RSS

Archives de Tag: Roman

[BOUQUINS] Guillaume Musso – La Vie Est Un Roman

AU MENU DU JOUR

G. Musso - La vie est un roman
Titre : La Vie Est Un Roman
Auteur : Guillaume Musso
Éditeur : Calmann-Lévy
Parution : 2020
Origine : France
304 pages

De quoi ça cause ?

La vie de Flora Conway, une auteure aussi brillante que discrète bascule le jour où sa fille disparaît alors qu’elles jouaient à cache-cache dans l’appartement fermé de l’intérieur de Flora.

Tandis que l’enquête de police piétine, Flora Conway commence à envisager une approche qui pourrait paraître insensée, tout en étant fidèle à la célèbre règle de Sherlock Holmes : « quand on a éliminé l’impossible, la réponse, aussi improbable qu’elle soit, est ce qui reste. » (Arthur Conan Doyle)

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Guillaume Musso, un auteur que j’ai découvert sur le tard mais qui a su me plonger en totale immersion dans son univers littéraire et réussi encore à me surprendre.

Parce que lire le dernier Musso devient presque devenu un acte militant, un doigt d’honneur brandi haut et fort à l’intention de ces intégristes culturels ras-du-bulbe qui dénigrent cette littérature de seconde zone et ne jurent que par la grande littérature. Le simple fait d’oser cette distinction est une parfaite illustration de leur obscurantisme culturel et du vide abyssal qui habite leur neurone en état végétatif depuis bien longtemps.

Ma Chronique

Alors que je me faisais une joie de dévorer, dans les plus brefs délais, le dernier roman de Guillaume Musso, il a fallu que je compose avec les aléas et les obligations du quotidien, aussi bien sur le plan professionnel que sur celui personnel. Cinq longues journées (oui, je sais, c’est énooorme) à regarder avec envie ma liseuse sans jamais trouver un créneau me permettant une réelle pause lecture. Autant vous dire que quand j’ai enfin pu me plonger dans le bouquin, je ne l’ai quasiment plus lâché avant de connaître le fin mot de l’histoire.

Ah que voilà un bouquin qui devrait rabattre le clapet de ceux et celles qui affirment (à mon avis sans jamais avoir ouvert un roman de l’auteur) que Guillaume Musso ne s’écarte jamais de sa zone de confort en proposant plus ou moins toujours la même chose à ses lecteurs.

Alors que ces derniers temps l’auteur affûtait sa plume dans le registre policier, osant même (enfin) jouer avec les règles du genre, ce nouvel opus sera bien difficile à classer dans un genre spécifique. Ça commence en effet comme un polar avec une enquête autour d’une disparition en « chambre close », mais Guillaume Musso entraînera peu à peu le lecteur aux frontières de la quatrième dimension. Et ce ne sont là que les prémices d’une intrigue qui vous réservera bien des surprises, une intrigue ou fictions et réalités (le choix des pluriels est volontaire) se mêlent…

Je ne vous cacherai pas qu’au début c’est plutôt déconcertant, on se demande si l’ami Guillaume n’aurait pas abusé de substances illicites avant de prendre la plume, mais d’un autre côté force est de reconnaître que c’est aussi un traquenard d’une redoutable efficacité ; il fois qu’il vous aura pris dans ses filets (à moins que vous ne passiez entre les mailles, ce que je peux parfaitement concevoir) vous aurez bien du mal à décrocher !

Comme ce fut le cas dans son précédent opus, La Vie Secrète Des Écrivains, Guillaume Musso s’interroge (et nous interroge par la même occasion) sur le rapport entre l’écrivain et son œuvre mais aussi entre l’écrivain et son public. Sans vouloir entrer dans les détails (je resterai volontairement dans le flou artistique durant la rédaction de cette chronique), il est plus que tentant de faire le rapprochement entre le personnage de Romain Ozorski (écrivain « grand public » à succès) et l’auteur lui-même. Analogie avec laquelle il ne se prive pas de jouer (d’autant plus aisément que le personnage de Flora Conway serait plutôt la représentante idéale de la « grande littérature ») pour tacler ses propres détracteurs (mes copains les intégristes culturels).

Pour appuyer son propos Guillaume Musso parsème son récit de références à d’autres auteurs, qu’ils soient classiques ou contemporains, français ou internationaux, et quels que soit leur genre de prédilection. Un éclectisme qui fait un nouveau pied de nez à un certain public qui s’autoproclame « élitiste » dans ses choix littéraires.

Chapeau bas à Guillaume Musso pour cette intrigue construite avec beaucoup d’audace mais toujours gardée sous contrôle (malgré les apparences parfois trompeuses) ; que les plus cartésiens se rassurent : « tout s’explique à la fin ! ».

Un pari osé qui ne plaira sans doute pas à tout le monde – même parmi les inconditionnels de Guillaume Musso – mais pour lequel j’ai été bon public. Je me suis en effet rapidement pris au jeu et du coup la curiosité a très vite pris le pas sur le léger doute qui pouvait subsister.

Certes pas le meilleur des Musso pour moi, mais sans aucun doute l’un des plus audacieux. Juste pour ça, je dis respect.

