RSS

Archives de Tag: Alire

[BOUQUINS] Patrick Senècal – Flots

AU MENU DU JOUR


Titre : Flots
Auteur : Patrick Senécal
Éditeur : Alire
Parution : 2021
Origine : Canada (Québec)
365 pages

De quoi ça cause ?

Quand Josée vient rendre visite à sa sœur, Maryline, elle ne trouve que sa nièce, Florence, 8 ans, seule dans la maison. Après avoir attendu un éventuel retour des parents, Josée, inquiète, finit par contacter la police. Pendant tout ce temps, Florence reste mutique.

Nul n’imagine encore l’indicible vérité, celle que Florence raconte par le détail dans son journal intime…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Patrick Senècal, après avoir lu Faims, je m’étais promis de poursuivre ma découverte de son univers littéraire. J’ai raté le coche à plusieurs reprises avant de réussir à m’accrocher à son dernier wagon en date.

Parce que je n’ai pu résister à l’attrait de cette couv’ plus que prometteuse.

Ma Chronique

Tant qu’à lire un auteur québécois, autant opter pour une édition québécoise de son roman histoire de profiter pleinement de verbe chantant à l’accent de Caribou. Il est vrai que pour les amateurs il n’y a pas souvent d’autres options, sur la vingtaine de titres écrits par Patrick Senécal seuls quatre ont bénéficié d’une édition made in France (Aliss, Les 7 Jours Du Talion, Le Vide et Hell.com). Pas de regrets pour ma part, cette couleur « locale » supplémentaire apporte un vrai plus à la lecture… et l’on s’y habitue très rapidement sans effort (si vraiment ça coince sur certains termes ou expressions, je vous invite  à consulter le lexique proposé par le site dufrançaisaufrancais).

J’ai remarqué, même cela reste un ressenti purement personnel, que les auteurs québécois étaient davantage décomplexés par rapport à la littérature horrifique que nos auteurs français ; peut-être est-ce dû à l’influence des auteurs américains qui assument totalement ce genre. Quand je vois des séries comme Cobayes ou Les Contes Interdits (les deux attendent leur tour dans les méandres de mon Stock à Lire Numérique), ou même le présent roman, j’ai du mal à imaginer la même chose écrite par un auteur français… en tout cas pas de manière aussi « libérée ».

Il faut dire que Patrick Senècal fait un choix plutôt audacieux pour son nouveau roman, son héroïne, Florence, est une enfant de 8 ans qui a un mode de pensée dénué de toute empathie et qui, de fil en aiguille, va la transformer en véritable psychopathe.

Une gamine d’apparence tout ce qu’il de plus banale et innocente qui vit dans une famille qui semble tout aussi normale. C’est vrai que papa et maman se chicanent de temps en temps et que Florence trouve ça plate. Parfois le ton monte, et Papa cogne maman, ça fait chier Florence, mais finalement pas tant que ça.

Maryline, la mère, est nostalgique de son ancienne carrière de mannequin, elle noie parfois son chagrin dans l’alcool, mais cela ne l’empêche pas de surprotéger Florence et d’entretenir une relation très complice avec elle.

Sebastien, le père, gère tant bien que mal la supérette (dépanneur en québécois dans le texte) située au rez-de-chaussée de la maison familiale, mais les temps sont durs. Un brin parano à tendance complotiste, l’émergence de la crise sanitaire du Covid-19 n’arrangera pas son humeur.

Le reste de l’univers de Florence tourne autour de l’école et de ses amies, ainsi que de ses cours de piano, assurés par Mme Lemaire, une vieille dame aveugle. Normal, quoi.

Le roman s’ouvre donc sur l’arrivée de tante Josée qui vient rendre visite à sa sœur (Maryline) inquiète d’être sans nouvelles depuis plusieurs jours. Sauf qu’en arrivant elle trouve Florence seule à la maison, prostrée dans le canapé et mutique.

La structure du roman alterne entre les chapitres « actuels » relatant l’intrigue depuis l’arrivée de Josée chez sa sœur et le journal intime de Florence qui décrit avec force détails les événements qui se sont déroulés les jours précédents.

L’auteur passe donc d’une vue à la troisième personne écrite dans un style et une vision des événements très adultes, à une vue à la première personne (Florence) qui raconte son quotidien avec un curieux mélange d’innocence propre à son âge et sa perception très personnelle des faits. Un exercice de style que Patrick Senècal maîtrise à la perfection, on y croit à 200% !

Pour en revenir à ce que je disais en ouverture de cette chronique quant au choix de lire ce roman dans sa version d’origine, il me semble encore plus important présentement. L’emploi du québécois retranscrit au plus juste les émotions de Florence.

