RSS

Archives de Tag: Dargaud

Fabien Nury & Brüno – L’Homme Qui Tua Chris Kyle

AU MENU DU JOUR

Nury & Brüno - L'homme qui tua Chris Kyle

Titre : L’Homme Qui Tua Chris Kyle
Scénario : Fabien Nury
Dessin : Brüno
Éditeur : Dargaud
Parution : 2020
Origine : France
164 pages

De quoi ça cause ?

Le 2 février 2013, Chris Kyle, ancien Navy SEAL et sniper hors pair qui s’est brillamment illustré en Irak est lâchement abattu par Eddie Ray Routh, un ancien marine souffrant d’un syndrome de stress post-traumatique.

Ma Chronique

Je remercie chaleureusement les éditions Dargaud et la plateforme Net Galley pour leur confiance renouvelée.

N’étant ni américain, ni américanophile (sans pour autant être américanophobe) je n’avais jamais entendu parler de Chris Kyle avant de voir le film American Sniper, réalisé par Clint Eastwood ; film basé sur l’autobiographie homonyme du fameux Chris Kyle.

Je ne vous cacherai que j’ai beaucoup aimé ce film, et que c’est lui qui m’a donné envie de creuser davantage autour du personnage de Chris Kyle, notamment concernant son exceptionnel parcours militaire et sa fin aussi tragique qu’injuste.

Bien qu’étant un inconditionnel de Clint Eastwood, en tant qu’acteur aussi bien qu’en tant que réalisateur, je me méfie de ses prises de position parfois très très conservatrices sur certains sujets. Je souhaitais donc corroborer ma propre vision avec une autre approche du personnage de Chris Kyle, une approche plus détachée, sans obscurantisme militant mais sans toutefois que cela devienne un réquisitoire à charge.

Autant je suis totalement inapte à une vie militaire (j’ai quand même été réformé P4), autant je ne suis absolument pas antimilitariste ; j’ai même un profond respect pour les militaires, quel que soit leur corps d’armée, et plus encore quand ils ont été sur le terrain.

Mais assez parlé de moi, revenons à nos moutons et à ce roman graphique.

Les auteurs commencent tout naturellement par nous brosser un rapide portrait de Chris Kyle en allant au-delà de ses « exploits » en tant que soldat. Sa difficulté à retrouver une vie normale après ses campagnes en Irak, son engagement auprès des vétérans souffrant d’un syndrome de stress post-traumatique, son investissement dans une société de protection… Mais aussi sa part d’ombre, dont un tempérament plutôt bagarreur et un certain côté affabulateur (certains faits mentionnés dans son autobiographie sont invérifiables, d’autres sont carrément contestés par ceux qui y ont prétendument pris part).

On sent dans la démarche des auteurs qu’il n’y a aucune volonté de ternir l’image du héros 100% made in USA ; au contraire, ses défauts tendraient à le rendre plus abordable et plus humain. Après tout même un héros est fait de chair et de sang, même un héros a le droit d’avoir ses faiblesses… et dans la vraie vie aucun héros n’est invulnérable.

C’est ensuite au tour de Eddie Ray Routh de passer sur le grill. S’il est lui aussi un vétéran, son parcours n’a rien de commun avec celui de Chris Kyle. Quasiment aucune expérience de terrain, sinon une mission humanitaire à Haïti. À son retour, il vit aux crochets de ses parents, passe son temps à picoler et/ou à fumer de l’herbe tout en entretenant une relation houleuse avec sa petite amie.

Du coup forcément quand tu mets d’un côté de la balance un héros de guerre et de l’autre un loser puissance 10, et que le second tue le premier, il n’est pas difficile de deviner de quel côté penchera l’opinion publique et que, même au niveau judiciaire, le sort d’Eddie Ray Routh était scellé avant même l’ouverture du procès.

Au-delà du drame et du procès, les auteurs s’attardent aussi sur les « à-côtés » de l’affaire. Notamment sur l’implication de Taya Kyle, la veuve de Chris, et j’avoue que c’est le personnage qui m’est apparu le plus ambigu dans cette histoire. J’aimerai penser qu’elle n’agit que pour sauvegarder et honorer la mémoire de son époux mais je ne peux m’empêcher d’y voir une course au profit quelque peu dérangeante.

Chapeau bas à Fabien Nury pour l’énorme travail de documentation qu’il a dû fournir afin de nous restituer un regard aussi objectif que possible sur les différents aspects de ce drame et en le replaçant dans son contexte sociétal et politique.

Le trait du Brüno est en totale adéquation avec le thème développé. Brut et anguleux, il laisse planer sur l’ensemble une ambiance façon western spaghetti qui fonctionne impeccablement.

Si vous avez vu American Sniper, je ne peux que vous recommander de lire ce roman graphique qui vous propose d’aborder l’histoire via une approche différente et surtout de découvrir les suites du crime (le film s’arrête avant le procès d’Eddie Ray Routh).

Évidemment, je le recommande aussi aux lecteurs n’ayant pas vu le film de Clint Eastwood, je suppose que ceux-ci aborderont l’affaire avec un esprit plus neutre.

MON VERDICT

 
2 Commentaires

Publié par le 16 septembre 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Joann Sfar – Fashion Week

AU MENU DU JOUR

J. Sfar - Fashion Week

Titre : Fashion Week
Auteur : Joann Sfar
Éditeur : Dargaud
Parution : 2020
Origine : France
160 pages

De quoi ça cause ?

Jacques Meranda, alias Le Niçois, quitte le Côte d’Azur pour monter sur la capitale dans l’espoir de réaliser un gros coup à l’occasion de la fashion week de Paris.

