RSS

Archives de Tag: JK Rowling

[BRD] Les Animaux Fantastiques

Les Animaux FantastiquesPetite pause cinéphile au programme, histoire bien terminer la semaine. Au menu du jour, Les Animaux Fantastiques de David Yates.
Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne) est un sorcier spécialisé dans l’étude des créatures magiques. Il débarque à New York en 1926 alors que les tensions entre les sorciers et les Non-Maj (les humains dépourvus de pouvoirs magiques) sont des plus vives. Dans sa valise, son impressionnante collection d’animaux, malgré l’interdiction par les Etats-Unis d’introduire des créatures magiques sur leur sol. Suite à une inversion de bagage, sa précieuse valise tombe entre les mains de Jacob Kowalski (Don Fogler), un Non-Maj qui va accidentellement libérer certaines de ces créatures dans les rues de New York…
Même si l’histoire se déroule des années avant la saga Harry Potter et que les références à Poudlard ne manquent pas, n’allez surtout pas dire à JK Rowling qu’il s’agit d’une préquelle. L’auteure (et scénariste du film) préfère parler d’une « extension du monde des sorciers« .
Ca fait un moment que le film traîne dans ma PàV (Pile à Voir), je ne dirai pas que j’avais des appréhensions à le visionner, mais je n’étais pas non plus au top de la motivation. Le hasard faisant plutôt bien les choses, j’avais besoin de légèreté ce soir, le moment idéal pour me lancer !
Et grand bien m’en a pris ! Certes l’intrigue reste bon enfant, mais n’en est pas moins addictive, on se prend vite au jeu et une fois accroché, plus moyen de lâcher prise. Un subtil mélange d’action et d’humour, mais surtout un déferlement d’effets visuels tous plus bluffant les uns que les autres.
Il faut dire que le bestiaire de ce brave Norbert se prête bien à ce genre de fantaisie visuelle, que l’on découvre les bestioles dans leur milieu naturel ou dans les rues de New York, impossible de ne pas retrouver son âme d’enfant et d’en prendre plein les mirettes.
J’ai beaucoup aimé le quatuor qui compose nos héros ; Norbert et Jacob seront en effet rejoints par les soeurs Goldstein, Tina (Katherine Waterston) et Queenie (Alison Sudol). Quant au méchant de service, on devine rapidement quel personnage va endosser le rôle et qui se cache derrière lui.
Bref une fois de plus la magie de l’univers de JK Rowling fonctionne, comme dirait l’autre « de 7 à 77 ans ». Espérons que le charme ne se rompra pas en cours de route…
Initialement la saga Les Animaux Fantastiques devait être une trilogie, finalement nous aurons le droit à une pentalogie (5 films), intégralement scénarisée par JK Rowling. Une décision prise dès le lancement du projet et non au vu des profits engendrés par ce premier film.
Un lancement réussi si l’on considère les recettes du box-office mondial qui dépassent les 814 millions de dollars (pour un budget de 180 millions).

♥♥♥♥

Parmi ce bestiaire hors norme, j’ai eu deux gros coups de coeur :

Niffleur
Niffleur

Botruc (Pickett)
Botruc

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le 12 mai 2017 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] Robert Galbraith – La Carrière Du Mal

