RSS

Archives de Tag: Denoël

[BOUQUINS] Sonja Delzongle – L’Homme De La Plaine Du Nord

AU MENU DU JOUR

S. Delzongle - L'homme de la plaine du Nord
Titre : L’Homme De La Plaine Du Nord
Série : Hanah Baxter – Livre 4
Auteur : Sonja Delzongle
Éditeur : Denoël
Parution : 2020
Origine : France
400 pages

De quoi ça cause ?

À peine rentrée à New York où elle espérait passer un moment tranquille, Hanah Baxter se retrouve sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour le meurtre d’Anton Vifkin, son ancien mentor.

Extradée à Bruxelles, elle apprend de la bouche du commissaire Peeters, en charge de l’enquête, que l’accusation repose sur une simple lettre anonyme. En fait Peeters compte surtout sur l’aide de Baxter pour résoudre, une bonne fois pour toute, le mystère de la mort d’Anton Vifkin.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est l’occasion de retrouver Hanah Baxter, un retour attendu après trois longues années d’absence.

Ma Chronique

Encore un roman dont la sortie a été perturbée par la crise sanitaire liée au COVID-19, si le bouquin a pu être publié quelques jours avant le début du confinement dans sa version numérique, ce n’est qu’avec le déconfinement que la version papier a pu être découverte en librairie.

Si on pensait retrouver une Hanah Baxter apaisée après son périple breton (je fais bien sûr référence au roman Récidive, le précédent opus de la série), le répit sera de courte durée pour notre profileuse préférée. La Belgique lui réserve un nouveau rendez-vous avec son passé, via notamment la personnalité trouble d’Anton Vifkin qui fut son mentor.

Une fois de plus Hanah Baxter se retrouve personnellement impliquée dans une affaire qui n’en finira pas de lui réserver des surprises. Une affaire aux facettes multiples dont le fil rouge entre les différents éléments se met en place lentement mais sûrement, suivant le rythme de l’implacable mélodie que nous interprète Sonja Delzongle.

Si vous ne connaissez pas encore le parcours de Hanah Baxter, je ne peux que vous recommander de lire les précédents romans de la série avant de vous lancer dans cet ultime opus. D’une part parce que se sont trois thrillers haut de gamme que vous découvrirez, mais aussi et surtout parce qu’ils vous permettront de mieux appréhender le personnage d’Hanah Baxter (même si l’auteure prend soin de défricher le terrain pour ceux et celles qui commenceraient par le présent roman).

Avant d’embarquer pour ce périple belge en compagnie d’Hanah baxter je vous invite à boucler votre ceinture. Le voyage ne sera pas de tout repos ! Une fois de plus Sonja Delzongle n’hésite pas à malmener ses personnages (nombre n’en reviendront pas… et ce n’est pas dans leur sommeil qu’ils passeront de vie à trépas).

Ainsi vous croiserez un tueur à gages, travesti à ses heures, bien déterminé à finir un boulot commencé vingt ans plus tôt. Mais aussi une énigmatique jeune femme, propriétaire d’un manoir délabré dans lequel elle prend soin de son jeune frère et de sa mère… avant de se consacrer à de plus sombres occupations.

Ce que vous croiserez surtout ce sont les côtés les plus obscurs de l’âme humaine, les dérives et déviances les plus dépravées et les plus perverses.

Une intrigue riche en rebondissements qui n’en finira pas de vous faire douter de tout et de tout le monde. A chaque instant vos certitudes risquent d’être balayées par un nouveau revirement de situation. Et là encore, Sonja Delzongle sait y faire quand il s’agit de jouer avec les nerfs du lecteur !

Nul doute que le personnage d’Hanah Baxter restera pour moi une très belle découverte littéraire, un personnage atypique auquel je me suis tout de suite attaché. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre ses aventures mouvementées, et c’est avec un évident pincement au cœur que je la quitte au terme de cet ultime rendez-vous.

