[BOUQUINS] Hugh Howey – Silo : Origines

H. Howey - Silo : OriginesJe poursuis mon Challenge retrouvailles en naviguant entre les genres, place donc à de la SF post-apocalyptique avec Silo : Origines, second volet de la trilogie de Hugh Howey même si, chronologiquement parlant, il se situe avant les événements décrits dans Silo.
2049. Dans quelques années le monde que nous connaissons n’existera plus, anéanti par la folie des hommes, par la soif de pouvoir de certains et par le fanatisme d’autres. Les survivants sont condamnés à une vie souterraine, à oublier et à ne jamais transmettre l’Histoire telle qu’elle s’est réellement passée…
Hugh Howey décompose son roman en trois parties qui vont du projet Silo aux événements décrits dans le bouquin précédent.
Dans L’Héritage, en 2049 le député Donald Keene rejoint le sénateur Thurman et son équipe sur un projet industriel novateur. Parallèlement on suit le réveil de Troy en 2110, il doit assurer la relève pour le commandement du Silo 1.
Dans L’Ordre, Donald Keene est réveillé en 2212 afin de rejoindre un petit groupe mené par Thurman afin de faire face, depuis le Silo 1, à une rébellion grandissante au sein du Silo 18. On alterne entre le Silo 1 via Donald et le Silo 18 via Mission, un jeune porteur qui a rejoint la rébellion.
Dans Le Pacte, Donald Keene est réveillé en 2345, on lui apprend alors qu’une habitante du Silo 18 vient de s’évanouir en pleine nature. Tout le monde, dans le Silo 1, est convaincu qu’il est Thurman. Parallèlement, on assiste, par le biais de Jimmy, un adolescent mis à l’abri par son père, à la chute du Silo 17, survenue en 2312.
Avec cette troisième histoire la boucle est bouclée, le lien est fait avec Silo, qui plus est ça nous permet aussi de mettre une date sur l’intrigue qui jusqu’alors se situait dans « un futur indéterminé ».
Si le précédent opus connaissait quelques baisses de régime, je peux affirmer qu’il n’en ai rien ici, aucun temps mort, le rythme va crescendo au fur et à mesure que l’intrigue s’étoffe. Pour tout vous dire ce bouquin se lit comme un thriller.
Dans ce second opus Hugh Howey ne se contente pas de nous révéler les origines du projet Silo, on découvre aussi le fonctionnement hiérarchique à deux vitesses (avec d’un côté les élites autoproclamées du Silo 1 et de l’autre les habitants des autres silos), mais aussi le futur prévu pour les silos et leurs résidents… Captivant mais glaçant !
Du coup je pense que je ne tarderai pas trop avant de me lancer dans l’ultime opus de la trilogie, Générations, il promet d’être encore plus intense à en croire la fin de ce tome.

