[BOUQUINS] Karsten Dusse – Des Meurtres Qui Font Du Bien

AU MENU DU JOUR


Titre : Des Meurtres Qui Font Du Bien
Auteur : Karsten Dusse
Éditeur : Le Cherche Midi
Parution : 2022
Origine : Allemagne (2019)
400 pages

De quoi ça cause ?

Björn Diemel est avocat pénaliste, tiraillé par une vie professionnelle qui l’accapare et une vie personnelle qui part à vau-l’eau, il se résigne à consulter un coach en méditation de pleine conscience. Le verdict est sans appel, Björn doit éviter les situations de stress et se ménager du temps pour lui.

Plus facile à dire qu’à faire quand son principal client est un caïd du crime organisé qui semble prendre un malin plaisir à se fourrer dans les emmerdes les plus sombres. Avant de demander à son avocat de le sortir du pétrin…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Après L’Été Où Tout A Fondu j’avais besoin de quelque chose de léger à lire, et je doute fort que le roman Duchess de Chris Whitaker réponde à cette attente. Au lieu de ça j’ai opté pour le roman de Karsten Dusse, découvert grâce à Net Galley.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Le Cherche Midi et la plateforme Net Galley pour leur confiance et leur réponse positive à ma sollicitation.

Karsten Dusse est avocat de profession, avec ce roman il inaugure une série policière appelée Meurtres Zen, à ce jour la série est déjà riche de quatre titres en Allemagne. Grâce aux éditions Le Cherche Midi, le public français va , à son tour, pouvoir découvrir une série policière au ton des plus décalé.

Le ton est d’ailleurs donné dès les premières phrases du roman :

Avant toute chose : je ne suis pas quelqu’un de violent. Au contraire. Je ne me suis jamais battu de ma vie, par exemple. Et je n’ai tué mon premier homme qu’à quarante-deux ans. Ce qui, dans mon milieu professionnel actuel, est plutôt tardif. Bon, il est vrai qu’une semaine après, j’en étais déjà à presque six meurtres.
J’imagine que ça doit vous choquer. Mais tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour de bonnes raisons. C’est la conséquence logique d’un cheminement vers la pleine conscience. Pour concilier travail et vie de famille.

Avouez que l’idée de combiner thriller et développement personnel est plutôt culottée, surtout pour un premier roman. Comment un avocat pénaliste en charge d’un des mafieux les plus virulents – et imprévisible – d’Allemagne va pouvoir accommoder les principes de la pleine conscience à sa vie privée et professionnelle ? C’est ce que Karsten Dusse vous invite à découvrir avec ce roman.

Chaque chapitre commence par un précepte de la pleine conscience énoncé par Joschka Breitner, le coach que va consulter Björn Diemel. Des préceptes simples – voire simplistes – qui pourraient provenir de n’importe quel support amateur de développement personnel (notez que j’insiste sur le mot amateur, je n’ai aucunement l’intention de décrier le travail des véritables professionnels du développement personnel). Des conseils qui relèvent avant tout du bon sens, dont s’inspirera Björn Diemel pour résoudre ses problèmes.

Le roman est écrit à la première personne, c’est Björn qui vous raconte son évolution personnelle et professionnelle. À ce niveau de changement on pourrait presque parler de métamorphose plutôt que d’évolution.

L’intrigue ne devrait vous causer pas de brusque montées d’adrénaline – malgré quelques morts qui n’auront rien de naturelles et ne se feront pas dans la douceur –, le narrateur opte pour un ton décalé – presque détaché – pour nous faire partager son expérience. Un choix qui pourrait être déconcertant mais en fait qui s’accorde parfaitement à l’optique du bouquin et au choix de son héros.

Bien que d’une moralité aussi douteuse que flexible, j’ai beaucoup aimé le personnage de Björn Diemel. Karsten Dusse réussit à le rendre attachant à travers la relation quasi-fusionnelle qu’il entretient avec sa fille.

Les personnages secondaires ne sont pas simplement cantonnés à des rôles de faire-valoir, en quelques lignes l’auteur saura les rendre sympathiques ou antipathiques. Certains pourront même surprendre le lecteur au vu de leur évolution.

La couv’ nous promet du « contemplatif, désopilant et explosif », je dirai que la promesse est partiellement tenue. Du fait de l’intrigue sur fonds de développement personnel, le contemplatif est bel et bien au rendez-vous. Le côté explosif est assuré par l’usage intensif qui sera fait des grenades à main au fil de l’intrigue. Quant au désopilant je dirai que le mot est sans doute un peu fort, c’est divertissant et amusant mais pas non plus au point de se pisser dessus (ce qui n’est pas plus mal d’un point de vue purement hygiénique).

Un bon moment de lecture qui permet de se détendre sans trop se creuser les méninges, ça tombe bien c’est exactement ce que j’attendais en ouvrant ce bouquin. Je serai bien entendu fidèle au rendez-vous pour la suite de la confession de Björn Diemel, en espérant toutefois que l’auteur ne se contente pas d’user et d’abuser des mêmes ficelles.

Forte de son succès outre-Rhin, il semblerait que la série ait tapé dans l’œil de Netflix, des négociations quant à son adaptation pour le petit écran seraient en cours. J’imagine déjà certaines séquences… mais non, à moins que… âmes sensibles s’abstenir !

Pour les adeptes de développement personnel qui souhaiteraient en apprendre davantage sur la méditation de la pleine conscience (mindfulness en anglais), je vous invite à taper ces mots sur Google et à vous faire votre propre opinion sur la chose.

MON VERDICT

5 réflexions au sujet de « [BOUQUINS] Karsten Dusse – Des Meurtres Qui Font Du Bien »

  1. Cool, ça m’intéresse grandement, on ne sait jamais, je pourrais aussi, un jour, en être à 6 meurtres après une semaine 😆

    Effectivement, Duchess n’est pas un récit léger, surtout après « l’été où tout à fondu »…

    Dusse ? Parente avec Jean-Claude Dusse ? :p

    1. Le Dusse d’outre-Rhin ne semble pas très Bronzé…
      En laissant libre cours à nos pulsions on peut faire péter le quota 🙂

      Je me régale avec Duchess, mais pas de regret d’avoir opté pour une petite pause détente avant de l’attaquer.

      1. Oui, faut parfois lire un truc drôle et ne pas enchaîner les romans sombres ! Moi je suis dans « Lady Chevy » et c’est sombre aussi.

        Le Dusse n’était pas très bronzé non plus, sous son tas d’algues :p

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s