RSS

Archives Mensuelles: février 2021

[BOUQUINS] Olivier Merle – Dans L’Ombre Du Loup

AU MENU DU JOUR

O. Merle - Dans l'ombre du loup
Titre : Dans L’Ombre Du Loup
Auteur : Olivier Merle
Éditeur : XO
Parution : 2021
Origine : France
540 pages

De quoi ça cause ?

Quand M. Kerdegat, un notable de la ville de Rennes, s’adresse à la police pour se plaindre d’appels et de lettres anonymes, c’est le commandant Hubert Grimm qui le reçoit avec pour consigne de ne pas faire de vagues.

Même si Grimm, récemment muté à Rennes, considère que l’affaire est plutôt banale, il va mobiliser son équipe pour mener une enquête rigoureuse. Il va rapidement comprendre que Kerdegat, en plus d’être un individu méprisable, a bien des secrets à cacher aux enquêteurs…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Avant tout par curiosité, la quatrième de couv’ nous promettant une rencontre avec « un flic pas comme les autres ».

Ma Chronique

Je remercie les éditions XO et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Quelques mots sur l’auteur avant d’entrer dans le vif du sujet. Olivier Merle est le fils du romancier Robert Merle, connu pour ses romans historiques (on lui doit notamment la série Fortune de France). Après quelques titres en littérature jeunesse et quelques romans historiques, Olivier Merle signe son premier thriller avec Dans L’Ombre Du Loup.

J’ai pris l’habitude de ne pas prendre pour argent comptant les annonces (promesses ?) des bandeaux et quatrième de couv’, force est toutefois de constater qu’en l’occurrence Hubert Grimm est vraiment « un flic pas comme les autres ». Ce n’est pas tant par ses méthodes qu’il sort de l’ordinaire (au contraire, malgré un caractère affirmé il a tendance à respecter – plus ou moins – les procédures), mais plutôt par sa personnalité tourmentée.

Outre le fait d’avoir du mal à se remettre d’une histoire d’amour compliquée (comme on dit sur la fesse du bouc), il est surtout climato-dépressif au plus haut degré… à ce niveau on pourrait même parler de collapsophobie tant ça vire à l’obsession chez lui. Genre de gars tu bouffes une côte de bœuf à côté de lui, il t’explique ne long en large et en travers les multiples impacts environnementaux de la consommation de viande… bref au bout de 30 secondes tu n’as qu’envie, lui enfoncer la gueule dans son tofu pour qu’il s’étouffe avec (oui, je suis un carnivore revendiqué et assumé) !

Malgré sa barbaquophobie le personnage est intéressant et attachant. Il peut aussi compter sur le soutien de son équipe. Trois flics ayant chacun leur personnalité, leurs forces et leurs faiblesses. Une équipe qui se complète parfaitement aussi bien sur le terrain que dans les tâches administratives.

L’enquête ne démarre pas forcément tambour battant, il faut que les choses se mettent en place et que Grimm et son équipe explorent les différentes pistes et les divers indices. Peu à peu les choses vont s’accélérer, d’autant que l’affaire va se compliquer avec la découverte d’un corps découpé déposé devant chez Kerdegat.

L’intrigue à proprement parler est plutôt bien menée, même si parfois j’ai trouvé que l’équipe tirait des conclusions un peu hâtives ou séchait sur des éléments plutôt évidents… il n’en reste pas moins que ce roman vous réservera quelques belles surprises et quelques revirements pour le moins inattendus.

L’écriture et le style d’Olivier Merle permettent une lecture fluide. Pour sa première incursion dans le monde du polar, l’auteur n’a pas à rougir du résultat. Certes ce n’est pas parfait, mais le roman n’en reste pas moins convaincant et efficace.

MON VERDICT
 

Morceau choisi

Au niveau des gouvernants, nous sommes entrés dans une nouvelle période : celle de l’homme-à-grosses-couilles. L’homme-à-grosses-couilles prend le pouvoir un peu partout sur la planète.
[…]
Ils débarquent en nombre, on ne voit plus qu’eux : Trump, Poutine, Xi Jinping, Bolsonaro, Erdogan, Salvini, Orban, etc., etc., etc., je pourrais les citer tous, mais on y serait encore demain matin ! L’homme-à-grosse-couilles est là ! Or, l’homme-à-grosses-couilles n’en a rien à faire de la planète. Rien du tout ! Il la détruit parce que sa destruction augmente sa puissance ! Et il n’y a que ça qui compte pour lui : le pouvoir et l’argent ! L’homme-à-grosses-couilles n’a qu’une perspective : sa propre jouissance. Et il est convaincu que la planète tiendra bien encore un peu, au moins jusqu’à ce qu’il meure. C’est tout ce qui lui importe. Ce qui adviendra après sa mort, il s’en contrefout, l’homme-à-grosses-couilles ! Voilà pourquoi tu as perdu, toi, le petit Grimm, recroquevillé sur ton étroit lopin de terre qui se dégrade inéluctablement !
[…]
Tu vois, l’homme-à-grosses-couilles, c’est que de la haine, que du pur macho violent ! Tu enfermes Greta Thunberg avec Trump, Poutine et Xi Jinping dans une pièce, je suis sûre qu’ils lui font subir une tournante avant de la pendre au plafond à un croc de boucher !

