RSS

Archives de Tag: Nouvelles

(BOUQUINS] Stephen King – Si Ça Saigne

AU MENU DU JOUR

S. King - Si ça saigne
Titre : Si Ça Saigne
Auteur : Stephen King
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2021
Origine : Etats-Unis (2020)
464 pages

De quoi ça cause ?

Recueil de quatre nouvelles inédites.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Stephen King et qu’il maîtrise à la perfection l’art de la nouvelle.

Ma Chronique

Quatre nouvelles sur plus de 460 pages, inutile de vous préciser que ça fait de longues nouvelles, la plus longue (presque la moitié du bouquin à elle seule) étant celle qui a donné le titre au recueil et qui nous offre l’occasion de retrouver Holly Gibney (on a fait sa connaissance alors qu’elle était l’adjointe de Bill Hodges dans la trilogie Mr Mercedes, avant de la retrouver à la tête de sa propre agence dans L’Outsider).

La première nouvelle, Le téléphone de M. Harrigan, nous narre une belle histoire d’amitié intergénérationnelle et ses suites. Si j’ai beaucoup aimé les personnages, l’intrigue ne m’a pas emballé outre mesure. Au risque de faire un jeu de mot pourri je l’ai trouvée un peu trop téléphonée…

On enchaîne ensuite avec La vie de Chuck, comme son nom l’indique on va découvrir la vie de Charles ‘Chuck’ Krantz à travers trois moments phares de son existence. L’originalité est dans le choix d’une narration antéchronologique (on commence par la fin pour revenir progressivement au début). Autre élément d’importance dans ce récit, au cours de l’acte III, nous assistons non seulement aux derniers jours de Chuck, mais aussi à ceux de l’humanité.

Arrive enfin Si ça saigne, suite du roman L’Outsider et qui nous permet donc de retrouver Holly Gibney confrontée à un nouvel outsider. Un plaisir de retrouver Holly Gibney (et quelques autres personnages déjà croisés dans la trilogie Mr Mercedes) mais j’avoue que j’ai trouvé que l’intrigue manquait d’un petit je ne sais quoi pour que la sauce prenne totalement.

Avec Rat, Stephen King aborde un sujet qui lui est cher puisqu’il est question (entre autres) du rapport entre un auteur et son œuvre (et plus particulièrement du processus créatif). Drew Larson, modeste écrivain en mal d’inspiration, a subitement une idée qu’il pourrait transformer en roman. Pour lancer son histoire, il quitte femme et enfants pour s’isoler quelques semaines dans le chalet familial. À défaut d’une grande originalité sur le fond, j’ai bien aimé la forme. Sans la moindre hésitation c’est à cette dernière nouvelle qu’ira ma préférence dans le présent recueil.

Un recueil qui ne m’a que moyennement séduit, je tiens toutefois à préciser que mon avis se base en partie sur ce que je sais pouvoir attendre du King novelliste ; pour moi il n’a clairement pas été des plus inspiré sur ce coup. Il n’en reste pas moins que globalement les nouvelles sont de très bonne qualité, nul doute que si elles n’avaient pas été signées Stephen King mon ressenti aurait été nettement plus enthousiaste… ou pas, je n’aurais sans doute pas été tenté par un recueil de nouvelles écrites par un auteur que je ne connais pas. Et puis il faut bien reconnaître que l’on retrouve la griffe du King dans chacun de ces quatre récits.

MON VERDICT

 
9 Commentaires

Publié par le 23 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Stephen King – Le Bazar Des Mauvais Rêves

