[TV News] Félicitations à Christian

Une fois n’est pas coutume, et je pense même que ce sera la seule et unique fois qu’un post de ce genre verra le jour sur ce blog, je voudrai rendre un vibrant hommage à un candidat d’un jeu TV pour son parcours hors pair.
Il s’agit de M. Christian Quesada, candidat qui restera dans les annales des 12 Coups de Midi, présenté par Jean-Luc Reichmann sur TF1 tous les jours. Christian en chiffres c’est :
– 193 participations (le précédent record était détenu par Bruno avec 80 participations)
– plus de 5000 questions lui ont été posé et il n’a que très rarement été mis en difficulté
– une cagnotte de 809 392 € (le précédent record était détenu par Alexandre avec 417 828 €)
– six étoiles mystérieuses découvertes (ce qui lui laisse tout de même pas loin de 600 000 € en cash)

Christian

Christian, 52 ans, est arrivé sur le plateau le 4 juillet 2016. Sans emploi suite à un problème de santé, en fin de droits pour le RSA, deux enfants à charge. Il lui restait alors en tout et pour tout 60 € sur son compte. Il sera éliminé le 14 janvier 2017 après avoir pulvérisé tous les records de l’émission mais sans avoir atteint son objectif (remporter 1 000 000 €).

Christian est un homme remarquable, d’une incroyable humilité et profondément humain. Son savoir quasi encyclopédique s’étendait à tous les domaines (sauf la cuisine et les people) et il n’hésitait à expliquer ses réponses avant que Zette (la voix off de l’émission) n’ait à le faire.

Encore bravo à Christian et merci pour tous ces bons moments passés en sa compagnie (même si je suis loin d’avoir suivi toutes les émissions), et toutes ces émotions qu’il a partagé sans fausse pudeur avec les téléspectateurs (souvent du rire, mais aussi, parfois, des larmes).

Si Christian a su rester de marbre face aux nombreuses critiques dont il a été l’objet, je voudrais dire à tous ces minables un gros merde, et leur adresser un doigt d’honneur qui vient du fond du coeur. Essayez de faire ne serait-ce que la moitié de son parcours et on reparlera, que votre jalousie et votre mesquinerie vous étouffent tous autant que vous êtes !

[TV News] Game Of Thrones – Saison 6

Game Of Thrones S06C’est avec un peu de retard que nous avons visionné la sixième saison de Game Of Thrones, mais cela ne nous a pas empêché de nous faire les dix épisodes en trois soirées (5 – 3 – 2).
Au Nord, la Garde de Nuit est plus divisée que jamais après le lâche assassinat de Jon Snow.
A Westeros, Cersei Lannister ne compte pas laissée impunie l’humiliation que lui a fait subir le Grand Septon.
A Essos, Daenerys Targaryen ne sera pas la captive soumise que les Dothrakis s’attendait. Elle compte bien retourner la situation à son avantage. Pendant ce temps là, Tyrion Lannister et Varys gèrent tant bien que mal la crise que traverse Mereen.
Voilà succinctement le contexte de cette sixième saison, comme d’hab j’ai volontairement fait l’impasse sur certains personnages et certaines situations. Non pas qu’il s’agisse d’éléments secondaires (loin s’en faut) mais parce qu’être totalement exhaustif exigerait un pitch s’étalant sur plusieurs dizaines de lignes.
Cette fois les lecteurs de la saga n’ont plus aucun élément de comparaison, la série ayant définitivement pris de l’avance sur les romans (toujours aucune date annoncée pour la sortie du tome 6). Je trouve certes cela dommage maisi il faut bien reconnaître que ça semblait inévitable, pour ma part ça ne m’empêchera de me ruer sur les bouquins dès leur sortie (va falloir être patient pour découvrir la conclusion de GRR Martin).
Les 10 épisodes ne vous laisseront pas le temps de souffler, le rythme imposé étant plus que soutenu. Ca bastonne impitoyablement à tous les niveaux (avec en apothéose la bataille des bâtards du neuvième épisode). Bien entendu les morts brutales ne manqueront pas, certaines très attendues (ou au moins espérées), d’autres plus surprenantes. Que du bonheur pour les inconditionnels de la série et/ou des romans.
Tout ce que je peux vous dire c’est qu’à l’issue de cette sixième saison les alliances en vue de la conquête du Trône de Fer semblent se préciser. Sans surprise, on peut s’attendre à une confrontation explosive entre les maisons Targaryen et Lannister (devinez à laquelle va ma préférence).
Les showrunners ont d’ores et déjà fait savoir que la série compterait encore deux saisons, chacune réduite à sept épisodes, pour boucler la saga Game Of Thrones. Les rumeurs vont déjà bon train quant à la suite des événements, parmi les idées récurrentes on retrouve une septième saison consacrée à la bataille pour le Trône de Fer alors que la huitième se concentrerait (enfin) sur la guerre contre les Marcheurs Blancs. Wait and see
Réponse courant 2017 et 2018 sur petit écran ; d’ici là on peut espérer que le sixième opus version roman aura enfin vu le jour… et que l’accouchement du septième et dernier (sauf imprévu que personne ne souhaite) sera moins long.