R. Galbraith - La Carrière du MalC’est avec un réel plaisir que j’ai retrouvé Robert Galbraith (alias JK Rowling) et son duo d’enquêteurs, Cormoran Strike et Robin Elleacott, pour leur troisième enquête : La Carrière Du Mal.
Alors que la date de son mariage approche, Robin reçoit à l’agence un étrange colis dont le contenu va fortement l’ébranler, et pour cause, il contient en effet une jambe de femme coupée à hauteur du genou. Alors que la police privilégie une piste, Cormoran et Robin vont se concentrer sur trois autres hypothèses. Est-ce que l’un des trois hommes ciblés par Strike est coupable ? Si oui, lequel ? Une seule certitude : le coupable ne reculera devant rien pour anéantir Cormoran Strike…
Le second opus était un cran au dessus de son aîné, ce troisième roman confirme la tendance en plaçant la barre encore plus haut. A ce rythme là les lecteurs seront de plus en plus impatients et sans doute aussi de plus en plus exigeants. Les lecteurs qui doutaient de la capacité de JK Rowling à se détacher de Harry Potter peuvent être rassurés, elle s’est parfaitement appropriée le duo Cormoran / Robin.
Comme amorcé dans le second tome, la relation Cormoran / Strike se fait de plus en plus dans le cadre d’une collaboration d’égal à égal. Leurs personnalités aussi évoluent, on en apprend davantage sur leur passé réciproque ; il faut dire que les trois supects sont en lien direct avec le passé de Strike. C’est d’ailleurs dans cette complicité, avec des hauts et des bas, qu’ils surmonteront ce qui s’avérera être leur enquête la plus glauque.
Il faut bien reconnaître que les trois suspects ciblés par Strike représentent la lie de l’humanité, des ordures finies qui ne devraient même pas avoir le droit de vivre, à moins de les enfermer de le plus paumé des bunkers et d’en détruire l’unique clé…
Une intrigue rondement menée par l’auteure qui parvient à nous tenir en haleine de la première à la dernière page. Même si le rythme n’est pas forcément haletant de la première à la dernière page, l’avancée de l’enquête, et le devenir des personnages, suffisent à nous donner envie d’aller toujours plus en avant dans le roman.
Chaque chapitre est mis en exergue par un ou deux vers des chansons du groupe de rock américain Blue Oyster Cult (BOC). Le groupe occupe d’ailleurs une place de premier choix dans l’intrigue elle même. Le titre du roman lui même fait référence à un titre du groupe, Career Of Evil. Du coup ça m’a donné envie de plonger plus avant dans l’univers musical des BOC… Je manque encore de recul pour me faire une opinion argumentée mais de prime abord ça se laisse écouter, un cocktail original entre hard rock et rock psychédélique.
Comme annoncé au début de ce post, j’ai hâte de retrouver Cormoran Strike pour une quatrième enquête… et bien d’autres encore si elles sont toutes de cette trempe !

MON VERDICT
jd4

 
12 Commentaires

Publié par le 9 mai 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

[BOUQUINS] Robert Galbraith – Le Ver A Soie

R. Galbraith - Le Ver A SoieMon Challenge retrouvailles poursuit son petit bonhomme de chemin, direction l’Angleterre avec Robert Galbraith (alias JK Rowling) et Le Ver A Soie, la seconde aventure de Cormoran Strike.
Cormoran Strike est contacté par Leonora Quine afin qu’il enquête sur la disparition de son mari, Owen, un écrivain un brin excentrique et un max mégalo. Rapidement Strike va découvrir que toute l’affaire semble tourner autour de Bombyx Mori, un manuscrit qui devait être le prochain roman d’Owen Quine ; un véritable brûlot susceptible d’en énerver plus d’un…
C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le duo de choc composé du détective Cormoran Strike et son assistante, Robin Elacott. Une Robin qui aimerait que son patron la prenne davantage en considération en lui confiant un rôle plus important que de simples tâches de secrétariat ; sans le lui dire toutefois. Or, si Strike est un excellent détective il n’est pas particulièrement doué en matière de psychologie humaine, de fait les « ambitions non dites » de Robin sont pour lui une totale abstraction… Voilà qui ne va pas simplifier les relations entre le patron et son employée.
Pour cette nouvelle enquête l’auteur(e) nous entraîne dans le monde de l’édition et le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas vraiment le pays des Bisounours. Un monde que Galbraith / Rowling doit bien connaître puisque c’est celui dans lequel elle évolue. Un monde qu’un des personnages du roman, un auteur à succès, résume en une phrase : « Si vous cherchez des amitiés sincères, généreuses et pérennes, engagez-vous dans l’armée et apprenez à tuer. Si vous préférez des liens éphémères avec des gens qui exercent le même métier que vous et se réjouiront de tous vos échecs, écrivez des romans. »
Comme dans L’Appel Du Coucou on retrouve tous les éléments d’un polar classique, avec une enquête qui avance lentement mais sûrement sans jamais ennuyer le lecteur. Au contraire on va chercher en même temps que Strike à comprendre qui est le ou la coupable ; la seule certitude étant que ce n’est évidemment pas la coupable désignée ! Et une fois de plus l’auteur(e) parvient à nous bluffer avec son coup d’éclat final.
Au niveau des personnages nous avons le droit à une belle brochette de suspects, tous auraient un mobile plus ou moins valable pour se débarrasser d’Owen Quine. Il faut dire que dans son Bombyx Mori l’écrivain n’épargne pas tout ce petit monde.
La plume et le style de l’auteur(e) nous plonge au coeur de l’action, en totale immersion dans un Londres hivernal. On peut regretter certaines longueurs dans les descriptions, mais c’est peut être le prix à payer pour justement se trouver en totale immersion dans le récit et le décor. Pour ma part je me serai volontiers passé des états d’âme de Strike quant à sa relation avec son ex. D’autant qu’ils n’ont plus aucun contact, une fois ça va, deux fois ça passe, mais au bout d’un moment ça devient lourd, voire gavant.
Un polar classique mais bien ficelé et efficace. Je serai fidèle au rendez-vous pour la prochaine enquête de Cormoran Strike ; l’auteur a annoncé vouloir consacré sept romans au duo Strike / Robin (pur hasard ou superstition ce choix de 7 tomes ? Le même nombre de bouquin que pour sa série Harry Potter).