S. KIng - Le bazar des mauvais rêvesQuand j’ai appris qu’un nouveau Stephen King était annoncé j’ai tout de suite pensé au dernier opus de la trilogie Bill Hodges mais rapidement j’ai déchanté (en partie, faut pas déconner on parle du King quand même) en découvrant qu’il s’agissait d’un recueil de nouvelles, Le Bazar Des Mauvais Rêves.
Sur les vingt nouvelles proposées j’en connaissais quatre, deux via une VF officielle (Sale Gosse et A La Dure) et deux en fan-trad (Mile 81 et Billy Barrage). L’occasion d’ailleurs de constater que les fan-trad étaient d’excellente facture, mais sans non plus parvenir à réaliser l’impossible. D’un côté j’avais apprécié Mile 81, je l’ai redécouvert avec plaisir ; de l’autre j’avais trouvé Billy Barrage profondément chiant, je l’ai survolé à nouveau (et en diagonale) avec exactement le même ressenti.
Comme souvent, pour ne pas dire toujours, en présence d’un recueil de nouvelles on a du bon et du moins bon, ce Bazar ne déroge pas à la règle. Ceci dit je ne suis sans doute pas le meilleur public pour ce genre de bouquin, je reste en effet assez peu réceptif aux nouvelles… mais je reconnais volontiers que Stephen King excelle dans cet exercice. Avec ce recueil il confirme cette totale maîtrise, n’hésitant pas à mélanger les genres et mêmes les styles narratifs. On découvrira même deux poèmes de l’auteur… sur ce dernier point je confirme ce que lui même reconnais volontiers : la poésie n’est pas son point fort !
La véritable force de ce recueil tient davantage dans la forme que dans le fond. Stephen King se livre en effet à un « presque échange » avec les lecteurs. Outre une introduction en forme de déclaration d’amour à la nouvelle, chaque titre est précédé d’un texte de présentation plus ou moins long. Ca donne un côté intimiste à l’ensemble.
Un King nouvelliste égal à lui même qui devrait réussir à surprendre même ses fans les plus assidus. Je ne vous livrerai pas une chronique détaillée de chacune des nouvelles, globalement j’ai passé un agréable moment en compagnie de Stephen King (hormis avec Billy Barrage mais ça c’est surtout parce que je suis totalement hermétique au baseball), certaines nouvelles peuvent même se targuer de flirter avec l’excellence (je pense notamment à Ur, Morale, La Dune, Nécro et d’autres encore). J’espérais un recueil qui me ferait oublier le très moyen Nuit Noire, Etoiles Mortes, j’ai été servi au-delà de toute espérance (et je ne m’en plaindrais pas).
A noter que la version poche devrait compter un titre de plus si l’éditeur suit son homologue américain.

MON VERDICT
jd4

 
8 Commentaires

Publié par le 31 octobre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

Des nouvelles… Qui veut des nouvelles ?

Pondre une chronique sur une nouvelle est toujours, pour moi, un exercice délicat, du coup j’essaye de faire des posts groupés, même quand, comme c’est le cas ici, les deux titres n’ont pas grand chose en commun. Au menu de ce post, Caryl Férey (Les Nuits De San Francisco) et Stephen King (A La Dure) ; ça pourrait être pire…

C. Férey - Les Nuits De San Francisco

Commençons par le cas Caryl Férey, N’y voyez là aucun chauvinisme de ma part j’ai simplement procédé à un choix alphabétique. Il vous en coûtera moins de 9 € pour parcourir 127 pages qui vous feront visiter les USA de la crise et des paumés.
Sam, un indien déraciné, croise la route, après moults dérives, de Jane, une handicapée qui semble tout aussi paumée que lui. Une nuit pas tout à fait comme les autres pour deux âmes perdues au coeur de San Francisco…
Que dire de cette nouvelle ? Noir c’est noir (tiens ça me rappelle quelque chose)… Bon pour la légèreté on repassera. Caryl Férey est égal à lui même, une plume implacable pour nous dépeindre la dérive, la souffrance et la mort. Pas vraiment le rêve américain tel qu’on se l’imagine…
Sam, le résigné et Jane, l’écorchée vive parfois aigrie (mais elle de quoi l’être), deux personnalités totalement différentes et deux parcours tout aussi opposés, leur point commun : les galères et le ras-le-bol. Envie de s’en sortir ? Peut être… Plus certainement d’en finir ! Sauf que merde nous on voudrait bien voir un peu de bonheur éclairer leur avenir ; et l’auteur lui, qu’est-ce qu’il leur réserve ? Ne comptez pas sur moi pour répondre à cette question.
Le récit se divise en deux parties, une pour chacun de ses anti-héros, d’abord leur parcours personnel, puis leur rencontre vécue à travers chacun. Rappelez vous que les deux personnages ne se ressemblent pas, donc ils vivront et interpréteront cette rencontre chacun à sa façon.
Le récit se lit d’une traite mais il ne manquera de vous vriller les tripes, une claque ! Une plus pour le Lord Masochist !!!

