RSS

[BOUQUINS] Raymond E. Feist – Le Roi Des Cendres

AU MENU DU JOUR

R.E. Feist - Le Roi Des Cendres

Titre : Le Roi Des Cendres
Série : La Légende Des Firemane – Tome 1
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Bragelonne
Parution : 2018
Origine : USA
480 pages

De quoi ça cause ?

Les royaumes de Garn étaient au nombre de cinq, jusqu’à ce que quatre d’entre eux, sous l’impulsion du roi Lodavico, souverain de Sandura, ne trahissent le cinquième. Le royaume d’Ithrace est alors pillé et la famille royale assassinée. Les traîtres l’ignorent encore, mais le dernier né du roi, un bébé à la tignasse flamboyante, a échappé au massacre.

Sur l’île de Coaltachin, le bastion de la très secrète et très affluente, Nation Invisible, Hatu et ses amis, Donte et Hava, s’entraînent sans répit en vue d’intégrer les Quelli Nascosti, les invisibles, les redoutables maîtres-espions de la Nation. Hatu, l’orphelin recueilli, éduqué et formé, par la Nation Invisible, qui a reçu comme stricte consigne de son maître de veiller à toujours teindre sa tignasse rousse.

À Oncon, paisible bourg situé sur les Terres du Pacte, le jeune Declan oeuvre à sa dernière tâche avant d’être promu maître forgeron par Edvalt, son tuteur et maître. Pour l’occasion Edvalt lui révèlera une technique connue de peu de forgeron et maîtrisée par une petite poignée d’entre eux ; un secret permettant d’obtenir un acier de grande qualité et de forger des armes uniques.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que ça faisait un moment que je voulais découvrir l’univers fantasy de Raymond E. Feist, sans toutefois avoir le courage de me plonger dans son cycle Krondor (30 tomes… ça donne matière à réfléchir avant de se lancer).

En prime j’ai trouvé la couverture, façon aquarelle, très sympa.

Ma chronique

Ne connaissant le cycle de Krondor que de réputation (et quelle réputation !) c’est d’un oeil neutre que j’aborde ce roman de Raymond E. Feist, premier tome de la trilogie consacrée à La Légende Des Firemane.

Heureusement que je ne suis pas facilement influençable, sinon après avoir lu la critique assassine du roman sur elbakin.net, j’aurai pu être tenté de renoncer à ma lecture. Mais j’étais bien déterminé (et motivé) à me faire ma propre idée de la chose, il faudrait plus que ça pour me faire changer d’avis.

Le Roi Des Cendres remplit parfaitement son rôle de tome d’ouverture sur un nouvel univers, il pose le décor, les personnages et le(s) contexte(s). On découvre un univers complexe riche d’un fort potentiel qui ne demande qu’à déployer ses ailes pour nous embarquer encore plus loin dans l’aventure.

L’intrigue du roman se déroule suivant deux axes distincts. D’une part l’on suit Hatu (orphelin que l’on sait être le dernier né des Firemane) au fil de ses missions pour le compte de la Nation Invisible. D’autre part l’auteur nous invite à suivre les premiers pas de Declan, récemment promu maître-forgeron qui va devoir, par la force des choses, installer sa propre forge.

Deux parcours initiatiques radicalement différents qui sont forcément appelés à se télescoper à un moment ou à un autre. Dans les premiers chapitres, l’on a un peu de mal à lier le sort de ces deux personnages ; on a beau comprendre assez vite que la rencontre sera fortuite (les deux étant appelés à se rendre, tôt ou tard, au même endroit), je ne doute pas que l’auteur nous réserve quelques surprises pour la suite.

J’ai bien aimé le soin apporté aux personnages, au fil des chapitres on les voit évoluer, que ce soit individuellement ou par leurs relations avec les autres. En effet, si Hatu et Declan sont les personnages principaux, les autres ne sont pas pour autant laissés sur le bas-côté. À commencer par leur entourage immédiat, mais aussi ceux appelés à jouer un rôle (pas toujours évident à définir à ce stade de la lecture) dans le déroulé de l’intrigue.

