RSS

Archives du 28 septembre 2020

[BOUQUINS] Didier Van Cauwelaert – L’Inconnue Du 17 Mars

AU MENU DU JOUR

D. Van Cauwelart - l'inconnue du 17 mars
Titre : L’Inconnue Du 17 Mars
Auteur : Didier Van Cauwelaert
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2020
Origine : France
176 pages

De quoi ça cause ?

Le 17 mars 2020, par la grâce d’un virus, un sans-abri se retrouve confiné avec une créature de rêve. Est-ce la femme qui jadis enflamma son adolescence, une mythomane, une perverse manipulatrice, ou une ultime chance de survie ?

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que le pitch colle bien à l’actualité du moment, alors que le monde peine à se défaire de cette saloperie de Covid-19.

Ma Chronique

De Didier Van Cauwelaert je n’ai lu que Jules et sa suite (Le Retour De Jules), je n’aurai donc pas la prétention de connaître l’auteur qui a déjà signé plus d’une trentaine de romans (auxquels on peut ajouter notamment six pièces de théâtre et huit essais) ; il n’en reste pas moins que je trouve sa plume très agréable à lire.

Ajoutez à cela une intrigue qui se déroule alors que les français doivent composer avec un confinement imposé par le gouvernement afin de freiner la propagation de l’épidémie de Covid-19.

Ce bouquin tient davantage du conte ou de la fable philosophique que du roman à proprement parler, de fait la longueur du récit est parfaitement adaptée au format choisi. Davantage de pages auraient fini par rendre l’ensemble indigeste ; en effet le premier jugement de Lucas sur sa partenaire de confinement peut parfaitement s’appliquer au roman dans son ensemble :

Tout son discours est à dormir debout, certes, mais il se greffe sur une situation planétaire tellement surréaliste qu’il en devient, sinon crédible, du moins conforme à la folie ambiante.

Dans le même état d’esprit si je reconnais ne pas forcément être en total désaccord avec l’avis d’Audrey / Pléiade concernant certains aspects du complotisme, il ne faut pas non plus que ça serve de prétexte à un grand déballage de portnawak :

C’est très commode, le complotisme. C’est une vaste décharge à ciel ouvert, où il est difficile de pratiquer le tri sélectif. L’hystérie des extrémistes et les élucubrations paranos y neutralisent par contagion les alertes dérangeantes, les vérités illicites, les arguments trop convaincants pour être réfutés autrement que par l’opprobre et l’amalgame.

En l’occurrence Didier Van Cauwelaert ne nous épargne aucun poncif du genre quand il s’agit d’alimenter son fourre-tout complotiste, tout y passe, de la nocivité d’un déploiement massif de la 5G jusqu’au futur vaccin « pucé » (et obligatoire cela va de soi) afin d’assurer la traçabilité des futurs inoculés… Il y a un gouffre entre gober toutes les couleuvres que nos têtes pensantes voudraient nous faire avaler et la paranoïa complotiste ; une fois encore c’est le nombre de pages plutôt réduit qui sauve (in extremis) le bouquin du naufrage.

Je ne vous dirai pas que « l’explication rationnelle » de l’expérience vécue par Lucas m’a pris de court, elle s’imposait comme l’unique porte de sortie possible. J’avoue toutefois avoir apprécié le petit clin d’œil final qui ne ferme pas toutes les portes à une approche moins cartésienne des choses.

MON VERDICT

 
4 Commentaires

Publié par le 28 septembre 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,