MON VERDICT

 
3 Commentaires

Publié par le 9 juin 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Joël Macron – Killarney 1976

AU MENU DU JOUR

J. Macron - Killarney 1976
Titre : Killarney 1976
Auteur : Joël Macron
Éditeur : Éditions Nouvelle Bibliothèque
Parution : 2018
Origine : France
226 pages

De quoi ça cause ?

Alors qu’il fait du tri dans ses affaires, Joël, le narrateur, replonge dans ses souvenirs. Notamment son séjour en Irlande, en 1976, et sa rencontre avec Mano, un scientifique iranien qui deviendra son ami et lui fera de troublantes confidences.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

C’est une succession de hasards qui m’a emmené à solliciter ce roman auprès de Net Galley, et un soupçon de curiosité vis-à-vis du catalogue de l’éditeur.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Nouvelle Bibliothèque et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Pour être tout à fait honnête, ma relation avec ce roman est partie sur de mauvaises bases. Quelle déception de découvrir que l’éditeur ne le propose qu’au format PDF. Aujourd’hui, proposer à des lecteurs numériques un fichier PDF c’est comme proposer à un amateur de champagne un mousseux éventé ; ça frôle l’insulte ! II faut vivre avec son temps messieurs les éditeurs, le PDF c’était avant

Le bouquin étant relativement court j’ai pris sur moi. Non pas en acceptant de le lire au format PDF (j’suis pas encore maso), mais en lui offrant une conversion maison au format epub. Ça demande un peu de travail, mais le gain en confort de lecture mérite bien de tremper les mains dans le cambouis.

Afin de finaliser la conversion, ajustement de la mise en page, corrections diverses et variées, j’ai survolé le roman et j’avoue avoir été pris d’un doute ; cette première approche ne m’a pas franchement donné envie d’aller plus avant dans la découverte. Pas question de me laisser rebuter par un a priori négatif, si je veux chroniquer ne mon âme et conscience ce bouquin, je dois le lire.

Ah que voilà un bouquin qu’il est difficile de classer dans une case plutôt qu’une autre. Net Galley le répertorie en science-fiction, c’est à la fois un peu ça et bien plus que ça. Difficile de faire la part des choses entre le récit autobiographique (l’auteur se prénomme lui aussi Joël) et les éléments de pure fiction ; le mieux étant encore de se laisser porter par le récit.

De par les origines iraniennes de Mano, il est beaucoup question de la situation en Iran dans le roman. Le régime du Shah est sur le déclin, le peuple manifeste de plus en plus vivement son ras-le-bol des fastes (et des frasques) du pouvoir alors qu’il crève la dalle… et pendant ce temps-là, les islamistes se frottent les mains et avancent leurs pions sur l’échiquier politique.

Comme l’auteur le fait dire à Mano, l’avenir du pays ne se profile pas sous les meilleurs auspices :

Je pense que le Shah se retrouvera bientôt isolé. Mais ce qui suivra m’effraie encore plus. Et les vrais malheurs de mon pays sont devant nous.

Mais avant tout ce bouquin est l’histoire d’une amitié presque fusionnelle entre Joël et Mano. Au fil des chapitres on partage les souvenirs du narrateur et de ce petit groupe d’amis qui croquent la vie à pleines dents.

C’est aussi une ode à l’Irlande (ses paysages et ses traditions) et aux Irlandais, un pays que je ne connais pas, mais qui a toujours suscité un certain intérêt auprès de moi (tout comme l’Écosse, deux terres de rugby… et de whisky). Je me serai volontiers invité à leur table chez Paddy, siroter avec eux quelques Guinness en profitant de la chaleur d’un feu de tourbe et en se laissant bercer par la musique traditionnelle.

J’abordais cette lecture à reculons, mais finalement j’ai rapidement été sous le charme, le bouquin est court et de fait se lit quasiment d’une traite.

Cette lecture m’aura permis de finaliser mon fichier epub mais aussi de corriger diverses coquilles qui ne sont pas le fait de la conversion (fautes d’orthographes et de typographie, mise en page parfois incertaine) ; pour être tout à fait franc ça m’aurait foutu les boules d’acheter un livre papier et de constater qu’il comportait encore autant d’erreurs. Force est de dénoncer de sérieuses lacunes au niveau de la relecture et des corrections. Un tel manque de finition va forcément impacter (en mal) mon verdict final.

MON VERDICT

 
2 Commentaires

Publié par le 20 avril 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Amélie Antoine – Raisons Obscures

AU MENU DU JOUR

A. Antoine - Raisons Obscures
Titre : Raisons Obscures
Auteur : Amélie Antoine
Éditeur : XO Éditions
Parution : 2019
Origine : France
384 pages

De quoi ça cause ?

Juin 2017. Un coup de téléphone de la police va voir le quotidien des familles Kessler et Mariani s’effondrer.

Quelques mois plus tôt, à l’occasion de la rentrée des classes. C’est pour la famille Kessler l’occasion de prendre un nouveau départ après leur récent déménagement. Jusqu’à ce que Laetitia, la mère, croise par hasard son premier amour de jeunesse.