[TV News] Stranger Things

Stranger ThingsQuoi de neuf dans la petite lucarne ? Si je devais compter sur les programmes TV j’aurai tendance à répondre que nous n’avons pas grand chose de croustillant à nous mettre sous la dent compte tenu des vacances en Métropole. Heureusement il est toujours possible de dégoter de belles surprises en fouinant un peu, telle que la série TV Stranger Things produite par The Duffer Brothers (Matt & Ross) pour Netflix.
1983, Hawkins, Indiana. Mike (Finn Wolhard), Lucas (Caleb McLaughlin), Dustin (Gaten Matarazo) et Will (Noah Schnapp) sont les meilleurs amis du monde même s’ils font figure de losers dans leur collège. Quand Will disparaît mystérieusement un soir, ses trois copains n’hésitent pas à se lancer à sa recherche. Au cours d’une de leur escapade nocturne, ils croisent Onze (Millie Brown), une gamine énigmatique qui semble perdue au milieu des bois. Rapidement leur nouvelle amie va s’avérer être une alliée de poids dans leur recherche…
Pour sa nouvelle série événement Netflix opte pour un format relativement court (huit épisodes de 50 minutes chacun). Le succès est immédiat, à tel point que même la chaîne semble pris de court par l’engouement du public.
Il faut dire que la série est addictive dès le premier épisode, on fait un bond en arrière, en totale immersion dans les eighties. Mais Stranger Things est avant tout une belle histoire d’amitié et d’aventure avec un apport d’éléments fantastiques. Imaginez un mix entre Les Goonies (par la bande de pré-ados qui se lance à l’aventure), Poltergeist (pour les manifestations paranormales dans la maison des Byers) et Alien (pour certains aspects de la créature). Le tout savamment dosé, vous obtiendrez alors une intrigue qui flirte avec le sans faute et saura jouer avec une large palette d’émotions.
Comme toute série qui souhaite assurer dans la durée, il faut que les personnages soient particulièrement soignés. Et c’est le cas ici, là encore on frôle la perfection absolue. Evidemment Mike et ses potes seront au centre de la série, des pré-ados qui vivent dans leur monde, unis par une passion commune pour le cinéma et les jeux de rôles. C’est au nom de leur amitié qu’ils se lanceront dans une aventure qui les dépasse.
Puis il y a Onze, de loin le personnage le plus charismatique (et le plus énigmatique) de la série. Elle doit son nom au chiffre 11 (Eleven en anglais) tatoué sur son bras. Ses nouveaux amis n’hésiteront pas à la surnomme Elfe (Elven en anglais). Au découvre ses origines et son histoire au fil des épisodes.
Leurs aînés ne sont pas en reste. On croisera notamment Jonathan (Charlie Heaton), le frère de Will, un ado introverti, passionné de photo ; Nancy (Natalia Dyer), la soeur de Mike, apprentie rebelle en quête d’identité et son petit ami Steve (Joe Kerry), un petit con prétentieux de prime abord, mais peut être mérite-t-il une seconde chance.
Enfin quelques adultes veillent au grain… quoique, rien n’est moins sûr. Joyce Byers (Winona Ryder), la mère de Will, convaincue que son fils est vivant et essaye de communiquer avec elle via les ondes électriques. Jim Hopper (David Harbour) le chef de la police de Hawkins, souvent borderline il ne s’est jamais remis de la mort de sa fille. Sans oublier le Dr Martin Brenner (Matthew Modine), dans le rôle du chercheur fou qui semble à l’origine de tout ce bordel.
Que vous soyez nostalgique des eighties ou pas, intéressés, intrigués ou simple curieux, je vous invite à vous ruer sur cette série qui n’en finira pas de vous surprendre et saura certainement vous séduire en titillant la bonne corde sensible.
Une deuxième saison est d’ores et déjà en chantier, mais pour le moment le mystère reste entier quant à son contenu. Le même mystère entourait cette première saison, on ne peut qu’espèrer que la seconde soit au même niveau, voire encore plus intense…

