[BOUQUINS] Roger Smith – Au Milieu De Nulle Part

R. Smith - Au milieu de Nulle PartDirection l’Afrique du Sud pour cette chronique, sachant que c’est Roger Smith qui nous servira de guide au cours de cette escapade, autant vous attendre à un voyage mouvementé dans les recoins les plus obscurs de l’âme humaine. Au Milieu De Nulle Part, son dernier roman, est venu perturber mon programme de lecture en grillant la priorité à ses congénères qui faisaient déjà la queue.
Quand le président sud-africain tue son épouse alors qu’il est complètement ivre, il sait qu’il peut compter sur Steve Bungu, son éminence grise, pour livrer une autre « vérité » au public et aux médias. Pour appuyer sa version des faits, Bungu persuade Joe Louw, un ancien policier connu et apprécié aussi bien par ses pairs que par l’opinion publique, de se livrer à une contre-enquête bidon. Dans le même temps, l’inspecteur Disaster Zondi est envoyé au fin fond du Kalahari afin d’interpeller Magnus Kruger, un vieux suprématiste blanc qui règne sur une communauté de nostalgiques de l’apartheid.
C’est le troisième roman de Roger Smith que je lis, incontestablement son style direct est toujours aussi efficace pour plonger le lecteur au coeur de l’intrigue, mais je n’ai pas retrouvé la niaque et l’absolue noirceur de Blondie Et La Mort, ou plus récemment d’Un Homme A Terre. Le roman vous réserve bien quelques morts brutales, mais j’ai trouvé que l’ensemble manquait de liant, comme si le récit servait de prétexte à un réquisitoire à charge (et toujours sans la moindre concession) contre l’omniprésence de la corruption qui règne en Afrique du Sud et semble n’épargner aucun secteur (justice, police, gouvernement… tous pourris !).
Un pays qui semble avoir bien du mal à panser les plaies béantes laissées par des années d’apartheid, d’autant que certains nostalgiques attisent les dernières braises dans l’espoir (vain, espérons-le) de voir renaître la suprématie de la race blanche. Le racisme aussi est de fait omniprésent et n’épargne personne, pas seulement Blancs contre Noirs et vice-versa, mais aussi à l’encontre des métis et mêmes entre Noirs selon leurs origines et/ou leur position sociale.
Une fois de plus Roger Smith ne perd à son temps à nous vendre du rêve, il nous plonge au coeur de la réalité sud-africaine, et cette réalité n’est pas toujours belle à voir ! Mais ce n’est certainement pas en se voilant la face que les autorités pourront espérer changer les choses.
Une fois de plus Roger Smith peut se reposer sur des personnages au caractère bien trempé, ni tout noir, ni tout blanc. Dans le coin droit, Joe Louw, une ancienne gloire de la police qui a démissionné après avoir accidentellement abattu une jeune femme tandis qu’il poursuivait un braqueur en fuite. Dans le coin gauche, Disaster Zondi, un flic un peu trop épris de justice, qui, à force de dénoncer le système, se retrouve plus ou moins mis au placard par sa hiérarchie. Au centre, l’arbitre, ou plutôt le marionnettiste, l’intriguant (dans tous les sens du terme) Steve Bungu.
Les personnages plus secondaires ne sont pas pour autant laissés pour compte, ils bénéficient du même traitement en profondeur ; c’est pour laisser intact le plaisir de la découverte que je ne m’épanche pas davantage sur leur cas.
Comprenons-nous bien, Au Milieu De Nulle Part reste un polar haut de gamme, brillamment construit, mais je n’ai simplement pas retrouvé l’effet WAOW que m’avait procuré la lecture des deux autres titres de l’auteur. Je me suis régalé, mais je n’en pas pris plein la gueule.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Roger Smith – Un Homme A Terre