Dans la famille Mariani c’est Frédéric, le père qui doit composer avec une mise au placard professionnelle et Claire, la mère, avec les aboiements incessants du chien du voisin.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Pour me sortir de ma zone de confort (polars et thrillers) et parce que ça faisait déjà quelque temps que j’avais envie de découvrir l’univers, très éclectique, d’Amélie Antoine.

Parce que les éditions Xo et Net Galley ont répondu favorablement à ma demande.

Ma Chronique

Je remercie chaleureusement les éditions XO et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Une histoire de familles en apparence ordinaires qui n’avait, de prime abord, pas grand-chose pour me séduire. D’un côté madame cède au démon de midi en retombant dans les bras de celui qui fut son premier amour. De l’autre monsieur essaye de donner le change face à une mise au placard professionnelle qui le mine bien plus qu’il ne voudrait se l’avouer.

C’est ce à quoi laisse penser toute la première partie de ce bouquin. Des histoires sommes toutes assez banales, mais heureusement fort bien écrites. Sous la plume d’Amélie Antoine, ses personnages prennent véritablement vie, on partage leurs moments de questionnements et de doutes comme s’ils étaient nos voisins (sauf que je suis un tantinet ours asocial et que je limite à la stricte courtoise mes contacts avec mes voisins).

Mais cette apparente normalité tranquille n’est que la partie visible de l’iceberg. Les parents Kessler et Mariani ne voient pas (et nous non plus du coup) qu’un véritable drame est en train de couver sous les non-dits et les mensonges pour continuer de donner le change.

Dans la seconde partie de son roman, l’auteure donne la parole aux enfants, Sarah Mariani et Orlane Kessler. Et le voile se lève sur la partie immergée de l’iceberg, le lecteur assiste impuissant (et un tantinet énervé il faut bien se l’avouer) à un drame dont on devine (en partie seulement) les conséquences tragiques.

Un drame malheureusement tout aussi ordinaire de nos jours puisqu’il est question de harcèlement scolaire. Brimade après brimade, humiliation après humiliation, on sent l’issue fatale pointer le bout de son nez sans rien pouvoir faire pour renverser la vapeur et changer le cours des choses. Rarement j’ai autant espéré me tromper sur la fin d’un roman… sans ce foutu coup de fil qui ouvre le bouquin, et qui clôt la première partie, on aurait presque pu y croire.

Là encore la plume d’Amélie Antoine est implacable. Elle nous plonge dans les pensées d’une persécutrice qui ne se rend pas vraiment compte du mal qu’elle fait, et d’une persécutée qui s’enfonce inexorablement sur un chemin sans retour. Une expérience nerveusement éprouvante, mais un formidable talent de conteur devant lequel je ne peux que m’incliner.

Il serait tentant de jeter la pierre aux parents en les accusant d’être tellement focalisés sur leurs « petits » tracas qu’ils n’ont pas vu ce qui se jouait quasiment sous leurs yeux ; mais bien malin(e) celui ou celle qui peut affirmer, en toute honnêteté, que ça n’aurait jamais pu arriver à ses propres enfants. Surtout quand, comme c’est le cas ici, l’enfant victime prend sur lui.

Amélie Antoine le dit fort justement dans son interview sur le site de l’éditeur :

La question à laquelle j’avais envie – besoin – de réfléchir, c’était celle de savoir (sans aucun jugement) comment il est possible de passer complètement à côté de la souffrance de son enfant, comment on peut penser le connaître et se rendre compte – trop tard – qu’il n’en est rien…

Et un peu plus tard dans le même entretien :

Certes, les parents Kessler et Mariani sont pris par d’autres choses, comme n’importe quels êtres humains, mais ils n’en sont pas moins aimants ou attentifs… De l’autre côté, il y a des enfants qui se taisent, qui se murent dans le silence, qui ne veulent pas déranger, pas trahir, pas se montrer faibles…

Un roman qui, contre toute attente, m’a pris aux tripes. Mais comme je suis aussi un tantinet maso sur les bords, il m’a aussi donné l’envie d’aller plus avant dans la découverte des romans d’Amélie Antoine.

MON VERDICT
Coup de poing

 
15 Commentaires

Publié par le 6 mars 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Claudine Touchemann – Le Petit Carton Blanc

AU MENU DU JOUR

C. Touchemann - Le petit carton blanc

Titre : Le Petit Carton Blanc
Auteur : Claudine Touchemann
Editeur : Auto-édition
Parution : 2013
Origine : France
418 pages

De quoi ça cause ?

Amélie est mariée et a deux jeunes enfants, mais elle cache aussi un lourd secret : 20 ans plus tôt, elle a abandonné un fils qu’elle venait de mettre au monde. Et aujourd’hui Amélie regrette d’avoir déposé une carte dans cette bicoque du passé, une carte par laquelle elle invite ce fils inconnu à la contacter.
Quand Luc, le fils abandonné, débarque dans la vie d’Amélie, c’est mû par un instinct de vengeance et de destruction…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce qu’il a été l’heureux élu d’un certain Book Club mal famé que je fréquente assidûment sans le moindre remords.
Parce que c’est un roman auto-édité et que l’auto-édition mérite le soutien (et la reconnaissance) des lecteurs.