[TV NEWS] The Walking Dead – Saison 6

The Walking Dead - S06Nous avons mis à profit ces dernières soirées pour visionner la sixième saison de The Walking Dead.
Rick (Andrew Lincoln) et ses amis sont désormais membres à part entière de la communauté d’Alexandria, mais rien n’est gagné pour autant. Les habitants de la communauté ne sont pas habitués à être confrontés aux multiples dangers qui es guettent, ils vont devoir apprendre à combattre pour survivre. Leur priorité, éloigner une horde de rôdeurs qui menace les portes de la ville. La mission ne se déroulera pas comme prévu, en l’absence des équipes chargées d’attirer les rôdeurs loin de la ville, Alexandria est attaquée par les Wolves…
Vous le savez sans doute, je suis un inconditionnel de cette série ; mais je dois avouer que cette sixième saison ne m’a pas autant emballé que les précédentes. Je ne dirai pas que je me suis ennuyé ou que l’ai trouvé mauvaise (nous avons commencé en douceur avec 2 soirées de 3 épisodes chacune, avant d’enchaîner sur 2 soirées de 5 épisodes chacune), disons plutôt qu’elle me laisse un sentiment mitigé à tendance positive.
Contrairement à l’habitude la sauce n’a pas prise immédiatement, sans doute parce que les différents personnages principaux étaient éparpillés dans divers endroits. Difficile du coup d’accrocher à une intrigue qui part un peu dans tous les sens sans fil conducteur apparent, même si on se doute bien que finira par se mettre en place progressivement.
J’ai trouvé certains personnages exaspérants, ils m’ont parfois donné l’impression de relâcher leur vigilance. Je passerai sur Morgan qui s’évertue à prôner la non-violence dans un monde qui part en vrille (il est d’ailleurs en partie responsable de l’attaque des Wolves puisqu’il les a épargné au cours de la saison précédente). Daryl (Norman Reedus), qui est l’un de mes personnages préférés, se fait piéger à plusieurs reprises comme un bleu ; une fois ça passe, deux ça commence à faire beaucoup, trois ça frôle le foutage de gueule… Et que dire la crise existentielle de Carol en fin de saison ? Pas grand chose, sinon que ça manque totalement de crédibilité quand on connaît le personnage.
Heureusement la saison bénéficie quand même de quelques moments intenses (Alexandria attaquée par les Wolves, puis envahie par les rôdeurs), de découvertes plus ou moins positives pour nos survivants (deux nouvelles communautés font leur apparition, et donc de nouveaux personnages), des disparitions brutales et inattendues de certains personnages (sur ce point je ne dirai rien de plus), et surtout, d’un final percutant (c’est le moins que l’on puisse dire) avec l’apparition tant attendue de Negan (Jeffrey Dean Morgan).
Malgré une saison en demi-teintes, je ne serai pas aussi négativement virulent que ce que l’on peut lire çà et là sur le Net ; au contraire, je pars confiant pour la saison 7. Tout est en place pour donner un nouveau souffle à la série… Wait and see.

