[BOUQUINS] Chris Whitaker – Duchess

AU MENU DU JOUR


Titre : Duchess
Auteur : Chris Whitaker
Éditeur : Sonatine
Parution : 2022
Origine : Angleterre (2020)
519 pages

De quoi ça cause ?

Duchess Radley, 13 ans, veille sur son petit frère, Robin, afin de pallier les défaillances de leur mère, Star, une femme à la dérive qui se laisse porter par les galères.

La famille Radley a été brisée par un drame survenu trente ans plus tôt, Sissy, la jeune sœur de Star, a été retrouvée morte. Et justement son assassin, Vincent King, doit sortir de prison dans les jours à venir.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Sonatine et l’occasion de découvrir un nouvel auteur qui intègre leur catalogue.

Parce qu’au vu des critiques dithyrambiques quasi-unanimes, je pouvais difficilement passer à côté de la chose et me forger ma propre opinion sur la chose.

Ma Chronique

Ah bin que voilà un bouquin qui va vous prendre aux tripes et vous les tordre dans tous les sens. J’ai eu le nez creux en n’enchaînant pas sa lecture directement après avoir bouclé L’Été Où Tout A Fondu.

Si le bouquin s’inscrit clairement dans le registre du roman noir américain, son auteur, Chris Whitaker est citoyen britannique. Duchess (We Begin At The End en VO) est son troisième roman, mais le premier traduit en français.

Noir c’est noir… c’est en tout cas comme ça que la jeune Duchess voit le monde qui l’entoure. Il faut dire que ce monde n’est pas vraiment du genre à lui redonner foi en l’humanité… même Walk, le très attentionné chef de la police de Cape Haven, ne lui inspire pas vraiment confiance.

Du coup Duchess, « hors-la-loi » autoproclamée, veille sur son petit frère comme une louve protégerait son petit. Gare à celui ou celle qui lui cherchera des noises, la riposte de Duchess sera sans appel.

il faut dire que la gamine a du caractère et serait du genre plutôt fonceur… un peu trop parfois, et ça pourrait bien lui jouer des tours ! Et pas qu’à elle… Mais à 13 ans on ne mesure pas toujours les possibles conséquences de ses actes.

Indéniablement Chris Whitaker sait y faire pour que Duchess touche l’âme et le cœur des lecteurs. Je reconnais toutefois volontiers que, parfois, j’ai eu des envies de lui foutre des baffes (notamment concernant son comportement avec Walk ou encore avec Hal, son grand-père)… tout en comprenant parfaitement que c’était sa façon de se protéger (ne pas s’attacher afin de ne pas souffrir).

L’auteur ne se contente pas de tisser son intrigue autour du personnage de Duchess, il développe aussi une véritable enquête policière et juridique dans laquelle Walk s’investira corps et âme pour sauver un ami qui ne semble pas vouloir être sauvé.

J’en profite pour souligner avec quel brio Chris Whitaker entretient l’ambiguïté (et donc les doutes) autour des personnages de Vincent King et de Dickie Darke. Il nous mitonne une intrigue pleine de fausses pistes, de retournements de situation totalement inattendus avant une ultime révélation qui nous laissera sur le cul. Hats off Mr Whitaker !

Ce qui est aussi remarquable avec ce jeune auteur, c’est l’attention qu’il porte à chacun de ses personnages, il n’y a pas de faire valoir avec lui. Chacun aura un rôle à jouer et sa personnalité influencera la façon dont il interviendra dans le déroulé de l’intrigue. J’avoue avoir eu un faible pour le jeune Thomas Noble et la doyenne Dolly (« Comme Dolly Parton, la poitrine en moins. »).

À la noirceur de l’intrigue s’oppose la magnificence des paysages, qu’il s’agisse de la bourgade – pas si paisible que ça – de Cape Haven sur la côte californienne ou des étendues sauvages du Montana. Malgré une noirceur omniprésente le roman s’autorise une note d’optimisme et d’espoir en fin de course. Et c’est tant mieux !

Ce mois de septembre fut riche en rencontres littéraires qui vont longtemps encore me trotter dans la tête. Qu’il s’agisse de Bert (Un Profond Sommeil), Sal (L’Été Où Tout A Fondu) ou Duchess, aucun de ces trois personnages (et leur parcours) ne devrait vous laisser de marbre. Le choix risque de s’avérer difficile lors de mon bilan livresque… même si j’ai déjà ma petite idée.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Karsten Dusse – Des Meurtres Qui Font Du Bien

AU MENU DU JOUR


Titre : Des Meurtres Qui Font Du Bien
Auteur : Karsten Dusse
Éditeur : Le Cherche Midi
Parution : 2022
Origine : Allemagne (2019)
400 pages

De quoi ça cause ?

Björn Diemel est avocat pénaliste, tiraillé par une vie professionnelle qui l’accapare et une vie personnelle qui part à vau-l’eau, il se résigne à consulter un coach en méditation de pleine conscience. Le verdict est sans appel, Björn doit éviter les situations de stress et se ménager du temps pour lui.

Plus facile à dire qu’à faire quand son principal client est un caïd du crime organisé qui semble prendre un malin plaisir à se fourrer dans les emmerdes les plus sombres. Avant de demander à son avocat de le sortir du pétrin…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Après L’Été Où Tout A Fondu j’avais besoin de quelque chose de léger à lire, et je doute fort que le roman Duchess de Chris Whitaker réponde à cette attente. Au lieu de ça j’ai opté pour le roman de Karsten Dusse, découvert grâce à Net Galley.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Le Cherche Midi et la plateforme Net Galley pour leur confiance et leur réponse positive à ma sollicitation.

