas comme père et fille, mais comme homme et femme. Un amour aussi passionné que dévastateur, un amour qui poussera Benoît au suicide…
La genèse même de ce livre mérite que l’on s’y attarde, Sarah (qui ne s’appelle pas Sarah) a rencontré l’auteur, Paul marchand, ancien reporter de guerre reconverti à la littérature après une blessure. Elle lui a raconté son histoire dans les moindres détails. Il lui a suggéré d’écrire son histoire. Elle lui a demandé de l’écrire pour elle. Et voilà… C’est bien entendu une version raccourcie de l’histoire que l’auteur nous raconte en introduction de ce témoignage.
Commençons par le commencement et le choix du titre, c’est Sarah qui le lui a soufflé en empruntant les mots de Jacques Brel dans sa chanson Orly : « Mais ces deux déchirés / Superbes de chagrin / Abandonnent aux chiens / L’exploit de les juger« . L’auteur y consacre d’ailleurs un long (et magnifique) paragraphe, confrontant Sarah, sa peine et son amour perdu à la chanson de Brel.
Sous la plume de Paul Marchand c’est Sarah qui nous raconte son histoire. Une histoire d’amour passionnelle et fusionnelle mais réprouvée par la «Morale», sabordée et souillée par un mot : «Inceste». Une histoire d’amour entre un père et sa fille qui n’ont jamais connu le moindre lien parental sinon celui de la génétique. Une histoire d’amour entre un homme et une femme, deux adultes consentants. Pour ma part, même si je reconnais volontiers que la situation est (heureusement) pour le moins inhabituelle, je n’ai nullement été choqué par la situation. Il faut dire que l’auteur sait y faire pour magnifier un sujet sensible qui aurait pu s’avérer véritablement casse gueule sous la plume d’un autre.
Mais Sarah nous crache aussi à la gueule sa colère. Colère contre Benoît qui a préféré fuir la réalité plutôt que de l’affronter avec elle. Colère aussi contre tous ces bien-pensants, gardiens de la morale judéo-chrétienne, qui les aurait jugé sans rien connaître d’eux. Mais aussi colère contre elle même, contre son esprit de provocation qui a peut être contribué au suicide de son amant : « L’avenir a tué Benoît, je l’ai déjà dit. Mais il ne fut pas seul à commettre ce crime. J’y pris ma part. J’ai beau raturer mes souvenirs, j’en ravive toujours les points de fracture qui ont dégénéré en un point mort… »
Enfin Sarah laisse la parole à Benoît, à travers la lettre qu’il lui a écrit avant de mettre fin à ses jours et qu’elle recevra après ses obsèques. Six pages pour qu’elle comprenne son geste… et le pardonne.
Un livre/témoignage qui ne devrait laisser personne indifférent, suscitant des réactions pouvant être aussi extrêmes que opposées. Il n’en reste pas moins que l’écriture est brillante, l’auteur ne fait pas dans le voyeurisme sordide qui aurait décrédibilisé cette confession par tiers interposé. Un texte court (un peu plus de 200 pages) mais intense. Choqué ? Non. Touché ? Oui. Mais je ne peux toutefois pas adhérer aux conclusions de Sarah : « Demain, un jour, peut-être dans mille, un père pourra aimer sa fille d’amour charnel sans qu’il soit besoin d’en mourir après… Dans mille jours, ou alors après-demain, une fille pourra devenir la maîtresse de son père sans avoir à se cacher ou à mentir. Bientôt les amours volontaires et partagées entre parents et enfants seront reconnues et même tolérées… Certainement, viendront des lois pour promouvoir leurs droits et mieux les protéger. »
Aujourd’hui en France la loi ne condamne pas les relations sexuelles père/fille ou mère/fils tant qu’elles se font entre adultes consentants (Article 222-31-1 du Code Pénal : Les viols et les agressions sexuelles sont qualifiés d’incestueux lorsqu’ils sont commis sur la personne d’un mineur par (1°) un ascendant ; (2°) un frère, une sœur, un oncle, une tante, un neveu ou une nièce ; (3°) le conjoint, le concubin d’une des personnes mentionnées aux 1° et 2° ou le partenaire lié par un pacte civil de solidarité avec l’une des personnes mentionnées aux mêmes 1° et 2°, s’il a sur le mineur une autorité de droit ou de fait.). Je ne pense pas qu’il soit utile, et encore moins judicieux, qu’une loi vienne protéger ce type de relation. Quant à leur acceptation morale, je ne pense pas que ce soit pour demain… Bien ou mal ? Je laisse tout un chacun en débattre avec sa propre conscience.

