RSS

Archives de Catégorie: Au boulot

Retour à la case boulot…

Danger TravailEt oui toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin et à mon plus grand regret les congés ne dérogent pas à cette triste évidence. Ainsi donc me revoilà au bureau après 18 jours de vacances bien méritées (ceci étant un avis purement personnel), grâce à ce sympathique mois de mai agrémenté de ponts et jours fériés ce ne seront que 9 jours qui seront décomptés de mes congés.
Plus de deux semaines pour décompresser, ça fait un bien fou au moral et au corps ! Même si j’aime globalement (bin oui il y a bien quelques trucs dont je me passerai volontiers) mon job je ne fais pas partie de ces individus qui ont besoin de bosser pour se sentir exister, perso j’ai juste besoin de fric ; la vie de rentier me conviendrait à merveille mais à défaut je bosse plus par nécessité que pour la beauté du geste…
Mon programme de ces congés peut se résumer en un seul mot : glander ! Oui je n’ai pas besoin d’aller à droite à gauche ou de déborder d’activité extérieures pour décompresser, ours mal léché je suis, ours mal léché je reste ! Rester à l’appart à bouquiner, mater films et séries, errer sur le web et jouer (j’en ai d’ailleurs profité pour progresser dans Aion que j’avais quelque peu laissé en stand-by ces derniers temps) est un programme qui me sied à merveille.
Avec le temps j’ai compris que deux semaines de congés constituaient le minimum vital pour réellement décompresser et oublier les soucis et tracas du boulot, je reprends le taf l’esprit vide (aussi vide que ma motivation) et reposé, paré à me remettre dans le bain et je sais d’ores et déjà que le programme risque d’être chargé mais ça ne me stresse pas plus que ça. Dans tous les cas je ne suis pas du genre à me tuer au boulot, on va gérer les choses au jour le jour sans chercher à aller plus vite que la musique…
Prochaine étape : décembre/janvier pour mes futurs congés (deux semaines une fois de plus). De toutes façons je prends systématiquement deux semaines en mai et deux autres pour les fêtes autant dire que je suis plutôt prévisible comme garçon (uniquement en matière de congés, pour le reste je ne réponds de rien)…

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 juin 2012 dans Au boulot

 

QuickR la formation venue d’ailleurs

Comme ça faisait déjà quelques temps que je ne vous avais pas parlé du boulot je vais donc y remédier, pas forcément en bien, avec dédié à une formation tombée du ciel. La semaine dernière on nous annonce que nous aurons une demie journée de formation sur le logiciel QuickR (un outil de gestion collaborative de projets « Made in IBM »… Et non un générateur de hamburger comme pourrait le laisser penser le nom), décision officialisée par note de service mardi matin pour une formation prévue jeudi ! Jusque là rien de franchement surprenant sinon le délai anormalement court, mais ; parce qu’il y a un mais sinon ça ne serait pas marrant…
D’une part personne ne semble avoir été demandeur de cette formation (au sein de la Cellule Stats c’est une certitude) et, encore plus original, notre « responsable intérimaire » ne sait pas de qui provient cette fameuse demande… Je voudrai juste signaler à monsieur (ou madame) X qu’il faut pas être très futé pour bloquer la Cellule Stats une demie journée alors qu’on est en plein rush avec les rapports d’activité, faudrait voir à réfléchir plus d’un quart de seconde avant de prendre une décision (si ça a été le cas alors le système neuronal de l’individu doit être sur le déclin, je suis regret de vous apprendre que votre cas est incurable).
Je ne m’attarderai pas sur le contenu même de la formation qui était d’un intérêt plus que discutable, l’outil étant assez basique et relativement intuitif, toutefois je ne jetterai pas la pierre au formateur qui a réussi à nous éviter la catalepsie en animant agréablement sa session… C’est juste qu’il est impossible de rendre intéressante une formation sur un logiciel qui ne nous concerne pas plus que ça, surtout quand on a la tête ailleurs en pensant au temps que l’on perd inutilement alors qu’on pourrait faire avancer des travaux nettement plus utiles (et intéressants) !
Peut être qu’un jour nous aurons le fin mot de l’histoire mais j’en doute… A noter que ce ressenti est partagé par mes collègues.