Karsten Dusse est avocat de profession, avec ce roman il inaugure une série policière appelée Meurtres Zen, à ce jour la série est déjà riche de quatre titres en Allemagne. Grâce aux éditions Le Cherche Midi, le public français va , à son tour, pouvoir découvrir une série policière au ton des plus décalé.

Le ton est d’ailleurs donné dès les premières phrases du roman :

Avant toute chose : je ne suis pas quelqu’un de violent. Au contraire. Je ne me suis jamais battu de ma vie, par exemple. Et je n’ai tué mon premier homme qu’à quarante-deux ans. Ce qui, dans mon milieu professionnel actuel, est plutôt tardif. Bon, il est vrai qu’une semaine après, j’en étais déjà à presque six meurtres.
J’imagine que ça doit vous choquer. Mais tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour de bonnes raisons. C’est la conséquence logique d’un cheminement vers la pleine conscience. Pour concilier travail et vie de famille.

Avouez que l’idée de combiner thriller et développement personnel est plutôt culottée, surtout pour un premier roman. Comment un avocat pénaliste en charge d’un des mafieux les plus virulents – et imprévisible – d’Allemagne va pouvoir accommoder les principes de la pleine conscience à sa vie privée et professionnelle ? C’est ce que Karsten Dusse vous invite à découvrir avec ce roman.

Chaque chapitre commence par un précepte de la pleine conscience énoncé par Joschka Breitner, le coach que va consulter Björn Diemel. Des préceptes simples – voire simplistes – qui pourraient provenir de n’importe quel support amateur de développement personnel (notez que j’insiste sur le mot amateur, je n’ai aucunement l’intention de décrier le travail des véritables professionnels du développement personnel). Des conseils qui relèvent avant tout du bon sens, dont s’inspirera Björn Diemel pour résoudre ses problèmes.

Le roman est écrit à la première personne, c’est Björn qui vous raconte son évolution personnelle et professionnelle. À ce niveau de changement on pourrait presque parler de métamorphose plutôt que d’évolution.

L’intrigue ne devrait vous causer pas de brusque montées d’adrénaline – malgré quelques morts qui n’auront rien de naturelles et ne se feront pas dans la douceur –, le narrateur opte pour un ton décalé – presque détaché – pour nous faire partager son expérience. Un choix qui pourrait être déconcertant mais en fait qui s’accorde parfaitement à l’optique du bouquin et au choix de son héros.

Bien que d’une moralité aussi douteuse que flexible, j’ai beaucoup aimé le personnage de Björn Diemel. Karsten Dusse réussit à le rendre attachant à travers la relation quasi-fusionnelle qu’il entretient avec sa fille.

Les personnages secondaires ne sont pas simplement cantonnés à des rôles de faire-valoir, en quelques lignes l’auteur saura les rendre sympathiques ou antipathiques. Certains pourront même surprendre le lecteur au vu de leur évolution.

La couv’ nous promet du « contemplatif, désopilant et explosif », je dirai que la promesse est partiellement tenue. Du fait de l’intrigue sur fonds de développement personnel, le contemplatif est bel et bien au rendez-vous. Le côté explosif est assuré par l’usage intensif qui sera fait des grenades à main au fil de l’intrigue. Quant au désopilant je dirai que le mot est sans doute un peu fort, c’est divertissant et amusant mais pas non plus au point de se pisser dessus (ce qui n’est pas plus mal d’un point de vue purement hygiénique).

Un bon moment de lecture qui permet de se détendre sans trop se creuser les méninges, ça tombe bien c’est exactement ce que j’attendais en ouvrant ce bouquin. Je serai bien entendu fidèle au rendez-vous pour la suite de la confession de Björn Diemel, en espérant toutefois que l’auteur ne se contente pas d’user et d’abuser des mêmes ficelles.

Forte de son succès outre-Rhin, il semblerait que la série ait tapé dans l’œil de Netflix, des négociations quant à son adaptation pour le petit écran seraient en cours. J’imagine déjà certaines séquences… mais non, à moins que… âmes sensibles s’abstenir !

Pour les adeptes de développement personnel qui souhaiteraient en apprendre davantage sur la méditation de la pleine conscience (mindfulness en anglais), je vous invite à taper ces mots sur Google et à vous faire votre propre opinion sur la chose.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Tiffany McDaniel – L’Été Où Tout A Fondu

AU MENU DU JOUR


Titre : L’Été Où Tout A Fondu
Auteur : Tiffany McDaniel
Éditeur : Gallmeister
Parution : 2022
Origine : États-Unis (2016)
480 pages

De quoi ça cause ?

Été 1984, Breathed, Ohio. Quelle mouche a piqué le procureur Autopsy Bliss pour qu’il publie une annonce invitant le Diable à venir lui rendre visite ?

Plus étonnant encore quand le Diable, tel qu’il présente lui-même, prend la forme d’un ado à la peau noire et aux yeux d’un vert intense. Un gamin dépenaillé que Fielding, le fils cadet du procureur, va rapidement considérer comme son ami.

Tandis qu’un été caniculaire s’abat sur Breathed, il suffit d’un stupide accident pour que les esprits s’échauffent…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que Betty aura incontestablement été l’une des lectures les plus intenses de l’année dernière. Il était impossible de faire l’impasse sur ce nouveau roman de Tiffany McDaniel (qui est en fait une réédition de son premier roman).