Les personnages sont traités avec beaucoup d’attention, le plus frappant étant de loin le gouffre qu’il y a entre les perceptions de Florence et celles de ses copines et copains. D’un autre côté heureusement que tous les gamins ne fonctionnent pas comme Florence !

Dès le départ on se doute bien que quelque chose a mal tourné et que Florence n’y est pas totalement étrangère, au fil des chapitres on découvre que la « réalité » va bien au-delà de tout ce que l’on avait pu imaginer. Le déroulé et le rythme de l’intrigue sont menés d’une main de maître, on est entraîné dans une spirale infernale dont on ne peut se détacher.

Un récit horrifique totalement assumé à l’ambiance délicieusement malsaine (dérangeante, déstabilisante… les qualificatifs ne manquent pas). À ne pas mettre entre toutes les mains (âmes sensibles s’abstenir) car Patrick Senécal n’y va pas avec le dos de la cuillère. Les lecteurs friands du genre (dont je suis) se régaleront et dévoreront sans retenue le roman (ce que j’ai fait).

À la fin du roman, j’ai tiqué en voyant apparaître un personnage qui me semblait familier. Vérification faite Michelle Beaulieu est bien l’un des personnages du roman Faims ; c’est même un personnage plus ou moins récurrent dans les romans de Patricck Senècal depuis 5150, Rue Des Ormes, selon les circonstances elle peut jouer un rôle majeur dans le récit, ou se contenter d’un discret caméo.

MON VERDICT

Coup de poing

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 mai 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Patrick Senécal – Faims

P. Senécal - FaimsCa faisait un moment que l’envie de me frotter à l’univers littéraire de Patrick Senécal me titillait, pour une fois j’ai décidé de commencer par la fin avec son dernier titre en date, Faims, publié en 2015 par l’éditeur québécois Alire. Tant qu’à lire un auteur Québécois autant le faire avec une édition locale et s’offrir ainsi une immersion 100% Made in Québec, ne manque que l’accent caribou.
Kadpidi est une bourgade paisible du Québec. L’arrivée d’une troupe de cirque, le Humanus Circus, qui propose un spectacle pour le moins inhabituel réservé aux adultes, risque de troubler la quiétude des lieux. D’autant que quelques jours après l’arrivée des forains, un habitant est retrouvé mort, assassiné. Etrange coïncidence ou pas ? C’est l’une des réponses que devra trouver Joël, un sergent-enquêteur de la Sûreté du Québec (SQ)…
Comme je l’ai mentionné en introduction de cette chronique c’est le premier roman de Patrick Sénécal que je lis, je n’ai donc aucun élément de comparaison avec ses titres précédents (tels que Le Vide ou Hell.Com, qui ont intégré le catalogue de Fleuve Editions respectivement en 2015 et 2016). C’est donc avec un regard complètement neutre que j’aborde cette chronique.
Inutile de vous ruer sur Google Maps pour tenter de localiser Kadpidi, l’auteur prévient d’entrée de jeu que c’est une bourgade fictive. Mais il la situe à une trentaine de kilomètres de Sorel-Tracy, sur les berges de la rivière Yamaska ; pour les curieux qui voudrait situer l’action dans la province de Québec. On ne rit pas, ça m’arrive souvent de me ruer sur Google Maps pour situer, même approximativement, l’intrigue d’un roman.
Je ne peux décemment pas commencer ma chronique par quelques mots sur l’écriture de Patrick Sénécal. Rien à redire sur son style que j’ai trouvé tout de suite accrocheur, simple, direct mais jamais simpliste. Et il faut bien avouer que cette écriture en québécois ajoute une touche d’authencité au récit, ça n’aurait pas eu le même rendu (ni le même charme) avec une écriture franco-française. Je reconnais toutefois que j’ai dû faire appel à Internet pour comprendre certains termes (plus par curiosité qu’autre chose, on pige facilement le sens général de la phrase).
Le bouquin est divisé en trois parties. La première plante le décor et les personnages, de l’arrivée du cirque au premier meurtre. La seconde constitue vraiment le coeur de l’intrigue (et de l’enquête de police), quelques apartés permettent aussi de découvrir le parcours des membres de la troupe du cirque. Alors qu’on pensait que plus rien ne pouvait arriver, la troisième partie nous en met plein la gueule jusqu’au final en apothéose.
L’intrigue comme les personnages sont particulièrement soignés. Il faut dire qu’avec la troupe du Humanus Circus l’auteur a de quoi se faire plaisir avec des personnages hauts en couleurs. Il en va de même pour l’équipe de la SQ, chacun a sa propre personnalité. Bien entendu la famille et l’entourage de Joël ne sont pas laissés pour compte. A vrai dire à la lecture de ce bouquin, rien ne semble avoir été laissé au hasard ; tout est sous contrôle.
J’ai lu çà et là que ce roman n’était pas le top du top de Patrick Senécal, pour ma part je dirai qu’il fait office de mise en bouche fort appétissante. De quoi me donner envie d’aller plus avant dans l’univers littéraire de l’auteur, à commencer par les trois titres qui suivent le parcours mouvementé de Michelle Robineau ,la Reine Rouge.
On a tous une fringale cachée, plus ou moins inavouable, faut il ou non chercher à la satisfaire ? A chacun de trouver sa réponse…