MON VERDICT
jd4d

[BOUQUINS] Hugh Howey – Silo

H. Howey - SiloRetour à mon challenge SF avec un invité surprise, du pur jus SF cette fois, promis juré. Un titre à côté duquel je serai certainement passé sans un regard si je n’avais pas été intrigué par la quantité de critiques élogieuses qui foisonnent sur le Net. Place donc à ma chronique de Silo de Hugh Howey, premier volume d’une trilogie annoncée.
Dans un futur apocalyptique indéterminé les rescapés vivent dans d’immenses bunkers souterrains. Les seules images qu’ils reçoivent de l’extérieur sont celles, inhospitalières et floues, transmises par d’anciennes caméras de surveillance. Cependant certains doutent de la réalité de ces images, pour eux, comme pour les dissidents, une seule alternative : la sortie. Un aller simple vers la mort ou vers l’inconnu ?
La genése du bouquin mérite que l’on s’y attarde un moment avant d’entrer dans le vif du sujet. En 2011, Hugh Howey met en ligne une nouvelle qui pose les bases de ce qui deviendra Silo, le roman. L’accueil est enthousiaste, les internautes réclament une suite à l’auteur. Bon prince celui-ci s’exécute et se lance dans l’écriture de quatre nouveaux épisodes. Les cinq épisodes sont compilés dans un roman, divisé en cinq parties, qui deviendra rapidement un best seller international. Best-seller qui aujourd’hui se décline aussi sous la forme d’un Comics et dont les droits d’adaptation pour le cinéma seraient en cours de discussion.
Vous l’aurez compris on est clairement dans la dystopie post-apocalyptique, un semblant de société formatée régie par une autorité toute puissante (un maire et un shérif… à moins que le vrai pouvoir ne soit ailleurs) qui impose sa vision des choses. Toute remise en cause du système vaudra au coupable l’exclusion du silo, synonyme de mort. Un schéma classique du genre me direz-vous. Certes (même les survivants « souterrains » ne sont pas vraiment un scoop) mais l’auteur réussit à faire du neuf avec du vieux, on trouve une réelle originalité dans ce récit (tant dans sa construction que dans son intrigue).
En fait on est à mi-chemin entre le roman et le recueil de nouvelles, chaque partie suit un ordre chronologique ayant pour fil rouge le fameux silo et certains personnages sont récurrents d’un texte à l’autre (atttention à ne pas trop vous attacher, l’auteur souffre du syndrome de GRR Martin), les deux premiers épisodes peuvent sembler indépendants mais restent solidement ancrés à l’ensemble. Au final on est bel et bien en présence d’un roman, un peu à l’image d’un roman-feuilleton.
Le premier épisode place la barre très haut en répondant du même coup à la question concernant la survie à l’extérieur. Le second est certes moins rythmé du point de vue action mais il pose les bases de l’organisation et du fonctionnement du silo. Les trois suivants repassent à la vitesse supérieure et proposent une histoire continue, ça file même crescendo au fil des pages. La tension est palpable et les rebondissements sont légion.
Le silo ? Un énorme cylindre de 144 étages reliés par un escalier métallique en colimaçon. Trois parties (bas, milieu et haut) qui représentent trois niveaux de hiérarchie, du plus anodin au plus puissant. Bien que l’on soit résolument dans un monde futuriste ne vous attendez à découvrir un foisonnement de haute technologie révolutionnaire, pour tout dire c’est presque le contraire, hormis la conception même du silo la technologie semble avoir fait un bond en arrière de plusieurs années.
Les personnages s’étoffent au fil des épisodes, j’ai eu coup de coeur pour Juliette mais j’ai pris tout autant de plaisir à détester Bernard, tout comme j’ai souvent maudit la passivité de Lukas. La preuve que l’auteur parvient à vous prendre dans les mailles de son filet. Il réussit à nous offrir un bouquin de SF qui a la même intensité qu’un thriller et la même noirceur qu’un roman noir ; un régal !
La question du pourquoi et du comment du silo est à peine abordée, comme souvent dans la dystopie, les informations sont délivrées au compte goutte et ne suffisent pas à répondre à toutes les questions que l’on serait amené à se poser. Mais rassurez-vous, le second opus de la trilogie, Origines, déjà disponible (et dans mon Stock à Lire Numérique), est une préquelle qui devrait combler les vides.
En commençant ce premier opus (après avoir longuement hésité entre l’ordre chronologique et l’ordre de parution), je me suis demandé si j’aurai envie d’enchaîner directement sur le suivant (ou le précédent selon l’option choisie plus haut). Peut être pas tout de suite histoire de continuer à varier les plaisirs mais très rapidement, je peux vous le garantir au vu du plaisir que j’ai eu à parcourir ce premier volume.
Je connaissais l’éditeur Actes Sud essentiellement par le biais de sa collection Actes Noirs, dédiée au polar et au thriller et comprenant de nombreux auteurs nordiques dans son catalogue ; avec la collection Exofictions, dont Silo est le titre inaugural, l’éditeur ouvre brillamment et intelligemment ses portes à la SF.
Je ne sais pas si une curiosité typographique que j’ai relevé est propre à la version numérique ou si elle existe aussi dans le livre papier, parfois le tiret semi-cadratin (–) est utilisé en lieu et place des points de suspension (…) ; ça surprend un peu mais rien de rédhibitoire.