MON VERDICT
Coup de poing

 
4 Commentaires

Publié par le 19 mai 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Nick Cutter – Little Heaven

AU MENU DU JOUR

N. Cutter - Little Heaven
Titre : Little Heaven
Auteur : Nick Cutter
Éditeur : Denoël
Parution : 2018
Origine : Canada (2017)
592 pages

De quoi ça cause ?

Quand Petty, la fille de Micah, est enlevé en pleine nuit, il sait qu’il ne pourra pas vaincre seul la chose qui lui a pris sa fille. Il fait appel aux seules personnes capables de l’aider face à cet ennemi, Eb et Minerva, des mercenaires, comme lui. Tous trois vont reprendre la route de Little Heaven dans l’espoir de sauver Petty et d’en finir avec cette abomination.

Quinze ans plus tôt, les trois amis ont déjà eu à affronter cette chose au cœur même de Little Heaven, une petite communauté religieuse qui vit coupée du monde. Un paradis qui se révélera rapidement ressembler davantage à une antichambre de l’Enfer plutôt qu’au jardin d’Eden…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

J’ai découvert Nick Cutter en 2016 à l’occasion de la parution de son roman Troupe 52. Les auteurs qui brillent dans la littérature horrifique sont rares, du coup quand on en trouve un, on n’a plus trop envie de le lâcher.

Ma chronique

Nick Cutter (Craig Davidson de son vrai nom) m’avait bluffé avec son précédent roman, Troupe 52, pour une première incursion dans la littérature horrifique, on peut dire qu’il avait fait fort, très fort même. Il en remet une couche avec Little Heaven ; sera-t-il à la hauteur de son aîné ?

Incontestablement la réponse est un OUI franc et massif. L’auteur parvient à aller encore plus loin dans l’horreur sans jamais donner l’impression de faire dans la surenchère gratuite. C’est trash, c’est gore, mais c’est pour les besoins de l’intrigue ; là où d’autres sombreraient dans le ridicule (voire le risible) à vouloir en faire des caisses, Nick Cutter évite cet écueil et nous propose un récit parfaitement maîtrisé. Essai transformé donc, la littérature horrifique peut s’enorgueillir de recevoir un nouveau cador du genre en ses rangs.

Je pense que vous l’aurez compris : âmes sensibles s’abstenir !

Une réussite qui doit beaucoup à son trio de héros pour le moins atypique. Et Dieu sait pourtant que réunir ces trois-là n’était pas une mince affaire ; en effet lors de leur première rencontre ils tentent vainement de s’entretuer. Blessés, ils se retrouveront dans une infirmerie de fortune en attendant que la police ne vienne les prendre en charge… sauf qu’ils ne l’entendent pas vraiment de cette oreille et seront contraints de faire équipe pour échapper à la prison.

C’est volontairement que je ne m’attarderai pas sur les personnages, pour faire simple on va dire qu’ils valent vraiment le détour, même s’ils loin d’être des saints, je suis sûr que vous les adopterez aussi vite que je l’ai fait. Pour le reste, à vous de le découvrir.

D’autres personnages sont appelés à jouer un rôle essentiel dans le déroulé de l’intrigue. Deux noms me viennent spontanément à l’esprit : Ellen et Amos. Vous ne pourrez qu’apprécier la première, tout comme vous ne pourrez que haïr le second. Sans oublier bien sûr les multiples entités qui hantent les bois voisins de Little Heaven.

Le récit alterne entre les événements présents (1980) et les flashbacks (1965-1966). C’est un trio vieillissant qui se retrouve pour affronter un mal qu’ils ne connaissent que trop bien. En examinant le découpage du bouquin, j’ai été étonné par l’importance (en nombre de pages) des événements passés (entre 75 et 80% du récit) par rapport à ceux du présent ; je craignais que l’intrigue actuelle soit quelque peu bâclée… J’ai été rapidement rassuré, tout s’imbrique impeccablement et même la fin apparaît alors comme la seule issue possible.