 
1 commentaire

Publié par le 23 mars 2012 dans Au boulot

 

Dernière ligne droite avant mes congés de fin d’année…

Comme tous les ans je me prévois 2 semaines de repos entre mon anniversaire et les fêtes de fin d’année ; en général j’opte pour des semaines pleines (du lundi au vendredi) mais comme cette année le 31 tombe un samedi ça risque de faire un peu léger comme délai de récupération pour évacuer les abus du réveillon… Du coup je pars aujourd’hui à midi et ce jusqu’au mercredi 4 janvier 2012.
Je ne vous servirai pas une rétrospective professionnelle de l’année, je suppose que vous n’en avez pas grand-chose à cirer et je vous comprends parfaitement ; disons pour faire simple que, une fois encore l’année aura été intense mais je préfère ça que de passer mes journées à espérer que le temps ne s’écoule plus rapidement…
Une année qui s’achève plutôt sur une bonne note puisque, pour une fois, je suis globalement satisfait des formations dont j’aurai bénéficié (sans forcément en être demandeur). Il faut dire que l’on a eu le droit, par le passé, à quelques sessions de formation mémorables de part leur piètre qualité (et encore je suis poli), du fait du formateur et/ou du contenu de la formation…

Système d’Information Décisionnelle (SID)
Cette année encore notre fameux (fumeux ?) SID aura encore été au centre du programme de formation de la cellule stats et des développeurs avec une demie journée très théorique mais aussi très instructive sur le B.A-BA d’un SID efficace et 6 jours de formation pratique sur le logiciel Cognos (notre outil SID, made in IBM) avec un tour d’horizon des modules d’analyse et de reporting.
Pour info c’est la troisième formation que je reçois sur cet outil mais c’est la première fois que je prends pleinement conscience des possibilités du logiciel ; sans doute parce que, pour une fois, le formateur maîtrisait parfaitement son sujet !
Reste maintenant à mettre en application toutes ces fonctionnalités et c’est là que le bât blesse. En effet les modules actuellement disponibles ne permettent que des manipulations basiques sans grand intérêt (je ne jette la pierre à personne, Rome ne s’est pas faite en un jour). L’idéal serait que l’on puisse utiliser nos propres modèles, créés par requête et exportés sur le serveur de production afin d’être exploitables avec Cognos. Mais la pilule semble avoir un peu de mal à passer au niveau de l’équipe de développement qui va jusqu’à nous soupçonner de vouloir leur « faire de la concurrence » ce qui est franchement absurde (d’une part on n’a pas que ça à foutre) et d’autre part il s’agit pour nous de gagner en autonomie en étant complémentaire au projet SID « officiel ») et témoigne de deux choses :
– Un manque total de confiance en leurs propres compétences s’ils pensent que l’on peut faire mieux qu’eux en étant de simples bidouilleurs,
– Un égo surdimensionné lié à un manque total d’humilité.
Si on doit être tributaire de l’équipe de développement on va revenir au point où l’on était avant ces formations : un désintérêt croissant pour le projet SID.

Access – Initiation
Maintes fois repoussée faute de participants j’ai quand même réussi à avoir cette initiation au logiciel Access ; formation dispensée par IFC-Démos (au fin fond de Ducos, pas vraiment l’idéal quand on est un éternel piéton).
Hormis ce petit désagrément (contourné par un bus à l’aller et le covoiturage par une collègue au retour) j’ai vraiment apprécié cette formation sur 2 jours ; le formateur était super sympa (en plus d’être compétent) et l’équipe avait un bon niveau ce qui nous a permis de maintenir un rythme soutenu et de boucler le programme en 14 heures ou lieu des 16 prévues initialement.
Je vois déjà certaines applications pratiques pour lesquelles cette formation devrait s’avérer utile mais je suis convaincu que je ne pourrai utiliser pleinement l’outil qu’après une session de perfectionnement (demandée au planning des formations 2012, en espérant qu’elle tombera avant la mi-décembre).

