RSS

Archives de Tag: Collectif

[BOUQUINS] Collectif – London Calling – 19+1 Histoires Rock Et Noires

AU MENU DU JOUR

Collectif - London Calling

Titre : London Calling – 19+1 Histoires Rock Et Noires
Auteur : Collectif
Éditeur : Buchet Chastel
Parution : 2009, réédition 2019
Origine : France
240 pages

De quoi ça cause ?

Un recueil initialement publié en 2009, réédité à l’occasion du quarantième anniversaire de l’album London Calling des Clash.

19 nouvelles, autant que l’album a de pistes musicales. Plus une nouvelle inédite à l’occasion de cette réédition.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que je considère que l’album London Calling restera à jamais gravé dans l’histoire de la culture punk rock contemporaine. J’étais donc curieux comment ces auteurs allaient lui rendre hommage à travers leurs courts récits.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Buchet Chastel et Net Galley pour leur confiance qui me permet de découvrir cette réédition en avant-première (sortie le 19 septembre).

Le bouquin s’ouvre sur une préface d’Antoine de Caunes qui nous livre une anecdote très rock’n roll sur les Clash. Et vous parle de l’album London Calling mieux que je pourrai le faire, c’est donc bien volontiers que je lui cède la place :

« London Calling » est mon album préféré des Clash. C’est vraiment un classique, qui résiste à 12000 écoutes, quand beaucoup d’albums de la même période ont pris un sérieux coup de vieux. La production, la composition, la cohérence du disque par-delà les nombreuses variations et les styles explorés, de la country au jazz en passant par le punk, la rage qui sous-tend l’ensemble : tout est vraiment magnifique.

Il va sans dire que j’ai découvert les Clash et ce mythique London Calling bien après sa sortie. En 1979 j’avais 12 ans, un peu jeune pour savourer pleinement le son des Clash. C’est surtout entre 1984 et 1989 qui j’ai écouté en boucle leur album. Et aujourd’hui encore je peux l’écouter et l’apprécier autant qu’à la première écoute.

Un recueil qui a vu le jour à l’initiative de Jean-Noël Levavasseur, les auteurs ayant répondu présent sont, par ordre d’apparition : Jean-Hugues Oppel, Thierry Crifo, Pierre Mikaïloff, Max Obione, Olivier Mau, Annelise Roux, Jan Thirion, Marc Villard, José-Louis Bocquet, Mouloud Akkouche, Michel Leydier, Jean-Noël Levavasseur, Thierry Gatinet, Sylvie Rouch, Jean-Bernard Pouy, Frédéric Prilleux, Christian Roux, Caryl Férey, Jean-Luc Manet et Jean-Philippe Blondel.

Chacune des 19 nouvelles porte le nom d’une des chansons de l’album, elles sont présentées dans le même ordre que sur le double CD. Toutes débutent par une illustration en noir et blanc de Serge Clerc (toutes extraites de sa BD, The Clash, le dernier gang dans la ville) ; un bonus visuel certes, mais pas non plus de quoi s’extasier devant les prouesses graphiques du dessinateur.

La couv’ du bouquin promet des histoires rock et noires. Rock elles le sont sur le fond, car toutes sont plus ou moins liées aux Clash et à la chanson-titre de la nouvelle ; sur la forme toutes ne dégagent pas l’esprit rock’n roll, loin s’en faut…

Le noir non plus n’est pas systématiquement au rendez-vous, même quand il est de la partie ça ressemble plus à du gris foncé qu’à du noir anthracite. Pire, certaines nouvelles donnent l’impression de poser le décor pour une suite qui ne vient jamais ; frustrant ? Vous avez dit frustrant ?

Je mentirai en disant que je me suis ennuyé à la lecture de ces nouvelles, la preuve en est que je suis envoyé le recueil en deux jours. J’ai passé un sympathique moment de lecture sans jamais avoir été totalement emballé.

Deux nouvelles tirent plutôt bien leur épingle du jeu « Lover’s Rock » de Jean-Bernard Pouy, pour la qualité de l’écriture, et « Four Horsemen » de Frédéric Prilleux, pour son humour et son quatuor de supporters de Guingamp.

Mention spéciale à Caryl Fèrey et son titre « Revolution Rock« , plutôt que d’opter pour la fiction, il nous raconte ses souvenirs autour de l’album London Calling et l’impact qu’il a eu sur sa façon de voir la vie.

Jean-Luc Manet avec « Train in Vain » opte aussi pour le souvenir. Un souvenir certes plus douloureux, mais tout aussi décisif quant à son avenir.

Je referme toutefois le bouquin avec un sentiment mitigé, l’hommage manque cruellement d’éclat pour faire honneur à un album pourtant éblouissant.

Pour l’anecdote, je terminerai en précisant que si j’adore la musique des Clash (et tout particulièrement l’album London Calling), je ne partage aucunement leur engagement politique (mon cœur bat depuis toujours et définitivement à droite).

MON VERDICT

 
1 commentaire

Publié par le 5 septembre 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Collectif, à l’initiative d’Yvan Fauth – Écouter Le Noir

AU MENU DU JOUR


Titre : Écouter Le Noir
Auteur : Collectif
Éditeur : Belfond
Parution : 2019
Origine : France
288 pages

De quoi ça cause ?

13 auteurs réunis autour du thème de l’audition.
11 nouvelles sur fond noir.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que cet ouvrage est une initiative d’Yvan, ami (même si nous ne nous « connaissons » que par le biais du net) et blogueur pour qui j’ai énormément d’estime.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Belfond et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Je ne suis pas forcément un grand fan de la nouvelle même si je reconnais volontiers que, pour un auteur, l’exercice est délicat, voire périlleux. Le temps de quelques pages, il faut donner vie à des personnages et mener à terme une intrigue ; aller à l’essentiel pour toucher le lecteur au cœur et aux tripes, en évitant les raccourcis trop faciles qui laisseraient une impression de travail inachevé (ou pire, bâclé).

Les auteurs ayant répondu à l’invitation d’Yvan comptent parmi la fine fleur de la littérature noire francophone (mais pas que…), le nec plus ultra du genre. À travers ce recueil ils confirment leur immense talent, certains se dévoileront même sous un jour totalement inattendu.

C’est Barbara Abel et Karine Giebel qui ouvrent le bal, avec une nouvelle à quatre mains qui donne le ton et m’a laissé sans voix (à défaut de me laisser sans ouïe). Suivront, par ordre d’apparition, Jérôme Camut et Nathalie Hug, Sonja Delzongle, François-Xavier Dillard, R.J. Ellory, Nicolas Lebel, Sophie Loubière, Maud Mayeras, Romain Puértolas, Laurent Scalese et Cédric Sire.

Si aucun des auteurs présents ne m’est inconnu, il y en a certains dont je n’ai pas encore eu l’occasion d’explorer l’univers (Barbara Abel, Nicolas Lebel, Sophie Loubière et Laurent Scalese) ; découvrir leurs nouvelles me donne un aperçu de leur immense talent et ne fait qu’attiser davantage ma curiosité eu égard à leur travail…

Je ne vais pas me lancer dans un avis détaillé pour chacune des nouvelles ici présentes, d’une part afin de laisser intact le plaisir de la découverte, mais aussi parce que j’estime que cette approche ne ferait pas pour autant avancer le schmilblick (et un peu aussi par pure fainéantise).

Tour à tour les auteurs explorent le thème de l’audition sous toutes ses facettes (qu’il s’agisse de surdité, de bruits en tout genre – parfois amis, parfois ennemis – ou encore de musique…). De même les auteurs jouent sur tout le spectre du noir, du classique sur fond policier / thriller, au fantastique en passant même par l’humour.

Comme souvent dans ce genre de recueil, il y a les nouvelles qui font mouche et celles pour lesquelles on a l’impression d’avoir raté le coche sans vraiment pouvoir s’expliquer le pourquoi du comment de la chose. Il n’en reste pas moins que globalement la qualité est au rendez-vous (certaines flirtent même avec l’excellence) ; pas vraiment une surprise vu le panel des auteurs ayant accepté de se prêter au jeu.

Afin d’illustrer mon propos ci-dessus, je terminerai cette chronique par l’attribution d’une note (sur 5) à chacune de ces nouvelles ; comme d’hab cette notation n’engage que moi :

B. Abel et K. Giebel – Deaf : 5
J. Camut et N. Hug – Archéomnésis : 2.5
S. Delzongle – Tous les chemins mènent au hum : 3.5
F.X. Dillard – Ils écouteront jusqu’à la fin : 5
R.J. Ellory – Bloodline : 4.5
N. Lebel – Sacré chantier : 3.5
S. Loubière – Zones de fracture : 4
M. Mayeras : Echos : 4
R. Puértolas – Fête foraine : 4
L. Scalese – Quand vient le silence : 5
C. Sire – Le diable m’a dit : 5

Ce qui nous fait une honorable moyenne de 4.2 sur 5 que j’arrondis volontiers à 4.5 pour saluer l’initiative de ce recueil.

Mon cher Yvan tu peux considérer que le challenge a été remporté haut la main. Tu peux remettre ça quand tu veux !

MON VERDICT

 
15 Commentaires

Publié par le 21 mai 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,