L’intrigue se tisse autour de dimensions politiques et religieuses (voire mystiques par certains aspects), ce qui implique son lot d’alliances, de complots et de trahisons. Certains éléments stratégiques se mettent en place dès ce premier tome, mais l’on en voit d’autres se tisser dans un avenir relativement proche.

Difficile d’imaginer un univers de fantasy sans créatures surnaturelles ni magie, si ces éléments se font plutôt discrets dans ce premier opus, on devine qu’ils sont appelés à jouer un rôle grandissant par la suite (au moins pour la magie).

J’admets volontiers que ce Roi Des Cendres ne révolutionnera pas le genre, il n’en reste pas moins que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le monde Garn, ses personnages et ses intrigues. Il me tarde de découvrir les prochains tomes…

Je terminerai toutefois par un petit bémol, certains éléments sont répétés, encore et encore, au fil des chapitres (par exemple la colère sourde d’Hatu ou encore le fonctionnement du Conseil de la Nation Invisible…) ; je n’irai pas jusqu’à dire que c’est pénible (à moins de souffrir d’Alzheimer chronique) mais on s’en passerait volontiers.

Comme vous avez pu le constater, je ne partage pas du tout la déception d’elbakin.net, je ne sais pas si c’est parce que je suis moins exigeant que leurs chroniqueurs ou si c’est parce que de leur côté, connaissant Feist sur le bout des doigts, ils espéraient mieux de ce « grand retour » ; le fait est que je les ai trouvé particulièrement sévères sur ce coup, et, pour tout dire un tantinet injustes. Ma foi, les goûts et les couleurs…

MON VERDICT

Publicités
 
8 Commentaires

Publié par le 27 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Stéphane Cazenelle – Ma Belle-Mère S’Appelle Rex

AU MENU DU JOUR

Titre : Ma Belle-Mère S’Appelle Rex
Auteur : Stéphane Cazenelle
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2018
Origine : France
320 pages

De quoi ça cause ?

Alicia et David sont un couple de vétérinaires qui travaillent pour une clinique privée. Le jour où Brenda leur trouve le local idéal pour s’installer, enfin, à leur compte aurait pu être le début d’un rêve éveillé ; sauf que la belle-mère est aussi intrusive qu’insupportable…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

La question ne se pose même pas, avec un titre pareil et une couverture pareille impossible de passer mon chemin !

Ma chronique

Je connaissais (et apprécie au plus haut point) les polars écrits par des flics (anciens ou toujours en service), avec ce roman j’ai découvert la comédie vétérinaire écrite par un vétérinaire (et ça se sent quand il parle des différentes interventions que ses personnages sont amenés à pratiquer).

Ayant avalé le bouquin d’une traite je ne peux pas dire que j’ai été déçu, mais je m’attendais à quelque chose de plus incisif. À ma décharge, il faut attendre le chapitre 24 (sur 43) pour voir enfin apparaître le fameux Rex. Non que les 23 premiers chapitres soient ennuyeux, ils plantent bien le décor et les personnages et nous permettent de mieux comprendre l’exaspération de David vis-à-vis de son horripilante belle-mère (perso j’aurai été nettement moins patient !).

J’ai beaucoup aimé la galerie de personnages que l’auteur nous invite à découvrir. À commencer par David et Alice, leur entourage (dont la fameuse belle-mère, Brenda puis Rex) et l’inénarrable M. Rudolski (le propriétaire des locaux occupés par David et Alice). Pas de traitement de faveur, personne n’est relégué au second plan, même les clients de la clinique.

Un récit à la première personne qui nous place dans la peau de David. Un David d’abord enthousiaste au vu l’opportunité que leur offre belle-maman, mais qui ne tardera pas à déchanter au fur et à mesure que la belle-mère s’imposera dans sa vie professionnelle et par extension dans sa vie privée.

