RSS

Archives de Catégorie: Au boulot

Do not disturb…

Depuis ce matin et, lundi de Pentecôte oblige, jusqu’au 5 juin inclus.

En matière de congés je suis réglé comme du papier à musique, je les divise en deux périodes :
3 semaines à cheval sur décembre / janvier
2 semaines en mai, voire à cheval sur mai / juin

Je compte bien en profiter pour faire baisser mon Stock à Lire Numérique.
Objectif prioritaire : Finir Terreur de Dan Simmons
Accessoirement, réussir à lire au moins deux ou trois autres bouquins serait pas mal.

Un gros challenge programmé pour le dimanche 4 juin : réussir à finaliser le repas de famille que l’on a prévu.
Beaucoup de travail en perspective au vu du menu, mais en s’organisant un minimum ça devrait être faisable.

Bon je vous laisse, faut que je retourne glander !

Publicités
 
7 Commentaires

Publié par le 19 mai 2017 dans Au boulot

 

Étiquettes : ,

Dure reprise… motivation zéro !

MotivationAprès une petite semaine de congés (qui ne fut pas de tout repos, préparatifs de mon anniversaire puis de Noël obligent), me revoilà au boulot pour trois petites journées (je me tire à nouveau le 30 décembre au soir, pour reprendre l’année prochaine, le lundi 18 janvier). Ce n’est pas la mer à boire me direz-vous, et pourtant je reprends le boulot avec un degré de motivation qui flirte avec le zéro absolu.
Plusieurs (bonnes ou mauvaises) raisons à ces états d’âmes. D’une part c’est la première fois depuis plus de 10 ans que je bosse à cette période. En général entre la semaine du 21 décembre et celle du 10 janvier je m’arrange pour être en congés. Je tiens à souligner que j’ai accepté de modifier les dates, cela ne m’a pas été imposé (faute de quoi il y aurait peu de chance que je sois au boulot présentement).
La seconde raison, et la plus importante à mes yeux, étant que j’envisage de remettre sérieusement en question mon parcours professionnel au sein de la CAFAT. De toute évidence je ne partage pas les orientations futures que mon nouveau boss veut nous imposer. Je fais un boulot dans lequel je m’éclate et m’épanouis actuellement, si je devais aller bosser dans un autre état d’esprit (ce dont je suis absolument convaincu au vu de des objectifs que l’on attend de moi) alors j’aviserai en temps et en heure (le plus tôt sera le mieux) pour trouver une voie de garage. Faute de possibilités de mutation rapide, il existe d’autres moyens pour changer de poste. Après tout nul n’est indispensable…
Hier, et aujourd’hui encore, n’ayant actuellement rien changé dans ma façon de faire, je suivais béatement la voie de la motivation, demain je discerne s’ouvrir devant moi les sombres sentiers de la démotivation… Le temps est sans doute venu de bifurquer, dommage car cela m’obligera sans doute à renoncer à un domaine dans lequel j’aime vraiment fouiner en profondeur ; j’ai beau avoir affirmé haut et fort que les autres domaines ne m’intéressaient pas, rien n’y fait, la machine est lancée et visiblement elle ne compte pas changer de voie, alors c’est moi qui quitterai le navire.
Quels que soient les intérêts en jeu (le service, la direction, l’entreprise… la nation ou même le monde) je n’en ai rien à battre, c’est de moi qu’il s’agit avant tout. De mon état d’esprit au travail, de ma santé au travail et de tout ce qui va avec (inutile de se voiler la face, cela aura forcément des répercussions sur ma vie privée et ça je ne l’accepterai jamais)… Si je dois me flinguer la santé je préfère que ce soit de mon propre chef plutôt qu’en me contraignant à suivre des consignes externes que je désapprouve.
N’allez pas croire que je vous débite tout ça sur un coup de tête, ça fait déjà quelque temps que l’idée me travaille, disons que mon entretien annuel professionnel n’aura fait que confirmer une évidence : mon poste et moi ne serons définitivement plus en adéquation.

 
12 Commentaires

Publié par le 28 décembre 2015 dans Au boulot

 

Étiquettes : , , ,

Complètement débordé !

Débordé !Je ne suis pas mort (du moins pas encore), je ne suis pas à la plage les doigts de pied en éventail (je ne serai pas contre)… juste complètement débordé !
C’est plutôt habituel à cette période de l’année vu que l’on doit fournir aux différents services les chiffres de leur activité mais, cerise sur le gâteau, la Branche Santé, à la demande du Conseil d’Administration (difficile de leur dire non… même si ce n’est pas l’envie qqui nous manque), nous a lancé sur un gros dossier (non… un énôôôrme dossier) à traiter en urgence !
On a bien un modèle de la CNAM en Métropole dont on est censés s’inspirer mais la méthodologie utilisée n’est pas transposable à la Nouvelle-Calédonie et à la CAFAT. Du coup on a dû improviser une méthodo qui tienne la route et qui permette d’être aussi exhaustif que faire se peut. Avec un historique entre 2005 et 2013 !
Une fois la méthodo finalisée il a fallu lancer les extractions et exploiter les résultats afin de sortir les tableaux et graphes qui vont bien. Histoire d’apporter un petit plus on a aussi décidé d’insérer toute une partie cartographie.
Ultime étape, et c’est de loin la plus pénible : rédiger et mettre en forme le rapport. La chose doit être livrée à la Branche Santé le 10 mars, après quoi nous serons exclusivement concentrés sur les rapports d’activité… Exercice qui devrait nous tenir occupé jusqu’à la fin avril.
En mai j’ai 3 semaines de congés programmés ; ça va faire du bien de pouvoir souffler un peu. D’autant que je sais qu’à la reprise j’ai encore quelques gros chantiers qui m’attendent. Une pause nécessaire pour éviter l’implosion !