MON VERDICT
jd4

Morceaux choisis :

Tous les deux nous avons essayé d’y échapper, en sachant au plus profond de nous-mêmes que ça finirait par arriver. Je n’ai jamais vu en lui un « père », uniquement un « géniteur » imprévu, c’est-à-dire un étranger, avec toutefois une vague familiarité. Toute la nuance est là. Et cet inconnu, que j’avais cherché et fini par retrouver, m’affolait depuis nos premières rencontres. Lorsque j’étais dans ses bras, j’étais ailleurs. Et j’étais bien dans cet ailleurs. Je faisais ce que je ressentais, et je le partageais avec un homme qui ressentait la même chose que moi. C’était aussi simple que cela…

Nous apprenions à nous connaître. C’était très ludique. Nos répliques avaient une séduisante indépendance, il n’y avait aucun embarras dans nos apartés. Nos liens de sang ne figuraient pas dans nos espérances. Il était bien trop tard. Pour lui comme pour moi. Irréconciliables par la force des choses et par nos destins éclatés, il nous paraissait artificiel de nous étendre là-dessus, perchés sur une ramification somme toute imposée, souvent subterfuge. Nous n’étions pas des équilibristes, encore moins des archéologues. Il ne s’agissait pas de combler le temps passé, mais de passer notre temps ensemble sans le combler de remords ou de reproches. Il nous était impossible de ressusciter, d’un simple coup de baguette magique, ce que nous ne connaissions pas. Nous avions fait, chacun de notre côté, le deuil des simagrées qui auraient pu travestir nos retrouvailles. Dans ce domaine nous étions bien du même sang…

Etait-ce une malfaçon, ce qu’on vivait ensemble ? Des nocturnes en plein jour, voilà ce que nous supportions. Nos belles effervescences voyaient en nous ce que d’autres yeux auraient déprécié. Un amour rare. Je savais que j’étais passée au-delà de la zone obscure qui s’étend à la périphérie du champ de pensée de chaque être, de son champ de vision également. Dans cet espace inhabituel et clos, de l’autre côté de l’entendement ordinaire, j’étais libre… Libre, et neuve aussi. Je foulais une planète méconnue, je me sentais pionnière. Attentive à ce qui battait sous ma poitrine. Et le contenu de ce cœur était si grand que mon corps en devenait tout étroit. Alors, je voulais hurler, pour partager ce trop-plein… J’avais une hémorragie à offrir. Et autant de vertiges à étouffer. Mais les mots réprimés, s’ils avaient été déclamés, nous auraient accablés comme l’aveu, fatalement, condamne le suspect. Je désirais être généreuse, par pur égoïsme. Car dans notre clandestinité obligée, je crevais…

Un mot de silence, de foudres, de désapprobation unanime. Un énoncé comme un opprobre, brut, qui fait frémir et qui dégoûte, son extension illimitée, sans aucune possibilité d’atténuation ou motif de débat. Un mot chargé jusqu’à la gueule de haines, d’êtres brisés, de cicatrices et de mémoires prisonnières. Un mot qui salissait notre amour en le diminuant ou en le dénaturant : Inceste.