[TV News] American Horror Story – Hostel

American Horror Story S05En avant pour la cinquième saison d’American Horror Story, intitulée Hostel. La série TV de Brad Falchuk et Ryan Murphy nous a pour le moment offert un sans faute sur quatre saisons, quatre environnements et quatre ambiances, sans cesse renouvelés. Autant dire nous étions confiants en pénétrant de ce fameux hôtel.
L’intrigue est centrée autour de l’énigmatique Hôtel Cortez à Los Angeles, en Californie, lequel attire l’attention d’un enquêteur intrépide, John Lowe (Wes Bentley). L’hôtel abrite notamment sa propriétaire, la Comtesse (Lady Gaga), une vampire assoiffée de sang et de sexe ; et James Patrick Marsh (Evan Peters), concepteur de l’hôtel et tueur en série devenu fantôme.
Ouverture sur l’habituel générique, la bande son reste la même mais les images changent, une mise en bouche plutôt prometteuse.
Le premier changement notable vient du casting, Jessica Lange quitte le programme pour céder sa place à Lady Gaga. Je craignais le pire mais finalement elle est plus que convaincante de le rôle de cette mystérieuse et sanguinaire Comtesse. Une agréable surprise.
Une Comtesse plutôt bien entourée. Fidèles à l’esprit de la série, on retrouve de nombreux acteurs récurrents, qu’ils soient présents depuis la première saison, ou qu’ils aient rejoint la série en route. Parmi eux on peut citer notamment : Evan Peters, Sarah Paulson, Denis O’Hare, Kathy Bates, Angela Bassett, ou encore Lily Rabe…
Dans le même esprit d’alternance entre fantastique et réalisme, cette cinquième saison joue à fond la carte de l’imaginaire. On revisite les thèmes du vampirisme et de la maison hantée dans une ambiance glauque à souhait. Le quatrième épisode, La Nuit du Diable, est à ce titre un régal d’humour noir (et rouge sang).
Dès les premières images l’ambiance est posée, même si bien des surprises vous attendent encore au fil des épisodes, notamment quant au rôles de certains personnages et leur évolution. On est entrés confiants, nous en sommes ressortis convaincus (et en un seul morceau). Une fois de plus la série a su se renouveler, le sans faute se poursuit, pour notre plus grand plaisir.
Un petit bémol toutefois, trois fois rien, je regrette que l’on pas pu voir à quoi ressemblait la progéniture de la Comtesse, tout comme on ignore ce qu’il advient d’elle.
Cette cinquième saison se décline en douze épisodes de 42 minutes, c’est toujours FX qui assure la diffusion en VO et Ciné+ Frissons qui a l’exclusivité de la version française.
Une sixième saison est en chantier, aucune info n’a fuité quant à l’environnement choisi, ni sur l’intrigue. On sait juste que Lady Gaga rejoint le casting récurrent (il faut dire que son interprétation de la Comtesse a été récompensée d’un Golden Globe Award).