Sur ce dans moins de deux heures je m’éclipse et j’oublie tout ce qui touche de prés ou de loin à la CAFAT pour les deux prochaines semaines…

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 décembre 2011 dans Au boulot

 

Bienvenue dans « La Grotte »

Depuis mardi nous (la cellule Statistiques) avons pris possession de nos nouveaux locaux dans l’immeuble Botticelli, un bel immeuble tout beau tout neuf sauf que nous avons hérité des bureaux les moins bien lotis.
Dans l’immeuble Mangin nous étions au sein d’un open-space partagé avec une équipe du service informatique, certes pas l’idéal mais l’endroit avait le mérite d’être équipé de nombreuses fenêtres nous permettant de bénéficier d’un éclairage naturel quasiment toute la journée et d’aérer le bureau… On peut imaginer pire comme conditions de travail.
Sauf que nous ne faisons par qu’imaginer depuis notre déménagement, nous subissons !  Le bureau est certes spacieux et plutôt fonctionnel pour quatre personnes mais c’est un bocal sans aucune ouverture sur l’extérieur ! D’où le sobriquet de « La Grotte » qui nous est venu tout naturellement… Résultat des courses on est sous éclairage artificiel toute la journée (des spots blancs au-dessus des bureaux) et la seule façon d’avoir un peu d’air est de brancher la clim. Y’a pire j’en conviens mais j’peux vous assurer que c’est vraiment pas le top pour bosser…
On a beau nous expliquer qu’en terme d’ergonomie tout est parfaitement légal ou encore que nous bénéficions d’un éclairage LED réglable en intensité et filtré par des verrières sablées ça ne change rien au fait que l’on a un peu (beaucoup) l’impression d’avoir été les dindons de la farce dans cette histoire (et encore je suis poli).
Du coup je me suis fait le porte-parole de la cellule pour défendre notre cause auprès des syndicats et du CHSCT. Merci à Henri pour s’être fait l’écho de nos griefs, le CHSCT reconnaît que nous avons été perdants dans ce déménagement et a donné un accord de principe pour notre transfert au Kariba dès que les locaux seront prêts (livraison prévue en mars 2012). Décision approuvée sans réserve par la Direction.

Le coin des garçons (Karl et moi)

CAFAT
Le coin des filles (Christelle et Julie)

CAFAT
A l’arrière-plan de la seconde photo c’est le bureau de notre responsable, le seul à bénéficier de fenêtres sur l’extérieur. Les photos ne rendent pas vraiment compte de la réalité de la chose car elles ont été prises au flash donc forcément ça paraît plus lumineux que ça ne l’est réellement.

 
3 Commentaires

Publié par le 6 octobre 2011 dans Au boulot

 

Ca m’énerveee !

GRRR !!!S’il y a bien un truc qui me gave au plus haut point c’est de me retrouver coincé au taf sans pouvoir bosser pour X raison (en général des soucis techniques, en cas de non-motivation je n’ai aucun remords à rester couché) et c’est exactement ce qui m’arrive depuis le début de la semaine. Une erreur informatique a été trouvée (presque par hasard) dans une de nos bases de travail (la plus volumineuse histoire de corser la chose et en l’occurrence celle sur laquelle je bosse le plus souvent) ; résultat des courses il faut lancer la réplication de ladite table et croiser les doigts en attendant…
Sauf que là l’attente commence à se faire longue, j’ai achevé les quelques travaux en attente ne sollicitant pas ce fichier et maintenant je me retrouve comme un con à regarder un écran vide ! Même avec la meilleure volonté du monde je ne peux rien faire sinon me gratter les couilles en espérant qu’une solution sera trouvée rapidement mais franchement ça me semble mal barré… Je ne veux jeter la pierre à personne (je ne doute pas que nos techniciens sont à fond sur le problème) mais lundi on nous a annoncé que la maintenance devrait nous bloquer juste pour la journée, mardi matin on nous a gentiment demandé de patienter la matinée, mardi après-midi toujours rien mais a priori tout devrait rentrer dans l’ordre pour le lendemain… Et aujourd’hui encore et toujours le black-out informatique (en pire même puisque l’on ne peut plus du tout requêter sur aucune table, le serveur ayant été verrouillé afin de laisser le champs libre aux travaux de réplication) !
Conséquence directe de ce plantage nous serons dans l’impossibilité de présenter des chiffres mis à l’ordre du jour d’une Commission Conventionnelle Paritaire Médicale (une réunion avec les professionnels de santé en clair) prévue pour jeudi après-midi. Rien de dramatique en soi, il suffira d’un laïus sur un « problème technique indépendant de notre volonté » pour justifier de la chose mais il n’en reste pas moins que ça la fout mal (même si nos partenaires ne diront rien il y a fort à parier qu’ils n’en penseront pas moins).
Un « chômage technique » qui tombe en plein rush mais là encore rien d’irréversible, il suffira de mettre les bouchées doubles la semaine prochaine pour revenir à une situation « normale » ; ça n’empêche que je me fais profondément chier assis à ce bureau à faire semblant de bosser (ce qui ne trompe personne). Si c’est pour vaquer à mes occupations ou errer sur le web je peux aussi bien le faire de chez moi, je dirai même que le cadre se prête mieux à ce genre de chose… Wait and see ! De toute façon ça ne servira à rien de ronger mon frein je n’ai d’autre option que de prendre mon mal en patience, même si la patience n’est pas vraiment mon fort…