S. King - A La Dure

Cette nouvelle a été intégrée dans l’édition poche du recueil Nuits Noires, Etoiles Mortes (ce fut aussi le cas lors des sorties américaines et britanniques du recueil), n’ayant aucunement l’intention de raquer deux fois pour le même bouquin je me suis rabattu sur sa version numérique (moins de 1 € pour 27 pages).
Suite à un cauchemar récurrent Brad Franklin se réveille silencieusement afin de laisser sa femme, Ellen, dormir étant donné qu’elle a besoin de repos pour récupérer d’une bronchite. Il commence alors sa routine quotidienne en essayant d’oublier ce mauvais rêve…
La nouvelle faisant moins de trente pages n’espérez pas que je vais m’épancher encore et encore dessus. Pour faire simple on va dire qu’elle s’intègre parfaitement au recueil, dommage même que l’auteur ne l’ait pas incluse dès le départ. On retrouve un type ordinaire face à une situation qui le dépasse.
Toutefois comme le reste du recueil je me contenterai d’une lecture agréable sans être transcendante ; on a connu mieux venant du King, mais aussi du moins bien (jamais rencontré de franchement mauvais).

 
13 Commentaires

Publié par le 16 juin 2014 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Frank Bill – Chiennes De Vies

F. Bill - Chiennes De ViesJe ne connaissais ni l’auteur, ni le bouquin, et pourtant le voilà propulsé dans les sommets de mon Stock à Lire Numérique ; à qui la faute ? Une certaine Belette Cannibale qui sévit en Belgique (elle devrait renommer son blog, l’île de la tentatrice) ! Pfff comme si je n’avais pas assez de bouquins en attente… De quoi que je cause ? Bin c’est écrit dans le titre et en plus y’a l’image juste là (←) ; t’es con ou quoi ? Ca s’appelle Chiennes De Vies et c’est le premier bouquin de Frank Bill.
Sous-titré Chroniques Du Sud De L’Indiana, ce recueil propose 17 nouvelles, des textes courts mais intenses et percutants, écrits au noir de chez noir avec une bonne dose de vitriol. On est bien loin du Guide du Routard, n’espérez pas apprendre à pêcher le poisson-chat ou à chasser le raton-laveur, nope vraiment pas de quoi nous donner envie de faire un détour par l’Indiana… Bienvenue au pays des rednecks !
La mise en bouche, avec trois nouvelles qui tournent autour du Clan des Hill (que l’on retrouvera çà et là au fil des récits), vous mettront de suite dans l’ambiance. Drogue, sexe et hémoglobine à gogo. Le ton est donné et le reste n’apportera pas franchement un rayon de soleil dans les ténèbres de l’âme humaine (parfois une faible lueur d’espoir). Buveurs de lait-fraise passez votre chemin, ici ça carbure au bourbon et à la meth.
Ces 17 nouvelles dressent une galerie de portraits unique en son genre (certains personnages apparaissent dans plusieurs nouvelles). Parfois des types attachants, parfois des salopards de la pire engeance. Des textes malheureusement bel et bien ancrés dans la réalité, la plume de l’auteur, trempée dans le vitriol, est, à ce titre, d’une redoutable efficacité.
Le souci avec les recueils de nouvelles tient parfois à leur qualité souvent inégale, ici aucune fausse note (et pourtant je ne suis généralement pas fan des nouvelles… sauf quand elles sont signées Stephen King). La même noirceur et la justesse habite chacun de ces textes, chacune de ces tranches de vies démolies. Ouais parfois la vie est une chienne, en l’occurrence l’auteur nous sert 17 tranches de vies bien boucanées ; à chaque fois il fait mouche et réussit à nous surprendre.
Frank Bill nous dresse un portrait sans concession (mais heureusement non exhaustif… enfin je l’espère) d’une région qu’il connaît bien, puisque il y vit. Force est de reconnaître qu’il a bien la gueule de l’emploi avec sa barbe fournie et sa chemise de bûcheron (et la carrure qui va avec).
Je m’attendais à du lourd, je n’étais pas été déçu ; il ne me reste plus qu’à me plonger dans Donnybrook, le premier roman de l’auteur (les lecteurs du présent recueil devineront de quoi il retourne) ; mais avant ça on va prendre le temps de souffler un peu, après 17 claques dans la gueule faut un temps de récupération avant de remonter sur le ring. Nan la Belette décidément je ne te remercie pas, deux pour le prix de… deux ! (nan j’déconne, merci pour cette découverte).