[TV News] iZombie

iZombieLes zombies ont le vent en poupe depuis quelques années, et pourtant trouver une intrigue qui sorte des sentiers battus et rabattus n’est pas une mince affaire. Rob Thomas et Diane Ruggiero (le duo à l’origine de Veronica Mars, série et film) ont pourtant relevé le défi avec la série iZombie.
Olivia Moore (Rose McIver) était une brillante étudiante en médecine, jusqu’à ce qu’elle soit tuée et reprenne conscience en tant que zombie. Depuis elle travaille comme assistante à la morgue, un job idéal qui lui procure toute la nourriture dont elle peut avoir besoin. Elle se rend rapidement compte qu’en se nourrissant des cerveaux des victimes elle partage leurs souvenirs et une partie de leur personnalité. Un atout de taille pour prêter main forte à la police dans les cas d’homicide…
On est loin du zombie qui se traîne maladroitement en multipliant les borborygmes gutturaux, Olivia mène une vie plus ou moins normale, partagée entre sa famille, son quotidien et son travail. Quotidien qui sera quelque peu bouleversé quand elle réalisera qu’elle n’est pas la seule zombie en ville , et que nombre de ses pairs, menés par Blaine DeBeers (David Anders) sont bien moins intentionnés qu’elle.
Heureusement elle pourra compter sur l’aide de son patron, le Dr Ravi Chakrabati (Rahul Kohli), le seul à être au courant de sa condition, et du lieutenant Clive Babinaux (Malcom Goodwin) qu’elle assiste dans ses enquêtes en se faisant passer pour une médium.
La série est une libre adaptation d’une BD signée Chris Roberson et Mike Allred pour DC Comics. Cette première saison compte 13 épisodes de 42 minutes, diffusée aux USA par The CW, c’est France 4 qui en a acquit les droits pour la version française.
Habile mélange entre fantastique et policier, la série est plutôt agréable à suivre (même si ça ne vaut pas The Walking Dead), sa principale force étant de voir Olivia endosser les différentes personnalités des victimes dont elle boulotte la cervelle, fortement rehaussée de Tabasco. Chaque épisode propose une enquête et un double fil rouge avec d’un côté les recherches de Ravi et Olivia pour lui rendre son humanité, et de l’autre leurs efforts afin stopper Blaine et ses sbires. Cerise sur le gâteau, l’humour est omniprésent, même dans les situations les plus critiques.
Une seconde saison est en cours de diffusion au USA, prenons notre mal en patience en attendant son arrivée sur nos écrans…

[TV News] Zoo

ZooAu menu de cette chronique une visite au zoo, enfin presque… disons plutôt la série TV Zoo, adaptée du roman de James Patterson et Michael Ledwidge.
Alors que les animaux modifient radicalement leur comportement et s’attaquent ouvertement aux hommes, une équipe est mise en place pour enquêter sur le phénomène. Dirigée par Chloé Tousignant (Nora Arnezeder), une consultante de la DGSE, elle est composée de Jackson Oz (James Wolk), spécialiste du comportement animal, Abraham Kenyatta (Nonso Anozie), guide de safari en Afrique, Mitch Morgan (Billy Burke), vétérinaire pathologiste, et Jamie Campbell (Kristen Connolly), journaliste autodidacte…
N’ayant pas lu le bouquin je ne dispose donc d’aucun élément de comparaison, je sais simplement que James Patterson a donné son accord pour que la série prenne certaines libertés par rapport à son roman. C’est donc l’esprit vierge de tout a priori que j’aborde cette chronique.
La série se décline au format de 13 épisodes de 42 minutes, diffusée sur CBS aux USA. En France c’est TF1 qui a obtenu les droits.
Sympathique de trouver une série qui ose s’écarter des sentiers battus (séries policières, médicales, zombiesques…) en choisissant un thème vraiment original. Reste à savoir si le ramage se rapporte au plumage comme dirait l’autre…
Et la réponse est… roulements de tambour… quel suspense… OUI ! Non seulement l’intrigue est bien menée avec son lot de surprises mais les acteurs sont plutôt convaincants (j’voudrais vous y voir vous si votre matou ou votre toutou vous zieutait comme une proie potentielle). L’ensemble est bien fichu, crédible même et devient rapidement addictif.
Je ne dois pas être le seul à le penser étant donné qu’une seconde saison a d’ores et déjà été annoncée. Par contre il ne faudrait pas pécher par excès de confiance, cette seconde saison devrait boucler la boucle ; faute de quoi je crains un risque d’essoufflement.

