[BOUQUINS] Jean Teulé – Azincourt Par Temps De Pluie

AU MENU DU JOUR


Titre : Azincourt Par Temps De Pluie
Auteur : Jean Teulé
Éditeur : Mialet Barrault
Parution : 2022
Origine : France
208 pages

De quoi ça cause ?

25 octobre 1415. A Azincourt les armées françaises se préparent à couper la retraite aux Anglais en déroute. Fort de leur supériorité numérique, l’attaque ne devrait être qu’une simple formalité et se solder par une victoire écrasante.

Le lendemain, dès les premiers assauts, rien ne se passe comme prévu. Les chevaliers Français, partis en première ligne, se font décimer par les archers Anglais… et ce ne sont que les prémices de la débâcle.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Bien que n’étant pas très porté par les romans historiques, j’apprécie tout particulièrement les talents de conteur de Jean Teulé. Surtout quand il s’agit de pointer du doigt les mauvais choix des uns et des autres.

Azincourt reste certainement le top du top en matière de fiasco ; comment une victoire annoncée va se transformer en humiliation pure et simple ?

Ma Chronique

Azincourt c’est 8 000 soldats Anglais au bord de l’épuisement face à plus de 20 000 soldats Français frais comme des gardons. Au vu des forces en présence on pouvait légitimement penser que c’était du pain bénit pour les armées françaises. Mais à la tête de l’armée anglaise se trouve le roi Henry V, fin stratège qui impose à ses troupes une discipline de fer, alors que les nobliaux en tout genre qui dirigent les forces françaises ne parviennent pas à se mettre d’accord sur une stratégie commune.

Le roman s’ouvre donc la veille de la bataille. D’emblée Jean Teulé souligne le déséquilibre des forces en présence. Des soldats Anglais affaiblis par la faim et la maladie, presque résignés quant à leur funeste destinée, ils se préparent dans des conditions plus que vétustes. En face les Français, sûrs de leur victoire, font ripaille, ça bouffe, ça picole jusqu’à la lie.

C’est par le personnage de Fleur de Lys, une prostituée chargée du bien-être de ces nobles chevaliers Français, que l’on perçoit les faiblesses des préparatifs des armées françaises. Elle pose des questions fort pertinentes avant de se faire rabrouer par des chevaliers (trop) sûrs de leur fait.

Le matin du 26 octobre 1415, un émissaire Anglais propose aux chefs de guerre Français une offre de paix signée Henri V. Le roi renonce à ses prétentions sur la Couronne de France, et restitue les villes d’Harfleur et Calais à la France, en échange d’un laisser passer jusqu’à Calais où ses troupes pourront embarquer pour l’Angleterre. Offre rejetée par les Français qui veulent bouffer du rosbeef et leur infliger une défaite mémorable.

Dès l’ouverture des hostilités les Français payent le prix fort de leurs mauvais choix, et ce n’est que le début d’une grandiose débandade ! Une débandade que Jean Teulé se plait à nous décrire (âmes sensibles s’abstenir) sans surenchère ni complaisance, se permettant même quelques traits d’humour au milieu du carnage.

Trop bloquée en ses immuables principes ancestraux, la fantastique chevalerie française paie cash sa vanité et son incapacité à s’adapter aux temps nouveaux. Les Anglais ont contrevenu aux codes de la guerre, et alors, ce n’est pas une partie de cricket !

Force est de constater que sur ce coup la perfide Albion nous a mis une branlée monstrueusement mémorable. Il faudrait être franchement malhonnête pour ne pas reconnaître que les Français ont été les artisans de leur défaite. Il aura fallu à peine trois heures de combat pour les forces françaises soient mises en miettes.

La bataille d’Azincourt sonnera les glas de la chevalerie française, désormais la clé du combat réside dans l’artillerie. Dommage qu’il ait fallu une pareille débâcle pour le comprendre. Les Anglais déploreront 600 morts dans leurs rangs alors que du côté Français on en compte plus de 6000, dont de nombreux nobles de divers rangs.

Le roman est aussi court que le fut la bataille. Une fois de plus Jean Teulé met ses talents de conteur au service de l’Histoire et il le fait avec beaucoup de justesse. Le pire dans ce triste épisode de notre histoire, c’est que cette bataille aurait pu être évitée si les chefs de guerre Français avait écouté la voie de la raison plutôt que celle de leur égo démesuré.

Il est de notoriété publique que les Anglais ne manquent pas d’humour, en souvenir de cette bataille, ils ont nommé leur nouvelle classe de sous-marin nucléaire Agincourt (le nom anglais pour Azincourt). Je ne saurai les blâmer de célébrer cette victoire offerte sur un plateau d’argent ! Même si leur roi s’est montré particulièrement impitoyable à l’issue de la bataille…

MON VERDICT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s