[BOUQUINS] Shannon Burke – Dernière Saison dans Les Rocheuses

AU MENU DU JOUR

S. Burke - Dernière saison dans Les Rocheuses

Titre : Dernière Saison Dans Les Rocheuses
Auteur : Shannon Burke
Éditeur : Fleuve Editions
Parution : 2018
Origine : USA (2015)
288 pages

De quoi ça cause ?

1826, Saint Louis (Missouri). A 22 ans William Wyeth rêve d’aventures, de grands espaces et pourquoi pas, de faire fortune. Il décide alors de s’engager dans une compagnie de trappeurs et intégré une brigade pour une saison de chasse. Il va rapidement réaliser à quel point la vie de trappeur n’est pas de tout repos et surtout pas exempte de dangers…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que Shannon Burke m’avait littéralement bluffé avec son précédent roman, 911. J’étais curieux de le voir à l’oeuvre dans un registre radicalement différent.

Parce qu’un western de temps en temps ça fait du bien par où ça passe.

Pour la couv’ que j’ai trouvé très belle (à la base il s’agit d’une toile de John Mix Stanley, à découvrir ici).

Ma chronique

Avec 911, son précédent roman, Shannon Burke nous offrait un livre noir à souhait et surtout très contemporain, changement radical de registre avec Dernière Saison Dans Les Rocheuses, un western qui se déroule aux prémices de la Conquête de l’Ouest. Exit les urgentistes et leurs ambulances, welcome aux trappeurs et leurs chevaux.

Le récit est à la première personne, c’est le journal de William Wyeth que nous parcourons. Il partage avec le lecteur sa première saison de trappe au sein d’une brigade expérimentée.

On y découvre les conditions de vie des trappeurs, décrites avec beaucoup de réalisme (on devine le gros travail de documentation auquel l’auteur a dû se livrer). L’Ouest américain est encore un territoire sauvage, occupé au sud par les Mexicains, et au nord par les Britanniques (les frontières avec le Canada sont encore bien floues et sujettes à débat). Dépaysement assuré !

Les british, ah bin parlons-en justement ! Les trappeurs américains et britanniques se livrent à une concurrence féroce et pas toujours cordiale, même si généralement ils évitent les bains de sang lors de leurs confrontations. Faudrait pas causer un incident diplomatique fort malvenu alors que l’épineuse question des frontières doit se poser prochainement…

Et bien entendu il y a les Indiens (bin ouais sinon ça ne serait pas un western), certaines tribus sont amicales, d’autres nettement plus hostiles. Pour s’assurer une saison de trappe pas trop mouvementée, il vaut mieux négocier un pacte de non-agression avec ceux dont on traverse les territoires.

Heureusement le jeune William ne sera pas seul pour affronter et gérer tout ça, il intégrera une brigade au sein de laquelle amitié et solidarité ne sont pas de vains mots.

Les personnages sont soignés, j’ai eu un faible pour Ferris, aussi doué avec un fusil qu’avec un crayon. Et même pour Layton qui peut pourtant devenir exaspérant comme pas possible sans aucune raison valable.

Si Shannon Burke a souhaité dresser un portrait aussi fidèle que possible de la vie de trappeur à cette époque, il reconnaît (et assume) avoir pris quelques libertés avec l’Histoire. Plaçant par exemple des personnages ayant réellement existé là où n’ont pas lieu d’être.

La multiplication des compagnies de trappeurs, de toutes origines, pose aussi la question du respect de la nature. La chasse à outrance a déjà commencé à vider de tout gibier des régions entières.