Ma chronique

Je reconnais sans honte que j’ai abordé ce bouquin à reculons, pas franchement ma tasse de thé ce genre d’histoire, mais soyons fou, tentons le coup !

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce bouquin et moi ce ne fût pas le coup de foudre ! Les débuts ont même été plutôt laborieux (la faute à des lourdeurs de style, un abus de patois picard et à une histoire qui s’annonçait sans grande originalité). Je n’étais pas sûr de finir le roman (et encore moins de lire les deux tomes suivants, les trois constituant la trilogie Luc, Graine De Prison), mais j’ai tout de même décidé de persévérer.

Si les personnages peuvent paraître un tantinet « clichés » ils sont toutefois crédibles et plus ou moins attachants. Certes Luc est une tête à claques, mais ça ne l’empêche de balancer à la gueule de sa génitrice ses quatre vérités. Il n’en reste pas moins que j’ai souvent eu l’impression de tourner en rond (l’image qui me vient en tête est celle du serpent qui se mord la queue).

Heureusement qu’il y a Marie-Reine, la voisine au grand coeur. Toujours prête à rendre service, mais pas toujours facile à comprendre, car la bonne vivante aime s’exprimer en allégories. Des propos imagés qui demandent parfois beaucoup d’imagination pour être traduits en français facile…

Quand soudain, surgit un aigle noir… Coupez ! Je reprends.

Quand soudain, surgit Kyu le Nippon aux yeux d’émeraude. Il faut attendre le chapitre 24 (sur les 90 que compte ce roman) pour que le gars fasse son entrée sur scène. Une entrée plutôt fracassante, surtout pour Luc !

Avec l’arrivée de Kyu le roman trouve enfin cette flamme qui lui faisait défaut jusqu’alors, un second souffle salvateur qui tombe à point nommé (sans lui c’est le bouquin qui me serait tombé des mains… c’eût été dommage pour ma liseuse). Le récit prend alors une dimension initiatique, un long et difficile parcours vers la rédemption avec, à la clé, si tout se passe comme prévu, une métamorphose, pour ne pas dire une renaissance.

Il m’a fallu deux jours pour lire les 23 premiers chapitres, lecture ponctuée de nombreuses pauses. J’ai lu les 67 chapitres suivants dans le même laps de temps, ne lâchant le bouquin que pour répondre aux obligations professionnelles et personnelles.

L’intrigue est intéressante, avec un véritable enjeu à la clé. Le ton sonne juste (même si quelques lourdeurs persistent). Les personnages s’enrichissent au fil des chapitres.

Je craignais un final en forme de cliffhanger, mais il n’en est rien. Ce premier tome clôt un chapitre de l’histoire des personnages ; je ne sais pas ce qui leur réserve la suite, mais je compte bien le découvrir… Mais pas tout de suite, de nombreux titres de la rentrée littéraire 2017 me font de l’oeil, certains chahutent même déjà dans mon Stock à Lire Numérique.

Il faut dire qu’il y a du beau monde au portillon : Gilles Legardinier, Olivier Norek, Bernard Werber, Jo Nesbo, Dan Brown… et bien d’autres à venir. Devant une telle déferlante, je ne sais par où commencer.

MON VERDICT

 
5 Commentaires

Publié par le 9 octobre 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] Amélie Nothomb – Frappe-Toi Le Coeur

AU MENU DU JOUR

A. Nothomb - Frappe-toi le coeur

Titre : Frappe-Toi Le Coeur
Auteur : Amélie Nothomb
Editeur : Albin Michel
Parution : 2017
Origine : France
180 pages

De quoi ça cause ?

1971. Marie, 19 ans, est la plus jolie fille de la ville, elle le sait et se régale de la jalousie qu’elle suscite chez les autres filles de son âge. C’est d’ailleurs ce qui la pousse à sortir avec Olivier, le plus beau garçon de la ville, qui s’empresse de répondre à ses avances. Marie pensait avoir toute la vie devant elle, elle se trompait…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Pour me mettre dans le bain de la rentrée littéraire 2017 en sortant de ma zone de confort.
Parce que j’ai lu un Amélie Nothomb (Les Catilinaires) il y a fort fort fort longtemps et que, bien qu’ayant apprécié le bouquin, je n’ai jamais renouvelé l’expérience.

Ma chronique

En lisant mon pitch il serait tentant de penser que le personnage central du roman est Marie, mais il n’en est rien (même si elle occupe un rôle clé dans l’histoire). Disons qu’il est difficile de proposer un synopsis qui n’en révèle pas trop sur le contenu du roman.

J’aurais aussi pu faire un simple copier-coller de la quatrième de couverture : « Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie » Alfred de Musset.

Moins de 200 pages, soit à peine deux heures de lecture, ça peut sembler court pour faire passer des émotions, mais Amélie Nothomb parvient dès les premières lignes à toucher le lecteur en plein coeur et surtout elle maintiendra la même intensité émotionnelle jusqu’au dernier mot du roman.