Ma Chronique

L’Été Où Tout A Fondu est le premier roman de Tiffany McDaniel, publié aux Etats-Unis en 2016, soit 4 ans avant Betty. En France, ce sont les éditions Joëlle Losfeld qui publieront le roman en 2019 (traduction de Christophe Mercier), une sortie qui passera quasiment inaperçue. Encouragées par le succès critique et populaire de Betty, les éditions Gallmeister lui offrent une seconde chance avec une traduction de François Happe (à qui l’on doit déjà la version française de Betty).

Tiffany McDaniel est originaire de l’Ohio, il n’est donc pas étonnant que le Midwest serve de scène à ses intrigues. Ne cherchez toutefois pas Breathed sur une carte de l’état, le patelin qui sert de toile de fond aux romans de l’auteure n’existe que dans son imagination.

« L’enfer, c’est les autres » affirmait Sartre dans Huis Clos. C’est la première chose qui m’est venue à l’esprit en lisant ce roman, face aux paroles pleines de bon sens et de sagesse de ce petit diable auto-proclamé, une bande de dégénérés du bulbe aux neurones grillés par le soleil répond par l’obscurantisme, le fanatisme et la haine. Comme j’ai souhaité que Sal soit vraiment le diable et envoie ces péquenots décérébrés cramer en enfer.

Honnêtement les histoires de Sal m’ont vrillé les tripes et le cœur, nul besoin de sortir de la cuisse de Jupiter pour comprendre – très vite – que ces histoires n’en sont pas vraiment. Putain ce gamin m’a vraiment touché comme rarement un personnage de fiction a su le faire.

Bien sûr Fielding est aussi un gamin très sympathique, toujours prêt à aider son nouvel ami même s’il ne le comprend pas toujours. Mais je n’ai pas ressenti la même empathie émotionnelle que pour Sal.

À l’opposé j’ai éprouvé une haine viscérale – là encore, rarement ressentie en lisant un bouquin – pour cette enflure de nain de jardin. Je doute fort que le choix de son nom soit le fruit du hasard (en hébreu Elohim désigne un dieu ou une divinité), un patronyme en totale opposition avec ses actes.

Le choix de l’année 1984 ne doit rien au hasard, c’est en effet l’année où l’Amérique et le monde découvrent le SIDA. Une pathologie encore mal comprise qui s’accompagne de son lot de peurs et de préjugés (aussi irrationnels les unes que les autres), quand elle n’est pas tout simplement considérée comme un châtiment divin. Connerie quand tu nous tiens !

Le récit est à la première personne, Tiffany McDaniel offre sa plume à la voix de Fielding pour nous raconter cet été 1984 mais pas que… En effet, ce n’est le jeune Fielding qui nous raconte son histoire, mais un vieil homme âgé de 84 ans. En plus de cet été où tout a basculé pour lui et sa famille, il nous raconte des bribes de son propre parcours. un parcours souvent chaotique, marqué au fer rouge par les événements de l’été 1984.

La plume de l’auteure est d’une remarquable efficacité, aussi bien pour nous faire partager les moments de bonheur (telles que les joies simples et innocentes de deux adolescents qui développent une amitié quasi fraternelle) que ceux de douleur. Elle vous fera passer du rire aux larmes en quelques phrases, incroyable la puissance qui se dégage de son écriture (et par la même occasion chapeau bas au traducteur, François Happe).

Vous l’aurez sans doute compris j’ai été complétement emballé (et plus encore) par ce bouquin, impossible donc de ne pas lui attribuer 5 Jack et un coup double (coup de cœur et coup de poing). Un verdict amplement mérité.

Petite pause culturelle. D’un point de vue psychologique, Mme Bliss, la mère Fielding, souffre d’ombrophobie ; c’est en effet le mot « savant » pour désigner la peur de la pluie (et par extension des orages). Un cas loin d’être isolé puisque ce serait la phobie la plus répandue en France, devant l’arachnophobie et la mégalophobie (source All About Cats). Je ne serai pas surpris que cela soit la conséquence directe des dérèglements climatiques et des fortes pluies à l’origine de nombreuses inondations destructrices.

MON VERDICT

Coup double

Ci-dessous la couverture du roman publié par Joëlle Losfeld, force est de reconnaître que si j’étais passé à côté de ce bouquin en 2019 je ne lui guère accordé plus d’un regard : auteure inconnue au bataillon, le clocher d’une église qui s’étale sur la couverture et un titre qui ne m’inspire pas outre mesure… L’effet Betty, associé au formidable travail de traduction de François Happe, a totalement changé la donne.

[BOUQUINS] Valentine Cuny-Le-Callet – Perpendiculaire Au Soleil

AU MENU DU JOUR


Titre : Perpendiculaire Au Soleil
Scénario et dessin : Valentine Cuny-Le-Callet
Éditeur : Delcourt
Parution : 2022
Origine : France
436 pages

De quoi ça cause ?

En 2016, alors âgée de 19 ans, Valentine Cuny-Le Callet entame une correspondance avec Renaldo McGirth, un condamné à mort américain. Au fil de leurs échanges, nait un projet de récit graphique d’une intense émotion.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Delcourt et la plateforme Net Galley pour leur confiance renouvelée et la mise à disposition de ce roman graphique.

Ce roman graphique est le résultat d’un travail à quatre mains, une collaboration et une complicité Valentine Cuny-Le-Callet et Renaldo McGirth. Seul le nom de la jeune française est crédité en qualité d’auteur car, aux Etats-Unis comme en France, la loi interdit aux détenus de tirer un profit financier du récit de leur crime.