Une lecture sympathique, mais pas vraiment trépidante; surtout dans la seconde partie du récit, qui sépare deux saisons de trappe, même si je ne me suis jamais ennuyé. La troisième et dernière partie (la plus longue) est heureusement nettement plus rythmée et riche en rebondissements.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Shannon Burke – 911

Mais… Mais… Mais… Qu’est-ce qu’il fout là lui ? Il débarque en pleine Coupe du Monde et s’impose d’entrée de jeu ! De quel droit crévindiou ?
S. Burke - 911C’est pas ma faute c’est encore Sonatine qui m’a pris en traitre. J’errais tranquillement dans mon club de lecture quand soudain je le vis, j’en avais entendu parler et je l’attendais avec impatience. Je n’ai pu, ni voulu, le repousser quand il s’est jeté dans mes bras. Lui ? Mais non je n’ai pas viré ma cuti, bougre d’âne ! Je parle de 911, le roman de Shannon Burke.
Tandis qu’il prépare son concours d’entrée en médecine, Ollie Cross, se fait embaucher comme ambulancier urgentiste à la station 18, au coeur de Harlem. Il va découvrir un monde dont il était loin d’imaginer la rudesse et la noirceur…
911 (nine one one), tout le monde connaît ce numéro que ce soit par le biais de la littérature ou du cinéma. Le numéro unique des urgences aux USA. A ne pas confondre avec le tristement célèbre 9/11 (nine eleven) qui fait référence aux attentats du 11 septembre 2001.
Shannon Burke a été ambulancier à Harlem pendant cinq ans, ce bouquin, croisement de témoignage et de fiction, il le qualifie de catharsis. Une façon comme une autre de se purifier de toute la merde qu’il a vu et enduré durant ces cinq années au 911. Une purge, un exutoire, presque un exorcisme…
Quant à nous, lecteurs innocents et incrédules, on découvre avec Cross la face cachée du 911 et le moins que l’on puisse dire c’est que tout n’est pas rose. Outre les interventions parfois sordides (l’auteur va crescendo dans le glauque), les ambulanciers eux mêmes ne sont pas dépeints comme une sympathique confrérie (ils n’hésitent pas à se tirer dans les pattes, surtout dans les pattes des nouveaux). L’apparente froideur et le cynisme des plus aguerris ne sont parfois (et oui, pas toujours) que des facades (ou des blindages) pour se protéger du quotidien. Sauf que parfois la façade se fissure puis rompt…
Les personnages, essentiellement l’équipe d’ambulanciers, sont finement travaillés, chacun bénéficiant d’une personnalité qui lui est propre. Les vieux de la vieille sont figés dans leurs certitudes et attitudes ; seul Ollie Cross peut encore évoluer (reste à savoir quel exemple il suivra). Les principaux équipiers qu’il croisera sont Rutkovsky, distant mais paternaliste à sa façon avec Ollie, Lafontaine, le cynique désabusé, et Verdis, éternel optimiste un brin idéaliste. D’autres ambulanciers de l’équipe croiseront son chemin, ainsi que des policiers (le flic Pastori est de loin le plus vérolé du bouquin).
De par sa construction le bouquin peut surprendre, aucun chapitrage, juste une succession de situations et d’interventions, mais c’est loin de n’avoir ni queue ni tête. D’une part l’ordre chronologique est respecté, d’autre part cela permet de suivre l’évolution du personnage d’Ollie Cross au contact de ses équipiers et des victimes. Histoire de nous plonger en totale immersion l’auteur prend le parti de nous proposer un récit écrit à la première personne.
Bref du brut de décoffrage, livré sans chichis ni blablas, du noir et encore du noir, teinté de rouge sang, entre violence et désespoir, avec quelques lueurs d’espoir autour de l’esprit d’équipe (fragile) qui anime cette station réputée pour être la plus dure de Manhattan. On peut supposer que l’auteur a volontairement fait dans la surenchère, non dans la description des interventions qu’il expose mais en éliminant celles plus bénignes qui doivent quand même bien exister, même au coeur de Harlem.
Encore une lecture coup de poing qui vous prendra aux tripes et les vrillera jusqu’au point de rupture. C’est dur, c’est cash, parfois dérangeant, souvent troublant… Mais on en redemande. Le genre de bouquin sur lequel on voudrait écrire encore et encore mais où l’on doit réprimer ses ardeurs afin de laisser intact le plaisir de la découverte. Que vous adhériez ou non je suis convaincu que ce bouquin ne vous laissera pas indifférent. Encore une perle rare offerte par Sonatine.