Vous vous demandez peut-être si ce brave David perd la boule en imaginant que Brenda s’est réincarnée dans le corps de Rex, le chien qu’a choisi Alice pour surmonter son deuil, ou s’il se trouve réellement face à un cas de réincarnation pour le moins atypique… Ne comptez pas sur moi pour répondre à cette question, si vous voulez le savoir il faudra lire le bouquin.

Un feel good sympathique à lire et divertissant, pas de franches rigolades, ni de fous rires, mais des sourires satisfaits au fil des pages ; on peut estimer que le contrat est rempli même si j’aurai préféré un ton encore plus décalé. Pour un premier roman Stéphane Cazenelle n’a pas à rougir du résultat, je ne peux que l’inviter à persévérer si c’est une voie dans laquelle il compte poursuivre l’aventure.

MON VERDICT

Aparté en forme de coup de gueule…

Petit (moyen) bémol à l’encontre des correcteurs de chez Albin Michel. Où ont-ils vu écrire les chiffres décimaux avec un espace après la virgule ? Ca n’arrive pas qu’une fois, c’est systématique… perso lire « une température de 39, 5 » ça me pique méchamment les yeux ! En allant corriger le texte via Sigil j’ai découvert qu’ils avaient poussé le vice encore plus loin, la plupart de ces espaces étant des insécables.

Si tout le monde (ou presque) connaît les effets bénéfiques des oméga-3 sur la santé, j’ai été vachement surpris de découvrir leurs cousins germains les omégas 3… Ah bon, ça existe ? Non, à part dans l’esprit tourmenté de ces mêmes correcteurs.

Je fais volontiers l’impasse sur ce genre de bévue quand je lis un bouquin auto édité ou issu d’une maison d’édition indépendante ou de taille modeste ; venant d’un géant de l’édition comme Albin Michel je suis plutôt partisan de la tolérance zéro !

Je n’entends pas pénaliser l’auteur en abaissant la note que j’ai attribuée à son roman, mais je tenais tout même à souligner la chose.

 
8 Commentaires

Publié par le 22 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Mo Malo – Qaanaaq

AU MENU DU JOUR

Titre : Qaanaaq
Auteur : Mo Malo
Éditeur : La Martinière
Parution : 2018
Origine : France
496 pages

De quoi ça cause ?

Qaanaaq Adriensen, flic à la criminelle de Copenhague, est détaché à Nuuk, capitale du Groenland, afin d’enquêter sur un triple homicide commis sur le camp de base d’une grosse exploitation pétrolière.

Les scènes de crimes font penser à une attaque d’ours polaire, mais plusieurs éléments ne collent pas avec cette version officielle. Qaanaaq décide de tout reprendre à zéro, aidé par Appu, un flic inuit de la brigade de Nuuk…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

En premier lieu pour la couv’ (sublime), à peine l’ai-je entrevu que j’ai eu envie d’en savoir davantage sur ce bouquin. Et comme le ramage semblait se rapporter au plumage, il a de fait intégré mon Stock à Lire Numérique.

La campagne marketing lancée sur la page FB de l’auteur (un écrivain français connu qui publie son premier thriller sous couvert d’un pseudo), à grand renfort de photographies, a fait le reste.

Ma chronique

Vous le savez sans doute, je suis un grand fan du polar nordique, autant dire qu’un polar nordique made in France avait tout pour attiser ma curiosité. En effet si l’intrigue de Qaanaaq se déroule bien au Groenland son mystérieux auteur est bel et bien français.

Je ne sais pas qui se cache derrière le pseudo Mo Malo, mais une chose est certaine, il n’a pas à rougir de sa première incursion dans le monde du thriller. Qaanaaq est une totale réussite à plus d’un titre.

À commencer par Qaanaaq, son personnage principal. Pour info ça se prononce Hraanaak (avec un « Hr » qui formerait un r guttural et aspiré, un peu à l’image de la jota espagnole) et non Kaanaak comme on serait amené à le croire. Fin de la digression phonétique, revenons à notre Qaanaaq.