C’est accompagné de sa nana, Loulou Crystal, une ancienne star du porno, et quelques complices que Le Niçois compte faire main basse sur le pactole espéré… sauf que les choses ne vont pas vraiment se passer comme prévu.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Dargaud et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Avant de découvrir cette BD je n’avais que très vaguement entendu parler de Joann Sfar et je ne connaissais pas du tout son personnage de Jacques « Le Niçois » Merenda. C’est par pure curiosité que je l’ai sollicité sur Net Galley.

Jouons cartes sur table d’entrée de jeu, j’ai reçu rapidement un retour favorable des éditions Dargaud et de fait j’ai cette BD en stock depuis début mars. La première fois que je l’ai ouverte pour y jeter un œil, je l’ai refermé après seulement quelques pages feuilletées. J’ai trouvé le dessin tout simplement laid et n’ai pas du tout aimé la typographie du texte.

A plusieurs reprises j’ai essayé de me motiver pour m’y mettre une bonne fois pour toutes… avant de renoncer au bout de quelques pages. Du coup j’ai fini par me résigner et à progresser au rythme imposé par le bouquin, un chapitre de temps en temps, ça prendra le temps que ça prendra (concrètement ça a pris une dizaine de jours)…

Si je vous dis braquage d’une starlette en pleine fashion week de Paris et que je précise que la starlette en question s’appelle Kim Kestéchian ; ça vous rappellera forcément quelque chose. Perso plus que le fait divers qui défraya la chronique, ça me fait surtout penser à la BD Les Bijoux De La Kardashian, qui se veut une reconstitution fidèle des faits.

Sous la plume de Joann Sfar les faits (la réalité est déjà digne d’un vaudeville de bas étage) sont (encore plus) tournés en dérision pour virer à la farce burlesque. Clairement ce sont les textes de l’auteur qui sauvent la BD du naufrage ; je n’ai définitivement pas réussi à me faire à la laideur du dessin.

Une BD qui ne m’a pas vraiment envie de découvrir les deux romans de l’auteur mettant en scène son Niçois (chronologiquement je ne sais pas où se situe la BD par rapport aux bouquins et je m’en fous) ; par contre je lui donnerai sans doute une seconde chance en me penchant sur sa série de BD Le Chat Du Rabbin dont le dessin me semble plus soigné.

MON VERDICT

Fashion Week

 
6 Commentaires

Publié par le 17 juin 2020 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Fromental & Berthet – De L’Autre Côté De La Frontière

AU MENU DU JOUR

Fromental/Berthet - De L'autre côté de la frontière
Titre : De L’Autre Côté De La Frontière
Scénario : Jean-Luc Fromental
Dessin : Philippe Berthet
Éditeur : Dargaud
Parution : 2020
Origine : France
72 pages

De quoi ça cause ?

François Combes, un auteur français de romans policiers, va se retrouver bien malgré impliqué dans une affaire de meurtre d’une prostituée de Nogales, ville frontière entre les USA et le Mexique. Son ami, Jed Peterson, fait en effet figure de principal suspect pour la police.

Quand un second corps est découvert, l’étau se resserre encore davantage autour de Peterson. Combes va se faire aider par Estrellita, une jeune domestique qui travaille pour lui, afin d’avoir des infos sur ce qui se trame de l’autre côté de la frontière.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Dargaud et Net Galley pour leur confiance, l’occasion pour moi de découvrir cette bande dessinée en avant-première (parution le 6 mars).

J’avoue humblement que je ne connaissais aucun des auteurs, c’est la curiosité qui ‘a poussé à solliciter ce titre proposé parmi quelques autres BD. Simplement parce qu’il m’a paru être le plus « adulte » du lot. Une façon aussi de souhaiter la bienvenue aux éditions Dargaud sur la plateforme Net Galley.

Si en matière de romans je fais une allergie chronique au format PDF, je reconnais que pour les BD et romans graphiques ça passe plutôt bien même si le format n’est pas optimum (si j’avais le choix, je privilégierais un format CBR ou CBZ). Il n’en reste pas moins que PDF lu avec STDU Viewer constitue une bonne alternative.

Je reconnais volontiers que développer une intrigue policière qui tienne la route sur une soixantaine de planches peut être un exercice délicat. Contrairement au roman qui permet de prendre son temps pour tisser un écheveau plus ou moins complexe autour du cadre et des personnages, dans la BD il faut condenser les infos afin d’aller à l’essentiel.

En cela le duo Fromental / Berthet tire plutôt bien son épingle du jeu. Le déroulé de l’intrigue est plutôt bien pensé et le dénouement devrait surprendre plus d’un apprenti Sherlock (en grande partie pour la raison évoquée précédemment, les indices sont quasiment inexistants). J’avoue que pour ma part j’étais partie vers une autre hypothèse, beaucoup plus (trop ?) classique.

La narration est assurée par Estrellita, une jeune domestique mexicaine qui travaille pour François Combes et que ce dernier mettra à contribution afin de faire progresser ses recherches en vue de prouver l’innocence de son ami.

Le trait est fin et précis même si parfois les personnages m’ont semblé un tantinet inexpressifs par manque de détails dans les visages. Ce petit bémol ne m’a nullement empêché d’apprécier pleinement cette BD.

Après la BD Jean-Luc Fromental nous offre une brève présentation de la ville de Nogales et de son histoire, il y fait notamment état d’un certain Georges Simenon qui s’installera non loin de là entre mai 1948 et juin 1949. Et profitera alors sans modération de tous les plaisirs qu’offre Nogales.

MON VERDICT

Fromental/Berthet

 
3 Commentaires

Publié par le 13 février 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,