« Pour tout le monde, je resterai le mec qui baise sa fille, et ça, jamais cela ne changera… »

C’est singulièrement difficile d’aimer… Et quand, après tant de rêves délaissés, se présente cet amour, il suffit de l’accueillir avant qu’il ne s’en aille éblouir ailleurs. S’il s’en va, l’existence, elle, demeure invivable. Pourquoi alors nous faut-il juger un amour quel qu’il soit ? Y en aurait-il de plus honorables, ou de mieux fondés ? Certains seraient-ils maudits avant même d’avoir pu s’épanouir ? Quels sont les critères avérés, qui les déterminent, les limitent ?

 
9 Commentaires

Publié par le 2 décembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Elizabeth McNeill – 9 Semaines ½

X-rated

E. McNeill - 9 semaines ½Petite escapade érotique en compagnie d’Elizabeth McNeill et son fameux et sulfureux récit autobiographique 9 Semaines ½.
Elizabeth, la narratrice, rencontre un inconnu lors d’un marché en plein air, ils sympathisent, dînent ensemble et, une chose en entraînant une autre, finissent par coucher ensemble. Leur relation durera neuf semaines et demi, période pendant laquelle il lui fera découvrir des facettes qu’elle ignorait de sa propre personnalité, poussant toujours plus loin leurs jeux sexuels…
Le texte est paru en 1978 mais reste intemporel, il faudra toutefois attendre 1983 pour apprendre que sous le pseudo d’Elizabeth McNeill se cache Ingeborg Day. Mais jamais l’auteure n’évoquera son pseudonyme ou ce texte, ni même l’adaptation cinématographique d’Adrian Lyne sorti en 1986. Elle n’aura d’ailleurs jamais l’occasion de lever le voile du mystère qui entoure ces fameuse 9 semaines ½ puisqu’elle s’est suicidée en 2011, à l’âge de 70 ans.
Peut être avez vous eu l’occasion de voir la version cinéma avec Mickey Rourke et Kim Basinger dans les rôles principaux (avant que le Botox ne les transforme en mutants bogdanoviens). Un film à l’esthétique visuelle irréprochable mais très kitch dans l’ensemble, et surtout très soft. Si oui, alors oubliez tout ce que vous savez, le récit d’Elizabeth McNeill est en effet beaucoup plus cru dans la description de la relation qu’elle a entretenu avec ce mystérieux amant (il n’est jamais nommé, encore un secret qu’elle a emporté dans la tombe).
Au fil de son récit Elizabeth McNeill alterne les chapitres racontant par le détail sa courte mais intense relation avec son amant, et ceux, plus court, où elle essaye de comprendre et d’analyser ce qu’elle est devenue pendant cette liaison. Une relation qui monte crescendo dans le sado-maso, avec lui dans le rôle du dominant et elle dans celui de la soumise. Malgré les humiliations qu’il lui fait subir elle développera une véritable dépendance physique et psychologique vis à vis de son amant ; elle même d’ailleurs ne peut s’expliquer le pourquoi du comment d’un tel niveau d’abandon.
Un récit court, brut de décoffrage mais aussi avec une certaine retenue dans les descriptions, l’auteure ne joue pas la carte de la surenchère, nous n’avons aucun mal à imaginer ce qui n’est pas écrit. Je ne dirai pas que j’ai été choqué mais je suis sorti de cette lecture avec un sentiment de malaise diffus… Sans doute parce que je ne conçois pas la notion de soumission dans un couple, le temps d’un jeu éventuellement mais pas en permanence et surtout avec modération.
Si l’envie vous prenait de lire ce témoignage, privilégiez l’édition parue Au Diable Vauvert, elle est en effet enrichie d’une préface qui nous en dit plus sur l’auteure et son récit. C’est la version que j’ai lue, même si en l’occurrence j’ai illustré cette article avec la couv’ de France Loisirs (il faut dire que celle du Diable Vauvert ne donne vraiment pas envie).

MON VERDICT
jd3

 
8 Commentaires

Publié par le 10 août 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,