[BOUQUINS] Brian Panowich – Vallée Furieuse

AU MENU DU JOUR


Titre : Vallée Furieuse
Auteur : Brian Panowich
Éditeur : Actes Sud
Parution : 2022
Origine : États-Unis (2020)
432 pages

De quoi ça cause ?

Alors qu’il est censé être de repos, l’agent du GBI Dane Kirby est appelé d’urgence par le FBI sur une scène de crime en Floride. Si Kirby est appelé hors de sa juridiction c’est parce que la victime est originaire de Géorgie et surtout qu’elle vient de rafler le pactole dans un championnat clandestin de combat de coqs.

Kirby va devoir faire équipe avec l’agent Roselita Velasquez, ensemble ils vont devoir remonter la piste de l’argent et identifier les auteurs du meurtre. Rapidement ils vont être amenés à s’intéresser au jeune frère de la victime, William Blackwell. Mais ils ne sont pas les seuls à le chercher…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Brian Panowich et que son diptyque Bull Mountain envoyait du lourd…

Ma Chronique

Retour en Géorgie, et plus précisément dans le comté de McFalls, en compagnie de Brian Panowich. On aurait pu penser – espérer – qu’il y ferait bon vivre depuis que Bull Mountain a été débarrassé du clan Burroughs. C’était sans compter sur les Rockdale et leurs combats de coqs aussi illégaux que lucratifs.

Et justement lors du dernier grand tournoi (le slasher pour les initiés), un petit malin a réalisé l’impossible en raflant le pactole grâce à une improbable martingale. Si Eddie Rockdale l’a mauvaise, il fait toutefois contre mauvaise fortune bon cœur… au moins en apparence. Ce n’est pas le cas d’un duo de Philippins qui a perdu gros dans l’histoire et qui ne compte pas en rester là… ça va saigner !

Si on se retrouve en terrain connu et avec des personnages déjà croisés dans Bull Mountain et / ou Comme Les Lions (notamment Darby Ellis, devenu shérif et Dane Kirby), Vallée Furieuse n’est pas directement lié aux précédents romans ; on repart sur des bases nouvelles (saines n’est vraiment pas un mot adapté au contexte).

Si l’ambiance générale de l’intrigue est moins sombre que dans les précédents romans de l’auteur, ce n’est pas pour autant une promenade de santé. Ça envoie du lourd quand même, ça défouraille à tout va, ça saigne et ça meurt (la vie ne tient qu’à un fil dans le nord de la Géorgie). Ajoutez à cela un duo d’enquêteurs que tout oppose, lui le flic de la cambrousse, elle l’agente du grand FBI, arrogante et prétentieuse. Saupoudrez le tout d’un soupçon de corruption et d’une pointe de trahisons. À déguster sans modération !

Contre toute attente c’est aussi un roman qui accorde une place de premier choix à l’amour à travers plusieurs romances. J’en vois déjà qui manquent de s’étouffer, rassurez-vous on est bien loin d’une guimauve à l’eau de rose façon Barbara Cartland.

Les personnages, même s’ils sont parfois aux portes du cliché (je pense notamment aux agents du FBI façon Men in Black), sont bien travaillés avec leurs forces et leurs faiblesses. À commencer par Dane Kirby, avec l’âge son travail de bureau lui convient parfaitement, tout irait pour le mieux s’il ne venait pas d’apprendre qu’il a un cancer. Et le voilà obligé de retourner sur le terrain avec une sale affaire dans les pattes et une partenaire pas vraiment facile à vivre.

Il faut dire que l’agent Roselita Velasquez n’a pas son pareil pour se rendre antipathique dès le premier regard… et ça ne s’améliorera pas vraiment au fil des chapitres. Une vraie tête à claques que l’on arrive, presque malgré nous, à apprécier.

Face à eux, outre le clan Rockdale (des gens peu fréquentables… vaut mieux les laisser faire mumuse avec leurs poulets), un duo de Philippins qui cherche à récupérer le pactole du slasher mais aussi à mettre la main sur la poule aux œufs d’or, William Blackwell.

Le jeune William est un autiste Asperger passionné par les oiseaux et doué à la fois d’un remarquable sens de l’observation et d’une intelligence hors norme. C’est le mélange de ces trois éléments qui ont permis à son frère et à son associé, de remporter la totalité des gains au slasher.

Les personnages secondaires ne sont pas laissés sur le bas-côté, Brian Panowich leur accorde la même attention afin de dépeindre au mieux leur personnalité.