La désinvolture (parfois rien qu’apparente) des personnages et l’aspect décalé de certains dialogues apportent quelques touches d’humour bienvenues au milieu de ce déferlement de monstruosités en tout genre (dont certaines étant du seul fait des humains).

Le roman, dans son ensemble, dégage une ambiance très western, à commencer par ses héros qui font beaucoup penser aux cowboys solitaires chers au western spaghetti (bin oui, on est loin de notre brave poor lonesome cowboy qui tire plus vite que son ombre). Un western glauque et oppressant à souhait, mais aussi particulièrement riche en hémoglobine ; un cocktail détonnant (et étonnant) entre les univers de Sergio Leone et de Lovecraft.

Les amateurs du genre du genre se régaleront alors que les autres passeront leur chemin (à moins d’être franchement maso). Pour ma part je me suis régalé sans modération et j’espère bien avoir l’occasion de savourer d’autres écrits de Nick Cutter (il reste deux titres non encore disponibles en français).

Cerises (et oui, il y en a plusieurs) sur le gâteau, les superbes illustrations d’Adam Gorham disséminées au fil des chapitres. Je ne résiste d’ailleurs pas au plaisir de vous faire découvrir un trombinoscope de nos trois héros (Micah, Minerva et Eb).

Little Heaven

Pour l’anecdote j’ai découvert Troupe 52 dans son édition québécoise (publiée par les éditions Alto), pour Little Heaven c’est l’édition française (publiée par Denoël) que j’ai lue. Dans les deux cas je trouve les couv’ de Denoël (sans aucun chauvinisme déplacé) nettement plus réussies (ci-dessous la couv’ des éditions Alto de Little Heaven).

Little Heaven (ALto)

MON VERDICT

 
3 Commentaires

Publié par le 13 décembre 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Nick Cutter – Troupe 52

N. Cutter - Troupe 52Un roman qui m’a été gracieusement offert par une amie qui fréquente les mêmes lieux de perdition virtuels que moi. Comme le pitch m’inspirait je me suis rapidement lancé dans la lecture de Troupe 52 de Nick Cutter.
Comme tous les ans à la même époque, le chef scout Tim Riggs emmène son équipe (5 garçons âgés entre 14 et 15 ans) sur l’île de Falstaff pour trois jours de survie. Un soir un inconnu débarque dans le campement, il a faim, très faim. Mais surtout Tim, médecin de profession, remarque rapidement que l’homme est malade sans toutefois pouvoir identifier le mal qui semble le ronger de l’intérieur. En voulant aider cet inconnu, Tim ignore encore qu’il se met, lui et ses protégés, en danger de mort…
A priori le nom de Nick Cutter ne devrait pas vous dire grand chose, peut être que celui de Craig Davidson vous est plus familier. Non ? Et si je vous dis Un Goût De Rouille Et D’Os, porté à l’écran par Jacques Audiard en 2012 sous le titre De Rouille Et D’Os avec les interprétations magistrales de Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts. C’est sous le pseudo de Nick Cutter que l’auteur libère le côté obscur de son imaginaire…
Âmes sensibles s’abstenir ! L’auteur n’y va pas avec le dos de la cuillère quand il s’agit d’en faire voir de toutes les couleurs à ses personnages (rappelons-le, des gamins de 14/15 ans), tout comme il n’est pas avare en descriptions détaillées. Gore c’est gore, il nous reste qu’à vomir… aurait pu chanter notre Johnny national. On est clairement dans le registre horrifique parfaitement assumé (et même revendiqué), mais construit intelligemment (l’auteur évite de surjouer au risque de basculer dans la mauvaise série B, voire série Z).
Nick Cutter soigne ses personnages (ce qui ne l’empêche pas de leur faire subir les pires tourments par la suite) en dressant des portraits psychologiques soignés. Chaque ado a sa propre personnalité, on passe ainsi de la star du collège (le beau gosse musculeux mais dont le vide neuronal est abyssal) au nerd obèse qui fait office de souffre douleur idéal pour ses camarades, en passant par le sociopathe à tendance psychopathe. Chacun réagira à sa façon face au danger ; et tant pis si ce n’est pas toujours dans l’intérêt de tous…
L’intrigue est bien construite, jouant habilement sur les variations de rythme (sans jamais totalement faire tomber la pression) afin de laisser le temps au lecteur de reprendre son souffle avant la prochaine déferlante. Entre les chapitres on trouve des extraits de procès-verbaux et autres « documents officiels » permettant au lecteur d’avoir une vision plus large du phénomène qui menace l’île.
Le style est soigné mais sans fioritures, l’idée étant de privilégier l’action et de maintenir une certaine tension nerveuse de la première à la dernière page. C’est gore mais paradoxalement je n’ai pas trouvé le récit flippant (même si l’idée de base à de quoi faire froid dans le dos). Il n’en reste pas moins que la prochaine fois que des vers viendront me titiller le trou de balle certaines images pourraient bien me revenir en pleine tronche…
Pour une première incursion dans la littérature horrifique on peut dire que l’auteur s’en sort brillamment, il me tarde de découvrir ses prochains titres (un autre est d’ores et déjà disponible en anglais)…

