RSS

Archives du 12 février 2021

[BOUQUINS] Sophie Hénaff – Voix D’Extinction

AU MENU DU JOUR

S. Hénaff - Voix d'extinction
Titre : Voix D’Extinction
Auteur : Sophie Hénaff
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2021
Origine : France
368 pages

De quoi ça cause ?

2031. La plupart des grandes espèces animales sont en voie d’extinction. Face au péril, Martin, un généticien vétérinaire et prix Nobel, alerte les chefs d’État de la planète réunis en conclave : il faut voter d’urgence un « Traité de protection de la Nature ». Mais les résistances sont fortes et Martin ne fait pas le poids.

C’est alors que Dieu a une idée géniale : envoyer sur Terre des animaux déguisés en humains pour plaider eux-mêmes leur cause et imposer le traité. Le gorille, la truie, le chien et la chatte sauront-ils faire illusion et se montrer aussi bêtes que les hommes ?

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que j’ai adoré la trilogie Poulets Grillés de Sophie Hénaff, j’espère d’ailleurs avoir très vite l’occasion de croiser à nouveau la route d’Anne Capestan et son improbable brigade. En attendant j’étais curieux de découvrir l’auteure dans un autre registre.

Parce que j’ai trouvé le thème et l’approche audacieux.

Ma Chronique

Peut-on rire de tout ? Une question qui revient régulièrement sur le tapis à laquelle chacun est libre de répondre en son âme et conscience. Pour ma part je fais mienne la réponse de Pierre Desproges : « On peut rire de tout. Mais pas avec n’importe qui. »

Sophie Hénaff choisit la carte de l’humour pour aborder un thème qui prêterait pourtant davantage à pleurer qu’à rire, puisqu’il sera question de la sixième extinction (la disparition annoncée de très nombreuses espèces animales du fait de l’homme).

Rien que le titre donne le ton de l’intrigue à venir, un mix improbable entre l’extinction de voix et les espèces en voie d’extinction. Belle trouvaille.

Une intrigue qui va se jouer entre ciel et terre. Non qu’il soit question de voltige aérienne ou autre engins volants plus ou moins identifiés. En plus de personnages terrestres, l’auteure va aussi en piocher quelques-uns dans les hautes sphères bibliques. À commencer par le big boss himself, Dieu… sauf que c’est Déesse (bin oui, Dieu est une femme… ça vous en bouche en coin) et qu’elle est capable de colères à la hauteur de sa divinité (en plus de jurer comme un charretier). Avec une pareille Déesse aux commandes, j’en viendrai presque à avoir envie de me convertir !

Après avoir passé un savon monstre à Noé (le gars du Déluge et de l’Arche), son incapable ministre des espèces animales qui n’a rien vu venir de la menace qui pèse sur ses protégés, elle le somme de réparer ses conneries, s’il échoue elle le fout à la porte du Ciel et l’envoie rôtir en Enfer.

Déesse donnera la parole et une apparence humaine à quatre animaux qui devront plaider leur cause lors du sommet qui se prépare. A Noé de choisir les « élus » et de les former en vue de leur prochaine mission.

Aidé par son pote de pétanque Gabriel (l’Archange à l’origine de l’Immaculée Conception), ils choisiront Kombo – un gorille qui se morfond dans un zoo en rêvant de grands espaces –, TR438 – une truie parquée dans immense ferme reproductrice –, Cléo – une chatte siamoise dont la maîtresse vient de décéder et que les héritiers ne se disputent pas franchement la garde – et Bill – un dalmatien qui son maître vient d’abandonner en l’attachant à un banc dans une station-service –. Reste à préparer les heureux « élus » pour leur mission… et ça c’est pas gagné !

Ces quatre émissaires, pas franchement au courant des us et coutumes de la vie en société chez les humains, ne manqueront pas de solliciter les zygomatiques du lecteur. On passe du sourire au rire, voire parfois au franc éclat de rire tant certaines scènes sont désopilantes.

Du côté des « vrais » humains, les défenseurs de la cause animale ne font pas le poids face aux lobbyistes qui défendent les grands groupes industriels et les profits qu’ils dégagent. Une réalité que Sophie Hénaff pointe du doigt avec un certain cynisme mais aussi beaucoup de justesse.

C’est d’ailleurs l’un des paris réussis de ce roman, l’auteur use de l’humour pour nous faire réfléchir, nous remettre en question… et ça fonctionne bien mieux qu’un long discours pompeux et soporifique.

Point de longueurs ici, les chapitres sont courts (parfois à peine quelques lignes) et contribuent à assurer une lecture fluide. On sourit, on rigole… et le message fait son chemin dans notre esprit.

Rien de pompeux et de soporifique non plus, le bouquin est plein de peps et d’énergie, encore mieux qu’une double dose de Red Bull ou autre boisson énergisante pour se donner la pêche… et certainement moins nocif pour la santé (j’en consomme occasionnellement et je l’assume pleinement).

En refermant le bouquin on a envie de croire que les choses peuvent encore changer… trop tard pour les espèces que l’activité humaine a déjà détruites. Mais peut-être pas encore pour celles qui sont aujourd’hui ou à court et moyen terme menacées d’extinction. Faut pas rêver, on sera les prochains sur la liste si on ne sort pas les doigts du cul.

MON VERDICT

 
4 Commentaires

Publié par le 12 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,