R. Smith - Un homme à terreIl est des auteurs dont on sait, avant même d’ouvrir leur bouquin, que l’on va en prendre plein la gueule. Roger Smith est incontestablement de ceux-là. Quand on m’a offert son dernier roman en date Un Homme A Terre en numérique je ne lui ai guère laissé le temps de prendre la poussière dans mon Stock à Lire Numérique.
Alors que John et Tanya Turner s’engueulent pour une énième fois, trois individus, cagoulés et armés, font irruption dans leur villa. La résidence des Turner va rapidement se transformer en antichambre de l’Enfer…
Après avoir lu Blondie Et La Mort j’ai pensé avoir atteint des sommets dans le glauque, la violence et le noir de chez noir ; et pourtant, face à Un Homme A Terre ça ferait presque office de conte pour enfants (j’exagère à peine).
Si l’action présente se déroule aux Etats-Unis, elle puise sa source en Afrique du Sud, dix ans plus tôt. De fait les chapitres alternent entre présent et flashbacks, les choses se mettent en place et se relient progressivement.
Fidèle à son habitude Roger Smith adopte une écriture sans concession, profondément ancrée dans le réel, brutale, crue… presque désespérante par sa noirceur. Elle nous prend aux tripes, les vrille impitoyablement sans relâche pour nous laisser KO debout, lessivé.
L’auteur prend un malin plaisir à nous malmener mais le charme opère quand même, on en viendrait presque à trouver une part de poésie au coeur des ténèbres de l’âme humaine. Impossible de lâcher ce bouquin une fois que vous serez happé par l’histoire, et ça démarre sur les chapeaux de roue ! Les chapitres sont courts histoire d’assurer un rythme soutenu tout au long du récit.
Permettez moi un rapide survol des personnages en commençant par la famille Turner. De prime abord on pourrait avoir une certaine empathie pour le John d’aujourd’hui, sauf que ce serait faire l’impasse sur son passé et ça c’est quasiment impossible. Concernant son épouse, Tanya, la question est encore plus vite expédiée, d’un bout à l’autre elle m’a donné envie de vomir. Par contre il faut bien reconnaître que, contrairement à son mec, elle ne manque pas de cran et de caractère. Seule l’innocente Lucy, leur fille de neuf ans, fera office de la blanche colombe ; mais sera-t-elle épargnée pour autant ?
Je ne m’épancherai pas sur les autres personnages, non pas parce qu’il n’y a rien à dire (loin s’en faut), c’est plutôt pour laisser entier le plaisir de la découverte (les deux acolytes du meneur valent vraiment le détour). Quand je dis que Roger Smith malmène ses lecteurs, sachez que ce n’est que la partie visible de l’iceberg rapport à ce qu’il réserve à ses personnages, d’autant que la situation dégénère rapidement à grand renfort de rebondissements.
J’en ai pris plein la gueule et j’ai adoré ça. Maintenant que quasiment tous les titres disponibles en français existent en numérique (exception faite de son premier roman, Mélange De Sangs, allez savoir pourquoi), il va falloir que je trouve le temps de les caser dans mon programme de lecture. Mais pas tout de suite… après une telle expérience, il faut du léger histoire de digérer.

MON VERDICT
jd5Coup double

[BOUQUINS] Hugh Howey – Phare 23

H. Howey - Phare 23Bien que n’ayant toujours pas lu le dernier opus de la trilogie Silo, il me tardait de découvrir le nouveau roman de Hugh Howey, Phare 23. Du coup c’est tout naturellement qu’il a grillé la priorité à ses petits camarades de mon Stock à Lire Numérique, y compris ceux issus, comme lui, de la promotion RL2016 (comprenez Rentrée Littéraire 2016).
Au XXIIIème siècle, alors qu’une guerre galactique n’en finit pas de s’étendre, un réseau de balises guide à travers l’espace des vaisseaux qui voyagent à plusieurs fois la vitesse de la lumière. Ces balises ne devraient jamais connaître d’avaries. En théorie du moins… Au cas où sait-on jamais, un opérateur humain veille au grain, isolé au milieu de nulle part, dans chaque balise.
Le roman, écrit à la première personne, nous place dans la peau d’un de ces opérateurs, un vétéran qui a choisi ce métier pour être coupé du monde et des gens, seul avec ses souvenirs… surtout les mauvais. Il nous fait partager son quotidien, ses pensées et ses états d’âmes, nous révélant au compte goutte ce passé qui le hante encore. Inutile de vous dire que la dimension psychologique joue un rôle essentiel dans ce roman, la bonne nouvelle (qui n’a rien de surprenant pour les lecteurs ayant aimé Silo) est qu’elle est très bien exploitée par l’auteur.
Rassurez-vous le roman n’est pas un long et fastidieux huis-clos entre le narrateur (qui n’est jamais nommé) et sa conscience ; sa balise attirera bien des visiteurs (toute proportion gardée) au fil des chapitres, des rencontres parfois agréables, d’autres moins… mais aucune ne surviendra sans raison. Heureusement d’ailleurs que des visiteurs s’intéresseront à lui ou à sa balise, la solitude et ses états d’âmes le poussaient inexorablement aux portes de la folie (sa rencontre avec l’Orvid est un grand moment de franche rigolade).
Avec Phare 23 Hugh Howey signe aussi un réquisitoire sans concessions contre la guerre ; facile me direz-vous. Certes dire la « guerre c’est pas bien » revient à enfoncer une porte ouverte, mais l’auteur n’emprunte pas ce raccourci, il le fait avec une grande humanité en mettant justement l’humain en avant, pas seulement les victimes décédés mais aussi et surtout ceux qui restent : les blessés, les traumatisés, les déglingués en tout genre…
Au départ cette guerre intergalactique qui n’en finit pas de durer, et donc de faire des victimes, semble n’être qu’une toile de fond au récit. Au fil des chapitres on devine qu’elle va prendre de plus en plus d’importance dans le déroulement de l’intrigue mais, et c’est là le seul bémol que j’adresserai à ce roman, j’aurai aimé avoir plus d’éléments contextuels, savoir comment tout a commencé, les grandes lignes du conflit…
Certes la fin aurait peut être elle aussi mérité un peu plus de profondeur dans son déroulé, mais dans sa note finale, l’auteur assume parfaitement le choix de cette simplicité, il est vrai que le message passe mieux s’il n’est pas perdu au milieu de maintes circonvolutions. Un message que certains trouveront peut être un brin moralisateur, pour ma part je l’ai jugé simplement humain et humaniste.
Décidément cette rentrée littéraire 2016, dans la catégorie science-fiction, n’en finit pas de me surprendre par ses intrigues et approches atypiques.

MON VERDICT
jd4