MON VERDICT
jd4

La couverture qui illustre ce post est celle des éditions Alto (Québec).
En France c’est Denoël qui assure la publication du roman, la couv’ ressemble à ça :
nct52

 
9 Commentaires

Publié par le 1 décembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Colin Winnette – Là Où Naissent Les Ombres

C. Winnette - Là où naissent les ombresJe ne suis pas du genre à me laisser influencer par les accroches commerciales mais j’avoue que la promesse du Washington Post, d’un roman qui « révolutionne le genre du western » a titillé ma curiosité et rapidement propulsé sur les hauteurs de mon Stock à Lire Numérique le roman de Colin Winnette, Là Où Naissent Les Ombres.
Brooke et Sugar sont frères et chasseurs de primes. Suite à un accrochage en ville ils sont contraints de trouver refuge en forêt histoire de se faire oublier. Un matin ils retrouvent, allongé entre eux, un gamin, nu et amnésique. Bon an, mal an, les deux frères vont accepter qu’il les accompagne. mais avec eux le voyage ne sera pas de tout repos…
Ah que voilà un roman qu’il n’est pas simple de présenter, à tel point qu’on peut se demander si le gars qui a rédigé la quatrième de couv’ chez Denoël a bien lu le bon bouquin…
Si vous aimez les romans noirs et les western alors ce bouquin est fait pour vous, l’auteur vous propose en effet un western d’une noirceur absolue qui vous prendra aux tripes dès les premières pages. Le genre de noirceur d’où ne perce aucune source d’espoir, pas même une étincelle ; une plongée en aveugle dans les tréfonds les plus obscurs de l’âme humaine.
Un sentiment renforcé par une forme brute de décoffrage qui n’est pas sans rappeler La Route de Cormac McCarthy, aucun chapitrage et une mise en page minimaliste (un saut de ligne pour passer d’un personnage à l’autre, un retrait en début de paragraphe et puis basta).
Même le style contribue à ce sentiment de malaise diffus, l’écriture est froide, l’auteur nous expose les faits sans fioriture (ce qui n’empêche pas une grande richesse dans le vocabulaire) ; comme s’il souhaitait garder ses distances avec ses personnages par crainte que leur noirceur ne déteigne sur lui. Un ressenti qui n’est pas sans rappeler l’effet que m’avait fait Sukkwan Island de David Vann.
Et pourtant une fois le bouquin commencé je n’ai plus pu le lâcher, hypnotisé par cette intrigue (où plutôt par cette succession d’événements) d’où personne ne sortira indemne. Peut être que je suis maso à rechercher du noir toujours plus noir.
On peut sans trop de risque de se tromper situer le récit dans l’Ouest américain du XIXème siècle même si nous n’avons quasiment aucun repère, ni géographique, ni temporel. Peut être une façon de souligner que la noirceur de l’âme humaine ne connaît aucune frontière spatio-temporelle…
De la même façon il est difficile de s’attacher aux personnages, mais là encore on sent une volonté délibérée de l’auteur de vouloir imposer une certaine distance. On saura finalement assez peu de choses concernant Brooke et Sugar (mais attendez vous quand même à un retournement de situation qui devrait vous laisser sur le cul). Difficile, pour ne pas dire impossible, de faire un tri entre les gentils et les méchants, ici nous ne sommes pas dans le tout blanc et tout noir mais plutôt dans une large palette de nuances de gris.
C’est le premier roman de l’auteur traduit en français, en VO c’est son cinquième et dernier titre en date (paru en 2015). Je ne sais pas si Denoël (ou tout autre éditeur francophone) compte publier les précédents mais si tel était le cas alors je serai fidèle au rendez-vous.
Je comprendrais parfaitement que mon enthousiasme laisse de marbre certains de mes visiteurs craignant une overdose de noirceur, tout comme je ne serai pas surpris que certains lecteurs ne partagent pas mon engouement pour ce roman… Si je peux donner un conseil aux futurs lecteurs potentiels : évitez de vous lancer dans un moment de blues à l’âme !

