RSS

Archives de Catégorie: Trucs en vrac

[MUSIC] Tagada Jones – Hellfest 2017

Point de lapin tueur de chasseur ce matin, juste un programme radio un peu pourri et pas grand chose de mieux à la téloche (voire pire). Du coup on décide de basculer sur l’option Youtube de la TV, à la base pour visionner la reprise de Dieu m’a donné la foi par Julien Doré (hmouias c’est vachement bof… mais vous connaissez mon amour pour les bondieuseries en tout genre).

Je ne sais pas trop via quel algorithme Youtube enchaîne les vidéos mais il n’en reste pas moins que leur playlist a été excellente. Pour rester dans le domaine français nous avons eu le droit à HF Thiefaine, Téléphone, Matmatah, Johnny, Indochine, Shaka Ponk, Trust… Avec quelques interludes anglosaxons vachement appréciables (Eagles, Pink Floyd, Toto, …).

Je peux clairement affirmer que mon plus gros coup de cœur de cette programmation alternative fut le titre Mort Aux Cons de Tagada Jones… Putain ça existe encore de nos jours les groupes français qui osent le punk rock metal !?

Les paroles engagées vont droit au cœur, le rythme musclé vrille nos vieilles cannes et nous remue les tripes. Cerise sur le gâteau, il sait y faire pour déchaîner son public dans des pogos endiablés. C’est trop bon !!!

Le morceau était extrait d’un live au Hellfest 2017, depuis j’ai téléchargé, via une plateforme musicale bien connue des amateurs, l’ensemble de la prestation du groupe (15 titres qui envoient du pâté basque !) et les deux derniers albums… c’est juste un régal à écouter et ça me rajeunit de 20 ans… mais j’assume !

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 mai 2021 dans CD Albums, Trucs en vrac

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] David L. Carlson & Landis Blair – L’Accident De Chasse

AU MENU DU JOUR

L'Accident de Chasse
Titre : L’Accident De Chasse
Scénario : David L. Carlson
Dessin : Landis Blair
Éditeur : Sonatine
Parution : 2020
Origine : Etats-Unis (2017)
472 pages

De quoi ça cause ?

Chicago, 1959. A la mort de sa mère, Charlie Rizzo va vivre chez son père, Matt Rizzo, aveugle à la suite d’un stupide accident de chasse. C’est en tout cas la version de l’histoire que son père lui a toujours racontée.

Quand la police vient frapper à la porte des Rizzo pour arrêter Charlie, son père lui raconte alors toute la vérité sur sa cécité et son passé criminel…

Ma Chronique

L’Accident De Chasse est le premier roman graphique à intégrer le catalogue des éditions Sonatine, sa présence aux côtés des autres titres et auteurs prestigieux de l’éditeur ne doit rien au hasard. Je laisse la parole à Arnaud Hofmarcher, directeur éditorial chez Sonatine, pour expliquer ce choix :

Nous n’avions jamais envisagé de publier chez Sonatine Éditions de roman graphique. Jusqu’au jour où, intrigués par une rumeur grandissante venue d’outre-Atlantique, nous nous sommes procuré L’Accident de chasse. L’enthousiasme de la maison a été tel devant la puissance de ce livre, correspondant, qui plus est, à notre ADN, que nous n’avons pas hésité une seule seconde avant d’en acquérir les droits.

Quelques mots sur l’objet physique pour commencer. D’emblée le visuel donne le ton : noir c’est noir. Couverture rigide, le papier des pages est épais, Sonatine n’a pas lésiné sur les moyens pour nous proposer un ouvrage de qualité. Du coup la chose fait son poids (pas loin de 500 pages), surtout pour moi qui suis habitué à lire sur liseuse ou sur PC.

N’étant pas un expert en dessin je ne m’échinerai pas à décrire le style graphique du roman, les captures d’écran à la fin de cette chronique vous parleront mieux que je ne saurai le faire. Je dirai simplement que le noir et blanc et le trait hachuré sont en totale adéquation avec le récit en plus d’être un véritable régal pour les yeux.

Sur le fond le roman est inspiré de la véritable histoire de Matt Rizzo, telle que Charlie (si, si, le même que dans le livre), son fils, ami de David L. Carlson, la lui a racontée. Tout comme l’histoire de Leopold et Loeb est vraie. Un sujet que l’auteur a approfondi avec son ami avant d’en confier la mise en images à Landis Blair.