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 juillet 2011 dans Au boulot

 

Dans la famille des formations bancales, je demande…

Petit clin d’oeil amical à Zofia pour le titre de ce nouveau post…

Au programme du jour donc : formation professionnelle (de 8h30 à 16h00).
Le thème du jour : le reporting sous Cognos.

Restons zen !Je n’entrerai pas dans les détails de ce qu’est le logiciel Cognos (développé par IBM) disons simplement qu’il est outil choisi par la CAFAT dans le cadre de son Projet de Système d’Information Décisionnelle (PSID pour les intimes) ; programme qui implique une collaboration entre les diverses branches métiers, le groupe de travail informatique PSID et la Cellule Statistique. L’objectif de la formation du jour était de nous permettre d’apprendre toutes les subtilités de la phase de reporting (création de rapports à partir des données collectées) ; ce qui ma foi part plutôt d’un bon sentiment vu que Cognos est appelé à devenir, à terme (long), notre principal outil de travail (on en est encore loin… très loin).
Sauf qu’en pratique et en raison d’une organisation déplorable (un comble pour une cellule nommée Gestion et Organisation) la session de formation s’annonce d’avantage comme un chemin de croix que comme une promenade de santé. A défaut de disponibilité d’une salle de formation informatisée (ce qui semble être la base pour une formation informatique), plutôt que de reporter la formation (le formateur est sur le Territoire et il n’y a aucune urgence à l’horizon, la solution semblait s’imposer d’elle même) il a été décidé que la formation se déroulerait dans notre open space… Bienvenue dans la quatrième dimension !
D’une part l’espace de travail n’est pas du tout configuré pour s’adapter à la formation de 8 agents (chacun ayant un poste de travail défini), qui plus est il y a dans l’open space en question une section qui n’est pas du tout concernée par cette formation, on peut donc légitimement s’attendre à des sonneries intempestives de téléphone et divers autres dérangements liés à l’activité de ces agents (sans parler des va-et-vient extérieurs au service)… Du grand portnawak en puissance !
Bref ce qui aurait pu être une formation intéressante (et utile) se transforme en un travail bâclé sans le moindre intérêt (au final je suis sans doute celui qui a le moins de raison de se plaindre vu que j’ai déjà suivi une formation sur le même sujet et une piqûre de rappel l’année dernière, donc, même sans pratiquer régulièrement, je ne suis pas totalement en terre inconnue)… C’est donc sans aucune motivation que j’appréhende la journée et sans vouloir paraître pessimiste je crains fort que les faits ne puissent que me donner raison ! J’ai déjà eu l’occasion de suivre une formation merdique à cause de l’incompétence avérée du formateur mais c’est la première fois que la CAFAT me propose une formation en se tirant une balle dans le pied (je plains par avance le formateur qui va, lui aussi, subir cette aberration) !!!