MON VERDICT
jd5Coup double

 
8 Commentaires

Publié par le 15 novembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

[BOUQUINS] Paola Barbato – Le Fil Rouge

P. Barbato - Le fil rougeC’est sur les conseils avisés d’une lectrice ayant des goûts proches des miens que je me suis lancé dans le roman Le Fil Rouge de Paola Babarto. Sensations fortes assurées m’a-t-elle garanti, il n’en fallait pas plus pour me convaincre.
Antonio Lavezzi n’est plus que l’ombre de lui même depuis que sa fille de 13 ans a été violée et tuée, le meurtrier n’a jamais été identifié. Un matin il est appelé sur un des chantiers qu’il supervise, un corps y a été retrouvé. Antonio est convaincu que ce nouveau meurtre est lié à son affaire. Un mystérieux interlocuteur le contacte alors et lui propose un marché avec à la clé sa propre vengeance…
Si devais résumer mon ressenti en un seul mot c’est sans hésitation le terme uppercut qui me vient à l’esprit. Le genre de bouquin qui vous laisse KO debout après avoir refermé la dernière page. Le truc qui vous prend aux tripes et vous les vrille encore et encore, sans vous laisser le moindre répit. Et putain ce que c’est bon ! Bon mais éprouvant…
L’idée de base peut paraître simple : en échange de quelques menus services pas toujours très légaux mais qui ne vous salissent pas les mains (juste l’esprit), un inconnu vous propose d’éliminer le salopard qui a ruiné votre vie en vous enlevant l’être aimé ; vous acceptez ou vous refusez ? Certes la vengeance reste un thème redondant du thriller mais sous la plume de Paola Barbato le récit prend une toute autre dimension.
Déjà l’auteure prend son temps en imposant un rythme qui est tout sauf effréné. Et pourtant aucune longueur, aucun ennui, juste l’impatience qui vous met les nerfs à vif en attendant la prochaine étape. Tout ce temps on le passe dans la tête d’Antonio, on partage son désir de vengeance, ses doutes, ses questionnements mais aussi et surtout sa douleur (c’est elle le fameux fil rouge dont il est question dans le titre). Une histoire noire et glauque mais dans laquelle les dimensions humaine et psychologique occupent l’espace.
Au départ le style peut surprendre, le récit est en effet entrecoupé par les pensées d’Antonio, mais au final il permet une totale immersion dans le personnage et dans l’intrigue. Le pari n’était pas gagné d’avance, au début Antonio s’est reconstruit une vie réglée comme du papier à musique dans le déni du drame qui a bousillé ce qu’il était avant. Mais au fur et à mesure qu’il s’investit dans les missions que lui confie l’Assassin, son caractère et sa personnalité évoluent.
Pour nous lecteurs la grande question n’est pas tant de savoir jusqu’où Antonio est prêt à aller, mais plutôt qui est le meurtrier de sa fille, et quels sont ses mobiles (pour peu qu’il en ait). L’auteure sait faire durer le suspense avant de vous asséner la vérité, une vérité que l’on prend comme une magistrale claque dans la gueule. A peine le temps de digérer la révélation que les uppercuts se succèdent en rafale ! Plus de répit jusqu’à l’épilogue et son ultime botte secrète.
En plein déferlement d’uppercuts j’ai quand même réussi à sourire en lisant le dernier chapitre et notamment les « pensées » de Danko…
Ce bouquin fut une véritable découverte pour moi, presque une révélation, il ne me reste plus qu’à me ruer sur A Mains Nues, le premier roman de Paola Barbato. Mais pas tout de suite, j’ai d’abord besoin de reprendre mes esprits…