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

(BOUQUINS] Stephen King – Si Ça Saigne

AU MENU DU JOUR

S. King - Si ça saigne
Titre : Si Ça Saigne
Auteur : Stephen King
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2021
Origine : Etats-Unis (2020)
464 pages

De quoi ça cause ?

Recueil de quatre nouvelles inédites.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Stephen King et qu’il maîtrise à la perfection l’art de la nouvelle.

Ma Chronique

Quatre nouvelles sur plus de 460 pages, inutile de vous préciser que ça fait de longues nouvelles, la plus longue (presque la moitié du bouquin à elle seule) étant celle qui a donné le titre au recueil et qui nous offre l’occasion de retrouver Holly Gibney (on a fait sa connaissance alors qu’elle était l’adjointe de Bill Hodges dans la trilogie Mr Mercedes, avant de la retrouver à la tête de sa propre agence dans L’Outsider).

La première nouvelle, Le téléphone de M. Harrigan, nous narre une belle histoire d’amitié intergénérationnelle et ses suites. Si j’ai beaucoup aimé les personnages, l’intrigue ne m’a pas emballé outre mesure. Au risque de faire un jeu de mot pourri je l’ai trouvée un peu trop téléphonée…

On enchaîne ensuite avec La vie de Chuck, comme son nom l’indique on va découvrir la vie de Charles ‘Chuck’ Krantz à travers trois moments phares de son existence. L’originalité est dans le choix d’une narration antéchronologique (on commence par la fin pour revenir progressivement au début). Autre élément d’importance dans ce récit, au cours de l’acte III, nous assistons non seulement aux derniers jours de Chuck, mais aussi à ceux de l’humanité.

Arrive enfin Si ça saigne, suite du roman L’Outsider et qui nous permet donc de retrouver Holly Gibney confrontée à un nouvel outsider. Un plaisir de retrouver Holly Gibney (et quelques autres personnages déjà croisés dans la trilogie Mr Mercedes) mais j’avoue que j’ai trouvé que l’intrigue manquait d’un petit je ne sais quoi pour que la sauce prenne totalement.

Avec Rat, Stephen King aborde un sujet qui lui est cher puisqu’il est question (entre autres) du rapport entre un auteur et son œuvre (et plus particulièrement du processus créatif). Drew Larson, modeste écrivain en mal d’inspiration, a subitement une idée qu’il pourrait transformer en roman. Pour lancer son histoire, il quitte femme et enfants pour s’isoler quelques semaines dans le chalet familial. À défaut d’une grande originalité sur le fond, j’ai bien aimé la forme. Sans la moindre hésitation c’est à cette dernière nouvelle qu’ira ma préférence dans le présent recueil.

Un recueil qui ne m’a que moyennement séduit, je tiens toutefois à préciser que mon avis se base en partie sur ce que je sais pouvoir attendre du King novelliste ; pour moi il n’a clairement pas été des plus inspiré sur ce coup. Il n’en reste pas moins que globalement les nouvelles sont de très bonne qualité, nul doute que si elles n’avaient pas été signées Stephen King mon ressenti aurait été nettement plus enthousiaste… ou pas, je n’aurais sans doute pas été tenté par un recueil de nouvelles écrites par un auteur que je ne connais pas. Et puis il faut bien reconnaître que l’on retrouve la griffe du King dans chacun de ces quatre récits.

MON VERDICT

 
9 Commentaires

Publié par le 23 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Roy Braverman – Manhattan Sunset

AU MENU DU JOUR

R. Braverman - Manhattan sunset
Titre : Manhattan Sunset
Auteur : Roy Braverman
Éditeur : Hugo
Parution : 2021
Origine : France
322 pages

De quoi ça cause ?

Donnelli, inspecteur du NYPD, est appelé sur une scène de crime particulièrement sordide. La victime est une adolescente, ses assassins se sont acharnés sur le corps afin qu’il ne soit pas identifiable.

Outre sa partenaire, Mankato, Donnelli doit faire équipe, à l’insu de son plein gré, avec Pfiffelmann… ou plus exactement le « fantôme » de Pfiffelmann, son précédent partenaire, abattu à l’issue d’une perquisition. Un « fantôme » parfois encombrant qui voudrait comprendre le pourquoi du comment de sa mort.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Roy Braverman / Ian Manook / Patrick Manoukian qui poursuit son aventure Made in USA avec un roman n’ayant aucun lien avec sa précédente trilogie (Hunter, Crow et Freeman). Une raison qui se suffit à elle seule.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Hugo et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Quand Ian Manook devient Roy Braverman c’est pour sillonner incognito les Etats-Unis. Pour son nouveau périple on change radicalement de décor (et de personnages), exit les grands espaces, welcome to Manhattan !