MON VERDICT
jd3d

 
14 Commentaires

Publié par le 1 avril 2015 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

[BOUQUINS] Robert Galbraith – L’Appel Du Coucou

R. Galbraith - L'Appel Du CoucouPeu à peu je viens à bout de cette rentrée littéraire d’une incroyable richesse, c’est la première fois qu’autant de titres atterrissent à quelques jours d’intervalles dans mon Stock à Lire Numérique. L’heureux élu de ce nouveau tirage (pas du tout au sort) est un polar signé Robert Galbraith, L’Appel Du Coucou.
Le même jour le détective Cormoran Strike, au bord du gouffre aussi bien personnellement que professionnellement, doit gérer une rupture pas franchement à l’amiable et l’arrivée d’une nouvelle secrétaire, Robin, mais aussi et surtout un client qui pourrait bien lui éviter le naufrage. John Bristow lui demande en effet d’enquêter qur la mort de sa soeur, Lula Landry, un célébre top model, la police a validé la thèse du suicide mais lui refuse d’y croire…
Robert Galbraith ? Au cas où ce nom ne vous dirait rien, malgré un roman annoncé haut et fort par la presse, n’est autre que J.K. Rowling. Là si çà ne vous parle toujours pas je rends mon tablier, crévindiou c’est l’auteure de la saga Harry Potter (toujours en attente de lecture chez moi). Si quelqu’un me demande ce qu’est Harry Potter je crois que je me fais interner avant de commettre un geste irréparable (manger tout un pot de Nutella par exemple) ! Une façon comme une autre de rompre avec l’univers de son sorcier préféré, même si elle a déjà publié sous son véritable nom Une Place A Prendre (un titre diversement apprécié) ; il semblerait que Strike et Robin soient à leur tour appelés à devenir des personnages récurrents, je leur souhaite le même avenir que Harry (Potter pas le prince british).
Contrairement à son précédent roman cette fois l’auteure affiche clairement la couleur : elle va s’essayer au polar à l’anglaise, du pur jus. Sans révolutionner le genre elle parvient à jouer efficacement avec les régles du genre.
Le duo aussi antagoniste que complémentaire formé par Strike et Robin (leur premier contact fut épique… et douloureux pour elle) est particulièrement bien travaillé, les personnages secondaires ne sont pas laissés pour compte ; l’auteure dresse une galerie de personnage très convaincante et surtout profondément humaine.
L’enquête de Strike (aidé par Robin) est on ne peut plus normale, d’abord il collecte des informations par divers moyens (presse, internet…), puis il interroge un maximum de personnes susceptibles de l’éclairer, ensuite il épluche ses notes pour relever d’éventuels incohérences ou mensonges et étudier les prochaines pistes à suivre. Pas de fusillades à tout va, ni de bastons à gogo… Bienvenue dans la vraie vie ! N’allez pas en déduire que la lecture du bouquin doit être chiante à en crever, d’une part c’est bien écrit, et d’autre part l’enquête est bien ficelée, maintenant le suspense intact jusqu’à la révélation finale.
Bref un polar classique mais réussi. Ce n’est déjà pas si mal pour un prermier essai. Pour ma part je retrouverai avec plaisir Strike et Robin pour leur prochaine enquête.
C’est le Sunday Times qui a révélé, suite à un tweet anonyme, la véritable identité de Robert Galbraith, ce qui a eu pour effet quasi immédiat de booster les ventes qui jusqu’alors n’étaient pas extraordinaires malgré un bon accueil critique et public ; en quelques jours le bouquin s’est retrouvé en tête des ventes.

 
7 Commentaires

Publié par le 8 décembre 2013 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,