La plume de l’auteur s’avère non seulement d’une redoutable efficacité, mais c’est aussi que du bonheur à lire. Sans fioritures, ni chichis, elle va à l’essentiel pour vous frapper le coeur, vous régaler les neurones et faire briller vos yeux.

Un roman dominé par de fortes personnalités féminines (par ordre d’apparition : Marie, Diane, Elisabeth et Olivia) qui aborde des thèmes forts, tels les relations mères-filles, l’amour, l’amitié, la jalousie… Court, mais intense, quitte à me répéter.

Vous suivrez ces femmes au fil des ans, de 1970 à 2007, sans jamais quitter cette ville de province. Et les hommes, vous demanderez-vous peut-être ? Grosso modo il n’y en a qu’un, Olivier. Les autres font plus ou moins office de figurants.

J’ai toujours plus de difficultés à rédiger mes chroniques quand je dois parler de romans courts. Plus encore avec celui-ci tant je ne veux surtout pas trop en dire afin de laisser aux futurs lecteurs le plaisir de la découverte. Il est des romans pour lesquels cette préoccupation est essentielle, Frappe-toi le coeur est indubitablement de ceux-ci.

Je terminerai donc en citant ces quelques vers d’Alfred de Musset :

« Ah ! frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie.
C’est là qu’est la pitié, la souffrance et l’amour ;
C’est là qu’est le rocher du désert de la vie. »

MON VERDICT

 
12 Commentaires

Publié par le 9 septembre 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Winston Groom – Only

W. Groom - OnlyLes livres se suivent et ne se ressemblent pas. Au menu du jour, Only de Winston Groom, un titre qui est arrivé dans mon Stock à Lire Numérique un peu par hasard. Un roman que je ne cherchais pas vu qu’avant de mettre la main dessus j’ignorais jusqu’à son existence, mais qui a su faire vibrer la bonne corde sensible (l’amour des animaux) et me convaincre ainsi de me laisser tenter.
C’est une panne d’essence qui vaudra à George et Alice Martin de se rendre dans cette ferme et de tomber sous le charme d’un chiot bobtail qu’ils finiront par acheter… lui sauvant sans le savoir la vie, la mère et le reste de la portée périra empoisonné par la maladresse du fermier. Only, c’est le nom qu’ils lui donneront, va changer la vie de ce jeune couple de banlieusards…
Si je vous dis Winston Groom, ça ne vous parle pas forcément, par contre si je vous dis Forrest Gump il y a de fortes chances que ça vous éveille quelque chose en vous. Avant d’être un film de Robert Zemeckis avec Tom Hanks dans le rôle-titre, Forrest Gump a été un roman signé Winston Groom. De quoi finir de balayer mes ultimes hésitations face à ce roman.
Le roman est relativement court (192 pages dans sa version papier) et se lit quasiment d’une traite. L’écriture et le style de l’auteur y sont pour beaucoup, il sait choisir les mots justes pour aller droit au coeur (j’en profite pour saluer le bon boulot du traducteur, Pierre Szczeciner, soit dit en passant).
L’auteur vous propose ni plus, ni moins, que d’entrer dans la peau d’un chien, mais pas n’importe quel chien ! Only n’en manque pas (de chien), ni de caractère soit dit entre nous (quand il ne veut pas faire quelque chose, nul ne le fera changer d’avis). D’un autre côté il faut bien s’affirmer pour essayer de comprendre les humains (et accessoirement se faire comprendre par eux).
Grosso modo (et surtout sans vouloir spoiler inutilement) le bouquin se divise en deux parties, dans un premier temps vous suivrez le quotidien d’Only chez les Martin, jusqu’au jour où notre cher cabot décidera d’aller voir ailleurs. Un ailleurs qui ne sera pas toujours de tout repos pour un chien habitué à son confort…
De la littérature feel good à quatre pattes qui fait mouche ; en suivant le périple d’Only vous passerez par toute la gamme des émotions. Et c’est sans doute avec une pointe de regrets que vous refermerez ce roman et quitterez ce chien pas tout à fait comme les autres.

MON VERDICT

 
7 Commentaires

Publié par le 5 juillet 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Jay Asher – 13 Reasons Why (Treize Raisons)

