RSS

Archives de Tag: Benoit Domis (trad.)

[BOUQUINS] Shaun Hamill – Une Cosmologie De Monstres

AU MENU DU JOUR

S. Hamill - Une Cosmologie De Monstres

Titre : Une Cosmologie De Monstres
Auteur : Shaun Hamill
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2019
Origine : USA
416 pages

De quoi ça cause ?

Au fil des chapitres Noah Turner nous raconte l’histoire de sa famille, et la sienne. Une histoire beaucoup moins ordinaire qu’il n’y paraît…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Tout me donnait envie de découvrir ce roman (titre, couverture, pitch et même le bandeau d’accroche), la vraie question serait donc de savoir pourquoi j’ai autant tardé. Mais comme le dit fort justement l’adage : « tout vient à point à qui sait attende ».

Ma Chronique

Bien qu’ayant une véritable envie de découvrir le roman de Shaun Hamill, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en l’ouvrant, on va dire que la référence aux univers de H.P. Lovecraft a fait son effet.

Difficile de parler de ce roman sans risquer de rompre le charme de la découverte, alors plutôt que de m’escrimer à vous décrire ce qu’il est, je vais commencer par vous dire ce qu’il n’est pas.

Si vous cherchez un roman d’horreur pur et dur, à savoir dégoulinant d’hémoglobine et/ou vous assurant le grand frisson, alors passez votre chemin. Le roman de Shaun Hamill ne saurait aucunement répondre à vos attentes.

L’auteur opte en effet pour une approche plus subtile et surtout beaucoup plus humaine, mettant avant tout l’accent sur la famille Turner. Une famille ordinaire que Shaun Hamill saurait vous faire aimer malgré ses failles. Une famille qui aurait pu n’avoir qu’à composer avec les aléas d’un quotidien pas toujours des plus cléments. Sauf que chez les Turner chaque drame est auréolé de mystère ; reste à savoir si ce mystère est le fruit d’une intervention surnaturelle ou le résultat d’un esprit dérangé (les antécédents familiaux ne manquent pas chez les Turner)

Outre une histoire de famille, Noah Turner nous invite à partager l’histoire d’une amitié (et plus si affinités) pas tout à fait ordinaire. Une amitié (réelle ou imaginée ?) avec des hauts et des bas, et beaucoup de questions sans réponse pour Noah.

Mais rassurez-vous ami(e)s lecteurs et lectrices, les réponses viendront en temps et en heure, et certaines ne manqueront pas de vous surprendre.

Quasiment de la première à la dernière page, le roman est nimbé de cette aura particulière qui fait son originalité et sa force. Mais pour l’amateur de littérature horrifique que je suis, j’ai trouvé que parfois l’intrigue, bien que très bien construite et aisée à suivre, manquait de piquant.

En refermant ce bouquin j’ai envie de redécouvrir les univers de Lovecraft et notamment tout ce qui tourne autour du mythe de Cthulhu. J’ai bien lu, il y a quelques années de cela, deux ou trois nouvelles mais je n’avais pas du tout été emballé par le style. On va lui donner une seconde chance en espérant que c’était un problème de traduction. Ça tombe bien j’ai justement les trois tomes de Cthulhu : Le Mythe, édités par Bragelonne dans une nouvelle traduction, qui hantent mon Stock à Lire Numérique.

À ma décharge, quant Margaret lis pour la première fois un texte de Lovecraft on ne peut pas vraiment dire qu’elle ait frôlé l’orgasme littéraire :

En revanche, il [Harry] avait visiblement un penchant pour le macabre et, au vu de cette prose aride et tarabiscotée, une endurance extraordinaire. Lovecraft lui parut presque illisible. Ses « personnages » n’avaient d’existence que sur la page et dans la mesure où l’auteur leur avait attribué un nom : jamais ils n’évoluaient ni n’entraient en interaction, comme des humains l’auraient fait. Dès qu’ils prenaient la parole, ils s’exprimaient à la manière de manuels scolaires anthropomorphisés venus de dimensions parallèles. La plupart des histoires semblaient tourner autour du thème de l’exploration d’une ruine ancienne, racontée par le seul survivant, devenu fou après avoir compris que les vestiges en question continuaient peut-être d’abriter une abomination primordiale quelconque. La langue, très chargée et truffée d’adjectifs, ne parvenait pas à approcher l’horreur terrifiante et l’effroi qui suintaient des illustrations de Visions de Cthulhu.