Avant d’aller plus avant dans ma chronique je tiens à préciser que ce roman graphique n’est pas un réquisitoire contre à la peine de mort, Valentine Cuny-Le-Callet a une intime conviction sur la question et c’est son droit le plus strict. Nul besoin d’être d’adhérer à ses idées pour apprécier la dimension humaine du récit qu’elle nous livre.

De la même façon il ne s’agit pas de se prononcer sur la culpabilité ou l’innocence de Renaldo McGirth (ceux qui veulent se faire leur opinion pourront toujours essayer de fouiner sur le net mais les résultats sont plutôt à charge) ; une fois de plus ce n’est pas ce qui motive la démarche de l’auteure et de ses semblables, là encore c’est le côté humain qui est leur clé de voute.

Valentine Cuny-Le-Callet font montre d’une parfaite maîtrise des diverses techniques graphiques, alternant les styles graphiques, jouant avec la lumière et les détails. Même si globalement la couleur noire est prédominante – avec ça et là quelques touches de couleurs (il s’agit des travaux de Renaldo) – elle réussit toutefois à véhiculer un message porteur d’espoir.

Renaldo demande à sa correspondante d’être sa fenêtre sur le monde extérieur, une tâche dans laquelle elle va s’investir sans ménager ses efforts pour que l’envie de vivre prenne le pas sur les moments de doute.

Se plier aux règles de l’administration pénitentiaire ne l’empêche pas de se livrer à un travail de reconstitution aussi proche de la réalité que possible. Pas toujours évident tant ces règles sont malléables à souhait par ladite administration et obéissent à une logique parfois des plus absconses.

L’auteure ne se contente pas d’évoquer ses échanges avec Renaldo, elle évoque aussi la question du racisme aux États-Unis et bien entendu le fonctionnement du système judiciaire et carcéral américain. Il pourrait être tentant dans sa situation de tirer à boulets rouges contre ce système, mais tel n’est point son objectif ; pointer du doigt certains dysfonctionnements sans tout rejeter en bloc est une démarche bien plus constructive et bien plus fédératrice.

La démarche de Valentine Cuny-Le-Callet est courageuse, de son initiative est née une véritable amitié avec Renaldo, et de cette amitié naît un roman graphique d’une incroyable intensité émotionnelle.

MON VERDICT

Coup de poing


Valentine et Renaldo (Instagram valentine.clc)

[BOUQUINS] Sacha Erbel – La Mort Est Parfois Préférable

AU MENU DU JOUR


Titre : La Mort Est Parfois Préférable
Auteur : Sacha Erbel
Éditeur : Taurnada
Parution : 2022
Origine : France
248 pages

De quoi ça cause ?

Yan est flic à la PJ de Lille. Depuis des années elle souffre d’endométriose, les crises sont de plus en plus fréquente et douloureuse. Elle combat la douleur à grand renfort d’antalgiques, mais combien de temps pourra-t-elle tenir à ce rythme ?

Elle se voit confier l’enquête sur la mort d’un grand reporter, noyé dans sa baignoire après avoir été sévèrement tabassé. Une autre équipe part sur une scène de crime particulièrement morbide, un homme a été retrouvé décapité au volant de sa voiture.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Taurnada et l’occasion de découvrir une auteure que je ne connaissais pas.

Ma Chronique

Je remercie chaleureusement les éditions Taurnada, et tout particulièrement Joël, pour leur confiance renouvelée.

Sacha Erbel est fonctionnaire de police depuis plus de 25 ans et actuellement en poste au Service de la Protection. Passionnée par l’étude des tueurs en série, elle est diplômée en criminologie appliquée à l’expertise mentale. Tout ça pour dire que madame sait de quoi elle cause… faut pas la prendre pour un lapin de six semaines.

Son roman est aussi l’occasion de mettre en avant cette maladie encore mal connue (quand certains trouducs ne nient pas purement et simplement cette pathologie) qu’est l’endométriose. Là encore l’auteure sait de quoi elle parle puisqu’elle doit apprendre à vivre avec son « Araignée » depuis plus de 10 ans.

Si l’endométriose n’est pas le thème principal du roman, Sacha Erbel réussit toutefois à faire de cette foutue Araignée quasiment un personnage à part entière. Au fil des chapitres il sera aussi question de l’éthique journalistique (riez pas, il paraît que ça existe), de vengeance, de dérives sectaires, de manipulation et même d’hypnose.

Difficile de rester insensible face au personnage de Yan, sans aller jusqu’à approuver l’ensemble de ses choix. Je n’ose même pas imaginer ce que ça doit être de vivre avec ces crises de douleurs aussi fulgurantes qu’imprévisibles. Je veux bien croire que face aux assauts répétés de la douleur on en vienne parfois à penser que la mort pourrait être préférable.

L’intrigue va se diviser en deux enquêtes. Le meurtre particulièrement brutal d’un célèbre journaliste pour Yan et son équipier, Granulé. Un cadavre décapité retrouvé au volant de sa voiture pour Brath et Michel. Quatre flics liés par une grande complicité et une solide amitié malgré des personnalités et un vécu très différents.

Sacha Erbel apporte beaucoup de soin à ses personnages, même les plus secondaires sont dotés d’une réelle personnalité. Un travail payant qui facilite l’empathie (ou l’antipathie) pour tel ou tel personnage.