Dans l’imaginaire collectif (et sans aucun doute dans les faits aussi), Manhattan est l’archétype de LA mégapole.  Vu du ciel (ou sur une carte) c’est le découpage quasi géométrique de la ville qui saute aux yeux, les axes horizontaux sont les avenues (identifiées par leur numéro et le suffixe Nord ou Sud), et les verticales sont les rues (idem, un numéro et le suffixe Est ou Ouest).

La 42e coupe Manhattan en deux. Midtown. Au-delà c’est le Nord, en deçà le Sud. Sa perpendiculaire, la Cinquième Avenue, tranche entre l’Est et l’Ouest. 42e Ouest d’un côté, 42e Est de l’autre.

Un découpage qui permet d’assister, deux fois par an (half sun en mai et full sun en juillet), à un phénomène naturel assez exceptionnel et dont je n’avais pour ma part jamais entendu parler, le Manhattanhenge.  Un coucher de soleil pile-poil dans l’axe de la 42e rue (voir la couv du bouquin pour se faire une idée du truc).

Que l’axe de l’île sauvage de Manhattan soit décalé de vingt-neuf degrés par rapport au nord. Que le plan de la ville, imaginé sans architecte par de simples fonctionnaires, repose sur un quadrillage perpendiculaire des rues et des avenues. Le grid, la grille arbitraire et cadastrale d’un commissaire au plan pour rendre plus rentable le négoce de chaque parcelle. Donnelli n’ose imaginer que ces coïncidences aient pu être calculées. Le phénomène est bien plus grisant encore s’il n’est que le fruit du hasard.

Fin de la visite touristique, il est temps de passer aux choses sérieuses. Roy Braverman n’a pas l’habitude de faire dans la dentelle et ce n’est Manhattan Sunset qui viendra déroger à la règle… heureusement ! Ça défouraille sévère et la viande froide ne manque pas (comme vous vous en doutez, on ne meurt pas paisiblement dans son sommeil dans cette histoire).

L’intrigue se déroule sur deux axes, le premier va suivre l’enquête de Donnelli sur le meurtre de la gamine retrouvée dans une casse, le second va amener ce même Donnelli à se poser des questions sur les circonstances de la mort de son partenaire, Pfiffelmann.

Ce brave Donnelli aura du pain sur la planche puisque son enquête le mènera à se frotter à la mafia lituanienne sur fond de trafic humain, quitte à piétiner sans retenue les plates-bandes du FBI qui s’intéresse de près à ces mêmes Lituaniens.

Dans le même temps il devra composer avec un tueur qui semble déterminer à éliminer toutes les personnes dont il est proche. Je serai tenté de dire que c’est la partie la moins intéressante du bouquin car très (trop) prévisible (l’identité du mystérieux tueur s’impose rapidement comme une évidence).

Une autre caractéristique de la « griffe Braverman » est l’omniprésence de l’humour (souvent teinté de noir et d’une bonne dose de cynisme), une agréable façon de contrebalancer la violence assumée et décomplexée de l’intrigue.

Sur ce point la présence d’un Pfiffelmann spectral ouvre de nombreuses perspectives à l’auteur qui ne manque pas d’en jouer afin de détendre l’atmosphère. Me concernant le pari n’était pas gagné d’avance, la présence de ce fantôme me laissait plus que perplexe, mais finalement il est parfaitement intégré à l’intrigue et parvient même à s’imposer comme u élément clé du récit.

Fidèle à son habitude, Roy Braverman nous offre une galerie de portraits mitonnée aux petits oignons. À commencer par Donnelli, flic bourru et cynique à souhait, un brin macho (voire misogyne) ; l’archétype du dur à cuire qui a tout vu, tout vécu et qui est revenu de tout… mais pas forcément sans séquelles ! En creusant au-delà des apparences on découvre un personnage plus complexe que ne le laisse paraître son éternelle désinvolture (voire m’enfoutisme).

Effacée dans un premier temps, la partenaire de Donnelli, Mankato, va peu à peu s’imposer, d’abord par sa force de caractère, puis par son engagement dans le déroulé de l’intrigue. Elle donnera même de sa personne pour arrondir les angles avec le FBI (disons plutôt que c’est le côté bonus de sa relation).

Une fois de plus, nos amis les chats vont surement boycotter ce roman suite aux tortures infligées à l’un des leurs… même si le coupable et ses complices paieront le prix fort de leur connerie (bien fait pour leur gueule à ces fucking bastards). Petite question bonus qui me turlupine à la fermeture du bouquin : que devient Darwin ? Je ne parle pas de Richard l’évolutionniste, je sais que ça bien longtemps qu’il suce les pissenlits par la racine.

Roy Braverman nous offre un divertissement boosté à l’adrénaline et à la testostérone, un thriller fortement teinté de noir maîtrisé de bout en bout. Il me tarde de découvrir la prochaine étape de son périple US.… ou ailleurs, où qu’il aille je le suivrai les yeux fermés.