[TV News] Strike Back – Legacy

Strike Back - LegacyAu menu du jour, la cinquième et ultime saison de Strike Back, intitulée Legacy. Avant même de nous lancer on ne peut s’empêcher d’avoir un léger pincement au coeur en sachant que nous devrons dire adieu à la Section 20. Reste à savoir quel sort est réservé aux différents protagonistes que l’on suit depuis quelques temps déjà…
Sous le commandement du Colonel Philip Locke (Robson Green), la Section 20 se déploie à Bangkok afin de délivrer la fille de l’ambassadeur anglais. Scott (Sullivan Stappleton) et Stonebridge (Philip Winchester) sont en première ligne pour une mission qui va rapidement s’avérer plus complexe que prévue…
Fidèle au format adopté depuis la saison deux, Legacy se décline en dix épisodes de 52 minutes, comme d’hab c’est Canal+ qui a l’exclusivité de la première diffusion en France.
Cette ultime saison est pour moi la plus réussie de la saga, une intrigue complexe bourrée de rebondissements, les retournements de situations, complots et autres joyeusetés seront bien entendu au rendez-vous. Heureusement que l’on retrouve, même en plein coeur de l’action, l’humour cinglant de Damien et de Michael (ils forment un duo toujours aussi efficace que complémentaire).
Face à la Section 20, une ennemie particulièrement coriace et vicieuse interprétée sublimement par Michele Yeoh. Comme d’hab l’intrigue promène la section 20 de part le monde avec quatre épisodes en Thaïlande, deux en Corée du Nord, deux en Autriche et enfin deux en Suisse.
Alors quid de la Section 20 ? Ne comptez pas sur moi pour répondre précisément à cette question cruciale ; je dirai simplement que c’est la saison dans laquelle la Section paie le plus lourd tribut humain.
Au vu du final on comprend pourquoi Strike Back tire définitivement sa révérence après un sans faute exemplaire. La série quitte la grille des programmes au sommet de sa gloire, en ayant su se renouveler au fil des saisons. N’empêche que j’aurai bien demandé du rab tellement c’est bon…

[TV News] Game Of Thrones – Saison 5

GoT - Saison 5Il nous aura fallu deux soirées pour visionner la cinquième saison de Game Of Thrones.
Tyrion, régicide et parricide, est en route vers Meereen où il espère convaincre Daenerys qu’il peut lui être utile dans sa conquête de Westeros. De son côté Daenerys doit faire face à un ennemi invisible, les Fils de la Harpie, qui multiplie les attaques contre ses troupes.
A Westeros justement, Stannis et ses troupes quittent le Mur, le roi autoproclamé est bien déterminé à marcher sur Winterfell afin d’affirmer son emprise sur le Nord. Après le départ des armées de Stannis, Jon Snow réalise plus que jamais que les effectifs de la Garde de Nuit ne pourront contenir un assaut des Marcheurs Blancs. Il doit impérativement trouver un moyen de renforcer les rangs…
Voilà grosso modo ce qui nous attend au fil de cette cinquième saison, et encore je fais volontairement l’impasse sur d’autres niveaux de l’intrigue. D’une part parce que, comme d’hab, elle est beaucoup trop dense pour être résumée en quelques lignes. D’autre part afin de préserver l’effet de surprise.
Ayant lu le cinquième opus du Trône De Fer il y a peu, j’ai été frappé par les différences de plus en plus marquées entre le roman et la série TV. Différences qui concernent même parfois des personnages phares de l’histoire. Le fait est qu’à partir de la prochaine saison les lecteurs n’auront plus d’éléments de comparaison, ils découvriront a posteriori les différentes évolutions enre la série TV et le roman.
Vous le savez sans doute, GRR Martin n’est pas tendre avec ses personnages, bon nombre d’entre eux connaissent un destin aussi funeste que brutal. Dans la série des rescapés se voient trucidés, pas des personnages majeurs (quoique… mais je ne donnerai aucun nom). D’autres sont confrontés à un destin plus cruel dans la série que dans le roman, je pense notamment à Sansa Stark.
Par bien des aspects cette cinquième saison m’a donné l’impression d’être une version light du roman, l’idée étant sans doute de privilégier le rythme (même si certains absents me laissent perplexes). Au niveau rythme le pari est amplement réussi, les dix épisodes s’enchaînent sans le moindre temps mort.
De nouvelles têtes apparaissent, quasiment toutes en provenance de Dorne. L’occasion de découvrir que Myrcella, la fille de Cersei et Jaime, a bien grandi et que sa nouvelle vie à Dorne semble lui réussir. Mais surtout de faire la connaissances des Aspics des sables, trois des filles de Oberyn Martell, qui souhaitent venger la mort de leur père.
Cette cinquième saison aura aussi été source d’un instant plaisir sadique, dans les derniers épisodes, un personnage hautement nuisible subit une humiliation qui fait plaisir à voir… même si elle ne revêt aucun caractère définitif (genre décapitation ou autre joyeuseté morbide).
[Attention spoiler…] Quelques scènes de cette cinquième saison ont fait polémique, notamment le final qui voit Jon Snow tué par ses frères jurés. J’ai un peu de mal à comprendre les raisons de tout ce remue-ménage, la scène étant présente, quasiment à l’identique, dans le roman. Alors mort de chez mort ou temporairement mort ? Telle est la question… Et à l’heure d’aujourd’hui, seul GRR Martin semble en mesure d’y répondre, envers et contres toutes les théories qui circulent çà et là. [Fin de l’Alerte spoiler…]