 
19 Commentaires

Publié par le 16 juin 2014 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[NO COMMENT] Gueule De Bois

Je ne résiste pas à l’envie de partager ce texte trouvé sur le Net… Pour lecteurs avertis !

GUEULE DE BOIS

J’ouvre les yeux et regarde autour de moi. Pendant trois secondes de gloire, je me sens parfaitement bien. Mais la sensation me quitte aussi vite qu’elle est venue.
Bordel. Pourquoi est-ce que j’ai picolé autant hier soir ? J’ai la tête qui tourne. Quelle heure est-il ?
En sortant de ma chambre, je déambule tant bien que mal le long du couloir. Les toilettes. Je rends hommage au dieu faïence. Après m’être lavé les mains, je retourne dans la chambre. C’est en retombant sur mon lit que je réalise.
Merde. MERDE. Les parents viennent dîner ce soir et mon ex dépose mon fils à 10h.
Je plonge la main dans mon sac pour attraper mon téléphone. 9h43. Je me dirige vers la cuisine, je sors la dinde du congélo et mets le four à préchauffer. Mes parents savent que je suis une cuisinière déplorable, mais il faut bien que je leur prouve aussi que je ne sers pas complètement à rien.
Mais merde, qu’est-ce qui s’est passé hier soir ? Raquel et moi sommes allées au Gingerman. Ça j’en suis certaine. Kyle et Chris nous ont rejointes. Ils nous ont payé tournées sur tournées de tequila. Putain de tequila. J’ouvre mon sac et prends mon paquet de cigarettes. Vide. Évidemment, fait chier. Ensuite on est allé à l’Evil Olive. À l’Olive ? À moins que ce soit l’Hasted ? Putain le trou. Mais bordel pourquoi j’ai pris de la coke hier soir ?
La sonnette. J’avale un tic-tac et vais ouvrir.
Mon bébé je t’aime tellement, mais par pitié, ne sois pas d’humeur gueularde aujourd’hui. Cette nuit, pour oublier, Maman a pris une quantité insensée de drogue et d’alcool.
J’ouvre la porte à mon ex et à mon magnifique bébé.
“Oh ce que tu m’as manqué mon p’tit chéri !” J’arrache mon fils des bras de son père et lui caresse le cou du bout de mon nez. Puis je l’emmitoufle fermement dans sa couverture blanche en laine crochetée.
“Je reviendrai mardi à 10h. Au revoir fiston.” Mon ex embrasse son fils sur le front et disparaît dans la cage d’escalier.
Putain je suis décalquée. Peut-être que je devrais annuler le dîner. Non, je peux pas faire ça. Ils sont probablement déjà en route. Bon, au moins mon bébé est endormi. Dieu merci.
Ma gorge est subitement envahie par mes erreurs de la nuit dernière. Je pose mon bébé et me précipite aux chiottes. Au point où en sont les choses, ce n’est plus qu’un jus jaunâtre qui me brûle la gorge, mais bon, vaut mieux que ce soit dehors que dedans, hein ? Je me passe le visage sous l’eau. Le téléphone sonne.
“Salut Jess. On sera un peu en avance, on devrait arriver dans deux heures environ. J’espère que ça te pose pas de souci. Qu’est-ce que tu nous prépares de bon ?”
“Salut m’man. Non c’est bon, pas de problème.” Mais oui, c’est un putain de problème. Rien n’est prêt. “Ce soir on mange de la dinde. Prenez votre temps. Appelez quand vous arrivez dans le coin. Bisous.”
Tout ce que je veux c’est dormir. Prendre de l’Advil et dormir. Je savais que j’aurais pas dû sortir hier soir. J’espère que Raquel est bien rentrée chez elle. Comment je suis rentrée, moi, d’ailleurs ..?
J’ai une montée de migraine en puissance au moment où j’enfourne la dinde. Deux heures. J’ai le temps de faire une petite sieste d’une demi-heure avant de tout préparer. Je porte mon fils alors profondément endormi jusqu’à sa chambre pour le coucher dans son berceau. Je vacille vers mon lit, je sors mon casque, me mets un bon Radiohead bien posé dans les oreilles, puis je décolle.
Là je fais un rêve super étrange. On frappe à ma porte. Deux policiers. Ils m’annoncent que Raquel a été tuée hier soir et qu’ils ont besoin de moi au poste. Des heures d’interrogatoire. Ils ont trouvé mes empreintes sur ses cuisses et sa poitrine ainsi que des traces de mon rouge à lèvres dans son cou. Elle a été empalée, une barre enfoncée dans son vagin jusqu’au travers de sa tête. Ils me montrent le corps.
Je me réveille au retentissement de la sonnette. Je regarde mon téléphone. Cinq appels manqués. 15h. Merde !
J’ouvre la porte.
Je bredouille. “Mon Dieu je suis vraiment désolée. J’ai passé une nuit difficile et… “
“C’est pas grave ma chérie, on a été jeunes nous aussi. Je vois que la dinde est en train de cuire. Je peux commencer à préparer les pommes de terre.”
“Merci Maman.” Je l’embrasse sur la joue et prends mon père dans les bras.
“Bien, où est ce beau bébé ?” demande mon père.
“Là il dort mais je suis sûre qu’il adorerait voir son grand-père.”
Pendant que mes parents enlèvent leur manteau, j’attrape deux Advil dans le placard et les avale tout rond.
“Viens, p’pa.”
Ne plus se mettre de mine la veille d’une visite des parents. Je suis dans un état lamentable.
J’ouvre la porte et allume la lumière de la chambre de mon fils. Mon père accourt tout sourire au-dessus du berceau et tire la couverture.
“Jess, pourquoi y a une dinde dans le berceau ?”