MON VERDICT

 
5 Commentaires

Publié par le 16 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Sophie Hénaff – Voix D’Extinction

AU MENU DU JOUR

S. Hénaff - Voix d'extinction
Titre : Voix D’Extinction
Auteur : Sophie Hénaff
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2021
Origine : France
368 pages

De quoi ça cause ?

2031. La plupart des grandes espèces animales sont en voie d’extinction. Face au péril, Martin, un généticien vétérinaire et prix Nobel, alerte les chefs d’État de la planète réunis en conclave : il faut voter d’urgence un « Traité de protection de la Nature ». Mais les résistances sont fortes et Martin ne fait pas le poids.

C’est alors que Dieu a une idée géniale : envoyer sur Terre des animaux déguisés en humains pour plaider eux-mêmes leur cause et imposer le traité. Le gorille, la truie, le chien et la chatte sauront-ils faire illusion et se montrer aussi bêtes que les hommes ?

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que j’ai adoré la trilogie Poulets Grillés de Sophie Hénaff, j’espère d’ailleurs avoir très vite l’occasion de croiser à nouveau la route d’Anne Capestan et son improbable brigade. En attendant j’étais curieux de découvrir l’auteure dans un autre registre.

Parce que j’ai trouvé le thème et l’approche audacieux.

Ma Chronique

Peut-on rire de tout ? Une question qui revient régulièrement sur le tapis à laquelle chacun est libre de répondre en son âme et conscience. Pour ma part je fais mienne la réponse de Pierre Desproges : « On peut rire de tout. Mais pas avec n’importe qui. »

Sophie Hénaff choisit la carte de l’humour pour aborder un thème qui prêterait pourtant davantage à pleurer qu’à rire, puisqu’il sera question de la sixième extinction (la disparition annoncée de très nombreuses espèces animales du fait de l’homme).

Rien que le titre donne le ton de l’intrigue à venir, un mix improbable entre l’extinction de voix et les espèces en voie d’extinction. Belle trouvaille.

Une intrigue qui va se jouer entre ciel et terre. Non qu’il soit question de voltige aérienne ou autre engins volants plus ou moins identifiés. En plus de personnages terrestres, l’auteure va aussi en piocher quelques-uns dans les hautes sphères bibliques. À commencer par le big boss himself, Dieu… sauf que c’est Déesse (bin oui, Dieu est une femme… ça vous en bouche en coin) et qu’elle est capable de colères à la hauteur de sa divinité (en plus de jurer comme un charretier). Avec une pareille Déesse aux commandes, j’en viendrai presque à avoir envie de me convertir !

Après avoir passé un savon monstre à Noé (le gars du Déluge et de l’Arche), son incapable ministre des espèces animales qui n’a rien vu venir de la menace qui pèse sur ses protégés, elle le somme de réparer ses conneries, s’il échoue elle le fout à la porte du Ciel et l’envoie rôtir en Enfer.

Déesse donnera la parole et une apparence humaine à quatre animaux qui devront plaider leur cause lors du sommet qui se prépare. A Noé de choisir les « élus » et de les former en vue de leur prochaine mission.

Aidé par son pote de pétanque Gabriel (l’Archange à l’origine de l’Immaculée Conception), ils choisiront Kombo – un gorille qui se morfond dans un zoo en rêvant de grands espaces –, TR438 – une truie parquée dans immense ferme reproductrice –, Cléo – une chatte siamoise dont la maîtresse vient de décéder et que les héritiers ne se disputent pas franchement la garde – et Bill – un dalmatien qui son maître vient d’abandonner en l’attachant à un banc dans une station-service –. Reste à préparer les heureux « élus » pour leur mission… et ça c’est pas gagné !

Ces quatre émissaires, pas franchement au courant des us et coutumes de la vie en société chez les humains, ne manqueront pas de solliciter les zygomatiques du lecteur. On passe du sourire au rire, voire parfois au franc éclat de rire tant certaines scènes sont désopilantes.

Du côté des « vrais » humains, les défenseurs de la cause animale ne font pas le poids face aux lobbyistes qui défendent les grands groupes industriels et les profits qu’ils dégagent. Une réalité que Sophie Hénaff pointe du doigt avec un certain cynisme mais aussi beaucoup de justesse.

C’est d’ailleurs l’un des paris réussis de ce roman, l’auteur use de l’humour pour nous faire réfléchir, nous remettre en question… et ça fonctionne bien mieux qu’un long discours pompeux et soporifique.

Point de longueurs ici, les chapitres sont courts (parfois à peine quelques lignes) et contribuent à assurer une lecture fluide. On sourit, on rigole… et le message fait son chemin dans notre esprit.

Rien de pompeux et de soporifique non plus, le bouquin est plein de peps et d’énergie, encore mieux qu’une double dose de Red Bull ou autre boisson énergisante pour se donner la pêche… et certainement moins nocif pour la santé (j’en consomme occasionnellement et je l’assume pleinement).