– Edit du 12 janvier 2011 –
Ce fut exactement comme je le craignais… En pire ! Entassés dans un coin de l’open space, bloc note sur les genoux, vidéo-projecteur sur un écran blanc effaçable face aux fenêtres (bonjour les reflets). Aucune pratique, que de la théorie… Bref une pure perte de temps, j’en ai d’ailleurs profité pour lancer quelques requêtes lourdes histoire de ne pas avoir l’impression d’avoir perdu ma journée !

 
6 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2011 dans Au boulot

 

Premier arrivé, premier servi !

First In First OutBranle-bas de combat en arrivant au boulot mardi matin ! A peine le temps de souffler qu’on m’invite à déménager mon poste de travail afin de regrouper la cellule statistique autant que possible… Je sors donc de mon repaire dissimulé entre des armoires d’archives pour m’installer à ma nouvelle place, choisie par mes soins, donc au fond du bureau et à l’abri des regards indiscrets (non pas que j’ai quoi que ce soit à cacher mais je tiens à un minimum de discrétion).
Pourquoi un tel empressement me direz-vous ? Tout simplement parce que certaines personnes restent persuadées qu’il est possible de faire cohabiter 11 personnes dans un open-space conçu pour 7 ! Et chez ces mêmes personnes l’idée de base est ce bon vieil adage « premier arrivé, premier servi », même si cela doit se faire en dépit du bon sens…
Quelques explications s’imposent. Actuellement nous sommes cinq personnes à partager ce fameux open-space :
– 3 à la stats (1 chef de service et 2 statisticiens)
– 2 informaticiens
La cellule stat est en sous-effectif depuis déjà quelque temps, normalement nous devrions être 3 statisticiens… Situation qui devrait être résolue début août avec l’arrivée d’un agent en CDD longue durée. Ce qui fait un effectif « normal » de six personnes.
Mais les choses se compliquent avec l’arrivée prochaine et massive de renforts :
– 1 statisticien, en cours de recrutement
– 2 informaticiens, idem
– 1 ou 2 assistants à maîtrise d’ouvrage, 1 déjà recruté qui prendra ses fonctions le 19 juillet et 1 autre poste en cours de discussion
C’est bien tout ça mais faudrait qu’on nous explique comment entasser tout ce beau monde dans notre open-space… Mon déménagement fait que le bureau perpendiculaire au mien est réservé à la cellule statistique et plus particulièrement à la personne qui doit débarquer début août. Pour le reste j’aurai tendance à dire : démerdez-vous ! Et c’est d’ailleurs dans l’optique d’une réaction contre ce principe de « premier arrivé, premier servi » que nous avons décidé de réorganiser la cellule stat en essayant de rester cohérent.
Concrètement je vois encore la possibilité d’installer un bureau de sorte que chacun puisse bénéficier d’un minimum de confort (à la place que j’occupais précédemment) ; éventuellement on peut y caser deux agents mais déjà ils se sentiront à l’étroit… Pour le reste ça deviendra franchement du grand n’importe quoi ! Et dire que notre service s’appelle Cellule Gestion et Organisation (CGO) ; je trouve qu’on gère bien mal notre propre organisation… Mais c’est bien connu « les cordonniers sont les plus mal chaussés » !

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 juillet 2010 dans Au boulot

 

La promotion interne Made in CAFAT

Petit retour en arrière avant d’entrer dans le vif du sujet.
En octobre 2007 je me présente à un concours interne en vue de devenir assistant statistiques rattaché au Contrôle Médical (service où j’officiais depuis 2003 en qualité d’agent technique). Concours que je réussis haut la main, et qui me vaut une promotion en catégorie 8 (qui deviendra, après une refonte de notre grille d’emplois catégorie 6) après une période de prise en main. Période qui s’achèvera le 31 mars 2008, le changement de catégorie étant effectif à compter du 1er avril 2008.
Le Contrôle Médical ne m’occupant pas à hauteur de mes nouvelles fonctions je serai affecté à la Cellule Statistiques en mai 2009, en contrepartie on me laisse entendre que j’ai tout à y gagner en termes d’évolution de carrière… Evolution de carrière dont l’opportunité s’est présentée mi-janvier sous la forme d’un appel à candidatures pour un poste de statisticien.
Il faudra attendre le 19 mars pour que le concours soit enfin organisé en deux temps, d’abord une épreuve technique de 3 heures, puis un entretien avec les responsables de la Cellule Statistiques. Une moyenne de 13 et peu de concurrence font que j’obtiens le poste, la promotion étant effective à compter du 1er avril.