Concernant la mort du journaliste on connaît rapidement l’identité du coupable et ses motivations (autant dire que je n’ai pas versé de larmes sur le funeste destin du scribouillard). Reste à Yan et son équipier à remonter les bonnes pistes pour identifier leur suspect.

L’affaire du décapité est nettement plus captivante, surtout quand les policiers vont se retrouver avec une deuxième victime décapsulée. Tous les indices semblent converger vers la thèse du suicide avec une mise en scène particulièrement sophistiquée et macabre. Nul besoin d’être le fils caché d’Hercule Poirot et de Miss Marple pour avoir rapidement de sérieux soupçons sur le fond de l’histoire (même si je reste sceptique – comme la fosse –sur la faisabilité de la chose).

L’auteure nous offre un thriller psychologique totalement maîtrisé et aussi addictif qu’une dose de morphine. Sans surprise au vu du profil de la dame, l’intrigue sonne juste à tous points de vue. Un bouquin dévoré d’une traite, comme souvent avec les titres des éditions Taurnada.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Tiffany Quay Tyson – Un Profond Sommeil

AU MENU DU JOUR


Titre : Un Profond Sommeil
Auteur : Tiffany Quay Tyson
Éditeur : Sonatine
Parution : 2022
Origine : Etats-Unis (2018)
400 pages

De quoi ça cause ?

1976, White Forest, un trou paumé au fin fond du Mississipi. Même si la carrière abandonnée traîne une sale réputation, c’est le seul point d’eau dans lequel les enfants peuvent se rafraîchir au cœur de l’été. Un après-midi de juillet, alors que le soleil tape fort, Willet et Bert y emmènent leur jeune sœur Pansy, pour s’y baigner.

En quête de baies sauvages et surpris par un orage, ils perdent leur cadette de vue durant quelques minutes. De retour à la carrière, ils ne peuvent que constater que Pansy a disparu…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Sonatine, ce qui en soi est déjà un sacré gage de qualité. Et parce que c’est l’occasion de découvrir une nouvelle auteure.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Sonatine et la plateforme Net Galley pour leur confiance renouvelée.

C’est dans son poème L’isolement que Lamartine affirme « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Une sentence encore plus vraie quand l’être en question est un enfant et que sa disparition laisse planer des doutes – mais aussi des espoirs – quant à son devenir.

C’est le drame qui va frapper la famille Watkins au cours de l’été 1976. Pour Willet et Bert, qui devaient garder un œil sur leur petite sœur, cette disparition va les obliger à entrer prématurément dans le monde des adultes, mais aussi à composer avec le poids de la culpabilité. Quant à leur mère elle s’enfonce inexorablement dans une dépression qui la vide de toute volonté et énergie. Le père est aux abonnés absents, disparus depuis des semaines sans avoir laissé le moindre mot d’explication.

Les semaines, les mois puis les années vont passer sans qu’aucun nouvel élément ne vienne éclairer les circonstances de la disparition de Pansy. Malgré leur peine et leur culpabilité Willet et Bert vont devoir aller de l’avant, même si rien ne sera jamais plus comme avant pour eux. Comme tout un chacun ils traverseront le temps en alternant entre les hauts (plutôt rares) et les bas qui rythment l’existence.

Une tranche de vie qui s’étale sur plus de sept années, du delta du Mississipi aux marécages des Everglades, une quête de la vérité qui va lever le voile sur bien des secrets de famille enfouis depuis trop longtemps et trop profondément. Une vérité parfois douloureuse à entendre mais c’est toujours mieux que de vivre dans le mensonge et l’ignorance.

Tous les chapitres se divisent en deux parties distinctes. Ils commencent par le récit des événements depuis la disparition de Pansy, écrit à la première personne, c’est Bert qui nous guide à travers l’intrigue. La seconde partie nous raconte l’histoire de White Forest et de la famille Watkins, une histoire qui s’est trop souvent écrit dans la douleur, les larmes et le sang. Deux arcs narratifs qui vont se justifier et se rejoindre dans les derniers chapitres du roman, créant ainsi un pont entre le passé et le présent.

Ce n’est pas forcément flatteur pour les Etats-Unis mais force est de constater les choses n’ont pas beaucoup évolué au fil des ans. Certes la ségrégation appartient au passé mais cela n’empêche pas une montée en puissance des extrêmes et du racisme qui va bien souvent de pair.

Pour un premier roman, Tiffany Quay Tyson nous livre un bouquin parfaitement maîtrisé de bout en bout, même en cherchant bien je ne lui trouve aucune fausse note. Un titre qui mettra parfois vos nerfs à rude épreuve, d’une noirceur sans fond mais de laquelle l’auteure parvient à faire jaillir une étincelle d’espoir et de bonheur… alors que l’on s’était résigné à un récit bercé de douleurs et de désillusions.

J’avoue que le choix du titre français me laisse perplexe, le titre original, The Past Is Never (Le passé c’est jamais), est en effet beaucoup plus raccord avec le contenu. Quoi qu’il en soit je peux vous assurer que cette lecture sera tout sauf soporifique. Une lecture qui se solde par un coup de cœur amplement mérité.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Jo Nesbo – De La Jalousie

AU MENU DU JOUR


Titre : De La Jalousie
Auteur : Jo Nesbo
Éditeur : Gallimard
Parution : 2022
Origine : Norvège (2021)
352 pages

De quoi ça cause ?

La Jalousie et la tromperie serviront de fil rouge aux sept nouvelles du présent recueil.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Jo Nesbo, what else ? Le top du top aurait été un retour de Harry Hole mais je n’en reste pas moins curieux de le découvrir en tant que novelliste.