L’Accident De Chasse est d’abord l’histoire d’un père et de son fils, une relation sur le tard qui ne les empêchera pas de lier des liens forts. Jusqu’à ce que Charlie apprenne, par la bouche de son père, que tout ce qu’il croyait savoir de lui repose sur des mensonges et des non-dits. Suivra alors un échange père-fils vibrant d’émotions, de force et d’intensité au fur et à mesure que Matt Rizzo se confiera.

Il faut dire que le parcours de Matt Rizzo est pour le moins atypique, une courte « carrière » criminelle qui s’achèvera par une blessure qui lui fera perdre la vue et l’enverra au pénitencier de Stateville (Illinois) pour y purger une condamnation à perpétuité (bin ouais, à l’époque ça ne rigolait pas). Double peine pour Matt Rizzo !

Au fil du récit de Matt on découvre son quotidien en prison, son envie d’en finir avec la vie. Mais surtout sa rencontre avec Nathan Leopold, rencontre qui le mènera pas à pas vers une rédemption inattendue sur fond de littérature (à travers la découverte de L’Enfer de Dante) et de musique (grâce à la Suite pour Violoncelle de Bach).

Un récit bourré d’humanité qui ne devrait laisser personne indifférent, j’ai eu du mal à décrocher avant la fin tellement j’ai été happé par cette histoire. On reproche souvent aux romans graphiques (et BD) de véhiculer moins d’émotions qu’un « vrai » roman, L’Accident De Chasse balaie ce préjugé d’une pichenette.

Un titre qui a toute sa place dans le catalogue de Sonatine, et pourquoi pas une porte ouverte vers d’autres romans graphiques… Je pense notamment à un certain R.J. Ellory qui travaille actuellement avec Richard Guerineau au dessin sur une adaptation de son roman Seul Le Silence.

Une qualité de forme et de fond qui n’a pas laissé indifférent le jury du Festival International de la BD d’Angoulême, édition 2021, puisque L’Accident De Chasse rafle le prix le plus prestigieux du festival, le Fauve d’Or, qui récompense le meilleur album parmi les 45 titres en compétition. Une récompense qui viendra s’ajouter au prix Ouest-France qu’il a remporté lors du festival Quai des Bulles quelques semaines plus tôt.

En bonus sur le site Lisez.com :

La fiche du livre
L’interview des auteurs

MON VERDICT

 
6 Commentaires

Publié par le 19 avril 2021 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] Gabino Iglesias – Les Lamentations Du Coyote

AU MENU DU JOUR


Titre : Les Lamentations Du Coyote
Auteur : Gabino Iglesias
Éditeur : Sonatine
Parution : 2021
Origine : États-Unis (2018)
224 pages

De quoi ça cause ?

La Frontera, une zone de non-droit séparant le Mexique des États-Unis. C’est là que sévit le Coyote. Personne ne connaît son nom, mais à quoi bon ? Il est le Coyote, tout simplement. Celui dont la mission divine est de sauver des enfants mexicains en leur faisant passer clandestinement la frontière vers la terre promise…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Sonatine et Gabino Iglesias ; son précédent roman, Santa Muerte, m’avait totalement emballé.

Ma chronique

Je remercie les éditions Sonatine et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Avec son précédent – et premier – roman, Santa Muerte, Gabino Iglesias revendiquait l’invention – excusez du peu – d’un nouveau genre littéraire : le barrio noir. De la violence totalement assumée, mais tempérée par un ton décalé, le tout généreusement saupoudré de mysticisme, mais aussi et surtout un fond de multiculturalisme hispano-américain pour  lier l’ensemble.

Un cocktail explosif qui a été d’une redoutable efficacité avec Santa Muerte, autant dire que j’avais hâte de retrouver tous ces ingrédients en me plongeant dans Les Lamentations Du Coyote.

Sur ce point je n’ai pas été déçu, tous les ingrédients sont bel et bien présents pour assembler un barrio noir à la hauteur des exigences de l’auteur / fondateur du genre… mais, parce qu’il y a un mais, et même plusieurs.

Mon plus gros bémol tient d’abord dans la forme. Plutôt que de proposer un roman avec une intrigue plus ou moins complexe, Gabiano Iglesias opte pour six arcs narratifs (dans l’ordre d’apparition : Perdrito, La Mère, Le Coyote, Jaime, Alma et La Bruja) qui, à l’exception des chemins de Perdrito et du Coyote qui se croiseront, ne sont liés par aucun fil rouge (hormis la fameuse frontera mais ça ne suffit pas à créer un tout cohérent).