Qaanaaq est un enfant du Groenland, adopté par des parents danois, il n’a jamais mis les pieds sur les terres qui l’ont vu naître. De fait il n’en maîtrise ni la langue ni les traditions… Rendez-vous en terre inconnue. Un flic loin de l’archétype made in Hollywood, exit le Magnum 44, ses armes à lui tiennent davantage de la PNL (programmation neurolinguistique) et de la psychologie.

Un flic danois qui débarque donc au Groenland dans un contexte un peu particulier. Des élections législatives approchent et devraient déboucher sur un référendum sur la question de l’indépendance du Groenland. Idéal pour exacerber les rancoeurs xénophobes des nationalistes les plus radicaux ! Pas franchement le bienvenu le danois…

Le contexte propre au Groenland est un autre point fort du roman. L’aspect politique cohabite en effet avec des approches économiques et écologiques ; via l’exploitation des ressources du pays, notamment le pétrole… une manne qui ne laisse pas les multinationales indifférentes, mais à quel prix pour le Groenland ? Un pays où traditions et modernisme cohabitent, pas toujours en parfaite harmonie, parfois même en dépit du bon sens.

Dépaysement assuré en compagnie de Mo Malo et Qaanaaq ! Avant d’embarquer, pensez à sortir couvert, ça caille dans le coin ! Un froid qui peut vous tendre des pièges mortels, surtout si vous sortez des sentiers battus et vous aventurez au coeur de l’inlandsis. Pour info le Groenland c’est plus de 20 millions de km² (presque 4 fois la France) pour moins de 56 000 habitants (contre 67 millions en France).

Un bon thriller c’est aussi et surtout une bonne intrigue. Là encore Qaanaaq tient parfaitement la route avec une intrigue complexe à souhait (mais jamais brouillonne) qui vous réservera quelques surprises au fur et à mesure que son ampleur et ses enjeux vous seront révélés (au compte-goutte).

Les personnages secondaires ne sont pas laissés pour compte, l’auteur nous mitonne une galerie toute en nuances de gris. Comme Qaanaaq vous serez amenés à juger tel ou tel personnage suspect, avant de devoir réviser votre jugement.

J’ai tout particulièrement le personnage d’Appu (Apputiku Kalakek), un flic inuit qui accompagnera Qaanaaq au cours de son enquête et l’initiera sommairement aux us et coutumes inuits.

L’écriture et la construction du récit sont bien pensés et parfaitement adaptés au thriller. Décidément Qaanaaq est une sacrée révélation !

C’est à regret que j’ai quitté le Groenland et Qaanaaq, avec toutefois l’espoir de les retrouver à en croire les remerciements de l’auteur. Inutile de vous préciser que je répondrai présent…

MON VERDICT

 
8 Commentaires

Publié par le 21 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Marc Lévy – Une Fille Comme Elle

AU MENU DU JOUR

Titre : Une Fille Comme Elle
Auteur : Marc Lévy
Editeur : Robert Laffont
Parution : 2018
Origine : France
384 pages

De quoi ça cause ?

Au n° 12 de la Cinquième Avenue se dresse un immeuble dont les habitants sont loin de se douter que leur quotidien va être bouleversé par un stupide accident. Le liftier de nuit chute dans les escaliers et se blesse ; il doit être hospitalisé et ne peut plus assurer son service.

Deepak, le liftier de jour, propose à son neveu, Sanji, récemment arrivé de Mumbai pour affaires, de dépanner la résidence en assurant le service de nuit…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Marc Lévy et que je suis un inconditionnel assumé.

Ma chronique

Avec ce nouveau roman Marc Lévy signe une comédie romantique gentillette et sans grande originalité. Même si le bouquin reste agréable à lire et se lit vite et bien, il reste un peu trop convenu pour déclencher un enthousiasme immodéré.

L’auteur nous offre une belle brochette de personnages. A commencer par Chloé, le personnage féminin principal, une jeune femme clouée sur un fauteuil roulant, mais pleine de bonne humeur et qui ne manque pas de répartie.