En refermant le bouquin on a envie de croire que les choses peuvent encore changer… trop tard pour les espèces que l’activité humaine a déjà détruites. Mais peut-être pas encore pour celles qui sont aujourd’hui ou à court et moyen terme menacées d’extinction. Faut pas rêver, on sera les prochains sur la liste si on ne sort pas les doigts du cul.

MON VERDICT

 
4 Commentaires

Publié par le 12 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Bernard Petit – La Traque

AU MENU DU JOUR

B. Petit - La traque

Titre : La Traque
Auteur : Bernard Petit
Éditeur : Fleuve Éditions
Parution : 2021
Origine : France
432 pages

De quoi ça cause ?

Toutes les forces de police de Belgique sont mobilisées et en alerte maximale.

Un ancien ministre, devenu un homme d’affaires de premier plan, a été enlevé. Les ravisseurs n’ont laissé aucun indice derrière eux, sinon un courrier laissant supposer une future demande de rançon.

Peu de temps après, un dangereux gang de fourgonniers (braqueurs de fourgons blindés) que la police traque sans succès depuis des années, frappe de nouveau. Un convoyeur a été tué, un flic blessé par balles est dans un état critique… l’argent a disparu avec les braqueurs.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce qu’un roman policier écrit par un ancien flic est bien souvent un gage de qualité.

Ma Chronique

Je remercie chaleureusement les éditions Fleuve et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Impossible de vous parler de ce roman sans vous dire quelques mots sur son auteur.

Bernard Petit intègre les forces de police en 1983 en tant qu’inspecteur, il connaître une ascension fulgurante et une carrière sans fausse note qui lui vaudront d’être nommé à la tête de 36 Quai des Orfèvres en 2013. En 2015, après 38 années passées de service, il est limogé et mis en examen pour avoir violé le secret professionnel.

Il ne m’appartient pas de juger du bien-fondé ou non de de l’accusation et de la sanction (Bernard Petit a toujours nié les faits qui lui sont reprochés) ; force est toutefois de reconnaître que, quand on creuse un peu autour de cette affaire, il subsiste pas mal de zones d’ombres et d’incertitudes.

Fin de la parenthèse. Venons-en à l’objet du délit, à savoir le premier roman de Bernard Petit… roman policier, cela va sans dire !

L’auteur nous invite à une longue et sanglante traque qui va s’étaler dans le temps (sur plusieurs années) et dans l’espace (essentiellement entre la France et la Belgique… mais pas que). Une traque qui obligera les différentes forces de police à passer outre les différents / désaccords / tensions afin d’œuvrer ensemble au démantèlement du gang des fourgonniers.

Il m’a fallu un peu de temps pour réussir à me poser mes marques parmi les nombreux intervenants policiers (quelle brigade ? quel pays ? avec qui ?), mais finalement chacun a rapidement trouvé sa place dans mon esprit.

Une galerie de flics aux profils divers et variés, il y a ceux qui filent droit dans leurs bottes et dans le respect des règles, ceux qui contournent plus ou moins fortement lesdites règles afin de faire avancer leur enquête et ceux qui franchissent allègrement la ligne blanche avec pour unique mot d’ordre leur profit personnel.

Dépeindre le quotidien de ces flics au cœur de l’action permet aussi à l’auteur de pointer bon nombre de disfonctionnements du système. Les chefs de groupe doivent composer avec un effectif insuffisant, les coupes budgétaires, les tracasseries administratives ou procédurières. Sans parler d’une mission souvent parasitée par les consignes visant à gonfler artificiellement les stats d’efficience afin de faire plaisir aux ronds-de-cuir (procureurs, préfets, ministres).

Bernard Petit aurait pu faire dans la facilité en opposant à « ses » flics, des braqueurs bourrins et sanguinaires. Certes ils n’hésitent pas à faire usage de leurs armes pour arriver à leurs fins ou neutraliser une menace, mais j’ai bien aimé l’esprit de groupe qui soudait le gang.

Le roman va au-delà d’un simple jeu du chat et de la souris entre gentils flics et méchants braqueurs. Il donne aussi de la voix à ceux et celles qui sont entraînés dans la spirale. Du côté des flics la difficulté de concilier une vie de couple normale et les impératifs de leur métier. Du côté des braqueurs c’est l’incertitude des compagnes au départ de chaque nouvelle opération.

Comme chez Olivier Norek, Didier Fossey ou Christophe Guillaumot, la plume de Bernard Petit est d’un réalisme époustouflant. Il reconnaît volontiers s’être inspiré de plusieurs véritables affaires criminelles pour construire son intrigue, on l’aurait deviné tant le roman dégage une impression de « vécu ». Au-delà du jargon et des procédures, il n’y a que ceux qui ont connu cette réalité qui peuvent la retranscrire aussi bien au travers l’humanité des personnages que via la violence des faits.

