[BOUQUINS] Jo Nesbo – De La Jalousie

AU MENU DU JOUR


Titre : De La Jalousie
Auteur : Jo Nesbo
Éditeur : Gallimard
Parution : 2022
Origine : Norvège (2021)
352 pages

De quoi ça cause ?

La Jalousie et la tromperie serviront de fil rouge aux sept nouvelles du présent recueil.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Jo Nesbo, what else ? Le top du top aurait été un retour de Harry Hole mais je n’en reste pas moins curieux de le découvrir en tant que novelliste.

Ma Chronique

Bien que ce ne soit pas la première fois que Jo Nesbo se frotte à la nouvelle (un premier recueil, non traduit, est paru en 2001 en Norvège), c’est une grande première pour le public français de découvrir l’auteur dans ce difficile exercice de style.

Il sera donc question de jalousie (voire de jalousies, tant Jo Nesbo se plait à décortiquer la chose) au fil de sept nouvelles qui composent le présent recueil. L’auteur reste dans le domaine dans lequel il excelle, le polar teinté de noir, pour tisser ses toiles et surprendre le lecteur. Bien entendu, pour corser le tout, la jalousie va pousser au crime.

Londres ouvre le bal. Un vol New York Londres en classe affaires, une passagère confie à son voisin que son mari la trompe avec sa meilleure amie et qu’elle va mourir dans les jours à venir… On ne pouvait rêver mieux en matière de mise en bouche.

On enchaîne avec Phtonos, la nouvelle la plus longue du recueil (quasiment la moitié du bouquin à elle seule). Nikos Balli, un inspecteur d’Athènes, est dépêché sur l’île de Kalymnos afin d’interroger le frère jumeau d’un individu porté disparu. Une affaire en apparence banale qui va réserver bien des surprises aux policiers avant de trouver sa conclusion… cinq ans plus tard. Une enquête fort bien menée dans laquelle deux histoires de jalousie vont cohabiter.

Suivra La File D’Attente, dans laquelle un petit con va apprendre à ses dépens que la jalousie n’est pas toujours une question d’amour. Courte mais noire à souhait.

Dans Déchet c’est un éboueur (un ripeur, parait que c’est plus mieux bien) qui va devoir lutter contre sa gueule de bois pour se remémorer les événements de la nuit passée. Globalement bien ficelée mais elle m’a un peu laissé sur ma faim.

Dans Les Aveux un suspect très loquace est confronté à un policier plutôt taiseux, le suspect en question est le mari de la victime, retrouvée morte à la suite d’un empoisonnement au cyanure. Un quasi monologue qui s’achève sur un twist renversant.

Odd met en scène un écrivain désabusé qui plante à la dernière seconde son public et la journaliste venue l’interviewer dans le cadre d’un direct télévisé. Une décision qui va tout changer dans la vie d’Odd Rimmen. De loin la nouvelle la plus surprenante du recueil même si elle ne m’a pas totalement convaincue.

Dans La Boucle D’Oreille c’est ce bijou, trouvé dans un taxi, qui va faire naître le soupçon et attiser les braises de la jalousie. Une belle réussite pour clore ce recueil.

Comme souvent dans ce genre de recueil, les nouvelles sont inégales mais globalement Jo Nesbo démontre qu’il maîtrise les règles du genre, il sait faire court mais efficace même si, soyons franc du collier, ces nouvelles ne resteront sans doute pas dans les annales.

Le point commun entre ces nouvelles – outre le thème de la jalousie – est qu’elles sont (à l’exception de Odd)  écrites à la première personne. Ainsi à chaque fois c’est un des acteurs des évènements qui nous les relate et accessoirement les adapte à sa vision des choses.

L’heure des comptes est venue, voici mes notes (sur 5) pour chacune de ces nouvelles :

  • Londres : 5
  • Phtonos : 4
  • La File D’Attente : 3
  • Déchet : 3
  • Les Aveux : 5
  • Odd : 3
  • La Boucle D’Oreille : 5

Soit une honorable moyenne de 4/5.

MON VERDICT