Je ne fais pas un post juste pour le plaisir d’un auto-satisfecit mais plutôt pour vous exposer quelques principes de promotion interne Made in CAFAT.
Techniquement notre salaire de brut est composé de trois éléments représentant chacun un certain nombre de points : un salaire de base, des points d’évolution (des bonus distribués selon l’appréciation de nos responsables) et des points d’ancienneté (2 par année de présence).
Avant le 1er avril j’étais donc en catégorie 6, correspondant à une base de 250 points à laquelle viennent s’ajouter 54 points d’évolution et 32 points d’ancienneté : soit 336 points. En théorie du fait de ma promotion je devrai donc passer en catégorie 8, soit une base de 310 points. Question simple : qui peut me calculer mon nouveau brut ?
La solution la plus évidente serait d’ajouter à ces 310 points de base les points d’évolution (54) et d’ancienneté (32) pour arriver à un total de 396 points. Oui mais non… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Primo le passage en catégorie 8 n’est pas un acquit, il peut se faire après une « éventuelle période de prise en main ». De là c’est au bon vouloir de notre hiérarchie qui peut estimer que l’expérience au poste nous dispense de ladite période de prise en main ou au contraire nous l’imposer (pour une durée laissée à l’appréciation de notre responsable).
Secundo notre convention collective stipule qu’en cas de passage d’une catégorie à l’autre les points d’évolution « peuvent être remis en question » (hypothèse de pure forme, la tournure correspondant à la réalité serait que les points d’évolution seront systématiquement remis en question en cas de promotion). Histoire de nous assurer un minimum de gain financier en cas de promotion le texte fixe des minimas à respecter (dans mon cas un passage de 6 à 7 ou de 6 à 8 ne peut se faire sans m’assurer au moins 20 points d’augmentation). Mon salaire ne pourra être inférieur à 336 (points actuels) + 20 (minima) soit 356 points.
Dernière petite info : actuellement la valeur du point est de l’ordre de 1200 XPF.

Vous me suivez pour le moment ? Attention ça va se corser…
Salaires de base par catégorie :
– 6 = 250 points
– 7 = 270 points
– 8 = 310 points

Option numéro 1 : passage direct en catégorie 8 sans période de prise en main.
En toute logique ça devrait être la solution la plus avantageuse… Oui mais non, encore une fois…
356 (brut minimal) – 310 = 46 points
46 – 32 (ancienneté) = 14 points
14 points qui correspondent au nouveau quota de mes points d’évolution (soit une « remise en question » de 40 points) ! Au final je saute de la catégorie 6 à la catégorie 8 pour gagner 20 points sur mon salaire brut.

Option numéro 2 : passage en catégorie 7, puis passage en catégorie 8 après une période de prise en main.
– Catégorie 6 à 7
356 (brut minimal) – 270 = 86 points
86 – 32 (ancienneté) = 54 points
Aucune perte de points d’évolution vu que c’est exactement mon quota actuel.
– Catégorie 7 à 8
De nouveau j’ai un minima de 20 points assuré, soit 356 + 20, 376 points.
376 – 310  = 66 points
66 – 32 (ancienneté) = 34 points
Je perds donc 20 points d’évolution sur mon salaire brut au lieu de 40 dans la première hypothèse.

De l’avis de mes responsables hiérarchiques mon expérience au poste me dispensait de leur période de prise en main mais finalement j’ai préféré la revendiquer afin de ne pas me faire baiser par l’absurdité d’un système pour le moins obscur qui ne profite guère aux agents… Reste maintenant à définir ladite période de prise en main… 3 mois ? 6 Mois ? La solution idéale aurait été un passage direct en catégorie 8 avec remise en question des points d’évolution à hauteur de 20 points mais il semblerait que cela revienne à leur demander la lune (par contre quand il s’agit de s’accorder une prime exceptionnelle de 150.000 XPF ils sont nettement moins regardants niveau économie).

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 avril 2010 dans Au boulot

 

Des négociations tu accoucheras… De pas grand chose !