MON VERDICT

 
6 Commentaires

Publié par le 25 février 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Alastair Reynolds – Vengeresse

AU MENU DU JOUR

A. Reynolds - Vengeresse

Titre : Vengeresse
Auteur : Alastair Reynolds
Éditeur : Bragelonne
Parution : 2018
Origine : Angleterre (2016)
408 pages

De quoi ça cause ?

Adrana et Arafura Ness, deux soeurs, intègrent, contre l’avis de leur père, l’équipage du Monetta, un voilier solaire commandé par le capitaine Rackamore. Leur tâche : apprendre à parler aux os et permettre ainsi au capitaine de diriger son vaisseau sur les écrins les plus rentables et assurer la sécurité de l’expédition.

Mais les écrins et leurs richesses attisent aussi la convoitise des pirates qui préfèrent attaquer un équipage sur le retour et les dépouiller sans avoir à s’exposer aux dangers des écrins. Pour les bâtiments de la Congrégation, il n’y de pires perspectives que de croiser la route du Voilier-Noir et de son impitoyable capitaine, la redoutable et redoutée Bosa Sennen…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que ça fait un bail que je n’ai pas plongé le nez dans un roman de science-fiction. Il s’avère que j’ai flashé sur la couv’ de celui-ci.

D’autre part le mélange de science-fiction et de flibusterie sur fond d’un space opera avait de quoi titiller ma curiosité.

Ma chronique

Alastair Reynolds est réputé pour appartenir à l’école hard SF (à partir des connaissances scientifiques actuelles on extrapole leur possible évolution future permettant ainsi de définir un éventuel futur plausible), avec Vengeresse il change de registre pour un space opera nettement plus abordable pour le grand public. Un pari gagnant puisque le roman a été récompensé en 2017 du Locus Award du meilleur roman young adult (même si ni l’auteur ni l’éditeur n’ont classé le roman dans cette catégorie).

De fait l’auteur nous plonge dans un futur lointain (très, très lointain), au cœur d’un univers qui a ses propres règles de fonctionnement, sans vraiment s’appesantir sur la question ; le lecteur est mis devant le fait accompli (c’est comme ça, point barre), du coup il faut un petit moment pour vraiment entrer au cœur du récit. Soyez assurés qu’une fois vos repères trouvés (et ça vient assez vite finalement), la magie opère et l’on se laisse guider par l’imagination d’Alastair Reynolds.

Plutôt que de prendre le risque de vous gâcher l’effet de surprise et le plaisir de la découverte (bon OK, aussi un peu parce que je suis en mode grosse feignasse aujourd’hui), je ne m’épancherai pas sur les fondamentaux de cet univers. Disons simplement que la Congrégation est le résultat de treize Occupations successives (ou vagues extra-terrestres, plus ou moins hostiles) et que chacune a laissé des traces technologiques de son passage.

C’est le premier roman que je lis de cet auteur et ne revendiquant aucune affection particulière pour la hard SF je me suis lancé sans le moindre a priori. Le mélange des genres entre SF et flibusterie avait titillé ma curiosité, force est de constater que le charme a opéré chez moi ; cette chasse au trésor version futuriste et interplanétaire m’a emballé (même si j’aurai apprécié que certains éléments de l’intrigue soient un peu plus développés).

Le récit est écrit à la première personne, c’est Arafura ‘Ara’ Ness qui nous fait vivre l’intrigue de son point de vue. Un choix qui contribue à dynamiser le récit même si cela se fait au détriment des personnages qui manquent parfois de profondeur. On assiste certes à l’évolution d’Ara au fil de son aventure, mais les autres sont un peu laissés pour compte. Peut-être un choix délibéré de l’auteur compte tenu du jeune âge de sa narratrice (au début du roman elle n’est pas encore majeure).

J’espérais beaucoup du personnage de Bosa Sennen et sur ce point la sauce a eu du mal à prendre. Certes elle ne manque de cruauté, mais c’est limite surjoué et cliché (la truffe qui parle d’elle à la troisième personne, elle se prend pour Jules César l’autre). Qui plus est on devine rapidement qui elle est (ou a été) avant de devenir Bosa Sennen.

Un roman de SF clairement orienté grand public qui aurait gagné à être un peu plus étoffé. À ce titre je peux comprendre qu’il ait pu surprendre, voire décevoir, les puristes, notamment les fans d’Alastair Reynolds. D’un autre côté c’est peut-être aussi l’occasion d’attirer un public moins élitiste (n’y voyez là aucune consonance péjorative) vers la SF.

D’ores et déjà une suite est annoncée pour début 2019 (en VO), espérons que Bragelonne nous proposera une traduction française rapidement (Vengeresse est paru en 2016, il a fallu attendre 2018 pour le découvrir en VF). Pas de cliffhanger haletant à la fin de ce roman, la première phase de l’histoire est bouclée, la suite devrait donc donner à l’intrigue une tout autre dimension tout en restant dans la continuité de l’intrigue.

Ce premier tome est une sympathique introduction à un univers potentiellement prometteur, au vu des questions restées sans réponse en refermant le bouquin, gageons que la suite ne pourra qu’être plus consistante. Est-ce qu’un second tome suffira à boucler la boucle ou va-t-on s’orienter vers une trilogie (et plus si affinités) ? À l’heure qu’il est je pense que seul Alastair Reynolds est en mesure de répondre à cette question…

MON VERDICT

 
2 Commentaires

Publié par le 15 août 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Jack Ketchum – Morte Saison

AU MENU DU JOUR

J. Ketchum - Morte Saison

Titre : Morte Saison
Auteur : Jack Ketchum
Editeur : Bragelonne
Parution : 2008
Origine : USA
280 pages

De quoi ça cause ?

1981. Dead River, Maine. Afin de pouvoir travailler tranquillement sur un livre, Carla loue une maison isolée au coeur de la forêt. Avant de se mettre au travail, elle invite cinq amis de New-York à venir passer quelques jours dans sa nouvelle demeure. Carla ignore encore que la forêt est le terrain de chasse et de jeu d’une bande de dangereux dégénérés…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Jack Ketchum.
Pour patienter jusqu’à la sortie de son prochain roman, Comme Un Chien.

Ma chronique

Après Une Fille Comme Les Autres et Fils Unique, et à quelques semaines de la sortie de son dernier roman, je renoue avec l’univers tourmenté de Jack Ketchum. Comme pour les deux titres précédemment cités l’auteur s’inspire d’un fait divers sordide et non avéré, puisque connu sous le nom de légende de Sawney Bean, légende qui inspira aussi Wes Craven pour la réalisation de son film La Colline A Des Yeux.

Comme l’auteur nous l’explique dans sa postface, l’accouchement fut long et douloureux. Morte Saison est le premier roman de Jack Ketchum ; afin de répondre aux exigences de son éditeur (et accessoirement ménager les futurs lecteurs), l’auteur a dû procéder à de multiples coupes franches et à la réécriture de nombreux passages, pour aboutir à une version édulcorée (pour ne pas dire dénaturée) de son roman. Ce qui n’empêchera pas son éditeur, Ballantine Books, de le présenter comme « l’ultime roman d’horreur » lors de sa publication en 1981.

Déçu par le résultat, Jack Ketchum se lance dans une nouvelle réécriture de son roman afin de lui rendre son âme originelle, les lecteurs devront attendre 1999 pour enfin pouvoir lire Morte Saison dans sa « version non expurgée ».

En France, le roman (version expurgée) a initialement été publié par Fleuve Noir dans sa collection Gore en 1986, sous le titre Saison De Mort. La présente édition (Bragelonne, 2008) permet aux lecteurs français de découvrir cette fameuse « version non expurgée ». Et autant prévenir d’emblée : âmes sensibles s’abstenir ! Une lecture à réserver à un public averti.

Après cette longue introduction, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Attachez vos ceintures, embarquement immédiat pour Dead River…

Après une intro qui nous plonge au coeur de la folie qui hante la forêt de Dead River, Jack Ketchum prend le temps de poser les bases de son intrigue et ses personnages. Les choses sérieuses commencent réellement dans la troisième et dernière partie du bouquin (le troisième jour, à 0h02) ; il en reste alors un peu plus de la moitié à lire.

J’imagine que certains amateurs de littérature horrifique se disent que à peine plus de la moitié du bouquin consacré au genre qu’ils affectionnent ça fait un peu léger, je tiens à vous rassurer : c’est plus que suffisant pour faire vivre aux personnages le pire des cauchemars. Le genre de nuit que tu ne souhaiterais même pas à ton pire ennemi !

En effet Jack Ketchum ne lésine ni sur les moyens ni sur les détails les plus sordides pour régaler les amateurs de sensations fortes. Mais il ne commet pas non plus l’erreur de la surenchère gratuite, où trop de gore tue le gore et où l’effet obtenu est à l’opposé de celui recherché.

L’auteur ne se contente pas de faire couler l’hémoglobine à flots, il pousse le vice en annihilant toute forme d’espoir chez ses « victimes » ; de fait ce bouquin est aussi d’une noirceur absolue.

Paradoxalement, bien que nettement plus trash que Fils Unique ou encore Une Fille Comme Les Autres, j’ai trouvé Morte Saison moins dérangeant. Sans doute parce que, pris dans son ensemble, le roman parait nettement moins réel que les deux autres, mais aussi parce que la violence extrême qu’il déploie est moins « ordinaire » que celle décrite dans ces autres bouquins.

MON VERDICT

Le cadeau bonus n°1

Je ne sais pas si vous avez connu la collection Gore de Fleuve Noir, entre 1985 et 1989 ce sont plus d’une centaine de titres qui ont été publiés. Les amateurs de la littérature horrifique ne pouvaient pas rater ces bouquins en visitant les rayons de leur librairie préférée ; pas tant du fait de la qualité des romans en question, mais surtout par les couv’ aussi kitchissimes que sanguinolentes.

Mon cadeau bonus du jour sera donc la couverture de Saison De Mort, livre n°25 de la collection Gore.

Le cadeau bonus n°2

Il m’a semblé intéressant (mais peut que ça n’intéresse que moi) de vous proposer un petit comparatif entre la version expurgée du roman (Saison De Mort) et sa version non expurgée (Morte Saison).

J’ai volontairement choisi un passage relativement neutre qui, à mon sens, ne méritait pas de subir les foudres de la bien-pensance hypocrite de l’éditeur. Je précise que les deux versions n’ont pas été traduites par la même personne (Annie Frezouls pour Saison De Mort et Benoît Domis pour Morte Saison).

Les passages les plus trash restent éprouvant même dans leur version expurgée, la version non expurgée est plus généreuse en détails sordides. Là où Saison De Mort offre une petite lueur d’espoir final, Morte Saison exprime au contraire toute sa noirceur assumée…

Fin du chapitre 15 h 00 de la seconde partie.

Saison De Mort (1986)

Il soupira. De toute façon, quel qu’ait pu être l’agresseur de cette fille, il devait être loin à présent. Ils ne l’attraperaient jamais.

Morte Saison (2008)

Il soupira. À cette heure-ci, celui ou celle qui avait agressé la jeune femme pouvait déjà s’être réfugié au Canada. Il espéra qu’elle serait bientôt en mesure de parler. Dans le cas contraire, il serait trop tard. Ils ne l’attraperaient jamais.
Il repensa aux crabes. Le crabe : une des formes de vie les plus anciennes. Avec le requin et le cafard. Pendant toutes ces années, il n’avait pas eu à apprendre en quoi le monde avait changé ; rien d’autre ne traversait son esprit que son prochain repas. Une forme de vie simple et brutale. Comment pouvait-on manger ces bestioles ! Bien sûr, les touristes adoraient le crabe frais. Mais les touristes étaient complètement idiots. Pas Peters. Il avait grandi dans cette région.
Un crabe n’était rien d’autre qu’un charognard. Une créature qui se nourrissait des morts ou – dans le cas présent – des mourants. Comme un vautour. Il faillit frémir à la pensée de ces pinces sur la victime. Mais ce n’était pas son genre. Il avait plutôt tendance à hausser les épaules et à dire : « C’est la vie. » Comme toute créature, le crabe avait probablement trouvé sa funeste petite place en ce bas monde.

