RSS

Archives du 28 juillet 2021

[BOUQUINS] Minette Walters – Au Tournant De Minuit

AU MENU DU JOUR


Titre : Au Tournant De Minuit
Auteur : Minette Walters
Éditeur : Robert Laffont
Parution : 2021
Origine : Angleterre (2018)
432 pages

De quoi ça cause ?

Automne 1348. À Develish, Lady Anne et ses gens organisent la survie au quotidien dans une Angleterre ravagée par une épidémie de peste noire.

De leur côté Thaddeus Thurkell et ses cinq compagnons font le tour des bourgs environnants afin de prendre la mesure de la catastrophe, de recenser les survivants et les ressources et d’organiser au mieux la survie de chacun.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est la suite des Dernières Heures, malgré quelques défauts l’intrigue restait suffisamment bien construite pour donner envie d’en savoir plus.

Ma Chronique

Je pourrai quasiment faire un copier-coller de ma chronique des Dernières Heures pour vous causer de sa suite, Au Tournant De Minuit ; on retrouve en effet les mêmes défauts et les mêmes qualités dans les deux romans.

Sans surprise on retrouve de nombreux personnages déjà croisés dans Les Dernières Heures, à commencer par les habitants de Develish (qu’ils soient restés au domaine ou qu’ils parcourent le Comté). Fort heureusement nous serons aussi amenés à faire de nouvelles rencontres, notamment quant Thaddeus et les siens aborderont Blandeforde (le bourg du seigneur du Comté).

Premier constat un peu amer, on retrouve le même manichéisme poussé à l’extrême dans les personnages. Pas de demi-mesure dans les personnalités, c’est tout blanc ou tout noir, les nuances de gris, connais pas. Et quand une personnalité évolue (vers le bien cela va de soi) le changement se fait quasiment d’une seule traite, un virage à 180° sans que l’on comprenne vraiment le pourquoi du comment de la chose (sinon par une explication des plus succincte).

La survie à Develish étant désormais une affaire qui roule, l’intrigue se concentre davantage sur les voyages de Thaddeus et de ses compagnons qui prennent conscience de l’étendue de l’épidémie. Il faut attendre la seconde partie du roman et l’arrivée à Blandeforde pour que l’intrigue prenne véritablement son envol.

Là encore même constat que lors de la lecture des Dernières Heures, l’intrigue est relativement linéaire et ne réserve pas de grande surprise au lecteur. À aucun moment on ne doute d’un dénouement positif, quelle que soit la situation dans laquelle se retrouvent les personnages.

Face à de telles critiques vous pourriez vous attendre à ce que descende le bouquin en flèche mais que nenni, Minette Walters sait y faire pour que ces défauts soient relégués au second plan. L’intrigue reste globalement bien construite et addictive, on se surprend à vouloir connaître le fin mot de l’histoire… même si parfois on râle u peu, on continue de dévorer les chapitres les uns à la suite des autres.

En fait je serai tenté de dire que c’est le type de bouquin idéal pour aborder un genre (le roman historique) pour lequel le lecteur ne ressent pas d’affinités particulières. Une approche simplifiée (pour ne pas dire simpliste) qui permet de sa familiariser avec le genre… et pourquoi pas d’y prendre goût.

Certes les amateurs de Ken Follet et consorts lèveront plus d’une fois les yeux au ciel devant une telle vulgarisation de l’Histoire ; aussi je les invite à passer leur chemin plutôt que de perdre leur temps.

Je ne sais pas si une suite est prévue, en ‘état je serai tenté de dire qu’elle ne s’impose pas. À l’issue de ce second opus nous avons toutes les clés en main pour imaginer la suite des événements (d’autant que l’auteure nous la suggère fortement).

Les mêmes causes produisant les mêmes effets ma conclusion sera la même que pour Les Dernières Heures, une lecture agréable malgré de grosses faiblesses narratives.

MON VERDICT

 
9 Commentaires

Publié par le 28 juillet 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,