Peut-être que si l’auteur avait opté pour un recueil de nouvelles la sauce aurait mieux pris, passer de l’un à l’autre des récits au fil des chapitres ne présente pas grand intérêt à mon goût.

Force est aussi de reconnaître que seuls les récits de Perdrito et du Coyote m’ont réellement convaincu ; en étoffant un peu il y avait même matière à faire un roman à part entière.

Le parcours de Jaime pourrait se résumer à trois petits tours et puis s’en va ; une histoire sans réelle surprise qui n’apporte pas grand-chose (voire strictement rien) à l’ensemble.

Les récits consacrés à La Mère et à La Bruja optent clairement pour une approche placée sous l’angle du fantastique, mais pêchent tous les deux par leur superficialité excessive. C’est d’autant plus dommage que dans les deux cas il y avait un fort potentiel.

Enfin j’ai trouvée toute la partie consacrée à Alma trop décousue, c’est certes le texte le plus engagé du roman, mais le message est noyé dans un excès de zèle qui est plus nuisible qu’autre chose.

Sur le fond aussi je n’ai pas été emballé outre mesure. Je n’ai pas retrouvé le côté décalé qui m’avait tant séduit dans Santa Muerte. Plus globalement j’ai trouvé que l’ensemble des ingrédients était mal dosé (trop de mysticisme notamment)… ça m’a fait l’effet d’un cocktail mal maîtrisé, un peu comme un mojito dont le rhum aurait été complètement noyé sous l’eau gazeuse.

Bref c’est un peu déçu que je referme ce bouquin… peut-être que j’en attendais trop. Ceci dit je mentirai si je disais que je me suis ennuyé à la lecture de ce roman, disons que contrairement à Santa Muerte je ne lui reprocherai pas son nombre de pages… au contraire ! En l’état il se lit vite, ça tempère la déception.

 MON VERDICT

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 avril 2021 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Joann Sfar – Fashion Week

AU MENU DU JOUR

J. Sfar - Fashion Week

Titre : Fashion Week
Auteur : Joann Sfar
Éditeur : Dargaud
Parution : 2020
Origine : France
160 pages

De quoi ça cause ?

Jacques Meranda, alias Le Niçois, quitte le Côte d’Azur pour monter sur la capitale dans l’espoir de réaliser un gros coup à l’occasion de la fashion week de Paris.

C’est accompagné de sa nana, Loulou Crystal, une ancienne star du porno, et quelques complices que Le Niçois compte faire main basse sur le pactole espéré… sauf que les choses ne vont pas vraiment se passer comme prévu.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Dargaud et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Avant de découvrir cette BD je n’avais que très vaguement entendu parler de Joann Sfar et je ne connaissais pas du tout son personnage de Jacques « Le Niçois » Merenda. C’est par pure curiosité que je l’ai sollicité sur Net Galley.

Jouons cartes sur table d’entrée de jeu, j’ai reçu rapidement un retour favorable des éditions Dargaud et de fait j’ai cette BD en stock depuis début mars. La première fois que je l’ai ouverte pour y jeter un œil, je l’ai refermé après seulement quelques pages feuilletées. J’ai trouvé le dessin tout simplement laid et n’ai pas du tout aimé la typographie du texte.

A plusieurs reprises j’ai essayé de me motiver pour m’y mettre une bonne fois pour toutes… avant de renoncer au bout de quelques pages. Du coup j’ai fini par me résigner et à progresser au rythme imposé par le bouquin, un chapitre de temps en temps, ça prendra le temps que ça prendra (concrètement ça a pris une dizaine de jours)…

Si je vous dis braquage d’une starlette en pleine fashion week de Paris et que je précise que la starlette en question s’appelle Kim Kestéchian ; ça vous rappellera forcément quelque chose. Perso plus que le fait divers qui défraya la chronique, ça me fait surtout penser à la BD Les Bijoux De La Kardashian, qui se veut une reconstitution fidèle des faits.

Sous la plume de Joann Sfar les faits (la réalité est déjà digne d’un vaudeville de bas étage) sont (encore plus) tournés en dérision pour virer à la farce burlesque. Clairement ce sont les textes de l’auteur qui sauvent la BD du naufrage ; je n’ai définitivement pas réussi à me faire à la laideur du dessin.

Une BD qui ne m’a pas vraiment envie de découvrir les deux romans de l’auteur mettant en scène son Niçois (chronologiquement je ne sais pas où se situe la BD par rapport aux bouquins et je m’en fous) ; par contre je lui donnerai sans doute une seconde chance en me penchant sur sa série de BD Le Chat Du Rabbin dont le dessin me semble plus soigné.

MON VERDICT

Fashion Week

 
6 Commentaires

Publié par le 17 juin 2020 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Anonyme – Que Le Diable L’Emporte

AU MENU DU JOUR

Anonyme - Que Le Diable L'>Emporte

Titre : Que Le Diable L’Emporte
Auteur : Anonyme
Éditeur : Sonatine
Parution : 2019
Origine : USA
400 pages

De quoi ça cause ?

JD, surtout connu comme étant le Bourbon Kid, et Beth essayent au mieux de mener une vie aussi normale que faire se peut. Pas évident quand on a le FBI aux trousses, mais aussi et surtout Scratch, le diable, qui n’a pas vraiment apprécié que le Kid la lui fasse à l’envers…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

La question ne se pose même pas. C’est le retour du Bourbon Kid, la saga la plus déjantée et la plus jouissive qu’il m’ait été donné de lire. Dès la première apparition du Bourbon Kid (Le Livre Sans Nom) j’ai été emballé par cet univers complètement barré, depuis je suis accro et je n’ai jamais été déçu…

Ma Chronique

Une fois n’est pas coutume, je vais faire mien l’avertissement qui figure en quatrième de couv’ : Vous êtes bien-pensant ? Conformiste ? Poli, honnête et respectable ? Vous voulez le rester ? N’ouvrez jamais ce livre.

Force est de reconnaître que notre anonyme préféré revient au top de la forme ! Plus barré que jamais. Plus trash que jamais. Plus irrespectueux que jamais ! Bref, c’est tout ce qu’on aime en version XXL.

Outre le Kid et Beth, les Dead Hunters (Rodeo Rex, Elvis et Jasmine) seront aussi de la partie, ainsi que l’inénarrable Sanchez et sa petite amie, Flake. Bien entendu il faudra aussi compter avec le diabolique Scratch, déterminé à faire payer le prix fort au Kid qui l’a roulé dans la farine en se faisant passer pour mort.

Bien entendu il faudra aussi compter avec de nouveaux personnages, vous croiserez notamment un certain comte Dracula qui en verra de toutes les couleurs (mais aussi et surtout de toutes les odeurs).

Tout ce beau monde vous invite à les rejoindre dans un voyage en absurdie où tous les coups sont permis, et ils ne se refusent rien quand il s’agit de mettre de l’ambiance ! Est-il besoin de préciser que l’intrigue du présent roman est totalement déjantée ? Les amateurs du Bourbon Kid se régaleront et n’en finiront pas de se marrer… Et les autres ? Quels autres ? Ils n’existent pas…

Je ne résiste pas à l’envie de partager un de ces moments de poésie en prose fleurie dont le roman foisonne :

Sentant que son cul commençait à transpirer sérieusement sous la pression de l’interrogatoire de Flake, Sanchez porta sa main à son slip pour l’extraire de sa raie, et se sentit immédiatement soulagé.

C’est beau, non ?

Cette cuvée 2019 du Bourbon Kid est incontestablement un grand cru qui régalera les amateurs (oui je sais, je l’ai déjà dit).

Le roman peut sans doute se lire indépendamment des autres mais pour l’apprécier pleinement je pense qu’il vaut mieux connaître la saga depuis ses débuts ; et puis ce serait dommage de se priver de ces romans purement et simplement jouissifs.

L’auteur, étonnamment toujours aussi anonyme qu’à ses débuts, fidèle à son habitude, termine son roman par un énigmatique et prometteur FIN (peut-être…). Pour ma part je ne serai pas surpris de retrouver prochainement le Kid pour une ultime (?) mission ; d’une part parce qu’il en fait la promesse à la fin du présent roman, d’autre part parce que les cartes ont été redistribuées afin d’équilibrer la partie…

Pour l’anecdote j’avais sollicité ce bouquin via Net Galley, mais pour une raison X ou Y qui m’échappe, depuis le mois dernier Sonatine rejette toutes mes demandes alors qu’auparavant ils avaient plutôt tendance à les accepter systématiquement. Je vais voir si cela se confirme à l’avenir, au cas où je les contacterais afin d’avoir une explication (ça ne me traumatise pas outre mesure, mais j’aime comprendre le pourquoi du comment des choses).

MON VERDICT
Coup double

 
14 Commentaires

Publié par le 31 août 2019 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

J’ai 10 ans…

J’ai dix ans
Je sais que c’est pas vrai
Mais j’ai dix ans
Laissez-moi rêver
Que j’ai dix ans
Ça fait bientôt quinze ans
Que j’ai dix ans
Ça parait bizarre mais
Si tu m’crois pas hé
Tar’ ta gueule à la récré

Merci à Alain Souchon (à l’insu de son plein gré) pour cette introduction musicale… Evidemment je n’ai pas dix ans, et aucune nostalgie vis-à-vis de mon enfance. J’ai plus de 50 piges et ça me va très bien comme ça.

C’est la version WordPress du blog qui a eu dix ans fin juin (le 24 juin pour être précis). Si à l’époque on m’avait dit que l’aventure durerait 10 ans je vous aurai certainement ri au nez, alors que aujourd’hui je rempile volontiers pour 10 ans de plus (sauf imprévu indépendant de ma volonté… genre infarctus, camion citerne qui grille un feu rouge pendant que je traverse, requin blanc qui s’égare dans ma baignoire alors que je m’y prélasse… tout peut arriver !).

J’ai quasiment renoncé à développer le côté blog perso de la chose, le narcissisme et moi ça fait deux… et puis mon quotidien est tellement palpitant que je préfère me le garder pour moi tout seul. Je n’aborde quasiment plus les questions d’actualité, avec le temps mon côté ours asocial tend à prendre le dessus sur mon intérêt pour le monde qui m’entoure (je m’en fous, tout simplement).

Aujourd’hui je me concentre en priorité sur la littérature en restant fidèle à ma ligne de conduite initiale qui était de faire un état des lieux de toutes mes lectures, que mon ressenti ait été positif ou négatif. Un avis qui n’engage que moi et sur lequel je ne consacre pas des plombes à sa rédaction (faut que la réaction soit épidermique, viscérale, spontanée… en direct live plutôt qu’en différé lissé et policé).

Je partage aussi mes avis sur les films que j’ai vus, pas systématiquement, la décision de parler ou non de tel ou tel film se fait au feeling. Je peux ainsi passer sous silence un film que j’ai bien aimé mais dézinguer un film qui m’a profondément déçu. Là par contre je peux rédiger ma chronique avec plusieurs semaines de différé, non parce que je la veux plus chiadée (rien à battre), juste parce que ce n’est pas ma priorité. Devraient suivre prochainement mon avis sur les films Nicky Larson & Le Parfum de Cupidon et Aquaman.

Je ne cesse de me répéter qu’il faudrait que je développe les chroniques musicales mais paradoxalement je ne m’accorde pas le temps nécessaire pour me pencher réellement sur un album afin de m’en imprégner vraiment (ce qui nécessite plusieurs écoutes, de préférence non successives… ça me gave d’écouter de la musique en boucle). J’ai bon espoir toutefois de vous proposer prochainement mon ressenti sur les derniers albums de Within Temptation et Rammstein.

Comme dirait Patriiick : je vous donne rendez-vous dans 10 ans

 
18 Commentaires

Publié par le 22 juillet 2019 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : ,

Oooh… What a surprise !

macronSans surprise, aucune, le résultat du second tour des érections pestilentielles 2017 est tombé : notre nouveau président sera donc Emmanuel Macron
Sans surprise non plus, l’abstention atteint un niveau record avec plus de 25%.
Ajoutez y les bulletins blancs ou nuls (quelle idée de se déplacer pour un vote foireux) qui flirtent allègrement avec les 11%… plus d’un tiers des français n’ont pas voulu choisir entre la peste et le choléra !
Comme annoncé après le premier tour, je suis resté fidèle à ma ligne de conduite en optant pour l’abstention malgré des convictions qui m’auraient porté vers un vote FN.
A défaut de m’être intéressé aux programmes des candidats je me suis surtout penché sur la campagne virtuelle menée via les réseaux sociaux, les forums et les blogs… les politologues autoproclamés s’en sont donnés à coeur joie à grand renfort de malhonnêteté, d’intolérance et d’insultes gratuites. Marrant de constater que les plus virulents ne sont pas les sympathisants de l’extrême droite ; à contrario je les ai trouvé totalement absents de cette mascarade virtuelle… pour ma part je n’ai pas hésité à affirmer haut et fort mes sympathies frontistes, tout en me revendiquant abstentionniste.
Facile de traiter les autres de facho, homophobes, racistes, antisémites (etc… les clichés ne manquent pas), tout en dégueulant votre fiel à tout va ! Bel exemple de tolérance !
Pour ma part autant je peux me déchaîner contre un candidat qui me débecte (en l’occurrence aucun ne m’intéressait, ça me simplifie la vie), jamais je ne me permettrai de juger (et moins encore d’insulter) les électeurs de ces candidats. J’estime que tout à chacun mérite le respect, quels que soient ses idéaux et ses convictions.
A ce titre je remercie mes anciens contacts FB qui m’ont éjecté de leur liste d’amis après que j’aie ouvertement affiché mes sympathies avec les idéaux du Front National, Ca m’évite une chasse aux cons dans mes contacts, cet auto-nettoyage est plutôt bienvenu.

En attendant de voir les premiers effets de cet élan macroniste, je vous offre une part de maquereau aux carottes ?
Maquereau carottes

 
7 Commentaires

Publié par le 8 mai 2017 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes : , ,

Les carottes son cuites…

carottesBien que les résultats définitifs ne soient pas encore connus et validés, il y a 99.99% de chances que le second tour oppose de l’élection présidentielle oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen.
Je n’ai jamais caché mes accointances avec le Front National, je n’adhère pas à tout (loin s’en faut) mais globalement c’est à travers leur programme que je retrouve au mieux mes idéaux. Cela ne m’a pas toutefois pas empêché d’avoir choisi le camp de l’abstention lors de ce premier tour, choix que je renouvellerai à l’occasion du deuxième tour.
A ceux qui affirment que de fait je n’ai pas le droit de commenter les résultats je répondrai simplement : « Je vous emmerde ! ». La liberté d’expression s’applique à tous, que l’on choisisse de s’exprimer via les urnes ou de rester chez soi n’y change rien.

Les résultats de ce premier tour étaient courus d’avance, je n’ai jamais cru à un revirement de dernière minute ; la seule véritable question était de savoir qui de Macron ou de Le Pen recueillerait le plus de voix. Il semblerait que ce soit Macron qui ait remporté le pompon.
Concrètement même si Marine Le Pen avait remporté haut la main ce premier tour, du fait des reports des voix des autres candidats elle n’avait quasiment aucune chance d’arriver sur le Trône de France.

A deux semaines de son départ je voudrai adresser un grand merci à Flamby, grâce à lui et à ses gouvernements successifs la gauche a été évincée de ce second tour. Hamon, le poulain du PS, obtient un score qui frise le ridicule.
Plus rassurant encore, Mélenchon, malgré un score honorable, perd a priori toute opportunité de s’asseoir un jour sur le Trône de France (il a 65 ans, je ne le vois pas battre à nouveau la campagne à la fin du quinquennat Macron). Qu’il soit arrivé en troisième ou quatrième position n’y change rien, il n’y a que deux places… Merci à son égo surdimensionné qui l’a poussé à refuser toute alliance avec le candidat Hamon ; alliance qui aurait pu amener la gauche au second tour.

Aléa jacta est.
Rdv le 8 mai au matin (heure NC) pour voir si je me trompe…

 
3 Commentaires

Publié par le 24 avril 2017 dans Trucs en vrac

 
Image

Exit 2016, welcome 2017

2017

 
1 commentaire

Publié par le 31 décembre 2016 dans Trucs en vrac

 

Sorties littéraires à surveiller

Pour une raison inconnue la page dédiée à ma PàL Number One avait mystérieusement disparu de mon blog. Du coup j’en ai profité pour la mettre à jour à partir de ma bibliothèque Calibre ; de fait elle est nettement plus exhaustive que dans sa version précédente. Je ferai en sorte de la mettre à jour en fonction de mes lectures et acquisitions… Baissera-t-elle au fil des mois ? J’en doute au vu des sorties littéraires annoncées.

Transition idéale pour signaler que j’ai justement créé une nouvelle page listant, pour les trois prochains mois, les sorties à surveiller. Je ne prétends pas lister l’intégralité des sorties programmées, je me concentre sur les titres qui me font de l’oeil. J’ai construit cette liste à partir de la page précommande d’Amazon ; là encore j’essaierai de la mettre régulièrement à jour.

 
8 Commentaires

Publié par le 12 mars 2016 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes :