RSS

Archives de Tag: Les Arènes

[BOUQUINS] Heine Bakkeid – Tu Me Manqueras Demain

AU MENU DU JOUR

H. Bakkeid - Tu me manqueras demain
Titre : Tu Me Manqueras Demain
Auteur : Heine Bakkeid
Éditeur : Les Arènes
Parution : 2020
Origine : Norvège (2016)
461 pages

De quoi ça cause ?

Thorkild Aske était enquêteur à l’Inspection Générale de la Police. À sa sortie de prison, suite à un accident de la route ayant causé la mort de sa passagère, il souffre de nombreux soucis de santé, est rongé par la culpabilité, accro aux médocs et n’a guère de perspectives d’avenir.

Son psychiatre lui parle alors d’un jeune Danois qui a disparu dans le nord du pays et lui recommande de se rendre sur place afin d’enquêter, au nom des parents, sur cette disparition. D’abord réticent, Thorkild accepte dans l’espoir d’un premier pas vers une hypothétique rédemption…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que je suis un grand fan du polar nordique. Dans le genre Jo Nesbo fait partie de mes auteurs préférés, du coup quand je vois l’accroche qui annonce « Après Jo Nesbo. Le nouveau maître du thriller norvégien »,  – tout en étant parfaitement conscient que c’est du baratin 100% marketing – ça n’en titille pas moins ma curiosité.

Ma Chronique

« Après Jo Nesbo. Le nouveau maître du thriller norvégien. » D’une façon générale, ce genre d’argument me laisse de marbre, d’autant que je trouve cette accroche un tantinet présomptueuse (pour rester poli). « Après Jo Nesbo. » Pourquoi après ? Jo Nesbo ne suce pas encore les pissenlits par la racine et n’a, à ma connaissance, pas renoncé à sa carrière d’écrivain… je suis convaincu qu’il a encore plus d’un atout dans sa manche pour surprendre et séduire ses lecteurs, avec ou sans Harry Hole (je ne vous cache pas que j’adorerai retrouver, encore et encore, Harry Hole).

Heine Bakkeid serait donc le « nouveau maître du thriller norvégien », pas facile de se prononcer pour le public français qui découvre ici son premier roman. Cependant il est vrai qu’en Norvège sa trilogie autour du personnage de Thorkild Aske a été très bien accueillie, aussi bien par le public que par la critique. C’est pourquoi j’ai décidé de me forger ma propre opinion sur cet auteur et son roman.

D’ores et déjà si vous vous attendez à un thriller qui mise tout sur l’action et un rythme effréné, je vous invite à passer votre tour ou à attendre d’être dans d’autres dispositions avant de vous lancer dans ce roman. Tu Me Manqueras Demain est un roman presque exclusivement porté par son héros, l’accent est mis sur le personnage de Thorkild Aske, ses pensées et sa psyché (et Dieu sait qu’il y a du boulot pour faire le tour de la question). C’est avant tout la dimension psychologique qui est mise en avant dans ce bouquin.

Thorkild Aske est l’antihéros par excellence. Ancien enquêteur à la police des polices (un service qui n’a pas toujours le bon rôle dans la littérature policière), on le découvre à sa sortie de prison, après avoir purgé une peine pour avoir causé la mort de sa passagère lors d’un accident de la route alors qu’il était sous l’emprise de psychotropes. Peine durant laquelle il tentera de se mettre fin à ses jours… sans succès (c’est pourquoi on appelle ça une tentative de suicide).

On découvre donc un type un peu paumé qui sort de taule avec de sérieuses séquelles physiques et psychologiques et une addiction aux médocs qu’il gobe comme des friandises. Inutile de vous dire qu’avec un CV pareil, ses perspectives d’avenir professionnel ne sont guère reluisantes. Sauf que son psy va lui proposer d’enquêter sur une disparition mystérieuse survenue au nord du pays.

Au fil des chapitres vous plongerez dans l’esprit tourmenté de Thorkild Aske, un esprit rongé par la culpabilité, les questions restées sans réponse, le doute… c’est justement ce qui confère à ce roman une ambiance unique ; une ambiance qui pèse sur le récit presque autant que son héros.