Ma Chronique

Bien que ce ne soit pas la première fois que Jo Nesbo se frotte à la nouvelle (un premier recueil, non traduit, est paru en 2001 en Norvège), c’est une grande première pour le public français de découvrir l’auteur dans ce difficile exercice de style.

Il sera donc question de jalousie (voire de jalousies, tant Jo Nesbo se plait à décortiquer la chose) au fil de sept nouvelles qui composent le présent recueil. L’auteur reste dans le domaine dans lequel il excelle, le polar teinté de noir, pour tisser ses toiles et surprendre le lecteur. Bien entendu, pour corser le tout, la jalousie va pousser au crime.

Londres ouvre le bal. Un vol New York Londres en classe affaires, une passagère confie à son voisin que son mari la trompe avec sa meilleure amie et qu’elle va mourir dans les jours à venir… On ne pouvait rêver mieux en matière de mise en bouche.

On enchaîne avec Phtonos, la nouvelle la plus longue du recueil (quasiment la moitié du bouquin à elle seule). Nikos Balli, un inspecteur d’Athènes, est dépêché sur l’île de Kalymnos afin d’interroger le frère jumeau d’un individu porté disparu. Une affaire en apparence banale qui va réserver bien des surprises aux policiers avant de trouver sa conclusion… cinq ans plus tard. Une enquête fort bien menée dans laquelle deux histoires de jalousie vont cohabiter.

Suivra La File D’Attente, dans laquelle un petit con va apprendre à ses dépens que la jalousie n’est pas toujours une question d’amour. Courte mais noire à souhait.

Dans Déchet c’est un éboueur (un ripeur, parait que c’est plus mieux bien) qui va devoir lutter contre sa gueule de bois pour se remémorer les événements de la nuit passée. Globalement bien ficelée mais elle m’a un peu laissé sur ma faim.

Dans Les Aveux un suspect très loquace est confronté à un policier plutôt taiseux, le suspect en question est le mari de la victime, retrouvée morte à la suite d’un empoisonnement au cyanure. Un quasi monologue qui s’achève sur un twist renversant.

Odd met en scène un écrivain désabusé qui plante à la dernière seconde son public et la journaliste venue l’interviewer dans le cadre d’un direct télévisé. Une décision qui va tout changer dans la vie d’Odd Rimmen. De loin la nouvelle la plus surprenante du recueil même si elle ne m’a pas totalement convaincue.

Dans La Boucle D’Oreille c’est ce bijou, trouvé dans un taxi, qui va faire naître le soupçon et attiser les braises de la jalousie. Une belle réussite pour clore ce recueil.

Comme souvent dans ce genre de recueil, les nouvelles sont inégales mais globalement Jo Nesbo démontre qu’il maîtrise les règles du genre, il sait faire court mais efficace même si, soyons franc du collier, ces nouvelles ne resteront sans doute pas dans les annales.

Le point commun entre ces nouvelles – outre le thème de la jalousie – est qu’elles sont (à l’exception de Odd)  écrites à la première personne. Ainsi à chaque fois c’est un des acteurs des évènements qui nous les relate et accessoirement les adapte à sa vision des choses.

L’heure des comptes est venue, voici mes notes (sur 5) pour chacune de ces nouvelles :

  • Londres : 5
  • Phtonos : 4
  • La File D’Attente : 3
  • Déchet : 3
  • Les Aveux : 5
  • Odd : 3
  • La Boucle D’Oreille : 5

Soit une honorable moyenne de 4/5.

MON VERDICT

[BOUQUINS] Serge Le Tendre & Frédéric Peynet – Astérios, Le Minotaure

AU MENU DU JOUR


Titre : Astérios, Le Minotaure
Scénario : Serge Le Tendre
Dessin : Frédéric Peynet
Éditeur : Dargaud
Parution : 2022
Origine : France
72 pages

De quoi ça cause ?

Vaincu par Astérios, le Minotaure, Thésée l’écoute lui raconter l’histoire de Dédale et la sienne. Une confession est bien loin de ce que la légende raconte…

Ma Chronique

Je remercie les éditions Dargaud et la plateforme Net Galley pour leur confiance renouvelée.

En lançant la collection Mythologies, les éditions Dargaud prennent le pari audacieux de revisiter quelques récits phare de la mythologie grecque. C’est ainsi que Serge Le Tendre, le scénariste, a décidé de mettre en avant la part d’humanité de ces héros mais aussi de ces anti-héros. C’est ce dernier aspect qui a fait que mon choix s’est porté sur l’album Astérios, Le Minotaure.

Nul besoin d’être passionné de mythologie grecque pour connaître, dans les grandes lignes, la légende de Thésée et du Minotaure. Vous savez donc certainement que dans l’histoire le Minotaure en question n’a pas vraiment le bon rôle.

Oubliez tout ce que vous savez ou croyez savoir en ouvrant cet album. Laissez-vous simplement guider par le récit d’Astérios pour découvrir son histoire et celle de son père adoptif, Dédale.

J’ai été totalement emballé par cette revisite qui nous propose de découvrir un Minotaure victime de l’intolérance et de la cruauté des hommes. Finalement un monstre qui va s’avérer plus humain que bien des humains… et même Thésée ne rachètera pas son espèce.

Ce récit est l’occasion de croiser quelques grands noms de la mythologie grecque, à commencer par le roi Minos, Dédale et son fils Icare mais aussi Ariane (insociable de la légende de Thésée et du Minotaure) qui a une relation très forte avec son demi-frère Astérios.