Version originale signée HeadsOnSticks et publiée sur Reddit
Traduction proposée par erverg sur le forum de la Team AlexandriZ

 
6 Commentaires

Publié par le 13 juillet 2013 dans No comment

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Tir groupé sur les nouvelles…

D’habitude je ne chronique pas les nouvelles (hors recueil bien entendu) mais comme j’en avais trois sous le coude, et une quatrième que j’avais (in)justement passé sous silence, je me suis dit que ça valait peut être le coup de déroger à la règle en proposant un post groupé. Du coup je vous offre quatre courtes critiques (forcément s’agissant de nouvelles je suis moins prolixe que pour un roman).

4 nouvelles
Pierre Lemaitre – Les Grands Moyens

Lue dans le cadre de mon challenge 100% polar cette nouvelle nous propose de suivre le commandant Verhoeven et son équipe aux prises avec un poseur de bombe inhabituel, en effet l’homme se rend après son premier attentat, mais son arrestation n’est que le début d’une course contre la montre pour le moins explosive…
Chronologiquement cette nouvelle s’insère entre Alex et Sacrifices. Diffusée gratuitement sous forme de feuilleton (un épisode par jour) par Smartnovel j’ai attendu d’avoir l’intégrale avant de regrouper le tout en un seul fichier epub et de me plonger dans sa lecture. Si je devais résumer cette nouvelle en trois mots je dirai simplement : court mais efficace (comme quoi ce n’est pas la longueur qui importe mais la qualité… Bon OK long et bon c’est pas mal aussi). L’auteur parvient, en quelques pages, à nous scotcher et à nous surprendre (même si la fin est quelque peu prévisible).