J. Asher - 13 reasons whyC’est un peu par hasard que le bouquin 13 Reasons Why de Jay Asher est arrivé entre mes mains, la série TV du même nom titillait ma curiosité depuis déjà quelques temps, quand j’ai appris qu’à la base il s’agissait d’un roman j’ai opté pour la lecture avant un éventuel visionnage.
En rentrant des cours Clay Jensen, un lycéen, découvre un paquet à son nom, mais sans informations sur l’expéditeur. A l’intérieur, sept cassettes audio dont les faces sont numérotées de 1 à 13 (la face B de la dernière cassette est vierge). Quand il lance la première cassette, il est surpris d’entendre la voix d’Hannah Baker, une lycéenne qui s’est récemment suicidée. La consigne est simple, écouter les cassettes et les envoyer à la personne suivante, faute de quoi les enregistrements seront rendus publics. Sur chaque enregistrement, Hannah désigne une personne et explique en quoi celle-ci est en partie responsable de son geste…
Publié en 2007 aux Etats-Unis, le roman devra attendre 2010 pour être disponible en français sous le titre 13 Raisons, cette version rebaptisée du même nom que la série TV est une réédition de 2017 visant uniquement à surfer sur le succès de la série.
Viser un public ado (n’y voyez rien de péjoratif, c’est l’auteur lui-même qui le revendique) avec un roman ayant pour thème central le suicide des jeunes (une bien triste réalité, inutile de vouloir se voiler la face) est un choix audacieux. De quoi leur filer le bourdon, d’autant plus que l’on sait pertinemment, dès les premières pages, que Hannah va aller jusqu’au bout de son geste… et ne va pas se rater.
Le récit alterne entre le témoignage audio de Hannah et les réactions de Clay, et la grande question qui ne cessera de le turlupiner (et nous aussi au passage) : pourquoi est-il sur cette liste ? Patience… la réponse viendra en temps et en heure.
Le risque avec ce genre de récit est principalement de sombrer dans un excès de pathos, l’idée n’est pas de pousser le lecteur à se jeter sous les roues d’un camion-citerne avant d’avoir refermé le bouquin (ni même après). Jay Asher a évité cet écueil en adoptant le ton juste dans sa narration, certes la lecture n’est pas un franc moment de rigolade (outre le suicide, l’auteur évoque aussi le viol et le harcèlement en milieu scolaire), elle saura vous toucher sans pour autant vous faire broyer du noir.
Bien que n’étant plus ado depuis fort fort fort longtemps j’ai beaucoup aimé ce roman, nul doute que si je l’avais commencé pendant mes congés je l’aurai dévoré d’une traite, mais bon deux jours pour le lire ce n’est déjà pas si mal comme délai.
Imaginez-vous à la place de ce brave Clay, une personne que vous connaissez (sans vraiment la connaître) se suicide et vous envoie des enregistrements dans lesquels elle désigne ceux et celles qui l’ont poussé à commettre l’irréparable… et vous faites partie de ces personnes ! Non seulement vous découvrez la souffrance de la victime, mais vous connaissez désormais ceux qui en sont responsables et pourquoi. Ca ne doit pas être simple de continuer à les regarder sans un certain ressentiment et une pointe de culpabilité.
Prise isolément certaines de ces « raisons » peuvent paraître futiles ou anodines, au pire une mauvaise plaisanterie ; mais ce serait faire abstraction de l’effet boule de neige. Ces petits riens du tout mis bout à bout finissent par faire un grand quelque chose.
Une lecture qui m’a donné envie de découvrir la série TV si l’occasion se présente, mais il y a quand même un truc qui me laisse perplexe à propos de la série : pourquoi une deuxième saison ? D’après ce que j’ai lu la saison une se termine sur la dernière cassette, je ne vois pas bien l’intérêt de proposer une suite… à part bien entendu l’appât du gain !

MON VERDICT

 
18 Commentaires

Publié par le 14 juin 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Marc Levy – La Dernière Des Stanfield

M. Levy - La dernière des StanfieldChose promise, chose due, je ne pouvais pas passer à côté du cru 2017 façon Marc Levy, La Dernière Des Stanfield. Place donc à ma chronique et à mon verdict du classico littéraire 2017.
Eleanor-Rigby, résidente de la banlieue londonienne, reçoit une lettre anonyme lui révélant que sa mère, décédée l’an dernier, aurait pris part à un crime il y a plus de 30 ans. Si elle souhaite en savoir plus, elle doit se rendre à Baltimore. D’abord dubitative, la jeune femme finit par céder à la curiosité et s’envole pour les Etats-Unis…
Avec ce nouveau roman Marc Levy vous invite au voyage, non seulement dans l’espace (l’aventure débute à Londres, mais se poursuivra aux Etats-Unis, au Québec et même en France) mais aussi dans le temps de 1944 (au coeur de la résistance française en compagnie de Robert et Hanna) à nos jours (avec l’enquête de nos héros Eleanor-Rigby et Georges-Harrison) en passant par l’année 1980 qui scellera le destin de Sally-Ann (la mère d’Eleanor-Rigby) et de May (la mère de Georges-Harrison).
Difficile de résister à des compagnons de voyage tels que Eleanor-Rigby et Georges-Harrison (un double hommage aux Beatles au cas où cela aurait échappé à certains lecteurs). Nos deux héros vont devoir fouiner dans les secrets de familles et les non-dits afin de découvrir la vérité sur le passé de leurs mères.
Si elles réservent bien des surprises à leur progéniture, Sally-Ann et May offrent aux lecteurs deux fortes personnalités au parcours étonnant. J’avoue sans complexe que c’est en leur compagnie que j’ai passé les meilleurs moments de ce roman.
J’ai nettement moins adhéré aux personnages de Robert et Hanna, surtout après-guerre lorsque le nom des Stanfield est réhabilité sur la base d’un mensonge. C’est d’ailleurs ce mensonge qui sera la clé de voute de l’intrigue.
Les personnages secondaires ne sont pas non plus laissés pour compte, je pense notamment à la famille de Eleanor-Rigby, entre un père un peu loufoque, une soeur caractérielle et un frère jumeau légèrement autiste, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Que du bonheur !
L’intrigue est rondement menée par Marc Levy et fait mouche autant par sa construction que par sa narration, difficile de lâcher le bouquin une fois que vous aurez mordu à l’hameçon. Si vous espérez une enquête qui jouera avec vos nerfs et un suspense digne des maîtres du genre, alors passez votre chemin ; on devine les tenants et les aboutissants bien avant que les personnages ne les découvrent eux-mêmes. Pour ma part cela ne m’a pas empêché d’apprécier pleinement ce bouquin, en ouvrant un titre de Musso ou Levy je sais que je ne trouverai pas une ambiance à la Chattam ou Thilliez, et je m’en accommode fort bien.
Voici venu le temps, de l’île aux enfants… oups, je m’égare (et ça ne me rajeunit pas soit dit en passant). Voici venu le temps du verdict ; qui sera le grand vainqueur de ce classico 2017 ? Un choix difficile, car les deux auteurs ont placé la barre haut cette année ; pour la qualité » du travail sur les personnages, j’accorderai toutefois un léger avantage (et donc le titre) à Marc Levy.