Du coup on se retrouve confronté à une enquête qui progresse au rythme imposé par la condition physique et psychologique de Thorkild… pas franchement de quoi vous donner de brusques poussées d’adrénaline, à part dans le dernier tiers du bouquin où les choses s’accélèrent.

Il est vrai que j’aurai aimé que l’enquête stricto sensu soit un tantinet plus développée (je tiens à préciser qu’à aucun moment l’intrigue ne donne l’impression d’être expédiée à la va-vite), cependant force est de reconnaître que j’ai dévoré le bouquin sans jamais ressentir le moindre ennui.

Je ne hisserai pas tout de suite Heine Bakkeid au niveau de Jo Nesbo mais je lui reconnais bien volontiers un fort potentiel narratif ; pour un premier roman il place même d’emblée la barre haut. Je retrouverai avec plaisir Thorkild Aske pour ses prochaines enquêtes.

MON VERDICT

 
3 Commentaires

Publié par le 29 décembre 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Jedidiah Ayres – Les Féroces

AU MENU DU JOUR


Titre : Les Féroces
Auteur : Jedidiah Ayres
Éditeur : Les Arènes
Parution : 2018
Origine : USA (2013)
128 pages

De quoi ça cause ?

Politoville est une enclave paumée entre les States et le Mexique, un no man’s land sans existence officielle. La seule loi qui y règne est celle du maître des lieux, un caïd du crime organisé. Les gringos viennent pour s’y faire oublier et se débaucher à moindre coût. Alcool, drogues et prostituées sont à leur disposition. D’ailleurs les seules femmes présentes sur place sont ces prostituées, de simples marchandises (mal)traitées comme de vulgaires morceaux de barbaque.

Quand l’une d’elles réussit à échapper à cet enfer, c’est l’étincelle qui mettra le feu aux poudres..

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Pour commencer l’année en douceur avec un court roman tout en restant dans l’univers du noir.

C’est la couv’ qui, la première, a attisé ma curiosité, la quatrième de couv’ a fini de me convaincre.

Ma chronique

Je ne suis jamais parfaitement à l’aise quand il s’agit de rédiger la chronique d’un roman court ou d’une nouvelle. Même quand, comme dans le cas présent, je quitte cette lecture avec un ressenti globalement positif.

Le bandeau du roman cite son auteur qui définit son récit comme « la plus belle histoire d’amour qu’il ait jamais écrite« . S’agissant de son premier roman traduit en français, on ne peut que se fier à sa parole… mais ne cherchez pas une once de romantisme ou un soupçon de guimauve dans ces quelques pages, ici tout est noirceur et violence. La mort est omniprésente, mais jamais naturelle ou douce ; Jedidiah Ayres doit être un adepte de l’amour vache !

Le bouquin se divise en trois parties, chacune offrant un point de vue différent sur cette antichambre de l’enfer qu’est Politoville ; trois récits distincts reliés par un fil rouge. Des personnages aux personnalités taillées au scalpel (il faut bien ça pour survivre dans un pareil contexte), une écriture brute (voire brutale) sans fioriture, mais tout en puissance. Tout est fait pour vous plonger au cœur de l’action, et ça fonctionne impeccablement. Il y a même quelque chose de lyrique (de presque beau oserai-je dire) qui sublime cette noirceur.

Un roman court tout en intensité ; on en vient même à se demander comment l’auteur fait tenir un tel concentré de sensations en une centaine de pages. Un grand merci à Antoine Chainas, le traducteur, qui restitue parfaitement cette ambiance oppressante qui nous prend aux tripes dès la première page et ne nous lâche pas avant le clap de fin.

Je découvre la collection Equinox avec ce titre, d’autres sont d’ores et déjà présents dans mon Stock à Lire Numérique ; il me tarde de les découvrir s’ils sont tous aussi intenses.

MON VERDICT
Coup de poing

 

 
2 Commentaires

Publié par le 4 janvier 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,