Youpi...Fin de l’épisode négociations salariales 2010 (début de l’histoire à lire ici) et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on est bien loin du happy end !
La Direction prétendant ne pouvoir aller plus avant que ses propositions initiales (0.5% d’augmentation et 20.000 de prime exceptionnelle) les syndicats ont donc dû aller plaider leur cause directement auprès de la Commission Permanente du Conseil d’Administration. D’office le président de ladite commission leur a servi une douche froide avec comme argument le fait que les agents CAFAT bénéficiaient déjà d’un salaire moyen correct et qu’ils devaient s’en estimer heureux !
C’est vrai que nous ne sommes pas vraiment à plaindre (et d’ailleurs on ne se plaint pas) mais ce n’est pour autant que nous devrions nous contenter de ce que l’on a et fermer nos gueules ! Vouloir plus me semble bien légitime, surtout au vu de la prime que s’est accordée le pôle Direction sans la moindre négociation ; soit en passant je me demande si je suis le seul à m’étonner que la Direction puisse s’offrir de telles largesses en dehors de tout cadre réglementaire… Faut croire que oui !
Revenons à nos moutons et à la proposition de notre chère Commission Permanente qui proposait deux options :
– 1% d’augmentation au 1er janvier et 20.000 XPF de prime exceptionnelle
– 1% d’augmentation au 1er janvier et 0.5% au 1er avril
Face à un tel élan de générosité c’est donc la seconde option qui aura été retenue par les organisations syndicales… Qui nous ont transmis l’info en ne manquant pas de crier victoire. Victoire ? Hmouais j’suis peut être pas normal mais franchement je lui trouve un goût amer à la victoire. C’est mieux que rien me direz-vous mais ça ne me donne pas pour autant l’envie de sauter de joie, au contraire elle me reste au travers de la gorge cette victoire…

 
4 Commentaires

Publié par le 19 mars 2010 dans Au boulot

 

Dans la douleur… tu négocieras !

Honte à vous !Comme tous les ans à la même époque syndicats et direction se réunissent dans le cadre des négociations salariales et bien entendu comme tous les ans c’est la valse des propositions et contre-propositions… Toutefois la CAFAT n’ayant pas manqué de fanfaronner sur son important excédent de 2008 (voir l’article LNC du 3 juillet 2009) on pouvait espérer que la direction ferait un geste vers les agents… Surtout quand on sait que le pôle Direction s’est généreusement attribué une prime exceptionnelle de 150.000 XPF versée avec le salaire de janvier 2010 et qu’ils ont tous bénéficié de points d’évolution !
Si au départ les organisations syndicales avaient demandé le versement d’une prime exceptionnelle de 60.000 XPF elles ont revu leur copie à la hausse en se calquant sur la prime accordée au pôle Direction… Après tout il n’y a aucune raison que nous ne bénéficions pas des mêmes largesses que nos grosses têtes. Prime venant en complément d’une augmentation de salaire annuelle variable selon les syndicats (entre 2 et 5%).
A l’issue d’une première réunion, hier après-midi, voilà ce que propose la Direction :
– Augmentation de 0.5%
– Prime exceptionnelle de 20.000 XPF
Inutile de vous dire que la pilule a du mal à passer, à ce petit jeu on se dirige direct vers un mouvement de grève… Faudrait peut être qu’un jour on arrête de nous prendre pour des cons, ce ne sont pas nos chers cadres qui font tourner la CAFAT mais bel et bien les agents, et tout ça pour quoi ? Que dalle ! En 16 ans de boîte je ne fais plus guère d’illusion sur une quelconque reconnaissance (ah si on m’a généreusement attribué 7 points d’évolution cette année… sachant qu’un agent peut bénéficier de 4 à 20 points je reste dans la limite inférieure donc ne vous attendez pas à ce que je vienne vous lécher les pieds) mais malgré tout ils arrivent encore à me surprendre… En mal !
Affaire à suivre mais j’espère vraiment que les syndicats feront front commun pour défendre nos intérêts, quitte à aller au conflit s’il n’y a que ça pour faire réagir le Conseil d’Administration !

 
2 Commentaires

Publié par le 5 février 2010 dans Au boulot