MON VERDICT

 
22 Commentaires

Publié par le 3 mai 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Marcus Malte – Le Garçon

M. Malte - Le GarçonAu vu des nombreuses critiques élogieuses lues çà et là je me suis dit que je passais peut être à côté de quelque chose en évitant Le Garçon de Marcus Malte, lauréat du prix Fémina 2016. Du coup, sortant de ma zone de confort, je me suis lancé, confiant.
1908, sud-est de la France. A la mort de sa mère, le garçon quitte leur cabane coupée du monde et se lance vers l’inconnu, vers ses semblables, les humains. Le garçon espère ainsi pouvoir être accepté comme l’un des leurs, au fil des rencontres il va de découvertes en découvertes, parfois heureuses, parfois malheureuses…
Est-ce que ma voix se joindra à celles, déjà nombreuses, qui sont déjà acquise à la cause de ce garçon ? Sans la moindre hésitation la réponse est un OUI franc et massif. Ce n’est pas une perle, pas davantage un bijou mais plutôt une véritable corne d’abondance émotionnelle, une magnificence littéraire !
Ce livre est tout bonnement exceptionnel, par son histoire autant que par son écriture. Une histoire magnifique, parfois heureuse, parfois tragique (attendez vous à en prendre plein les mirettes passant du rire aux larmes) servie par une écriture et un style parfaitement maîtrisés (j’ai été littéralement transporté par les mots de l’auteur, de la première à la dernière phrase, bercé par leur sourde mélodie). Une histoire qui se déguste plus qu’elle ne se dévore, prenez le temps d’apprécier toute la richesse de ce texte, de vivre pleinement chacune des émotions qui fera vibrer votre coeur et votre âme. Je détourne volontiers le propos du philosophe américain Henry D. Thoreau qui clamait : « Je voulais vivre intensément et sucer la moelle secrète de la vie. » pour affirmer : « Je voulais lire intensément et sucer la moelle secrète de ce livre. » (n’y voyez aucun sous entendu grivois).
Une histoire portée par un garçon pas comme les autres, unique et universel à la fois : « Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. » Comme notre garçon n’est pas un grand bavard il fallait bien quelqu’un pour nous raconter son histoire, et ce quelqu’un est justement le narrateur (on pourrait même dire le conteur) qui se place en spectateur-voyeur afin de mettre les mots les plus justes sur ce que vit, voit et ressent le garçon.
Le récit est divisé en cinq parties comme autant d’étapes majeures (et de rencontres) qui jalonneront la vie du garçon. Dans un paisible hameau provençal, le garçon côtoiera sa poignée d’habitants et fera de son mieux pour s’intégrer et se faire accepter comme l’un des leurs.
Quand il reprendra la route son périple lui fera croiser celle de Brabek, l’Ogre des Carpates, un lutteur de foire, qui deviendra un véritable ami. Un ami disert qui lui livrera une leçon de vie ô combien utile (et malheureusement intemporelle) : « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Belle rencontre avec un personnage hors du commun, gros coup de coeur pour cet ogre philosophe.
L’année suivante sera celle de la rencontre (percutante) avec Emma et son père Gustave. Emma qui le considérera longtemps comme le petit frère qu’elle n’a jamais eu, et Gustave qui en fera son fils adoptif. C’est Emma qui le baptisera Félix et lui fera découvrir la musique.
Le garçon ne se fera pas prier pour suivre Emma et Gustave à Paris, poursuivant ainsi son apprentissage du monde des Arts (musique et littérature avec Emma) et de la science (avec Gustave). De fil en aiguille la complicité qui lie Emma et le garçon va évoluer vers d’autres sphères… à la découverte d’autres plaisirs. C’est ensemble qu’ils découvriront l’amour charnel : « Par terre un tapis bicentenaire qui couvrit jadis le sol de la chambre à coucher d’une lointaine aïeule flamande. Lourd, épais, profond comme l’humus des forêts, aux motifs de roses et de feuilles d’acanthe, aux couleurs éteintes. C’est là-dessus, par crainte des grincements du sommier, que se joue l’hymne à l’hymen. Soupirs et point d’orgue. Non, ils ne rêvent plus. C’est vrai. Anges et démons sont incarnés et leurs ombres se meuvent, rampent, s’entremêlent au ras du sol dans toute leur splendide nudité. Au matin une fleur nouvelle, éclose, étale ses pétales écarlates au milieu des vieilles roses de l’aïeule. » Un amour aussi passionné que fusionnel : « Elle dit des choses comme Prends-moi. Écarte-moi. Fends-moi. Transperce-moi. Mange-moi. Inonde-moi. Et il prend et fend et mange, et il en rajoute à sa guise sans qu’elle le lui demande. » L’occasion pour les deux amants d’explorer une autre facette de la littérature.
Puis il y a la guerre, une guerre qui va séparer les deux amants, une guerre qui va mener le garçon aux confins de l’horreur et de l’ignominie. Une guerre que le narrateur nous balance en pleine gueule dans toute sa cruauté et toute sa crudité (rien à voir avec les carottes râpées), mais aussi et surtout dans son absolue absurdité. Soyons fou, osons le dire haut et faut : la guerre dans son incommensurable connerie !
Il y a la guerre puis il y a l’après, mais quel après ? Pour le garçon ? Pour les amants ? Si vous voulez le savoir il vous faudra lire Le Garçon, pour ma part j’estime en avoir assez dit.
D’ores et déjà je peux affirmer que Le Garçon sera LE livre de l’année 2016. Certes l’année n’est pas finie et j’espère bien avoir d’autres coups de coeur d’ici au 31 décembre mais je suis convaincu qu’aucun ne sera aussi intense que celui-ci. Immense coup de coeur et coup de foudre pour ce garçon (voilà bien une phrase que je ne pensais jamais dire… et encore moins écrire).