Le dessin de Fréderic Peynet est sublime, que ce soit par la finesse du trait, le choix des couleurs ou encore la luminosité des cases. Les émotions et les expressions des personnages sont ainsi parfaitement mises en valeur (y compris celles d’Astérios).

J’avoue être nettement moins familier des autres histoires de la collection (Pygmalion, Héra et Tirésias) mais il n’est pas impossible que je laisse tenter si ces albums venaient à croiser ma route.

Pour info, Serge Le Tendre n’est pas un inconnu pour les amateurs de BD et de fantasy, il est en effet à l’origine (entre autres) du cultissime cycle de La Quête De L’Oiseau Du Temps.

MON VERDICT

g

[BOUQUINS] Roy Braverman – Le Cas Chakkamuk

AU MENU DU JOUR


Titre : Le Cas Chakkamuk
Auteur : Roy Braverman
Éditeur : Hugo
Parution : 2022
Origine : France
306 pages

De quoi ça cause ?

Le shérif Doug Warwick est accusé de viol par sa belle-sœur et sa propre femme. Taylor, son jeune adjoint est chargé de l’enquête. Quelque peu dépassé par les événements il sollicite l’aide du prédécesseur de Warwick, Blansky, désormais rédacteur en chef au Notchbridge Sentinel.

Assisté de Dempsey, écrivain à succès et employé au journal, l’ancien shérif va essayer de démêler un sac de nœud de plus en plus inextricable…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Roy Braverman (aka Ian Manook) qui poursuit son séjour littéraire mouvementé au pays de l’Oncle Sam. Après Pasakukoo, il reste sur les rives du lac et ses environs pour son nouveau roman.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Hugo et la plateforme Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Pour son nouveau roman Roy Braverman reste à Rhode Island et autour du lac Pasakukoo, un cadre enchanteur qui fut déjà le théâtre de son précédent roman, Pasakukoo. Du coup vous ne serez pas surpris de retrouver de vieilles connaissances, tel que Blansky, ancien shérif devenu rédacteur en chef du quotidien local, et son acolyte ami/ennemi, Dempsey, écrivain à succès qui prête sa plume à la rubrique littéraire de ce même journal.

Les lecteurs assidus de Roy Braverman retrouveront avec plaisir – agréable surprise s’il en est – ce cher Mardiros, collecteur de dettes (ne l’appelez pas chasseur de primes, ça contrarie le bonhomme) arménien qui ne manquera jamais de surprendre ses interlocuteurs et, par la même occasion, le lecteur.

Bien entendu il faudra aussi compter sur de nouveaux personnages. À commencer par le shérif Doug Warwick, Laureen son épouse et Brenda, la sœur de cette dernière. Entre eux va rapidement se jouer un curieux jeu d’alliances et de trahisons, à se demander qui manipule qui et surtout dans quel but…

Mais commençons par le commencement afin d’y voir un peu plus clair. Le bouquin s’ouvre sur la disparition (a priori volontaire) de Brian Ross, un brillant auteur (faut croire que le lac inspire les écrivains) et mari de Brenda. Pour l’aider à surmonter ce cap douloureux, Laureen et Doug l’accueille chez eux toutes les fins de semaine. Jusqu’à ce que survienne une curieuse proposition indécente… Alors que tout semble se dérouler selon le plan des trois complices, la mécanique s’enraye brusquement et prend un tour pour le moins inattendu. À partir de là les choses vont aller de mal en pis, avec parfois quelques revirements des plus surprenants.

Comme dans Pasakukoo les chapitres commencent par quelques mots d’un mystérieux narrateur qui s’adresse directement au lecteur et n’hésite pas à se moquer de son créateur (l’auteur). Comme dans le précédent roman, le narrateur en question nous informe dès sa première intervention qu’il va mourir au cours du roman.

Et puisqu’on cause de macchabées, vous devez bien vous douter que le narrateur n’est pas le seul qui rencontrera la grande faucheuse au fil des chapitres. Et bien entendu, Braverman’s mark oblige, les causes des décès ne seront pas vraiment naturelles et leurs circonstances un tantinet brutales.

Des chapitres courts et un humour (souvent fortement teinté de noir) omniprésent viennent compléter la fameuse griffe Braverman. Une recette éprouvée qui nous garantit une lecture aussi jouissive qu’addictive.

Face à l’ampleur que prennent les choses, le FBI ne va pas tarder à mettre son grain de sel dans l’affaire. En l’occurrence se sont deux girls in black, les agents Daimler et Willow, qui vont devoir essayer de démêler un écheveau de plus en plus inextricable.

Me croiriez-vous si je vous disais qu’au milieu de ce joyeux bordel, ce brave Cupidon va quand même réussir à faire mouche ? Rassurez-vous, l’ami Braverman n’a pas pris d’actions chez Harlequin, de romantisme, point trop n’en faut.

Même si j’ai trouvé ce bouquin un peu plus soft (pour du Braverman, cela s’entend) que les précédents, je me suis régalé de la première à la dernière page. La preuve j’ai dévoré le bouquin dans la journée.

MON VERDICT

Coup de poing

[BOUQUINS] Shelley Parker-Chan – Celle Qui Devint Le Soleil

AU MENU DU JOUR


Titre : Celle Qui Devient Le Soleil
Auteur : Shelley Parker-Chan
Éditeur : Bragelonne
Parution : 2022
Origine : Australie (2021)
405 pages

De quoi ça cause ?