Puis il y a Deepak, le liftier, un vieil indien plein de principes qui se dévoue quasiment corps et âme au bien-être des habitants de la résidence qui en contrepartie le considère, pour beaucoup d’entre eux, comme un élément du décor.

Puis il y a Sanji, qui incarne le visage de l’Inde moderne. Un homme d’affaires qui a réussi à mener une affaire florissante dans un pays encore régenté par les castes et qui cherche à s’ouvrir au marché américain. Et va se retrouver à mener deux combats de front, richissime homme d’affaires le jour et liftier la nuit…

Sans oublier, Lali, l’épouse de Deepak, Sam l’associé américain de Sanji et bien sûr tous les résidents du n°12 Cinquième Avenue. Brefs les personnages sont la clé de voûte de ce roman.

Dommage qu’ils soient mis au service d’une intrigue un peu fade et très prévisible. Les bons sentiments, parfum guimauve, sont assumés et font toutefois mouche. Idem pour les touches d’humour apportées par certains quiproquos.

Je n’ai pas de regrets, j’ai passé un bon moment avec ce bouquin, mais j’aurai apprécié quelque chose de plus audacieux ; je referme le roman avec l’impression que Marc Lévy s’est contenté du minimum syndical sur ce coup.

Et c’est donc sans la moindre hésitation que j’attribue le classico 2018 à Guillaume Musso.

MON VERDICT

 
4 Commentaires

Publié par le 18 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Roy Braverman – Hunter

AU MENU DU JOUR

R. Braverman - Hunter

Titre : Hunter
Auteur : Roy Braverman
Éditeur : Hugo
Parution : 2018
Origine : France
320 pages

De quoi ça cause ?

Hunter, condamné à mort pour les meurtres de cinq hommes et l’enlèvement de cinq femmes qui n’ont jamais été retrouvées, s’évade et retourne à Pilgrim’s Rest, là où ces crimes ont été commis douze ans plus tôt. Plus que jamais déterminé à prouver son innocence et à démasquer le(s) vrai(s) coupable(s).

Il n’est pas seul sur le chemin de Pilgrim’s Rest, Freeman, le père d’une victime disparue, le suit de près. Une fois qu’il lui aura mis la main dessus, il compte bien lui faire avouer où est sa fille et venger les victimes.

Sauf qu’à Pilgrim’s Rest rien ne se déroulera comme prévu…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que Roy Braverman est le nouveau pseudo de Ian Manook (Patrick Manoukian de son vrai nom), le sieur Manook m’ayant emballé avec sa trilogie mongole autour de Yeruldelgger, il me tardait de rejoindre le sieur Braverman et le mystérieux Hunter dans les Appalaches pour découvrir cette nouvelle série.

Ma chronique

Exit Ian Manook, exit Yeruldegger, exit les steppes mongoles et exit Albin Michel. Welcome Roy Braverman, welcome Hunter, welcome USA et welcome Hugo. Dans le genre nouveau départ, on peut difficilement faire plus radical.

Honnêtement si je n’avais pas su que Manook et Braverman étaient une seule et même personne jamais je n’aurai pu le deviner en lisant ce roman (sans sa préface dans laquelle l’auteur explique son choix). Le genre, le style, la construction, tout est tellement éloigné de ce que j’ai découvert avec la trilogie Yeruldelgger. On frôle la parfaite schizophrénie littéraire ! Et c’est un compliment, il faut un sacré talent pour réussir un pareil grand écart sans se vautrer.

Hunter est un concentré d’action et de testostérone, mais aussi et surtout un divertissement assumé (voire même revendiqué) par l’auteur. Ça castagne, ça flingue, ça étripe, ça baise aussi, et le tout dans la bonne humeur serais-je tenté de dire vu l’humour (parfois noir) omniprésent quasiment du début à la fin… Même dans les situations les plus désespérées ! Tout simplement jubilatoire !!!

J’ai ressenti le même plaisir quasiment jouissif qu’en suivant les folles aventures du Bourbon Kid, l’aspect fantastique en moins. Tous les excès sont permis et quand ça pourrait casser par manque de crédibilité, finalement ça passe au nom du second degré. J’ai pris un pied monstre à lire ce bouquin, la totale éclate !