Si globalement je le placerai un cran en dessous de ses aînés, ça reste un très bon roman noir, avec une intrigue parfaitement maîtrisée malgré quelques ficelles un peu grosses. On se laisse volontiers entraîner dans un récit mené à un rythme d’enfer. Difficile de le lâcher une fois qu’il vous aura ferré… et tout est fait (et bien fait) pour que l’on gobe l’appât dès les premières pages.

MON VERDICT

Coup de poing

[BRD] Black Widow

À L’AFFICHE DU JOUR


Titre : Black Widow
Réalisation : Cate Shortland
Production : Marvel Studios
Distribution : Walt Disney Company
Origine : États-Unis
Durée : 2h14

Casting

Scarlett Johansson : Natasha Romanoff / Black Widow
Florence Pugh : Yelena Belova
Rachel Weisz : Melina Vostokoff
David Harbour : Alexei Shostakov / Red Guardian
Ray Winstone : Dreykov

Le pitch

Natasha Romanoff est en fuite depuis la fin de la « guerre civile » qui a fait éclater les Avengers. Alors qu’elle voudrait se faire oublier, elle est attaquée par des mercenaires envoyés par le général Dreykov.

Elle va devoir renouer avec un passé qu’elle croyait enfoui depuis longtemps afin de retrouver sa sœur, Yelena Belova. Ensemble elles projettent de détruire la Chambre Rouge du général Dreykov, une base secrète protégée par de nombreux gardes et les veuves, des combattantes d’élite chimiquement conditionnées pour être d’une obéissance sans faille à Dreykov…

Ma chronique

Ça fait un bail que je ne vous ai pas parlé du MCU. À force de repousser ma chronique de Avengers – Endgame, elle a fini par tomber aux oubliettes (dommage, le film vaut vraiment le détour… et marque la fin d’un cycle). Quant à Spider-Man – Far From Home, il ne m’a que moyennement convaincu, donc j’ai décidé de faire l’impasse.

Place donc au second cycle (La Saga du Multivers) qui s’ouvre avec le film Black Widow. J’étais sceptique à l’idée d’un film dédié au personnage de Black Widow, d’une part parce qu’elle n’est pas super-héros au sens strict du terme (pas de pouvoirs, c’est juste une experte en combats en tout genre), mais aussi et surtout parce qu’elle fait partie des personnages qui trouvent la mort dans Endgame.

D’un autre côté il est vrai que même si Black Widow n’est pas forcément un personnage central du MCU, elle intervient dans de nombreux film de l’univers Marvel, jouant même parfois un rôle décisif dans le déroulé de l’action. Qu’un film lui soit consacré n’est donc sans pas si illégitime que ça.

Force est toutefois de reconnaître que je ne connaissais rien du parcours de Natasha Romanoff et encore moins de son entrée au SHIELD, puis aux Avengers, en tant que Black Widow. Le film lève le voile sur cette zone d’ombre et le moins que l’on puisse c’est que l’on découvre une histoire pas ordinaire du tout.

Chronologiquement l’intrigue se déroule entre Captain America – Civil War et Avengers – Infinity War (l’incontournable séquence post générique se jouera quant à elle après Endgame). Il ne se contente donc pas de nous raconter les jeunes années de Natasha Romanoff et bénéficie de sa propre intrigue qui se déroule loin des yeux des autres Avengers.

Une intrigue à laquelle on se prend rapidement et qui nous fait découvrir des personnages moins connus de l’univers Marvel tels que Yelena Belova Et Red Guardian (personnellement je les ai découvert via le jeu Marvel Strike Force, c’est plutôt cool de pouvoir les relier à des personnages plus connus des profanes) et s’autorise même une totale revisite du Taskmaster. Une intrigue qui mise bien entendu sur le rythme et l’action, et qui démontre qu’il n’y a pas forcément besoin de super-pouvoirs pour dépoter et envoyer du lourd.

L’aspect « familial » apporte un vrai plus à l’intrigue – un peu de douceur dans ce monde de brutes… même si la famille en question n’est pas des plus unie et aimante – et l’on retrouve, çà et là – même au cœur de l’action –, les touches d’humour chères au MCU.

Sans surprise le film est maîtrisé du début à la fin, les scènes d’action sont parfaitement mises en scène, le visuel nous en met plein les mirettes… bref, le contrat est rempli.

Un contrat rempli mais qui, finalement, ne s’avérera pas aussi payant que les studios pouvaient l’espérer. En effet avec un budget conséquent de 200 millions de dollars (ce qui est plutôt « raisonnable » dans le cadre du MCU), le film n’a engrangé que (tout est relatif) 380 millions de dollars au box-office mondial. Pour l’anecdote ce second cycle du MCU semble être en lien direct avec les séries TV de Disney+, ainsi les conséquences de la scène post générique seront à découvrir dans la série Hawkeye.

♥♥♥½