[BOUQUINS] Frédérique Deghelt – La Grand-Mère De Jade

F. Deghelt - La Grand-Mère De JadeAu programme de cette chronique un titre lu dans le cadre du Book Club de la Team AlexandriZ, un roman vers lequel je ne me serai pas naturellement porté mais étant ouvert à tout et au vu des nombreuses critiques positives j’ai décidé de jouer le jeu. L’heureux élu du mois de juillet 2013 est La Grand-Mère De Jade de Frédérique Deghlet.
Pour éviter que sa grand-mère, Mamoune, ne soit placée en maison de retraite, Jade, journaliste-pigiste, a « kidnappe » pour l’installer dans son appartement parisien. Au fur et à mesure qu’elles apprennent à se connaître et partagent leurs souvenirs, une véritable complicité nait entre les deux femmes. Un lien renforcé par l’amour des livres : tandis que Jade ambitionne de devenir écrivain, Mamoune s’avère être passionnée de littérature…
De prime abord, hormis l’amour des livres, je ne trouve rien de bien folichon là-dedans. Oui ce roman est une ode à la lecture et aux mots, ne serait-ce que pour ça il mérite largement que l’on s’y intéresse. Mais en plus il nous offre un formidable tourbillon d’émotions que l’on partage avec Jade et Mamoune, d’abord deux femmes qui se connaissent sans vraiment se connaître, puis qui se découvrent et tissent entre elles des liens qui vont bien au-delà des liens du sang. Impossible de rester de marbre face à la complicité qui unit ces deux femmes, avec elle on passe, du rire aux larmes sans aucune mièvrerie, des émotions vraies garanties sans guimauve ajoutée. C’est justement cette vérité dans les émotions qui fait que la sauce prend aussi bien et aussi vite.
Au fil des courts chapitres on passe d’un récit à la troisième personne pour suivre, vu de l’extérieur, le quotidien et les pensées de Jade, à un récit à la première personne, intime et direct, quand Mamoune nous livre ses impressions et ses souvenirs. Si la complicité entre ces deux femmes est touchante, leurs différences le sont tout autant, on assiste simultanément à deux visions de la vie, des sentiments, du temps qui passe et de l’avenir…
Pour couronner le tout la fin est des plus déconcertante, jamais je n’aurai imaginé un pareil baisser de rideau. Mais comme vous le savez déjà je ne vous en dirai pas plus. Lisez ce bouquin, quel que soient vos styles de lectures habituels je suis convaincu qu’il ne vous laissera pas indifférent.
J’ai abordé ce bouquin avec certaines réserves mais finalement il m’a profondément touché et totalement conquis (lu d’une traite dans la journée). Peut être en partie parce qu’il me renvoie l’image des échanges que j’aurai voulu avoir avec mon père avant qu’il ne « parte » (emporté par une longue maladie comme ils disent) plutôt que de me contenter du minimum syndical pour tout un tas de mauvaises raisons, aujourd’hui les non-dits sont condamnés à rester aux oubliettes (sans pouvoir être oubliés, ça serait trop simple) et même plus de 10 ans après son décès, j’ai encore du mal à me pardonner mon égoïsme et ma lâcheté de n’avoir osé faire le premier pas vers un « vrai »- dialogue…
Je ne me suis jamais fixé aucune limite quant à l’élargissement de mes horizons littéraires, j’ai mes genres de prédilection (et ils le resteront) mais reste ouvert à toute découverte, il faut juste le déclic pour me pousser vers ces « terres inconnues » ; merci aux Alexandriens et au Book Club de m’avoir permis de vivre une lecture qui met ud baume au coeur et à l’âme. Ne connaissant pas l’auteure il faudrait que je me penche sur ses autres titres, avec le même esprit de découverte, afin de voir si certains sont susceptibles de m’inspirer…