Du coup forcément ça rogne méchamment sur le temps que j’ai à consacrer à ma PàL, cette garce en profite pour enfler sournoisement à l’insu de mon plein gré ! A la fin de ma journée de travail j’ai souvent la flemme de me plonger dans un bouquin, je préfère alors m’abrutir devant la TV (ça demande moins de réflexion… les programmes de 17 à 20 heures sont plutôt du genre encéphalogramme plat).

Je prends du retard dans mes lectures mais aussi dans des posts en projet. Et plus encore dans des chroniques à la demande d’auteurs, j’ai deux bouquins et un CD sur le grill mais pas encore eu l’occasion d’allumer le gaz. Soyez patients, je vous ai promis une chronique, je rédigerai une chronique… Quand ? Je ne sais pas !

 
27 Commentaires

Publié par le 2 mars 2015 dans Au boulot

 

Étiquettes : , ,

[NO COMMENT] Repos bien mérité…

Rrrrzzzzz
Depuis hier je suis en congés : 15 jours de glande au programme !

C’est trop bon !!!

Rien de prévu, sinon m’attaquer  à ma PàL papier. Elle est moins volumineuse que son alter-ego numérique mais, paradoxalement, diminue moins vite.

Toujours pas de PC mais comme vous le voyez ça ne m’empêche pas de continuer de sévir…

 
6 Commentaires

Publié par le 26 avril 2014 dans Au boulot, No comment

 

Étiquettes :

1994-2014 : 20 ans de CAFAT

20 ansHé oui ça va déjà faire 20 que je suis rentré à la CAFAT (le 8 mars 1994). Après trois années comme maître auxiliaire, combinant à la fois un boulot pour lequel je ne suis manifestement pas fait (prof) et des incertitudes quant aux lendemains. C’est presque par hasard que j’ai débarqué à la CAFAT, sans aucune certitude d’y faire carrière.
Ce n’est pas pour autant que j’ai passé 20 ans d’immobilisme, il m’en aura fallu presque 10 pour que je trouve ma place. Durant cette première décennie j’ai été aide-comptable, assistant gestionnaire au service retraite et gestionnaire aux accidents du travail ; chaque poste a duré un peu plus longtemps que le précédent mais finissait inévitablement par me lasser (sans parler de quelques anicroches çà et là).
Puis en octobre 2003 je suis arrivé, par voie de mutation, au contrôle médical comme gestionnaire ; je m’y suis senti comme un poisson dans l’eau (une équipe sympa, une hiérarchie qui ne nous foutait pas inutilement la pression et un boulot intéressant). Histoire d’ajouter une corde à mon arc j’ai accepté (et aussi une occasion de promotion) le poste d’assistant statistique attaché au contrôle médical en octobre 2007.
En mai 2009, la Direction a estimé que les tâches que me confiaient le contrôle médical n’était pas suffisamment en raccord avec mon poste, j’ai donc été muté au sein de la cellule statistiques. D’abord à mi-temps, le matin à la stat et l’après-midi au contrôle médical, puis à temps plein. J’étais quelque peu réticent à l’idée de quitter le contrôle médical mais il s’est rapidement avéré que c’était le meilleur choix aussi bien au niveau des opportunités de promotion, que de l’intérêt général du poste.
Il aura fallu attendre avril 2010 pour que je sois affecté comme statisticien au sein de l’équipe, en pleine période de transition, puisque Badia passait la main à Julie en tant que responsable statistiques. Finalement je n’ai jamais regretté cette mutation/promotion à la stat, il y a une super entente au sein de l’équipe (même si celle-ci a connu pas mal de mouvement, aussi bien en terme de personnel que de déménagements), avec Julie on bosse en totale confiance réciproque, si besoin elle est hyper réactive, et surtout le travail est aussi intéressant que varié ; je ne dirai pas que j’en apprends tous les jours mais presque.
Sauf gros imprévu ou immense héritage surprise (j’aime mon taf mais j’apprécie encore plus de glander), je pense finir ma carrière non seulement à la CAFAT mais aussi à la cellule statistiques ; je n’ai même pas l’ambition de devenir calife à la place du calife, je ne suis pas certain que les responsabilités (et emmerdements) d’une telle promotion soient à la hauteur du gain en terme de salaire.
A 46 ans j’ai encore le temps avant de penser à la retraite, surtout qu’au rythme où vont les réformes du régime retraite je suis bien barré pour rempiler pour 20 ans de plus ! Qui vivra verra (je n’ai pas l’intention de finir centenaire mais je ne suis pas non plus pressé de pousser les portes du crématorium).