J’ai littéralement dévoré les 400 pages du bouquin, impossible de le lâcher tellement je voulais en connaître l’issue. Pour un premier roman l’auteur tire plutôt bien son épingle du jeu. Aucun bémol majeur à signaler, j’ai été conquis de bout en bout. J’espère vraiment que Bernard Petit ne compte pas s’arrêter à ce coup d’essai. Je suis fier de crier haut et fort que La Traque m’a fichu une sacrée claque !

MON VERDICT
Coup de poing

 
4 Commentaires

Publié par le 10 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Niko Tackian – Solitudes

AU MENU DU JOUR

N. Tackian - Solitudes

Titre : Solitudes
Auteur : Niko Tackian
Éditeur : Editions de l’Epée
Parution : 2021
Origine : France
252 pages

De quoi ça cause ?

Élie Martins est garde nature dans le massif du Vercors. Il y a douze ans, une blessure par balle l’a laissé totalement amnésique. Depuis, il s’est reconstruit une vie dans cette région aux hivers impitoyables.

Alors qu’une tempête de neige s’abat sur le Vercors, des traces étranges mènent Élie jusqu’à l’« arbre taillé », un pin gigantesque dressé comme un phare au milieu de l’immensité blanche. Une femme nue est pendue à ses branches.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que ça fait déjà quelques temps que j’ai envie de découvrir l’univers littéraire de Niko Tackian ; comme souvent dans ces cas-là je commence par la fin : avec le dernier roman en date de l’auteur.

Ma Chronique

Avec la chaleur qu’il fait en ce moment par chez nous, une escapade hivernale dans le Vercors offrait une cure de fraicheur bienvenue. Mais sous la plume de Niko Tackian, la balade ne sera pas un long fleuve tranquille mais plutôt une longue traque parsemée de cadavres dans un cadre naturel de toute beauté mais qui peut parfois se révéler inhospitalier, voire mortel.

C’est le premier roman de l’auteur que je lis, j’étais passé à de deux doigts de me laisser tenter par son précédent one-shot, Avalanche Hôtel, mais l’actualité des sorties littéraires l’a progressivement remisé dans les profondeurs de mon Stock à Lire Numérique. Curieusement les deux romans se déroulent en montagne et en hiver… mais les intrigues et les approches sont radicalement différentes.

La scène d’ouverture, qui décrit l’agression subie par Elie Martins douze ans plus tôt, nous plonge d’entrée de jeu dans le grand bain. On retrouve notre miraculé dans les hauteurs du Vercors alors qu’il remonte les traces d’un loup et s’apprête à faire une macabre découverte qui semble reliée à sa propre histoire.

J’ai été frappé par la profondeur que Niko Tackian donne à ses personnages, tous ont un vécu personnel qui conditionne leur comportement et leurs actes du moment. Même si de prime abord tout oppose les personnages d’Elie Martins (le guide de haute montagne) et de Nina Mellinsky (la lieutenante de police chargée de l’enquête), ils sont deux loups solitaires (par choix ou par la force des choses) marqués par un passé douloureux et en quête de rédemption (qu’il s’agisse de se reconstruire une nouvelle vie pour Elie, ou de se plonger cœur et âme dans le travail pour oublier le reste pour Nina).

Les personnages secondaires bénéficient du même soin, j’ai particulièrement apprécié Réda Bensaïd, surnommé affectueusement Chef Réda, pour son parcours hors du commun qui lui a permis de saisir la chance de vivre une autre vie que celle qui lui semblait toute tracée. Une vie dans laquelle il s’épanouit pleinement en totale communion avec son environnement.

Au niveau de l’intrigue aussi Niko Tackian s’avère un impitoyable maître de cérémonie, il nous balade et nous égare au fil de l’enquête, entre révélations et fausses pistes. Comme bon nombre de lecteurs de polars et thrillers, j’aime bien essayer de comprendre et résoudre l’énigme avant les enquêteurs du roman ; force est de reconnaître que je n’ai rien vu venir, quelques soupçons (non étayés de la moindre certitude) mais j’étais bien loin d’imaginer tous les tenants et aboutissants que l’auteur démêle dans les derniers chapitres.

Ce bouquin est une totale réussite qui me donne envie d’aller plus en avant dans l’exploration de l’univers littéraire de l’auteur ; reste à savoir si je m’en tiens à ma première intention en plongeant dans Avalanche Hôtel ou si je me lance dans sa trilogie autour de Tomar Khan, commandant à la Crim’ parisienne.

MON VERDICT

 
4 Commentaires

Publié par le 8 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

[BOUQUINS] Laurent Malot – Que Dieu Lui Pardonne

AU MENU DU JOUR

L. Malot - Que Dieu lui pardonne

Titre : Que Dieu Lui Pardonne
Auteur : Laurent Malot
Éditeur : XO
Parution : 2021
Origine : France
240 pages

De quoi ça cause ?

Maya, 17 ans, s’est installée à Fécamp, loin de ses parents, pour prendre un nouveau départ et se reconstruire.

