[BRD] Hunger Games – La Révolte (Parties 1 et 2)

Hunger Games - La Révolte
Bien que le second volet de la saga Hunger Games ne m’ait guère convaincu, je tenais tout de même à connaître le fin de l’histoire. Du coup nous nous sommes offert une pause cinéphile deux pour le prix d’une, ce troisième et dernier opus, La Révolte, étant divisé en deux parties, avec Francis Lawrence à la réalisation.
Katniss (Jennifer Lawrence) s’est réfugiée dans le District 13 après avoir détruit à jamais l’arène et les Jeux. Sous le commandement de la Présidente Coin (Julianne Moore), chef du district, et suivant les conseils de ses amis en qui elle a toute confiance, Katniss déploie ses ailes pour devenir le symbole de la rébellion. Elle va se battre pour sauver Peeta (Josh Hutcherson) et libérer le pays tout entier…
J’ai beaucoup de mal avec cette mode hollywoodienne de couper, désormais presque systématiquement, le dernier volet d’une saga en deux films. Certes parfois cela peut s’avérer utile, du fait de la richesse du contenu. Mais parfois ça pue tout simplement la stratégie marketing. Pas de bol ce film se classe clairement dans cette seconde catégorie, les deux films totalisent pas loin de 4h30 alors que trois heures auraient été largement suffisantes pour boucler l’affaire.
Attention, je ne dis pas que le film est mauvais, mais il traîne des longueurs et répétitions dont on se serait volontiers passé. L’ensemble aurait gagné en fluidité… et de fait en qualité. Au-delà de ce défaut ça reste un divertissement agréable, nettement plus convaincant que le second volet. La recette idéale de Hunger Games version cinéma :  le premier film avec la fin du second et on enchaîne sur un troisième film de trois heures. En deux fois trois heures l’affaire était pliée ! Au lieu de ça les quatre films totalisent plus de neuf heures…
Ce dernier opus ne mise pas que sur l’action et les effets spéciaux, il prend aussi une dimension politique avec l’affrontement entre les forces de Panem contrôlées par le Président Snow (Donald Sutherland) et la rébellion conduite par la Présidente Coin. Une guerre qui passe aussi par la propagande et donc les médias, les deux camps n’hésitent pas user et abuser d’images pour (dés)informer la population. Cette dimension politique apporte un peu de renouveau à une série qui s’essoufflait à grands coups de redondances. Mais là encore, ça pêche par excès, on retombe dans la facilité et la répétition.
C’est le dernier film dans lequel apparaît Phillip Seymour Hoffman, qui y incarne le concepteur Plutarch Heavensbee. L’acteur est en effet décédé au cours du tournage, plusieurs scènes ont dû être redéfinies en conséquence, soit en les réécrivant sans le personnage, soit en ayant recours à des effets numèrique. Force est de constater que le résultat est des plus convaincants, le spectateur n’y voit que du feu.
Bref un film divertissant mais qui ne devrait intéresser que les inconditionnels de la saga, ou les curieux qui souhaitaient malgré un avis mitigé, en connaître la fin. Les autres, vous pouvez passer votre chemin, vous ne ratez rien.

♥♥♥

[BRD] Hunger Games – L’Embrasement

Hunger Games 2Le premier film m’ayant convaincu je me suis naturellement laissé tenter par ce second opus, Hunger Games – L’Embrasement, réalisé par Francis Lawrence.
Pour les districts Katniss (Jennifer Lawrence) est devenue un symbole de la résistance au grand dam du Capitol et du Président Snow (Donald Sutherland) qui entend mater par la force toute rébellion. Le Capitol décide alors d’organiser une édition spéciale des Hunger Games, les tributs seront sélectionnées parmi les vainqueurs des précédents jeux. Katniss, désignée d’office pour le District 12, retrouve Peeta (Josh Hutcherson) qui s’est porté volontaire…
Je ne saurai exactement dire pourquoi mais cette fois la sauce a eu du mal à prendre. Le personnage de Katniss semble longtemps avoir le cul entre deux chaises du coup on aurait tendance à lui suggérer de se sortir les doigts du cul justement plutôt que de courber l’échine. Les jeux en soi ont un arrière goût de déjà-vu et les multiples pièges de l’arène sont franchement too much…Heureusement on évite le naufrage grâce à la rébellion naissante et aussi grâce à l’acteur Philip Seymour Hoffman qui incarne le Haut Juge Heavensbee.
Si les 2h20 du premier film étaient passées comme une lettre à la poste les 2h26 de ce second opus ont parfois été dures à avaler. Le film n’est pas pour autant mauvais, ça reste plutôt bien ficelé et divertissant mais j’en attendais d’avantage ; il fait plutôt office de mise en bouche en vue du troisième et dernier volet (qui se déclinera en deux films, en espérant qu’ils auront de quoi tenir la longueur plutôt que de faire du remplissage).
Ce sentiment mitigé m’a donné envie de me rabattre sur les bouquins de Suzanne Collins afin de constater si je retrouve cette même pointe de déception, mais vous savez ce que c’est quand on a une PàL aux profondeurs insondables…