MON VERDICT
jd5Coup double

Ce qu’en ont pensé mes blog potes (par ordre de publication) :
Gruz
Stelphique
Collectif Polar
Belette
Nathalie

PS : un petit jeu pour finir.
Ouvrez votre livre au premier chapitre de la partie 1914-1916, lisez attentivement ce chapitre et dessinez l’arbre généalogique qui relie tout ce beau monde.
Vous avez quatre heures !
PPS : m’étonnerait pas qu’il y ait quelques consanguins dans tout ce merdier.

 
25 Commentaires

Publié par le 21 novembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

[BOUQUINS] Didier Van Cauwelaert – Jules

D. Van Cauwelaert - JulesCa faisait déjà un long moment que Jules, le roman de Didier Van Cauwelaert, me faisait de l’oeil des tréfonds de mon Stock à Lire Numérique, mais à chaque fois j’ai reporté à plus tard, priorisant d’autres lectures. Comme tout vient à point à qui sait attendre parait-il, ce « plus tard » est enfin devenu maintenant.
Quatrième de couv’ : À trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Et en plus on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur.
Jules fait partie de ces romans qui font du bien par où ils passent, c’est un véritable concentré de bonne humeur qui réchauffe le coeur et l’âme. Qui plus est pour moi ça tombe pile poil quand j’avais justement besoin de ça. Je me suis régalé en compagnie de Jules, un chien qui ne manque pas de ressources, ni de roublardise.
Les chapitres alternent entre les points de vue de Zibal et d’Alice avec bien entendu l’omniprésence du labrador (même quand il n’est pas physiquement présent, il reste au coeur du récit). Deux personnages attachants même si de prime abord j’ai eu un peu de mal à trouver Alice sympathique, je l’ai trouvé quelque peu hautaine avant de réaliser que le rempart qu’elle dresse autour d’elle était sa façon de se protéger. Un récit plein de légèreté certes, mais aussi profondément humain, qui se lit quasiment d’une traite (288 pages dans sa version papier), un sourire béat aux lèvres.
Pour le suspense on repassera, on se doute bien vite de ce qu’il va advenir de Zibal et Alice, la romance tendance fleur bleue est de toutes façon accessoire dans ce bouquin ; sous cette apparente légèreté l’auteur rend un brillant hommage aux chiens guides d’aveugle. Du coup on pardonne tout à Jules, même la totale improbabilité de certaines de ses réactions. On s’en fout, on est là pour faire le plein de bonne humeur et à ce titre le contrat est rempli.
Au risque d’enfoncer des portes ouvertes je tiens à signaler que c’est bien Jules le véritable héros de cette histoire, sans lui le bouquin ne vaudrait pas tripette. Grâce à lui ce qui pourrait n’être qu’une comédie romantique un peu mièvre gagne en profondeur (et en bonne humeur). Au final j’ai trouvé en ce bouquin un agréable divertissement ; entre deux thrillers ça fait parfois du bien de faire un break plus léger.

MON VERDICT
jd3d

 
1 commentaire

Publié par le 30 juin 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,