Dans l’appartement voisin du sien, quatre enfants, de six à douze ans, vivent sous la coupe d’un beau-père violent. Une situation qui renvoie Maya à son propre vécu et ne peut la laisser indifférente…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que j’étais curieux de voir comment Laurent Malot allait s’en sortir avec un sujet aussi fort que sensible.

Parce que toutes les occasions de pointer du doigt les ordures qui se défoulent sur leurs compagnes et/ou leurs gosses sont bonnes à saisir.

Ma Chronique

Je remercie les XO éditions et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Je connaissais Laurent Malot en tant qu’auteur de romans policiers (même si je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire), j’étais curieux de découvrir par quel type d’approche l’auteur allait aborder une intrigue ayant pour thème central la maltraitance des enfants.

Si je partais légèrement sceptique, force est de reconnaître que l’auteur a réussi à balayer mes doutes dès les premières pages. Il faut dire qu’en optant pour un récit à la première personne qui nous place dans la peau de Maya, Laurent Malot fait un pari audacieux qu’il remporte haut la main.

Impossible pour le lecteur de rester insensible face à cette « gamine » contrainte de grandir trop vite du fait d’un père abusif. Une réalité qui va s’imposer à elle comme une obligation par la suite ; une réalité qu’elle ne cherchera jamais à fuir mais affrontera plutôt toujours avec un courage à toute épreuve.

Une adolescente qui va se battre contre les préjugés et l’indifférence pour offrir à ses jeunes voisins un semblant d’avenir et d’espoir fait de jours sans cris, sans coups et sans peur. Des jours meilleurs qui souderont le petit groupe malgré les aléas de la vie. Certains choix faits par Maya et les enfants peuvent paraître hautement improbable mais on a envie d’y croire.

Avec ce roman Laurent Malot ne dénonce pas les seules raclures qui cognent leurs gosses pour tout un tas de mauvaises raisons (même si ces pourritures arrivent à se persuader du contraire) ; il pointe aussi du doigt les témoins silencieux de ses drames du quotidien (voisins, amis et parfois même les autres membres de la famille), ceux et celles qui savent pertinemment ce qui se passe derrière la porte mais qui se taisent et se persuadent qu’ils se font peut être des idées et que de toutes façons ce ne sont pas leurs oignons.

Le(s) thème(s) abordé(s) sont graves mais l’auteur les attaque de front avec énormément de justesse, sans pathos ni sensiblerie sauce guimauve, ça donne au roman une réalité sans fard qui nous percute comme une claque dans la gueule. Pas de sentimentalisme excessif et pas de surenchère non plus, les faits parlent d’eux-mêmes, inutile d’en rajouter.

Un roman court mais d’une incroyable intensité et d’une redoutable efficacité. Le message passe haut et clair, en refermant le bouquin on a juste envie de remercier Laurent Malot… on aurait presque envie de croire que les choses peuvent changer (malgré les infos qui, trop souvent, viennent nous prouver le contraire). Un roman dévoré d’une traite même si, plus d’une fois, il m’a collé une putain de boule au ventre.

Si un quelconque Dieu (auquel je ne crois toujours pas) doit pardonner à quelqu’un, que ce soit à toutes les Maya du monde, celles qui trouvent le courage et la force de réagir face à leur bourreau. Les bourreaux en questions, ces lamentables crevures, ne méritent ni pitié, ni pardon, juste une punition à la hauteur de leurs crimes (et plus si affinités… et sur le coup j’ai vachement d’affinités)… une punition que la justice refuse encore trop souvent d’appliquer.

MON VERDICT
Coup de poing

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Mary Shelley / Sergio Sierra / Meritxell Ribas Puigmal – Frankenstein

AU MENU DU JOUR

Frankenstein

Titre : Frankenstein
Scénario : Sergio A. Sierra (d’après l’œuvre de Mary Shelley)
Dessin : Meritxell Ribas Puigmal
Éditeur : Petit à Petit
Parution : 2009
Origine : Espagne
96 pages

De quoi ça cause ?

Victor Frankenstein, un scientifique, est secouru par un équipage alors qu’il gisait inanimé sur un traîneau perdu sur la banquise Arctique. Quand il reprend connaissance, il raconte son incroyable histoire au commandant Walton, son sauveur…

Ma Chronique

Après Dracula de Bram Stoker, c’est un autre classique incontournable de la littérature horrifique et gothique que je redécouvre au format BD, au tour du Frankenstein de Mary Shelley de passer l’épreuve des cases et des bulles.

Le roman de Mary Shelley, publié en 1818 et révisé en 1831, est une œuvre majeure de la littérature. Comme le Dracula de Bram Stoker, il a fait l’objet de nombreuses adaptations sur des supports divers et variés, mais c’est indéniablement le physique et les traits de Boris Karloff qui s’imposent dans l’imaginaire collectif quand il est question de la créature créée par Victor Frankenstein.