Mon Top 5 des séries TV

Vous voulez des Top choses j’m’en vais vous en donner à la pelle ; fallait pas commencer ! J’ouvre les hostilités avec mon Top 5 (c’est la crise que voulez vous) des séries TV. Pour une fois je n’ai eu aucun mal à sélectionner les heureuses élues…
Je vous propose une fiche technique abrégé, un aperçu du casting, le pitch de la série et une rapide appréciation personnelle.

Top 5 TV

Game Of Thrones

Showrunner(s) : DB Weiss et David Benioff
Date de lancement : 2011
Nombre de saisons / épisodes : 5 saisons – 50 épisodes (52 minutes)
Date de fin : en cours
Chaîne d’origine : HBO (USA)
Première diffusion en France : 2011 (OCS Choc)

Peter Dinklage : Tyrion Lannister
Kit Harrington : Jon Snow
Emilia Clarke : Daenerys Targaryen
Lena Headey : Cersei Lannister

Après un été de dix années, un hiver rigoureux s’abat sur le Royaume avec la promesse d’un avenir des plus sombres. Pendant ce temps, complots et rivalités se jouent sur le continent pour s’emparer du Trône de Fer, le symbole du pouvoir absolu.

Adapter la saga de GRR Martin ne fut pas une mince affaire, Game of Thrones remporte le challenge haut la main même si l’intrigue s’écarte parfois des romans.
J’aime la complexité de l’intrigue (sans jamais être brouillon), la variété des personnages et la diversité des lieux. Si certains personnages sont pourris jusqu’à la moelle (Cersei et Joeffrey par exemple), la quasi totalité sont nettement plus nuancés, ni tout noirs, ni tout blancs…
Ne vous attachez pas trop aux personnages, ils ont une nette tendance à connaître une fin brutale !

The Walking Dead

Showrunner(s) : Frank Darabont
Date de lancement : 2010
Nombre de saisons / épisodes : 5 saisons – 67 épisodes (42 minutes)
Date de fin : en cours
Chaîne d’origine : AMC (USA)
Première diffusion en France : 2011 (OCS Choc)

Andrew Lincoln : Rick Grimes
Steven Yeun : Glenn Rhee
Chandler Riggs : Carl Grimes
Norman Reedus : Dylan Dixon

Après une apocalypse ayant transformé la quasi-totalité de la population en zombies, un groupe d’hommes et de femmes mené par l’officier Rick Grimes tente de survivre… Ensemble, ils vont devoir tant bien que mal faire face à ce nouveau monde devenu méconnaissable, au cours leur périple à travers les Etats Unis.

