Nouvelle liseuse : Kobo Aura H2O

Kobo Aura H2OAprès plus de 3 ans de bons et loyaux services et alors qu’elle est toujours 100% opérationnelle, il est temps pour ma liseuse, Kobo Touch, de prendre une retraite méritée. La relève est assurée avec l’arrivée de son successeur, la Kobo Aura H2O (comme la formule chimique de l’eau et non H20).
Ca faisait déjà quelques temps que je m’étais mis en tête l’idée de passer à un modèle plus récent, quand l’idée est devenue envie j’ai laissé parler le consommateur compulsif qui sommeillait en moi. J’ai passé commande à la FNAC le 4 juillet, elle m’a été livrée aujourd’hui (en fait elle aurait pu être livrée dès vendredi mais le gars de DHL (le transitaire) s’est pointé à l’appart sans monnaie.
Quelques avantages par rapport à la Touch :
– Plus grande capacité de stockage avec 4 Go au lieu de 2 Go
– Etanche, plus besoin de prendre mille précautions pour bouquiner dans le bain
– Technologie Comfortlight pour éclairer l’écran, pratique pour lire avec peu de luminosité ambiante
– Ecran 6.8″ HD, contre 6″ pour la Touch
– Autonomie doublée
En contrepartie je relève un inconvénient unique, le poids passe de 185 à 233 g. mais franchement ça ne pèse pas lourd (c’est le cas de le dire) dans la balance pour ou contre.
Je l’ai commandée avec un étui Cover Sleep, hors taxes l’ensemble m’a coûté un peu plus de 24 000 XPF (200 €), auquels il faut ajouter 6 700 XPF de taxes (56 €). Ici la liseuse seule est vendue plus de 48 000 XPF (400 €), donc je reste largement gagnant.
Cerise sur le gâteau l’étui Cover Sleep est peu encombrant, il allume automatiquement la liseuse lors de son ouverture et l’éteint quand on le referme… bon OK j’avoue que ça fait plus gadget qu’autre chose, mais pourquoi se priver du superflu quand il a du bon ?

Je n’ai pas encore décidé de ce que j’allais faire de la Touch, soit la garder okazu, soit la revendre. En la vendant deux fois moins cher que son prix neuf ici, je récupère ma mise de départ ; c’est tentant.

Mon comportement avec la liseuse a changé au fil du temps, au départ je n’avais chargé qu’une vingtaine de titres, peu à peu c’est toute ma biblio numérique qui s’est retrouvée sur la liseuse. Par la suite, faute d’espace, j’ai dû me résoudre à virer les titres déjà lus afin de gagner de précieux octets pour les nouveaux venus… D’ores et déjà j’ai mis à profit la capacité de stockage de la liseuse en y transférant l’intégralité de ma biblio numérique (à ce jour elle compte plus de 1 500 titres pour un poids de 1.25 Go).

Avant septembre 2011 je ne jurai que par le livre papier, genre « le numérique ne passera pas par moi », puis j’ai fait une première incursion numérique via Calibre, puis une autre, et encore une autre… J’ai fini par y prendre goût et en juin 2012 je me suis offert une liseuse, dès lors j’ai priorisé le numérique ; aujourd’hui ma bibliothèque est à 90% numérique et je ne peux plus me passer de ma liseuse (elle est en permanence à portée de main).

Le pire (façon de parler) c’est que ça a même changé mon rapport au livre papier, avant il n’était pas question de me séparer de mes bouquins. Quand on a dû déménager je n’ai eu ni remords, ni scrupules à donner plus de 300 bouquins. Quand les livres papiers commenceront à s’accumuler je réitérerai l’opération, l’occasion de me débarrasser d’une grande partie de ceux qui ont échappé à la première purge…