 
13 Commentaires

Publié par le 7 mars 2014 dans Au boulot

 

Étiquettes : ,

Pause…

Comme cette semaine je suis une formation plutôt balaise je m’autorise une petite pause bloguesque.

J’aurai pu me réjouir de la débâcle de nos footeux lors du match aller en barrage face à l’Ukraine… Et bin non, au point où ils en sont ils ne méritent même plus qu’on se foutent de leur gueule ou que l’on les insulte… Le mépris me semble la meilleure option.

J’aurai pu vous parler du programme boxe de Canal+ de dimanche… Et bin non, faut dire que les deux (et oui c’est la crise) combats proposés n’avaient rien de transcendants.

J’aurai pu me lamenter sur la probable mort de la Team AlexandriZ mais je ne le ferai pas. Je fais confiance aux Alexandriens pour continuer de faire vivre cette communauté (c’est d’ores et déjà en chantier), la TAZ nous a juste donné l’impulsion, à nous de perpétuer la chose.

Je n’aurai certainement pas pu me réjouir de la victoire des footeux en match retour des barrages et de leur qualification pour le Mondial 2014… Je reste convaincu qu’ils ne méritent pas cette qualification et j’espère de tout coeur qu’ils se feront sortir en deux temps et trois mouvements.

J’aurai pu aborder plein de sujets d’actualités mais plus ça va et plus je me fous de l’actualité…

Rendez-vous la semaine prochaine.

 
5 Commentaires

Publié par le 21 novembre 2013 dans Au boulot

 

Étiquettes : , ,

La reconnaissance façon RH CAFAT

Entre novembre 2011 et mai 2012 Julie, notre chef de service a dû s’absenter pour grossesse pathologique, les rares fois où son remplaçant désigné daignait être présent dans nos locaux il ne se préoccupait guère de notre travail statistique du coup on s’est retrouvé plus ou moins livrés à nous même. Non que cela ait été particulièrement gênant disons simplement qu’il nous a fallu redoubler de vigilance afin de nous assurer que les chiffres communiqués étaient exacts (d’ordinaire nos données transitent par Julie pour validation), d’autant que nous avions les rapports d’activité à préparer, une sorte de bilan chiffré de l’activité des différents services de la Caisse, communiqué à l’extérieur (Affaires Sanitaires et Sociales, Gouvernement…) comme support de référence.
Du coup il nous a semblé légitime que notre travail soit reconnu par la Direction et nous avons adressé, par l’intermédiaire d’un représentant syndical (Henri), notre demande à la Direction. S’en sont suivies maintes réunions entre Henri, La Direction et les Ressources (in)Humaines sans jamais déboucher sur du concret ; certes tout le monde était d’accord pour reconnaître notre travail mais restait à définir la forme que prendrait cette reconnaissance. Bien que notre Convention Collective fasse état de la notion de prime exceptionnelle, attribuée « dans des circonstances particulières et/ou pour régler des situations de nature individuelle« , l’option a tout de suite été écartée afin de ne pas « créer de précédent » (c’est vachement futé de prévoir une disposition réglementaire mais de ne pas avoir les couilles de s’en servir).
Au final il a été décidé par la Direction de remettre la décision finale au retour de Julie. Après de nouveaux entretiens entre Julie, La Direction et les RH, c’est l’option des points d’évolution qui aura été retenue (l’avantage c’est qu’ils restent acquis jusqu’à la fin du contrat) mais pas d’effet rétroactif, ils seront attribués à compter de janvier 2013. Sympa pour Julie F. qui a entretemps démissionné pour X raisons et n’aura donc bénéficié d’aucune reconnaissance pour le travail fourni, et même pour Christelle c’est une option douce amère vu qu’elle quitte la CAFAT courant juillet. La grande question était de savoir de combien de points nous serions crédités…
La réponse est tombée aujourd’hui, dans un élan de générosité la Direction nous accorde à chacun 2 points d’évolution en plus de ceux demandés par Julie pour le travail de l’année écoulée. Pour info deux points ça représente moins de 2 400 XPF (20 €) de complément salarial mensuel ! Waow ça c’est de la reconnaissance !!! Dans le genre foutage de gueule notre RH place décidément la barre trés haut… Et après ça voudrait que l’on s’investisse d’avantage dans notre boulot et patati et patata ; désolé Ducon mais c’est donnant donnant, tu nous donne des miettes on te refourgue des miettes !
Je gueule pour le principe mais dans le fond je suis le seul véritable gagnant de l’affaire, n’ayant pas l’intention de quitter la CAFAT dans les prochaines années ces points d’évolution porteront leurs fruits sur le long terme ; il n’en reste pas moins que je trouve ça minable (pour reprendre un qualificatif à la mode en ce moment).

 
4 Commentaires

Publié par le 22 janvier 2013 dans Au boulot