[BOUQUINS] Olivier Bocquet & Anlor – Ladies With Guns – Tome 2

AU MENU DU JOUR


Titre : Ladies With Guns – Tome 2
Scénario : Olivier Bocquet
Dessin : Anlor
Éditeur : Dargaud
Parution : 2022
Origine : France
64 pages

De quoi ça cause ?

Après avoir échappé à leurs assaillants, les cinq Ladies sont en cavale… Et en galère ! Blessées, désarmées, fauchées… et leur tête est désormais mise à prix. Seules contre des hordes de chasseurs de primes appâtés par la promesse d’argent facile, elles vont devoir redoubler d’imagination pour se tirer de ce merdier.

Et le temps presse, Daisy est blessée. Il faut la soigner rapidement… avec les moyens du bord.

Ma Chronique

— T’es là pour les cinq folles, c’est ça ?
— Ouais.
— Cinq gonzesses, mille dollars par tête.
Ça ne se refuse pas.
— Argent facile !

C’est sur cet échange entre deux chasseurs de primes que s’ouvre le second tome la trilogie Ladies With Guns ; les deux mâles – un brin machistes – ne vont pas tarder à découvrir que les gonzesses en question sont déterminées à vendre chèrement leur peau.

Le cadre étant posé les auteurs peuvent entrer directement dans le vif du sujet. De fait ce second opus est boosté à l’adrénaline, nos cinq Ladies en cavale ne nous laisseront guère le temps de souffler entre deux virées en ville… des virées qui n’ont rien à voir avec une journée shopping entre filles !

C’est toujours aussi déjanté (il faut bien reconnaître que l’organisation et la planification ne sont pas les qualités premières de ces cinq drôles de dames), bourré d’action et d’humour. On retrouve avec plaisir la Tarantino touch dans le scénario imaginé par Olivier Bocquet. Une intrigue servie et sublimée par le dessin d’Anlor, aussi bien dans les décors que dans le rendu des personnages (le côté cartoon de certaines expressions est justement dosé).

Quelques flashbacks permettent d’en apprendre davantage sur le parcours personnel de certaines de nos ladies… tandis que d’autres gardent leur part de mystère.

Une fois de plus le « sexe fort » va en prendre pour son grade dans ce western qui revendique haut et fort son engagement féministe.

Le cliffhanger qui clôt ce second tome va rendre l’attente de la suite (et fin ?) interminable ! Ce qui m’amène à exprimer le même bémol qu’à la lecture du précédent opus : c’est court, très court… trop court ! On est clairement en présence d’une histoire qui aurait gagné à se décliner sous forme d’un roman graphique one-shot… Un format moins rentable pour les éditeurs, ceci explique sans doute cela.

MON VERDICT