Si je devais définir ce roman en un mot (autre que « jubilatoire » ou « jouissif »), je dirais « visuel ». Non seulement parce qu’on en prend plein les mirettes, mais surtout parce qu’au fil de la lecture on visualise littéralement l’intrigue en surimpression. C’est simple en refermant ce bouquin j’ai eu l’impression de sortir d’une séance de ciné… et d’y avoir vu un sacré bon film.

Des chapitres courts, une écriture au cordeau et un rythme imposé boosté à l’adrénaline, tout est fait pour que le lecteur n’ait pas une minute de répit. Ajoutez à cela une galerie de personnages mitonnée aux petits oignons (mais dont je ne vous parlerai pas) et vous avez entre les mains tous les ingrédients qui font un foutrement bon roman.

J’ai eu un mal de chien à lâcher le bouquin tant j’avais envie d’en savoir davantage, chapitre après chapitre.

Pilgrim’s Rest (le repos du pèlerin en français) ferait un joli nom pour une sympathique auberge, ou une paisible bourgade, mais que nenni ; l’origine du nom est nettement moins charmante :

« Vous savez d’où vient le nom Pilgrim’s Rest ? Rien à voir avec le repos d’une bande de pèlerins de passage. Une troupe de culs bénis chassés de France par des culs encore plus bénis qu’eux ont voulu évangéliser au passage les natifs du coin. Ils les ont tellement convaincus de leur supériorité chrétienne que leurs bons élèves les ont tués et ont bouffé leur cœur et leur foie pour s’approprier leur force d’âme. C’est vous dire où vous mettez les pieds ! »

Concrètement c’est un bled paumé au fin fond des Appalaches qui ne tient debout que par la bonne grâce de sa vingtaine d’habitants, des gars du cru, du redneck en puissance… Vous en voulez encore ? OK, placez le tout au coeur d’hiver avec la neige qui tombe dru et vous aurez une bonne idée du cadre.

Le moins que l’on puisse dire c’est que Roy Braverman ouvre le bal en beauté avec ce premier opus de sa nouvelle série. Inutile de préciser que je suis partant pour la suite, plutôt deux fois qu’une !

PS : j’ai pris un sacré coup de jeune en redécouvrant la musique des CCR (Creedence Clearwater Revival).

MON VERDICT
Coup double

 
8 Commentaires

Publié par le 15 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Du SP et de l’indépendance du blogueur…

Vous avez peut être remarqué que depuis quelque temps un badge NetGalley est venu s’ajouter à ma barre des widgets, de même dans certaines de mes chroniques je mentionne (en la remerciant) la plateforme NetGalley.

Pour ceux et celles qui l’ignoreraient, NetGalley est une plateforme d’échanges entre lecteurs et éditeurs. Les éditeurs mettent certains de leurs titres à disposition des lecteurs. Après avoir rempli leur fiche profil, les lecteurs peuvent solliciter l’envoi de ces titres en échange d’une chronique. L’éditeur peut alors donner suite, ou non, sans avoir à se justifier.

C’est le principe du service de presse (SP) adapté à l’édition numérique.

J’en vois déjà certain(e)s faire la moue (si, si, pas la peine de se planquer, je vous ai vu) : quid de l’intégrité du blogueur dans ce cas de figure ?

J’aurai tendance à répondre que c’est un problème entre le blogueur et sa conscience. Pour ma part j’ai clairement précisé dans mon profil que je rédigerai des chroniques totalement impartiales ; ce n’est pas parce que j’ai reçu un bouquin gratuitement que je l’encenserai si je ne l’ai pas aimé. Par contre, autant que possible, je ferai en sorte que ma critique soit constructive (dire d’un bouquin « c’est de la merde » est quelque peu péremptoire et n’apporte rien à personne, par contre expliquer pourquoi VOUS ne l’avez pas aimé est nettement plus objectif et constructif).

Les plus sceptiques pourront toujours arguer du fait que les SP reçus ont tous eu une critique élogieuse et une très bonne note. Bizarre, non ?

Désolé de vous décevoir, mais la réponse est NON. Comme expliqué plus haut, le lecteur sollicite les titres qu’il souhaite lire et chroniquer auprès des éditeurs concernés. De fait les SP sollicités et obtenus figuraient tous dans ma wishlist, et ils ne sont pas arrivés là par hasard. Si mes chroniques sont positives, ça confirme simplement que j’ai eu le nez creux en surveillant leur sortie.

Il est toujours possible que je décide, un jour ou l’autre, de solliciter un titre par curiosité ; cela pourra s’avérer un bon ou un mauvais choix, vous le saurez en découvrant ma chronique le moment venu.

Ce partenariat avec NetGalley n’est en rien un signe d’allégeance, je n’ai vendu mon âme à personne, j’ai simplement profité d’une opportunité gagnant-gagnant.

Le lecteur-stockeur compulsif que je suis pourrait être tenté de solliciter à tout va. Il est vrai que j’ai vu passer quelques titres que je ne connaissais pas et sur lesquels j’ai hésité. Je n’ai pas franchi le pas pour deux raisons :

– Je ne tiens pas à fonctionner qu’avec des SP, non que je craigne de leur être moralement redevable à terme, mais parce que je souhaite assurer une alternance dans mes chroniques entre les SP et les autres titres qui hantent mon Stock à Lire Numérique.

– À quoi bon solliciter cinq titres en même temps si je sais que je pourrai en lire que deux ou trois dans le délai imparti (je me suis donné un temps de rédaction maximal de trois semaines après réception du SP) ? Non seulement c’est un manque de tact flagrant, mais en plus cela vous décrédibilise auprès des éditeurs.

Je tiens à préciser que personne ne m’a encore accusé d’avoir vendu mon âme au diable. Je souhaitais juste clarifier les choses, j’assume à 200% ce partenariat avec NetGalley… je regrette juste de ne pas avoir connu la plateforme plus tôt.

Comme indiqué précédemment, les éditeurs sont libres de refuser vos sollicitations. Au jour d’aujourd’hui j’ai essuyé deux refus et j’ai une demande en stand-by ; ce n’est pas parce qu’un éditeur m’a refusé un titre que je vais le bouder (il faut avoir un minimum de bon sens), je tenterai ma chance plus tard avec un autre titre. Ça ne coûte rien d’essayer…

 
13 Commentaires

Publié par le 13 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : ,

[BOUQUINS] Jacques Expert – Sauvez-Moi !

AU MENU DU JOUR

J. Expert - Sauvez-moi !

Titre : Sauvez-Moi !
Auteur : Jacques Expert
Éditeur : Sonatine
Parution : 2018
Origine : France
400 pages

De quoi ça cause ?

1960. Nicolas Thomas est arrêté pour avoir sauvagement assassiné quatre jeunes femmes. Pour Sophie Ponchartrain qui a récemment intégré la brigade criminelle au 36, cette affaire est l’occasion rêvée de prouver enfin ce qu’elle vaut et lancer véritablement sa carrière. Contre toute attente, elle obtient les « aveux » de Nicolas qui sera condamné à la peine de mort avant que sa peine ne soit commuée en prison à perpétuité.

1990. Thomas Nicolas est libéré après 30 années de détention bien qu’il ait toujours clamé son innocence. Dans les jours qui suivent de nouveaux meurtres sont commis suivant le même opératoire que celui utilisé en 1960. Pour Sophie Ponchartrain, devenue divisionnaire, il ne fait aucun doute que Nicolas Thomas est coupable, sauf qu’il demeure introuvable…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Jacques Expert, un auteur que j’apprécie tout particulièrement et qui a un don narratif tout particulier ; on lit ses romans comme on écoutait Pierre Bellemarre (paix à son âme) nous détailler les plus improbables faits-divers avec un réalisme aussi glaçant que captivant.

Parce que c’est Sonatine, une maison d’édition que je suis depuis des années et qui m’a réservé quelques belles surprises. C’est donc avec plaisir que j’ai reçu ce SP fourni par l’intermédiaire du site NetGalley.

Ma chronique

Je remercie les éditions Sonatine et la plateforme NetGalley pour l’envoi de ce SP, votre confiance m’honore et me va droit au coeur.

Un adage populaire prétend que « la justice est aveugle« , personnellement je serai tenté de tempérer en ajoutant « il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir » et c’est justement la toile de fond du dernier roman de Jacques Expert. Si comme moi vous n’avez qu’une foi modérée en la justice des hommes, ce n’est pas ce roman qui vous amènera à réviser votre jugement.

Fort de son expérience de grand reporter, notamment en matière d’affaires criminelles, Jacques Expert décortique les rouages de la machine (qui a dit machination ?) judiciaire au travers d’une intrigue qui vous happera dès les premières pages pour ne plus vous lâcher avant le clap de fin.

Il est malheureusement vrai que quand une « grande » affaire criminelle vient défrayer la chronique, les enquêteurs subissent de multiples pressions exigeant des résultats rapides. Que ce soient les médias, la population ou le parquet, ça fuse de toute part : trouvez-nous un coupable pour apaiser la vindicte populaire ! Vous aurez sans doute relevé la subtile nuance entre UN coupable et LE coupable…

Comme à l’accoutumée la plume, le style et l’expertise de Jacques Expert font mouche. L’auteur nous plonge en totale immersion au coeur de l’enquête de police, c’est criant de réalisme à en devenir glaçant par moment. Mais c’est justement ce que l’on aime chez cet auteur, il met ses connaissances du milieu au service de ses intrigues ; et avec lui rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, on joue plutôt sur les nuances de gris.

Pour ma part j’ai tout de suite pris en grippe le personnage de Sophie Ponchartrain, je n’ai rien contre les gens ambitieux, mais je veux croire que l’on peut gravir les marches en conservant un minimum de sens éthique et moral. Des valeurs complètement absentes chez Ponchartrain, les « aveux » soutirés à Nicolas Thomas en sont la preuve formelle.

Et 30 ans plus tard, rien n’a changé, sa conviction fait foi, quitte à en devenir obsessionnelle. Si elle pense que untel est coupable alors untel doit payer, quels que soient les moyens mis en oeuvre pour parvenir à ses fins. Il faut dire que son équipe n’est pas vraiment contrariante, tous déifient leur patronne et sont prêts à la suivre aveuglément.

Alors coupable ou innocent ? Concernant Nicolas Thomas je n’ai jamais eu le moindre doute. Pour Guillaume Chambaraud je reconnais m’être plus d’une fois posé la question, même si mes soupçons s’orientaient plutôt vers une troisième piste, écartée par les enquêteurs. Ai-je eu tort ou raison ? À vous de le découvrir en lisant Sauvez-Moi !.

Jacques Expert ne se contente pas de soigner son intrigue, il prend aussi le temps de façonner ses personnages. À ce titre j’ai particulièrement apprécié Rachel Bachelard, l’assistante de Ponchartrain, prête à tout pour que sa patronne la remarque enfin. À tout ? Même à vendre son âme au diable ? Ça reste à voir…

Bien que posant clairement la question de l’erreur judiciaire, le roman de Jacques Expert ne se revendique pas comme un livre à charge contre le système judiciaire, on peut heureusement supposer que de telles situations restent exceptionnelles. Mais elles existent, pratiquer l’omerta autour du sujet n’est en rien constructif, en parler, même autour d’une fiction, peut au contraire nous amener à réfléchir à la question.

Un roman lu quasiment d’une traite, impossible de s’en séparer avant de connaître le fin mot de l’histoire. Mais bon, il faut bien composer avec les obligations du quotidien et se faire une raison, mais à chaque fois que je le refermais je n’avais qu’une hâte : y revenir au plus vite !

MON VERDICT

 
9 Commentaires

Publié par le 13 juin 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,