[BOUQUINS] Cory Anderson – Le Fracas Et Le Silence

AU MENU DU JOUR


Titre : Le Fracas Et Le Silence
Auteur : Cory Anderson
Éditeur : Fleuve Éditions / PKJ
Parution : 2021
Origine : États-Unis
400 pages

De quoi ça cause ?

Après l’arrestation de leur père, à la suite d’un braquage qui a mal tourné, Jack (17 ans) et Matty (7 ans) se retrouvent seuls avec leur mère de plus en plus malade. Ils survivent tant bien que mal dans des conditions précaires.

Quand leur mère, épuisée par la maladie, se suicide, Jack décide de ne rien dire à personne. Il va tout faire pour rester avec son jeune frère et leur assurer une vie meilleure. Pour ça il faudrait qu’il trouve le magot – jamais retrouvé – du braquage de son père, mais il n’est pas le seul à lorgner sur le butin disparu…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

J’ai tout de suite tilté sur la couv’ et son côté vintage. Associée au pitch ça sentait bon le thriller avec une pointe de nature writing… tout pour me plaire !

Ma Chronique

Je remercie les éditions Fleuve et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Avant d’entrer dans le vif du sujet je souhaiterai souligner une petite particularité à propos de la parution de ce bouquin, il est en effet sorti simultanément et en version intégrale non retouchée chez Fleuve éditions et PKJ. Chez FLeuve j’ai envie de dire que le titre s’inscrit parfaitement dans leur catalogue ; cependant niveau PKJ je le conseillerai plutôt à un public jeune adulte ayant le cœur et les tripes bien accrochés.

On ne va pas se mentir, avec ce premier roman Cory Anderson signe un thriller très noir mettant en scène des enfants déterminés à prendre leur destin en main. Sans forcément avoir conscience des nombreux dangers qu’ils vont devoir affronter… surtout en se lançant à la recherche d’un butin disparu.

Le premier chapitre donne d’emblée le ton du récit. Si vous vous attendiez à une sympathique promenade de santé dans des paysages bucoliques, passez votre chemin. L’auteure vous invite sur une piste noire semée d’embûches et au cœur d’une nature hostile.

Jack Dahl (17 ans) est un solitaire au lycée. Il faut dire qu’il traîne comme un boulet la triste réputation de son père qui a braqué un prêteur sur gage et purge une peine de prison pour vol et meurtre. Mais le jeune homme ne semble pas en pâtir, au contraire il apprécie plus que tout qu’on lui foute la paix et qu’on ne vienne pas mettre son nez dans ses affaires.

Deux événements vont pourtant venir sérieusement bouleverser le quotidien de Jack. Après le suicide de leur mère, Jack décide de ne rien dire à personne afin que les services sociaux ne le séparent pas de son frère Matty (7 ans). Il va se débrouiller pour faire en sorte que les choses aillent pour le mieux… et pour ça il faut qu’il mette la main sur le butin que son père a planqué. Il l’ignore encore mais cette quête va le confronter à des personnages peu recommandables et les plonger, lui et son frère, dans la tourmente et la violence.

Et si sa rencontre Ava, une adolescente aussi taciturne et mystérieuse que lui, était une main tendue pour sortir des ténèbres. Il ne sait rien d’elle, elle sait tout (ou presque) de lui. Il va, contre toute attente, décider de lui faire confiance et accepter son aide.

Ce que Jack ignore c’est que Ava est la fille de Bardem, le complice de son père et le véritable auteur du meurtre dont son paternel est accusé. Un personnage tout en noirceurs, froid, déterminé et implacable. bien décidé à mettre la main sur un butin qui – il en est convaincu – lui revient de droit.

Ce que Jack ignore c’est que le butin volé appartenait à des trafiquants de drogue qui se servaient du prêteur sur gages pour blanchir leur argent sale. Ils n’ont pas vraiment apprécié que leur fric disparaisse et ne reculeront devant rien pour le récupérer.

Ce que Jack ignore c’est que dans tout le merdier qu’il déclenché bien malgré lui, quelqu’un se soucie de lui et de son frère. Alors que les cadavres commencent à jalonner le parcours des trois gamins, le sheriff Doyle espère pouvoir les sauver.

Si j’ai pris le temps de parler des différents acteurs de cette intrigue, c’est parce que l’auteure accorde une attention toute particulière à ses personnages. Impossible de rester de marbre face au périple de Jack et Ava, ils ne feront pas toujours les choix les plus judicieux mais leur jeune âge justifie amplement ces erreurs d’aiguillage. Et au milieu de ce déferlement de violence, l’innocence de Matty est un véritable rayon de soleil.

La nature est aussi un élément essentiel du récit et de l’intrigue, il faut dire que les fins fonds de l’Idaho au cœur de l’hiver ne constituent pas vraiment le décor idéal pour des gamins livrés à eux-mêmes. Le froid peut rapidement devenir un ennemi impitoyable.

L’intrigue aussi est soignée, le rythme soutenu est assuré de la première à la dernière page, de quoi jouer avec les nerfs et l’adrénaline des lecteurs… même les plus aguerris ! Je l’ai dévoré quasiment d’une traite tant il me tardait de découvrir le dénouement.

La construction du roman mérite aussi que l’on s’y attarde. Chaque chapitre commence par quelques lignes dans lesquelles Ava nous invite à partager ses réflexions. Puis les chapitres s’enchaînent, faisant parfois fi de la chronologie mais sans jamais perdre le lecteur. Leur numérotation aussi est peu ordinaire, on suit un décompte normal des chapitres 1 à 33 avant d’entamer un compte à rebours des chapitres 32 à 1.

Pour un premier roman, Cory Anderson signe un bouquin maîtrisé de bout en bout, rien n’est laissé au hasard. Une très belle découverte.

MON VERDICT