Franck Thilliez – Le Grand Voyage

Proposée dans la collection Les Petits Polars Du Monde (le journal, Le Monde) cette courte nouvelle de Franck Thilliez démarre fort, Peter Anderson, citoyen américain sans histoire, se suicide après avoir buté sa femme et ses deux enfants ; comment et pourquoi en est-il arrivé là ? Tout a commencé 15 jours plus tôt sur un paquebot…
Franck Thilliez maîtrise à merveille les situations de huis-clos oppressants et cette fois encore, à bord d’un paquebot de croisière, il installe une ambiance aussi lourde que mortelle. On devine rapidement ce qui se passe à bord du navire à l’arrêt mais le lien avec le cas de Peter Anderson est plus complexe vu qu’il n’était pas à bord. Ce n’est qu’à la toute fin du récit que l’on apprend le pourquoi du comment de son acte ; et quelle fin magistrale ! Court mais intense.
Il va falloir que je commande le coffret proposé par Le Monde, regroupant treize nouvelles inédites écrites par de grands noms du polar français, à 29,5 € ce n’est pas donné mais la présentation est sympa et ça devrait promettre quelques heures de lectures captivantes (en plus de découvrir des auteurs que je ne connais pas).

Frédéric Mars – Le Livre Qui Rend Dingue

Des quatres nouvelles présentées ici c’est la seule qui ne soit pas un thriller, Frédéric Mars et les éditions StoryLab (dont le deal est de proposer des bouquins au format numérique qui se lisent en moins d’une heure) nous livrent un petit bijou du genre OLNI (Objet Littéraire Non Identifié). Imaginez que LE meilleur best-seller de tous les temps, unanimement salué par le public et la critique, provoque des effets secondaires plutôt inattendus chez bon nombre de lecteurs…
L’auteur ne se contente pas de nous offrir quelques pages drolatiques (pour ne pas dire totalement décalées), il balance sans vergogne sur le monde de l’édition, les auteurs et les éditeurs en prennent pour leur grade… Et aussi, un peu, les lecteurs. C’est parfois acide mais toujours traité avec humour et de façon intelligente. De fait la lecture est non seulement divertissante mais aussi franchement agréable. Pari réussi pour StoryLab et Frédéric Mars, ça se lit d’une traite en moins d’une heure, et on se régale du début à la fin. En trois mots : court et décapant !

Franck Thilliez & Laurent Scalese – L’Encre Et Le Sang

Encore Franck Thilliez mais cette fois Laurent Scalese s’est joint à lui pour nous proposer cette nouvelle qui mêle fantastique et thriller. William Sagnier, écrivain raté et volé, se rend à Hong Kong dans le but de tuer Cassandra Brandström et Jack Malcombe, respectivement éditrice et auteur à succès qui se sont appropriés son travail ; après avoir lamentablement foiré il erre dans les rues jusqu’à ce qu’il tombe sur une vieille machine à écrire. Il va rapidement se rendre compte que tout ce qu’il tape à la machine devient réalité, l’heure de sa vengeance a sonné…
A défaut d’être totalement originale l’intrigue est rondement menée, jusqu’au bout les deux auteurs nous scotchent à leur récit tant on a envie de savoir où tout ça va nous mener. Au fil de ces quelques pages je peux vous assurer que vous ne manquerez pas d’être surpris, jusqu’à la révélation finale qui est aussi bluffante que géniale. Pour être tout à fait franc j’ai par moment oublié que je lisais une nouvelle signée Thilliez et Scalese, j’avais l’impression d’avoir du Stephen King au sommet de son art entre les mains. Du grand art, donc pour résumer en trois mots : court mais génialissime !

 
9 Commentaires

Publié par le 3 juillet 2013 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , ,