[TV News] The Walking Dead – Saison 5

The Walking Dead S05Au programme de nos dernière soirées, la saison 5 de The Walking Dead.
Rick (Andrew Lincoln) et son groupe de survivants s’échappent du Terminus en laissant des ruines fumantes derrière eux. Ils ont désormais un but : Washington. Eugene (Josh McDermitt) doit en effet y rejoindre un groupe de chercheurs susceptibles d’enrayer l’épidémie…
Waow quelle saison ! Pas un seul temps mort (à part un épisode relativement calme), de multiples rebondissements, de nouveaux lieux découverts, de nouveaux personnages et de nouvelles emmerdes… et de nombreux morts parmi les amis de Rick.
Cette saison 5 confirme ce que laissait présager la fin de la saison 4, désormais Rick compte opter pour la tolérance zéro ; leur groupe a payé le prix fort pour avoir accordé leur confiance aux mauvaises personnes. Une prudence/méfiance que certains pourront jugé abusive, notamment à l’approche d’Alexandria mais j’ai du mal à les blâmer (d’autant plus que depuis leur fuite du Terminus ils ont perdu quatre amis).
J’aurai qui plus est tendance à dire que les faits vont lui donner raison dans la prochaine saison, visiblement ils seront confrontés aux Wolves, que Morgan a épargné par bonté d’âme.
Je ne m’étendrai pas d’avantage sur cette saison afin de laisser intact le plaisir de la découverte, pourtant ce n’est pas les sujets de discussions qui manquent (ne serait-ce que le comportement face au monde extérieur des habitants d’Alexandria par rapport à Rick et son équipe… mais chut).
Sans surprise la série a été renouvelée pour une sixième saison (toujours déclinée en 16 épisodes)… L’attente sera longue pour découvrir la suite…

[TV NEWS] American Horror Story – Freak Show

AHS - Freak ShowAvec un peu de retard nous avons enfin pu nous plonger dans la quatrième saison de American Horror Story, avec comme toile de fond un Freak Show (une foire aux monstres en français) et Ryan Murphy et Brad Falchuck aux manettes.
Jupiter (Floride), 1952. Les siamoises Bette et Dot (Sarah Paulson) rejoignent la troupe de « monstres » de Miss Elsa (Jessica Lange) ; elles se sentent enfin au milieu d’une vraie famille et ont un véritable succès auprès du public. Miss Elsa, qui supporte mal que l’on puisse lui voler la vedette, va tout mettre en oeuvre pour les écarter. Au même moment un tueur en série sème la panique en ville…
Décidément AHS s’impose comme une série majeure du moment, plutôt que d’user et abuser d’une trame vue et revue, elle se renouvelle saison après saison ; si les thèmes peuvent paraître classiques, la façon dont ils sont abordés leur offre une énième jeunesse. Proposée par FX aux Etats-Unis c’est Ciné+ Frissons qui assure la diffusion en France, comme les précédentes saison celle-ci se découpe en 13 épisodes de 45 minutes.
Au niveau du casting on retrouve des acteurs et actrices ayant participé aux saisons précédentes, outre Jessica Lange et Sarah Paulson on peut citer entre autres Kathy Bates (qui incarne une très touchante femme à barbe), Evan Peters (un homme homard plus impulsif que réfléchi), Angela Basset (une femme à trois seins au caractère en acier trempé), Emma Roberts (une fausse voyante) et Denis O’Hare (un escroc manipulateur et amoral). Si je devais décerner une palme d’interprétation parmi les habitués de la série j’opterai sans hésitation pour Sarah Paulson qui incarne deux soeurs aux caractères diamétralement opposés mais condamnées à habiter le même corps.
Bien entendu il faudra aussi compter avec son lot de nouveaux venus, notamment Mat Fraser (un homme poisson au grand coeur), Michael Chicklis (un monsieur Muscle pas très futé et complexé) ou encore Finn Wittrock (adulte pourri gâté surprotégé par sa mère, mais surtout un tantinet psychopathe). Sans hésitation c’est à ce dernier qu’irait ma palme d’interprétation des nouveaux, le parfait psychopathe et psychotique, fou mais loin d’être con.
La série alternant avec les genres il n’y a aucun élément fantastique dans cette saison, toutefois il est difficile de la caser dans un genre en particulier, je dirai thriller psychologique si vraiment je devais choisir. Une intrigue qui frôle la perfection, des acteurs convaincants et convaincus (qu’ils soient attachants ou détestables… attention toutefois à ne pas trop vous attacher, syndrome GRR Martin inside), des décors sobres mais efficaces… rien à redire cette quatrième saison répond à toutes nos attentes.
Et en parlant d’attente je terminerai ce post en précisant, si besoin est, que j’attends avec impatience la cinquième saison, baptisée Hotel et qui devrait renouer avec le fantastique. Cinquième saison qui, pour la première fois, n’inclura pas Jessica Lange au casting.

[TV News] The Walking Dead – Saison 4

The Walking Dead - S04On continue de refaire notre retard au niveau des séries TV avec la quatrième saison de The Walking Dead, on a avalé les 16 épisodes en quatre nuits.
La prison où sont réfugiés Rick (Andrew Lincoln) et « son » groupe de survivants menace de ne plus être un havre de paix. Une mystérieuse épidémie frappe les rescapés, l’isolement des victimes s’impose afin de les neutraliser avant qu’ils ne se transforment. A l’extérieur la masse de zombies qui se presse contre les grilles grossit de façon alarmante. Enfin nul n’est absolument certain que le Gouverneur ne prépare pas une vengeance brutale…
Une saison un peu moins rythmée que les précédentes (notamment dans toute la première partie, quand les survivants doivent combattre l’épidémie qui décime leurs rangs), l’action (loin d’être totalement absente) cède le pas à la psychologie et aux relations (avec des hauts et des bas) entre les personnages.
L’occasion d’en apprendre davantage sur l’un des personnages les plus mystérieux parmi les compagnons de Rick : Michonne.
Une saison qui verra la fin brutale d’un compagnon de (quasiment) la première heure de Rick. Mince consolation (mais un peu quand même) de voir mourir celui qui l’a tué froidement.
Peu de nouveaux personnages qui semblent devoir s’imposer pour la suite, les nouvelles têtes ont tendance à être éphémère, à quelques exceptions près (dont un personnage qui pourrait changer la donne s’il dit vrai).
Pour finir j’aurai tendance à dire que cette saison permet de renouer avec l’essence même de la série, les survivants sont là pour survivre, pas pour jouer les fermiers ! Compte tenu de la fin de saison je pense que les rescapés ont compris la leçon, pour survivre il faut se battre ; Rick le premier puisque c’est quasiment en ces termes qu’il conclut le dernier épisode : Rick : « Ils vont se sentir assez stupide quand ils réaliseront… » Abraham : « Réaliser quoi ? »  Rick : « Qu’ils se sont attaqués aux mauvaises personnes. »
Une saison frustrante à chroniquer parce qu’on a vite fait d’en dire trop, sachez simplement qu’elle se déroule en trois phases avec un énorme clash dans la phase intermédiaire… Ca ne vous avance sans doute pas à grand chose si vous n’avez pas vu cette saison, et c’est très bien ainsi. Mon but premier étant de laisser un maximum de place à la découverte et à la surprise.
Finalement je n’ai pas de regrets d’avoir visionné cette quatrième saison avec un retard considérable, la saison cinq est en cours de diffusion, du coup on devrait pouvoir la récupérer en entier d’ici deux ou trois mois… Quelques semaines pour savoir ce qui se cache derrière le Terminus, c’est toujours moins frustrant que de devoir attendre un an !

[TV News] Game Of Thrones – Saison 4

Game Of Thrones S04C’est avec un gros retard que nous nous sommes fait la quatrième saison de Game Of Thrones, il nous aura fallu une journée pour combler cette lacune !
Après le massacre des Noces Pourpres l’emprise sur le Trône de Fer par les Lannister semble incontestable, toutefois l’arrivée du prince Oberyn Martell, à l’occasion du mariage de Joffrey, pourrait bien venir changer la donne. D’autant que Stannis Baratheon continue de reconstruire son armée, bien décidé à faire valoir ses droits légitimes sur le Trône. Pendant ce temps, la Garde de Nuit, se prépare à l’assaut des forces sauvageonnes réunies par Mance Rayder, des forces en nette supériorité numérique…
Difficile de présenter en quelques mots une intrigue aussi dense et complexe, elle se joue sur plusieurs territoires et implique divers enjeu. A Westeros le principal souci des forces en présence et d’asseoir son pouvoir, sans forcément aller jusqu’à revendiquer le Trône mais au moins tirer une part du gâteau à soi. Sur le Mur et au-delà on se fout bien de la course au Trône, il faut avant tout protéger Westeros d’un assaut massif des sauvageons susceptible d’ouvrir une brèche par laquelle les marcheurs blancs pourraient s’engouffrer. Dans les Terres Libres, Daenerys continue d’étendre son influence et de grossir ses rangs, son objectif est la cité de Mereen.
Avec le temps (et surtout, pour ma part, la lecture des romans) j’avoue que j’ai eu un peu de mal à recadrer les événements au départ, mais les choses se sont rapidement remises en ordre. Passé le premier épisode j’avais retrouvé mes marques et aussitôt j’ai été scotché par cette nouvelle saison. Si la série prend quelques libertés par rapport aux bouquins, leur bouquin reste relativement mineur sur la chronologie des événements ; comme d’hab nous avons le droit à une intrigue tordue à souhait, des coups de poignards dans le dos, des règlements de comptes… Et on en redemande !
Au niveau des personnages le principal nouveau venu reste le prince Oberyn Martel (incarné par Pedro Pascal) qui est animé par un puissant désir de vengeance à l’encontre des Lannister.
Si le combat du Mur reste le moment le plus épique de la série ce n’est pas forcément le plus jouissif. Le premier prix de la jouissance revient à l’épisode deux, qui voit disparaître un personnage qui ne devrait pas manquer à grand monde (c’était déjà jouissif à lire, ça l’est encore plus à l’écran). En seconde position je citerai l’épisode dix, un autre personnage clé de cette même famille connaît un funeste mais jouissif destin (surtout quand on voit qui le zigouille).
Pour vous repérer par rapport aux bouquins, cette troisième saison correspond à la seconde partie de A Storm Of Swords (Intégrale 3) et aux débuts de A Feast For Crows (Intégrale 4) et A Dance With Dragons (Intégrale 5). Ces deux derniers romans couvrant à peu près la même période mais pas les mêmes personnages.
Accro je suis, accro je reste ! Pour le moment nous avons eu le droit à un sans faute avec cette série, et compte tenu du niveau des romans je doute que les choses soient appelées à changer dans les prochaines saisons… Bon c’est pas tout ça, mais ça m’a donné foutrement envie de me plonger dans le cinquième opus de l’intégrale.

[TV News] The Strain

The StrainSi je devais citer une série que j’attendais avec impatience je nommerai sans la moindre hésitation The Strain. Pourquoi elle et non une autre ? parce qu’il s’agit de l’adaptation télé de l’excellente trilogie vampirique La Lignée de Guillermo Del Toro et Chuck Hogan. Outre les deux créateurs du scénario original on trouve aussi Carlton Cuse aux commandes.
Une équipe du CDC, dirigée par le Dr Ephraïm Goodweather (Corey Stoll) est dépêchée à l’aéroport JFK, un Boeing 777 en provenance d’Europe vient de se poser mais aucun signe de vie. Sur les 210 passagers, seuls 4 ont survécus, aucune explication rationnelle ne peut expliquer la situation. Le mystère du vol DL753 ne fait que commencer, ainsi que le cauchemar…
Si on retrouve bien les personnages principaux des bouquins la série ne suit pas exactement le même déroulement chronologique sans toutefois couper les ponts avec l’original (Guillermo Del Toro et Chuck Hogan sont là pour veiller au grain). Du coup même si vous avez lu la trilogie il y a peu, la série devrait quand même réussir à vous surprendre agréablement.
Vous aurez donc le droit à un affrontement façon David contre Goliath entre les humains survivants / résistants menés par Abraham Setrakian (David Bradley) dans le rôle de David, et Le Maître (Robin Atkins Downes) et ses hordes de vampires dans le rôle de Goliath. Un face à face ponctué de quelques flash-back permettant de suivre le parcours et le combat de Setrakian contre Le Maître. A l’issue de cette première saison les fameux résistants sont encore divisés en deux groupes (mais je n’en dirai pas davantage, na !).
Sans surprise l’intrigue tient parfaitement la route, certains épisodes sont plus rythmés que d’autres mais tous contribuent à faire avancer l’ensemble de la façon la plus cohérente (en gardant à l’esprit que l’on est dans le domaine du fantastique) qui soit.
Une série fantastico-horrifique se doit de bénéficier d’effets spéciaux à la hauteur, rien à redire sur ce point les Stregoïs (vampires) sont vraiment bien travaillés, notamment leur système d’attaque très particulier. S’agissant de vampires non suceurs de guimauve, je tiens à préciser que la série n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains.
Cette première saison se décline sous forme de 13 épisodes de 42 minutes, diffusés aux Etats-Unis sur FX, c’est Canal+ Séries qui a acheté les droits en France. Une seconde saison est d’ores et déjà en chantier. Les producteurs n’entendent pas user et abuser de la franchise, la série devrait s’étendre sur un maximum de cinq saisons. Perso je suis partant pour la suite, et même les suites !

[TV News] Extant

ExtantLa seconde série qui a connu sa conclusion provisoire cette semaine est Extant.
Après plus d’un an passé dans une mission spatiale en solo, Molly Woods (Halle Berry) rentre sur Terre rejoindre son mari, John (Goran Visnjic) et leur « fils » Ethan (Pierce Gagnon) qui est en fait un automate programmé pour être autonome et acquérir des comportements humains. Peu de temps après son retour, Molly apprend qu’elle est enceinte et que le bébé aurait été conçu pendant son séjour dans l’espace…
Je dois reconnaître que cette série de Mickey Fisher pour CBS a su tout de suite capter ma curiosité ; je suppose que le fait que Steven Spielberg (via sa société Amblin Entertainment) en soit producteur n’y est pas totalement étranger. Et puis un peu de science-fiction pour égayer le weekend ça ne peut pas faire de mal.
L’intrigue est plutôt bien ficelée et s’étoffe au fil des épisodes, jusqu’à en devenir parfois un peu brouillon, mais globalement elle parvient à susciter notre intérêt et surtout à nous donner envie d’en savoir plus sur le pourquoi du comment de la chose.
J’ai eu un peu le même ressenti au niveau du jeu des acteurs, globalement convaincant mais par moment on a l’impression qu’ils surjouent alors que ça ne s’impose pas.
La série, proposée par M6 en France, se décline sous le format relativement classique de 13 épisodes de 42 minutes. Elle a été renouvelée pour une seconde saison donc le tournage devrait débuter en 2015. Pas certain que cette seconde saison s’imposait même s’il reste des blancs à combler pour que l’ensemble devienne cohérent.

Au programme des prochaines semaines :
– Une découverte à creuser : Ray Donovan (Canal+)
– Une fin de série définitive : Neighbors – Saison 2 (Comédie+)
– Une nouveauté : Agents of SHIELD (Serieclub)
– Une saison 2 qui commence : Under The Dome (M6)

[TV News] Sleepy Hollow

Sleepy HollowNous regardons peu la TV en soirée la semaine et en général on cherche plutôt à privilégier les films, heureusement CanalSat propose depuis quelques temps déjà deux options fort intéressantes : les services à la demande pour les chaînes de Canal + et de Ciné+, et l’enregistrement des programmes. C’est en combinant ces deux options que l’on se programme des weekends série TV, en l’occurence ce samedi sera plutôt orienté vers les fins de série. Chronologiquement parlant nous avons d’abord eu le droit aux deux derniers épisodes de Sleepy Hollow.
Ichabod Crane (Tom Mison), engagé aux côtés de Georges Washington pendant la Guerre d’Indépendance et mort au combat, revient à la vie de nos jours. Mais il n’est pas le seul à être revenu d’entre les morts, un mystérieux cavalier sans tête sème déjà la terreur à Sleepy Hollow. Pour déjouer les plans infernaux du cavalier, Ichabod pourra compter sur l’aide de lieutenant Abbie Mills (Nicole Beharie) et du capitaine Frank Irving (Orlando Jones). Mais aussi sur celle de son épouse Katrina (Katia Winter), piégée au Purgatoire…
A la base Sleepy Hollow est une nouvelle de Washington Irving publiée en 1820 et plus ou moins entrée dans la tradition US, pour le public francophone c’est surtout un film de Tim Burton sorti en 1999 avec Johnny Depp dans le rôle d’Ichabod Crane. Quand j’ai entendu parler de la série télé j’avoue avoir été plutôt sceptique, c’est la bande annonce qui aura fini par me convaincre.
Il faut dire que la Fox n’a pas lésiné sur les moyens (rien de moins que quatre showrunners pour mener à bien le projet) et n’a pas non plus hésité à s’écarter du récit originel et du film en transposant l’intrigue de nos jours et en l’élargissant (il s’agit ni plus ni moins d’éviter que l’Apocalypse ne devienne réalité).
Au final on obtient une série qui jongle entre le fantastique et le thriller ésotérique avec quelques pointes d’humour bienvenues. Sans être franchement transcendant de prime abord ça se laisse regarder, et surtout ça devient rapidement addictif !
Les acteurs étaient pour moi d’illustres inconnus mais j’ai trouvé leur jeu convaincant. A noter la présence au casting de John Noble (vu dans Fringe) dans un rôle aussi capital que tourmenté.
Cette première saison, proposée en France par W9, se décline en 13 épisodes de 42 minutes. Une seconde saison est d’ores et déjà en cours de diffusion aux States (heureusement par ce que la première se termine sur un cliffhanger rageant à souhait)…
Au final ce fut plutôt une bonne surprise, j’ai hâte de découvrir la suite.

[TV News] Strike Back – Shadow Warfare

SB - Shadow WarfareCe week-end aura été l’occasion de visionner les derniers épisodes de la cinquième saison (quatrième saison US) de l’excellente série Strike Back proposée par Cinémax. Nous avions raté la fin lors de sa diffusion sur Canal+, heureusement Ciné+ Premier nous offre une séance de rattrapage.
Tandis qu’ils profitent de vacances bien méritées, Damien Scott (Sullivan Stapleton) et Michael Stonebridge (Philip Winchester) sont rappelés en urgence au sein de la Section 20 désormais dirigée par Rachel Dalton (Rhona Mitra). Un agent vient en effet d’être exécuté alors qu’il enquêtait sur une vaste attaque terroriste programmée par l’insaisissable Al-Zuhari (Tony Caprari). Scott et Stonebridge prennent le relai afin d’identifier la menace et de la neutraliser…
Fidèle à ses habitudes la série se décline en 10 épisodes qui suivent un même arc narratif mais changent de théâtre d’opération tous les 2 épisodes. Ainsi nos deux héros débuteront leur périple en Colombie avant de visiter le Liban, la Hongrie, la Russie et enfin l’Allemagne. Un périple qui ne sera pas de tout repos comme vous pouvez vous en douter.
Pourquoi changer une recette déjà éprouvée ? Cette cinquième saison s’articule autour d’une intrigue parfaitement maîtrisée et riche en rebondissements. Bien entendu les scènes d’action sont nombreuses et bien chorégraphiées, le duo Scott/Stonebridge fonctionne toujours aussi bien et ne manque pas d’apporter quelques touches d’humour çà et là (même dans le feu de l’action). Des personnages présents depuis plusieurs saisons disparaîtront, des nouveaux venus prendront la relève et éventuellement certains rôles secondaires gagneront en importance. Le hic c’est qu’il m’est difficile d’en dire plus sans prendre le risque d’en dire trop ; le suspense constant fait aussi le charme de la série.
Une série à ne pas forcément mettre entre toutes les mains (l’entrée soudaine d’une balle dans le corps humain ne se fait pas sans effusion de sang… et après l’effort rien de tel que de trouver un peu de réconfort en charmante compagnie), mais pour le moment elle réussit un sans faute. Les ingrédients de base sont les mêmes mais l’intrigue est sans cesse renouvelée.
Une sixième et dernière (snifff) saison est d’ores et déjà prévue, le tournage a dû être repoussé suite à une blessure de l’acteur Sullivan Stapleton. Je suis curieux de découvrir le sort réservé à nos deux baroudeurs…

[TV News] The Neighbors

The NeighborsUne fois n’est pas coutume ces dernières semaines nos dimanches soirs étaient rythmés par Comédie+ et la série The Neighbors de Dan Fogelman.
Marty et Debbie Weaver (Lenny Venito et Jami Gertz) s’installent avec leurs 3 enfants dans un confortable pavillon au coeur d’une copropriété cossue. Ils sympathisent rapidement avec leurs nouveaux et étranges voisins, Larry Bird (Simon Templeman), Jackie Joyner-Kersee (Toks Olagundoye) et leurs deux enfants. Ils ne tarderont pas à découvrir que leurs voisins et toute la communauté sont en fait des extra-terrestres…
Cette première saison est composée de 22 épisodes relativement courts (22 minutes) nous offre un show où le comique repose surtout sur le décalage entre les deux familles, que ce soit dans la conception de leur quotidien ou dans leur approche de la vie. Les Weaver auront du pain sur la planche pour faire en sorte que leurs chers voisins passent inaperçus parmi les humains, ne serait-ce que pour leur faire comprendre nos us et coutumes (visite au supermarché, Halloween, Noël…). De fait l’humour est aussi décalé (toujours) que déjanté (souvent), ça fait du bien de finir le week-end sur une touche de bonne humeur.
J’étais passé à côté de la série lors de sa première diffusion, il n’était pas question que je rate cette séance de rattrapage. Et franchement je n’ai aucun regret, je me suis bien éclaté sur des épisodes tous plus originaux les uns que les autres (aucune redondance dans les gags). La série n’est pas qu’une succession de sketches sans queue ni tête, elle nous fait vivre l’évolution des personnages, dans leurs relations et dans leur état d’esprit en général.
Cerise sur le gâteau, dès dimanche prochain la Comédie+ enchaîne avec la seconde saison (22 épisodes). Par contre je viens d’apprendre que la série avait été annulée par ABC, cette saison 2 enterre la série sur une fin plutôt abrupte d’après ce que j’ai pu lire çà et là…

[TV News] American Horror Story – Coven

AHS - CovenEt c’est parti pour la troisième saison de la série de Ryan Murphy et Brad Falchuk, American Horror Story, intitulée Coven. Une troisième saison (13 épisodes de 45 minutes) que l’on s’est faite en un week-end, il faut dire qu’une fois pris par l’intrigue il devient difficile de lâcher l’affaire.
Zoe (Taissa Farmiga) intègre l’école pour jeunes filles spéciales de Cordelia Foxx (Sarah Paulson). Elle y rejoint trois autres apprenties qui vont devoir apprendre à développer et maîtriser leurs dons de sorcellerie. La donne change quand Fiona (Jessica Lange), la mère de Cordelia et actuelle Suprême de l’Assemblée, débarque. Celle-ci sent que ses pouvoirs l’abandonnent et que la prochaine Suprême pourrait bien se trouver parmi ces apprenties ; sauf qu’elle n’est pas décidée à passer la main.
Pour cette troisième saison on revient à une thématique plus fantastique après le côté assumé et revendiqué thriller psychologique de Asylum. Fantastique oui, horrifique, un peu mais pas du tout flippant, c’est d’avantage le côté divertissement qui est mis en avant ; les créateurs de la série semblent vouloir donner un ton nouveau à chaque saison. Et ça marche impeccablement !
Si la sorcellerie se taille la part du lion dans cette saison, ce n’est pas le seul thème abordé, l’esclavage tient aussi une part importante dans l’intrigue. c’est d’ailleurs de cette situation que débuteront le conflit entre l’Assemblée et le Vaudou. Et bien entendu la chasse aux sorcières sera aussi de la partie.
L’aspect psychologique n’est pas laissé en plan du fait des relations complexes entre les personnages. Sorcières et vaudou se tirent dans les pattes. Les sorcières devront aussi se méfier de Fiona qui apparaitra rapidement comme une menace majeure (et encore puissante). Enfin, même entre apprenties l’ambiance n’est pas toujours au beau fixe, elle se dégrade même au fur et à mesure que les épreuves pour désigner la future Suprême se rapprochent.
On retrouve aussi les flashbacks qui tiennent de nouveau une place importante dans l’intrigue, notamment au niveau du conflit entre Delphine Lalaurie (excellente et détestable Kathy Bates) et Marie Laveau (Angela Bassett), la prêtresse vaudou.
Quelques mots sur le casting pour terminer cette chronique, comme vous avez pu le constater en lisant ces quelques lignes, on retrouve des acteurs des saisons précédentes dans de nouveaux rôles plus ou moins fournis. Mais les auteurs nous réservent quelques surprises de poids avec de nouvelles têtes ; à ce titre la plus grande surprise aura certainement été la présence de Stevie Nicks (la chanteuse du groupe Fleetwood Mac), qui incarne son propre rôle (et pour ne rien gâcher participe activement à la bande son).
Bref vous l’aurez sans doute compris, AHS confirme être une série aussi complète que aboutie, autant du point de vue de ses intrigues que de l’esthétique. Honnêtement même en fouillant bien je ne trouve rien à y redire, je suis fan. A ce titre je ne peux que me réjouir d’apprendre que la série a été renouvelée pour une quatrième saison.