 
8 Commentaires

Publié par le 22 août 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Jack Ketchum – Fils Unique

J. Ketchum - Fils UniqueJ’ai découvert Jack Ketchum avec le roman Une Fille Comme Les Autres qui s’inspirait d’un fait divers particulièrement sordide, une lecture éprouvante, voire dérangeante. Notre homme remet le couvert avec Fils Unique, lui aussi inspiré d’une histoire vraie bien vicelarde.
Lydia pense avoir enfin trouvé le bonheur. Son mari, Arthur, semble le meilleur des hommes. Leur jeune fils est merveilleux. Les années passant, la façade s’effrite, et son mari, sûr de sa toute-puissance, resserre son emprise sur sa famille. Prête à tous les sacrifices et même à se mettre en danger, Lydia fera tout pour tirer son fils de ses griffes. Mais Arthur n’est pas homme à renoncer à ce qui lui appartient…
L’auteur ne nous plonge pas directement au coeur de son intrigue, les premiers chapitres décrivent, en parallèle, les jeunes années de Lydia et Arthur, jusqu’à leur rencontre. Ce n’est qu’après la naissance de leur fils que la situation va commencer à se dégrader de plus en plus rapidement.
Quand il s’agit de nous plonger dans la violence ordinaire la plume de Jack Ketchum est toujours aussi efficace et percutante, ne perdons jamais de vue qu’il s’agit à la base d’une histoire vraie, c’est qui renforce l’horreur de la situation. On s’enfonce crescendo dans le sordide et la violence. L’auteur ne fait pas dans la dentelle ni dans la langue de bois, il expose les faits bruts de décoffrage sans chercher à ménager ses lecteurs mais sans non plus faire dans la démesure.
Ici il n’y a pas lieu de se poser la question de savoir qui est du bon côté de la barrière ou pas, Arthur n’a aucune excuse pouvant justifier ses agissements contre sa femme et contre son fils. Le reste c’est le combat d’une mère pour sauver sa propre peau et celle de son fils. D’abord un combat juridique, mais même si la justice devait les abandonner Lydia ne reculerait devant rien pour protéger son gamin. Difficile de trouver quoi que ce soit de rationnel, et plus encore de juste, dans les décisions de justice rendues tout au long de cette affaire ; la justice aveugle a merdé sur toute la ligne (je ne m’étendrai pas d’avantage sur la question afin de ne pas dévoiler trop d’éléments de l’intrigue, pourtant il y aurait bien à dire et à redire. Au lieu de ça je laisse à l’auteur le dernier mot sur la question : « Toute cette histoire m’a fichu en rogne. Et j’aime écrire sous l’effet de la colère« ).
Le bouquin est court mais intense, même globalement je l’ai trouvé moins éprouvant qu’Une Fille Comme Les Autres ça reste un livre à ne pas mettre entre toutes les mains. Encore une lecture dont on ne sort pas indemne… Par moment j’me demande si je ne suis pas maso.
Pour la petite histoire Jack Ketchum fait partie de ces rares auteurs que Stephen King encense (il le considère comme « le deuxième plus important écrivain américain vivant, derrière Cormac McCarthy » et comme « le type le plus effrayant vivant en Amérique« ), je ne sais pas pour vous mais perso ce genre de référence ça me parle. Le King a même écrit la préface d’Une Fille Comme Les Autres, dans Fils Unique il est cité dans les remerciements.
Merci aux éditions Bragelonne qui permettent aux lecteurs français de découvrir le talent de Jack Ketchum, même s’il nous a fallu patienter prés de 15 ans (Fils Unique est sorti en VO en 1995 et en VF en 2009) ; heureusement que ses récits sont intemporels.
J’ai d’ailleurs relevé quelques cafouillages au niveau de la date de publication. La page de copyright fait état d’une première publication en VO en 1985. Date qui semble d’entrée de jeu improbable puisque l’auteur situe l’action en 1995 et dans la postface dit avoir été inspiré par un documentaire diffusé en 1994 sur HBO, ledit doc relatait des faits datant de 1989. Sur le site de l’auteur la première publication est bien signalée en 1995. Enfin, sur Wikipedia, on trouve Only Child (le titre du bouquin au Royaume Uni) en 1985 et Strangehold (le premier titre US du bouquin) en 1995…

 
5 Commentaires

Publié par le 2 juin 2014 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,