MON VERDICT
jd5Coup double

Devinette :
Quel est le point commun entre ces trois photos ?
Ceux et celles qui ont lu le bouquin trouveront sans même lire l’indice.

Danko

Indice :
— Pourquoi il s’appelle Danko ?
— Parce qu’il avait un maître stupide. Qui lui a donné le nom stupide d’un personnage stupide.

Réponse :
Danko est le nom du personnage interprété par Arnold Schwarzenegger dans le film Double Détente.
Danko est le nom du dogue argentin appartenant à l’un des protaganistes du roman.
Danko est le nom d’un cheval d’un autre protagoniste du roman.

 
15 Commentaires

Publié par le 29 avril 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] Robert Charles Wilson – Les Affinités

R.C. Wilson - Les AffinitésRobert Charles Wilson fait partie des auteurs dont je m’étais promis de découvrir leur univers littéraire. Au premier contact, avec la trilogie Spin, le courant n’est pas passé ; mais je compte bien donner une seconde change à cette saga encensée par bon nombre d’adeptes (ou pas) de SF. En attendant c’est avec son dernier roman, Les Affinités, que je tente une nouvelle immersion dans son monde livresque.
Les humains peuvent se classer en vingt deux groupes appelés Affinités, vingt trois si l’on compte ceux qui n’appartiennent à aucune Affinité. Les Affinités veulent révolutionner les relations entre individus d’un même groupe en les optimisant. Mais les révolutions ne se font pas sans violences. C’est ce que va découvrir Adam Fisk lorsqu’il intègre l’Affinité Tau, l’une des plus influentes Affinités…
Avant d’entrer dans le vif du sujet je voudrai juste préciser que la téléodynamique sociale, qui est le point de départ des Affinités, est un concept bien réel. Selon son créateur, Terrence W. Deacon, elle « pourrait nous aider un jour à comprendre les interactions sociales« . Partant de cette théorie Robert Charles Wilson s’est projeté quelques années dans le futur pour poser les bases de son roman.
Ce bouquin est un diesel, il lui faut un certains temps pour chauffer mais une fois lancé il enclenche le turbo. La première partie est lente, on découvre ce que Tau peut apporter à Adam et comment fonctionne une Affinité. Un rythme lent mais un contenu captivant, à aucun moment je ne me suis ennuyé, au contraire je brûlais d’envie d’en savoir plus. La seconde partie est la montée en régime, l’intrigue prend une autre dimension en se densifiant. Quant à la troisième partie c’est là où le turbo s’enclenche, impossible de lâcher l’affaire avant d’avoir le fin mot de l’histoire. Captivé de la première à la dernière page !
Vous l’aurez compris à la lecture du titre, l’intrigue repose essentiellement sur les relations sociales qui se tissent entre individus ; l’humain est donc le centre de gravité de tout le bouquin. L’auteur le rend parfaitement en nous offrant un récit plein d’humanité. Ecrit à la première personne on partage les souvenirs d’Adam Fisk avec la même intensité que si c’étaient nos propres souvenirs. Bref le bouquin se lit d’une traite (deux en l’occurrence, faute de disponibilité), tant par la qualité de son contenu que par celle de son écriture (malgré quelques lourdeurs de traduction).
N’allez pas croire que l’auteur se contente de nous pondre un futur idéal à la Bisounours où le genre humain se répartirait en vingt deux groupes sociaux. D’une part il y a ceux qui n’appartiennent à aucune Affinité, soit parce qu’ils n’ont pas été retenus au terme de leur évaluation, soit parce qu’ils ne se sont pas fait évaluer. D’autre part, l’humain étant ce qu’il est, il faut bien que certaines Affinités tentent de s’imposer en lorgnant vers toujours plus de pouvoir… ce que les autres n’acceptent pas forcément de gaieté de coeur, d’autant moins qu’elles ont la même idée.
Je ne sais ce que vous en pensez, mais personnellement, l’idée de vivre au sein d’un groupe qui partage la même vision des choses que moi ne m’enchante pas vraiment. Je pense que si un tel réseau social devait se mettre en place j’opterai pour la non évaluation.
S’il me fallait une motivation supplémentaire pour donner une seconde chance à Spin c’est désormais chose faite. Mais pas tout de suite, avant j’aimerai poursuivre mon exploration « Wilsonienne » avec Les Derniers Jours Du Paradis et Julian. Si vous avez d’autres suggestions Wilsoniennes…