Si vous souhaitez vous familiariser avec le parler québécois (ou par simple curiosité) je vous invite à consulter le site suivant : du français au français.

MON VERDICT
jd4

Morceau choisi

Vous avez faim.
Vous avez une vie en apparence comblée, vous êtes l’image de l’homme honorable, mais une étrange faim s’est installée en vous. Depuis quand la ressentez-vous ? Difficile à dire. Au début, elle se manifestait sans prévenir, modeste et temporaire. Une petite fringale occasionnelle que vous réussissiez à satisfaire de manière convenable et raisonnable, rassuré par votre statut qui vous convainquait qu’au fond vous n’aviez besoin de rien. Mais depuis quelque temps, depuis quelques années, cette faim revient de plus en plus souvent. Elle a même tendance à demeurer en vous, à vous ronger. À tel point que parfois, vous êtes littéralement affamé. Parce que cette faim ne se contente plus de repas discrets et équilibrés. Elle en veut plus. Elle réclame des aliments nouveaux.
Comment la calmer, alors ? Peut-être que vous avez une idée du genre de nourriture qu’elle sollicite, mais vous n’osez pas. Car cela viendrait perturber un régime sain que vous suivez depuis si longtemps, depuis toujours… Un régime qui, pourtant, vous frustre de plus en plus…
Je vous vois dans plusieurs années, je vous vois vieillard… Vous aurez continué à suivre votre régime raisonnable durant toute votre vie, mais votre âme sera rachitique, presque morte d’inanition. Votre faim vous aura bouffé de l’intérieur. Vous serez vide. Vivant mais vide.
Et vous comprendrez que vous avez eu peur toute votre vie… Peur non pas de vous rassasier complètement, ce qui est impossible, mais de contrôler cette faim, de la satisfaire à l’occasion… Mais une fois vieux, il sera trop tard, car vous n’aurez plus accès à la nourriture nécessaire…

 
9 Commentaires

Publié par le 27 août 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Camille Bouchard – Cartel

C. Bouchard - CartelHistoire de varier mes sources d’inspiration j’ai décidé de m’offrir un petit détour par le Québec, en compagnie de Camille Bouchard et son roman, Cartel. Roman ? Pas vraiment, il s’agit davantage de cinq nouvelles qui s’articulent autour d’un même thème.
El Turco est le chef d’un puissant cartel mexicain, entre les affaires internes à régler, les alliances, anciennes (à entretenir) et nouvelles (à consolider), et les guerres des gangs, son emploi du temps n’est pas de tout repos…
Cinq nouvelles et cinq styles narratifs distincts, c’est le principal (le seul ?) tour de force de ce recueil. Sur ce point en effet l’auteur tire plutôt bien son épingle du jeu, même si, sur le fond, lesdites nouvelles ne viennent pas révolutionner les règles du genre.
Camille Bouchard est donc un auteur québécois qui a décidé de situer son intrigue au Mexique, pourquoi pas me direz-vous ? Comme de juste l’intrigue étant mexicaine, on y croise de nombreux personnages Mexicains, qui ont donc comme langue natale l’espagnol. Jusque là ça semble plutôt logique comme situation, sauf que nos Mexicains multiplient les expressions 100% québécoises… Dépaysant, c’est le moins que l’on puisse dire.
Comme souvent avec les recueils de nouvelles, tous les récits ne se valent pas, il y a du bon et du moins bon mais globalement j’ai passé un bon moment avec ce bouquin, même si, je le répète, il reste relativement conventionnel (voire parfois simpliste) dans sa forme. N’espérez pas le grand frisson, vous seriez cruellement désabusé. Ce ne pas vraiment ce à quoi je m’attendais… Un divertissement moyen de gamme sauvé de l’oubli par la qualité du travail narratif.

MON VERDICT
jd2d

Comme vous pouvez le constater si vous zieuter les vignettes de mes prochaines lectures je reste au Québec avec le même éditeur mais je change d’auteur pour m’offrir mon baptême de Patrick Sénécal !

 
3 Commentaires

Publié par le 22 août 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,