Et dire qu’à la base le roman est né d’un simple défi lancé par un groupe d’amis qui s’emmerdait lors d’un séjour sur les rives du lac Léman (c’est d’ailleurs le scénario qui sert de base au film Gothic de Ken Russell). Trêve de bavardages inutiles et de futiles digressions, revenons à nos moutons.

Le mouton en question étant la présente adaptation graphique de Frankenstein. Une adaptation qui respecte scrupuleusement la construction du roman dans son découpage (le courrier de Walton, le récit de Victor Frankenstein, le récit de la créature, retour à Victor et clap de fin avec Walton) et le déroulé de l’intrigue.

Le dessin très sombre (fond noir pour des illustrations en noir et blanc, comme dessinée à la craie) est parfaitement adapté à l’histoire et vient en renforcer la noirceur. J’ai davantage était dérangé par le côté artificiel des personnages, ayant parfois l’impression d’avoir à faire à des figurines plus qu’à de véritables individus (OK, je sais que ce sont des dessins et non de vrais gens), un ressenti encore plus flagrant quand on est en présence de la créature qui manque franchement de « monstruosité ».

Rien à redire au niveau de la qualité de l’adaptation, mais je n’ai pas non plus été emballé outre mesure. Sans doute parce que le roman lui-même ne m’a pas emballé, autant le mythe de Dracula a quelque chose d’intemporel, autant l’histoire de Frankenstein sent parfois le moisi et accuse le poids des années.

MON VERDICT

Frankenstein - Extrait

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] Hiroko Oyamada – L’Usine

AU MENU DU JOUR

H. Oyamada - L'usine

Titre : L’Usine
Auteur : Hiroko Oyamada
Éditeur : Christian Bourgois
Parution : 2021
Origine : Japon (2013)
192 pages

De quoi ça cause ?

L’Usine, un gigantesque complexe industriel de la taille d’une ville, s’étend à perte de vue. C’est là qu’une femme et deux hommes, sans liens apparents, vont désormais travailler à des postes pour le moins curieux. L’un d’entre eux est chargé d’étudier des mousses pour végétaliser les toits. Un autre corrige des écrits de toutes sortes dont l’usage reste mystérieux. La dernière, elle, est préposée à la déchiqueteuse de documents. Très vite, la monotonie et l’absence de sens les saisit, mais lorsqu’il faut gagner sa vie, on est prêt à accepter beaucoup de choses… Même si cela implique de voir ce lieu de travail pénétrer chaque strate de son existence ?

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Pour être tout à fait franc je n’avais pas prévu de lire ce bouquin aussi rapidement. Après Betty j’avais besoin de quelque chose de plus léger afin de faire avant de revenir à mon programme de lecture.

Ma chronique

L’Usine est un roman qui ne ressemble à nul autre. Un roman à charge contre l’aliénation au travail ; un roman qui prend tout son sens dans un pays comme le Japon, où la relation de l’individu au travail et à la culture d’entreprise est bien plus prononcée qu’en Occident.

Dès les premières pages le roman installe un sentiment diffus de malaise. La mise en page minimaliste y est sans doute pour beaucoup (un chapitrage succinct où les chapitres ne sont pas numérotés, peu de renvois à la ligne (les dialogues sont bien identifiés par des guillemets et des tirets mais ne font l’objet d’un saut de ligne systématique quant l’intervenant change). Au sein d’un même chapitre la chronologie est bousculée, l’auteure passe du coq à l’âne sans crier gare.

Écrit à la première personne, le roman alterne entre les points de vue des trois protagonistes récemment recrutés par l’Usine. Des individus confrontés à un travail qui n’a ni queue, ni tête. Une Usine dont l’activité reste floue mais dont on devine l’importance d’un point de vue économique. Un personnel dévoué à son Usine, tant pis si celle-ci tend progressivement à les déshumaniser.

Le fantastique s’invite aux portes de l’Usine avec la présence d’une faune endémique inquiétante au cœur même du site industriel. Qu’il s’agisse d’énormes ragondins qui nichent dans les canalisations des égouts ou d’inquiétants cormorans au plumage intégralement noir et visqueux.

Difficile de trouver un sens à toute cette histoire, et pourtant on s’y attache. Une fable sociale et sociétale qui prend parfois des aspects absurdes (voire burlesques) fortement teintés de noir, Une fable qui ne prête pas vraiment à sourire vu la société qu’elle nous décrit.

L’Usine est quasiment une lecture expérimentale (au même titre que l’on parle parfois de rock expérimental). Une expérience qui ne devrait laisser aucun lecteur indifférent, personnellement c’est bien un sentiment de malaise qui ne m’a pas quitté de la première à la dernière page.

Le roman est court (moins de 200 pages) et il n’en fallait pas davantage au risque de devenir indigeste. Dans l’ensemble c’est une lecture plutôt déconcertante mais pas désagréable pour autant.

MON VERDICT

 
8 Commentaires

Publié par le 1 février 2021 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,