La série, adaptée des comics de Robert Kirkman, renouvelle le genre zombie tout en lui restant fidèle.
On ne s’ennuie pas une minute en suivant Rick et son équipe, il faut dire que leur périple ne sera pas de tout repos. ils n’auront que trop souvent l’occasion de se rendre compte que les pires dangers ne sont pas les morts ou l’environnement mais bel et bien les humains.
Les points forts : un scénario en béton, riche en rebondissements et des effets spéciaux soignés. On prend plaisir à suivre l’évolution des personnages (même si on en perd en route).

American Horror Story

Showrunner(s) : Ryan Murphy et Brad Falchuk
Date de lancement : 2011
Nombre de saisons / épisodes : 4 saisons – 51 épisodes (42 minutes)
Date de fin : en cours
Chaîne d’origine : FX (USA)
Première diffusion en France : 2012 (Ciné+ Frisson)

Sarah Paulson
Evan Peters
Jessica Lange
Frances Conroy

Pas de pitch à proposer, chaque saison nous fait découvrir un nouvel environnement et une nouvelle intrigue. C’est d’ailleurs la principale force de cette série.
Chaque saison réussit à nous surprendre, on a hâte de découvrir quels seront les rôles attribués aux acteurs récurrents.
Mention spéciale au visuel extrêmement soigné.

True Blood

Showrunner(s) : Alan Ball
Date de lancement : 2008
Nombre de saisons / épisodes : 7 saisons – 80 épisodes (52 minutes)
Date de fin : 2014
Chaîne d’origine : HBO (USA)
Première diffusion en France : 2008 (Orange Cinemax)

Anna Paquin : Sookie Stackhouse
Stephen Moyer : Bill Compton
Ryan Kwanten : Jason Stackhouse
Alexander Skarsgard : Eric Northman

Ayant trouvé un substitut pour se nourrir sans tuer (du sang synthétique), les vampires vivent désormais parmi les humains. Sookie, une serveuse capable de lire dans les esprits, tombe sous le charme de Bill, un mystérieux vampire. Une rencontre qui bouleverse la vie de la jeune femme…

Vous ne le savez peut être pas mais la bit-lit n’est pas vraiment ma tasse de thé, je n’ai d’ailleurs pas du tout accroché aux romans de Charlaine Harris (je me suis arrêté au premier opus). Et pourtant j’ai été totalement accro à cette série politiquement incorrecte.
Le duo Sookie / Bill fonctionne à merveille et nous réserve bien des surprises. Coup de coeur pour le personnage d’Eric qui passe d’une extrême à l’autre en un clin d’oeil.

Mon Oncle Charlie

Showrunner(s) : Chuck Lore et Lee Aronsohn
Date de lancement : 2003
Nombre de saisons / épisodes : 12 saisons – 262 épisodes (22 minutes)
Date de fin : 2015
Chaîne d’origine : CBS (USA)
Première diffusion en France : 2005 (Jimmy)

Charlie Sheen : Charlie Harper
Jon Cryer : Alan Harper
Angus T. Jones : Jake Harper
Conchata Ferrell : Berta

La vie d’un riche célibataire est bouleversée lorsque son frère divorcé et son neveu de 10 ans débarquent dans sa propriété de Malibu. Malgré leurs différences, les deux frères décident de co-habiter pour offrir un foyer au jeune Jake.

Pour être précis je dirai jusqu’à la fin de la saison 8, toute la période avec Charlie Sheen. Son remplacement par Ashton Kutcher a complètement dénaturé la série.
J’ai adoré le personnage de Charlie dans tous ses excès. J’en suis venu à détester Alan qui s’incruste comme le pire de parasite et ne fait aucun effort pour changer le cours des choses.
Je ne me lasse pas de voir et revoir les épisodes, ça m’éclate toujours autant.