[BOUQUINS] Chrystel Duchamp – Délivre-Nous Du Mal

AU MENU DU JOUR


Titre : Délivre-Nous Du Mal
Auteur : Chrystel Duchamp
Éditeur : L’Archipel
Parution : 2022
Origine : France
297 pages

De quoi ça cause ?

Quand Anaïs Malori constate que sa sœur, Esther, a disparu sans la moindre explication, elle contacte son ami Thomas Missot, commandant à la PJ de Lyon. D’abord sceptique, Thomas va pourtant accepter de mener l’enquête en off.

L’enquête va suivre plusieurs pistes mais aucune n’aboutit. jusqu’à ce que le corps d’une jeune femme ne soit retrouvé pendu dans un entrepôt désaffecté…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que j’avais beaucoup aimé le premier roman de Chrystel Duchamp, L’Art Du Meurtre, par manque de temps je suis passé à côté du suivant il fallait donc que je rattrape le coup avec ce troisième titre l’auteure.

Ma Chronique

Je remercie les éditions de L’Archipel et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Le roman s’ouvre non pas sur un prologue (trop classique) mais sur trois. Si on perçoit un éventuel lien entre les deux premiers (mais gare à ne pas tirer de conclusions trop hâtives), le troisième vous laissera très certainement perplexe… pas d’inquiétude, tout vient à point à qui sait attendre.

La première partie du roman vous invite à suivre une enquête plus ou moins formelle autour d’une disparition supposée inquiétante (celle d’Esther Malori). Un jeu de pistes relativement classique dans sa construction, si ce n’est que l’enquête piétine, chacune des pistes suivies se heurte à sur une impasse.

La seconde partie apporte une dimension nouvelle à l’intrigue puisque l’enquête va s’orienter sur la piste du tueur en série… Un tueur insaisissable qui mutile ses victimes et laisse derrière lui de macabres mises en scènes. Là encore on reste dans une trame relativement classique de la littérature policière.

Vu comme ça vous pourriez être amené à penser que Chrystel Duchamp se contente du minimum syndical ; monumentale erreur comme dirait l’autre ! La troisième partie du roman redistribue complètement les cartes et offre à l’intrigue une perspective radicalement différente. Le lecteur va progressivement découvrir les dessous d’un projet de grande envergure aussi insensé que machiavélique.

L’auteure maîtrise son intrigue de bout en bout et mène ainsi le lecteur par le bout du nez. Les chapitres courts et un style direct (pas de fioritures inutiles ou de tournures alambiquées) plongent le lecteur au cœur de l’action.

Une intrigue qui est aussi pour Chrystel Duchamp l’occasion de donner un grand coup de projecteur sur les violences faites aux femmes et surtout la façon dont certains dossiers sont traités par la justice (police et tribunal). J’aimerai croire que ça reste des situations exceptionnelles, mais le simple fait que ça puisse exister me fout la haine.

Je ne vais pas non plus stigmatiser les uns ou les autres, mais quand on voit, encore tout récemment, le laxisme de la police à poursuivre l’un des leurs (déjà connu pour violences conjugales) soupçonné d’avoir tué sa compagne… je me dis que la justice n’est pas aveugle mais complice et j’ai honte de cet état de fait.

Thomas Missot porte lui aussi un regard désabusé et aigri sur la situation :

Il avait déjà entendu des homologues masculins manipuler des femmes victimes de leur compagnon : « Cet homme risque d’aller en prison. Êtes-vous certaine de vouloir gâcher sa vie ? C’est quand même le père de vos enfants ! » Ce genre de réflexion désarçonnait parfois la plus déterminée des plaignantes.

Une phrase extraite d’une audition était d’ailleurs devenue virale sur les réseaux sociaux. Elle rapportait les propos d’un policier au sujet d’une femme agressée sexuellement dans le métro : « Quand on a vos yeux, on marche en baissant le regard pour ne pas attirer celui des hommes. »

La culpabilisation des victimes de viol était une réalité. Ces femmes à qui l’on reproche leurs jupes trop courtes, leurs talons trop hauts, leur poitrine trop généreuse, leurs hanches girondes… Des excuses étaient régulièrement brandies pour excuser un viol et, dans cette démarche de décrédibilisation fumeuse, nombreux étaient les complices : proches suspicieux, flics pourris, système juridique bancal…

L’auteure apporte beaucoup de soins au traitement de ses personnages, cela s’applique aussi bien à leur personnalité qu’à ce qui fait d’eux des êtres humains à part entière (les soucis personnels et ou professionnels).

Ainsi, si Thomas Missot est totalement investi dans son enquête, en père divorcé, il ne peut s’empêcher de s’inquiéter et de culpabiliser au sujet de sa fille… même si celle-ci affirme haut et fort qu’elle va bien. Si son métier a pris le dessus sur son rôle de mari, il n’a pas encore totalement éclipsé celui de père.

Peut-être vous posez vous des questions quant au choix du titre, l’explication viendra en temps et en heure… si je devais vous donner un indice, je vous inviterais, une fois de plus, à ne pas vous fier aux apparences.

MON VERDICT