MON VERDICT
jd5Coup de Coeur

 
12 Commentaires

Publié par le 10 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Shannon Kirk – Méthode 15-33

S. Kirk - Méthode 15-33Il est des bouquins pour lesquels j’ai un coup de foudre immédiat, une envie de les lire qui s’impose comme une évidence. Méthode 15-33 de Shannon Kirk appartient à cette catégorie, à peine le pitch parcouru que je me suis dit : « celui là il est pour moi ». Restait à savoir si la ramage serait à la hauteur du plumage…
Une jeune fille de 17 ans, enceinte de sept mois, est enlevée puis séquestrée par des hommes qui veulent lui prendre son bébé. Les ravisseurs ignorent que leur victime n’a aucunement l’intention de se laisser faire ; elle va traiter son enlèvement comme un problème scientifique et tout mettre en oeuvre pour les sauver, elle et son bébé…
Une énième histoire de kidnapping, c’est du lu et relu me direz vous, même du point de vue de la victime. Et bien non ! Shannon Kirk nous prouve avec brio que l’on peut encore faire du neuf avec du vieux, que les règles du genre peuvent être étirées, triturées et restructurées pour nous offrir une intrigue 100% originale.
Certes l’intrigue est narrée à la première personne, du point de vue de la victime. Sauf que ladite victime n’est pas une gamine terrorisée et soumise, mais une véritable surdouée dotée d’un brillant esprit scientifique et analytique. Et surtout capable de fermer les portes à toutes ses émotions afin de traiter sa situation avec juste ce qu’il faut de détachement pour préparer un plan implacable.
J’ai adoré ce manque total d’empathie du personnage principal ; la froideur de ses analyses et de ses réactions sont un véritable un régal à lire. Je brûlais d’impatience de découvrir le traitement (la fameuse méthode 15-33) qu’elle réservait à ses ravisseurs.
Cerise sur le gâteau, l’auteure nous offre un second axe narratif. Toujours écrit à la première personne mais cette fois à travers le personnage de Roger Liu, un agent du FBI qui enquête sur la disparition d’une adolescente avec sa partenaire, Lola. Un duo d’enquêteurs hors norme qui mérite aussi le détour.
Pour son premier roman, l’auteure propose une intrigue hautement addictive qui ne manquera pas de jouer avec vos nerfs (forcément les choses ne se passeront pas exactement comme prévu… sinon ça ne serait pas marrant). Un récit totalement maîtrisé, de la première à la dernière ligne. Je m’attendais à du lourd, j’ai eu du très lourd. Sans la moindre hésitation je lui attribue un coup de coeur.

MON VERDICT
jd5Coup de Coeur

 
20 Commentaires

Publié par le 29 février 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,