1345. La Chine est sous domination de la dynastie mongole Yuan. Dans les plaines la sécheresse et la famine écrasent les paysans.

Quand un devin prophétise une grande destinée au huitième fils de la famille, les Zhu reprennent confiance en l’avenir. Pour la seconde fille, sans surprise, sa destinée se résume à rien. Un jour le village est attaqué par des bandits qui tuent le père, le fils promis à un brillant avenir se laisse mourir sur la tombe paternelle. Pas question pour la fille de se résigner à n’être rien. Elle endosse l’identité de son frère et se rend au monastère afin d’y être formée… un premier pas vers la destinée promise à son frère.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

C’est avant tout la curiosité qui m’a poussé vers ce roman. Si la fantasy sur fond historique n’est pas une nouveauté en soi, le cadre (la Chine du XIIIe siècle) apportait une touche d’exotisme qui a fini de me convaincre de me laisser tenter.

Ma Chronique

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaiterai prévenir les amateurs « puristes » de fantasy que ce roman risque de ne pas répondre à leurs attentes. Vous ne croiserez ni bestiole fantastique, ni magie entre ces pages. On est davantage dans le registre de l’uchronie (revisite de l’Histoire) avec un léger fond de mythologie chinoise.

Il n’en reste pas moins que le pari de Shelley Parker-Chan est aussi ambitieux qu’audacieux.

Ambitieux parce que l’auteure prend pour cadre une période charnière de l’Histoire de la Chine. Sous le joug de la dynastie Yuan depuis 1279, le pays est dirigé d’une main de fer par un empereur mongol. Mais en cette seconde partie du XIIIe siècle la révolte enfle, un sentiment de colère attisé par la sécheresse et la famine qui frappent le pays. De plus en plus de Chinois se prennent à espérer le retour au pouvoir d’un empereur autochtone (ce sera le cas en 1368 avec l’avènement de la dynastie Ming).

Audacieux parce que Shelley Parker-Chan, australienne d’origine asiatique et militante active pour la reconnaissance des droits LGBT – notamment en Asie du Sud-Est –, confie son intrigue à des personnages inattendus (quitte à revisiter l’Histoire). À commencer par Zhu, jeune paysanne promise au néant qui va refuser son destin et profiter d’une opportunité pour essayer d’imposer sa propre destinée. En se substituant à son frère décédé, elle va pouvoir bénéficier des enseignements d’un monastère, une première étape vers ses rêves de grandeur.

Du côté mongol le pari est encore plus osé puisque le rôle principal revient au général Ouyang, un combattant impitoyable et fin stratège. Mais aussi un eunuque, châtré sur ordre du père de son actuel seigneur après que sa famille a été assassinée. Un homme rongé par une inextinguible soif de vengeance malgré l’admiration (et plus si affinités ?) qu’il voue à son seigneur.

Même chez les personnages secondaires, c’est une femme, Ma Xiuying, la fiancée d’un commandant rebelle, qui va tirer son épingle du jeu. Résignée à son rôle de femme, elle rêve de mieux… mais ce mieux lui est inaccessible du fait de sa condition féminine ; jusqu’à ce qu’elle rencontre Zhu.

Sous la plume de Shelley Parker-Chan, les hommes ne sont pas vraiment en odeur de sainteté. Seul Xu Da, ancien moine et ami de Zhu, devenu bandit va redorer le blason de la gent masculine. Là encore, ce sont les retrouvailles avec Zhu qui changeront sa destinée.

Petit coup de cœur personnel pour le personnage de Chang Yuchun, un jeune voleur aussi opportuniste que cynique, qui n’échappera pas, presque à l’insu de son plein gré, à l’influence de Zhu.

Pour son intrigue, l’auteure opte pour deux arcs narratifs, le premier va suivre le parcours de Zhu, le second celui du général Ouyang. Deux destinées amenées à se croiser même si parfois la rencontre sera explosive.

J’ai bien aimé les personnages qui sont décryptés par le détail (dans leurs actes mais aussi dans leur quête d’identité) sans complaisance ni manichéisme ; même si on comprend le chemin qu’ils suivent, ils n’emprunteront pas toujours la voie la plus noble pour arriver à leurs fins (c’est surtout vrai pour Zhu).

Il en va de même pour l’intrigue, au-delà du conflit sino-mongol, chaque camp doit composer avec des alliances, des trahisons, des complots et autres coups bas divers et variés. Un échiquier politique et stratégique en perpétuel mouvement, à chacun de poser ses pions au mieux afin de tirer profit de la situation.

On est loin de la densité et de la complexité du Trône de Fer, mais ça reste globalement bien pensé et addictif. Un petit (tout petit) bémol au niveau de la facilité avec laquelle Zhu trouve des solutions aux obstacles qui se dressent devant elle. C’est réglé en deux coup de cuillères à pot et quelques pages.

Le style de Shelley Parker-Chan offre un contraste bienvenu à la noirceur de certaines situations sans jamais sombrer du côté fleur bleue. Décidément ce bouquin fut une agréable surprise à tous points de vue ; rapidement happé par l’intrigue, j’ai eu bien du mal à le lâcher tant il me tardait de découvrir la suite des évènements.

Celle Qui Devint Le Soleil est le premier opus d’un diptyque, à la fin du roman les cartes sont rebattues et le lecteur est en droit de se poser bien des questions quant à la suite des événements… mais pour avoir des réponses, il nous faudra patienter (pas trop longtemps j’espère).

MON VERDICT