RSS

[BOUQUINS] Luna Joice – Community

08 Sep

AU MENU DU JOUR

L. Joice - Community
Titre : Community
Auteur : Luna Joice
Éditeur : Hugo
Parution : 2020
Origine : France
298 pages

De quoi ça cause ?

3006. La Terre a été pacifiée grâce à Community, une technologie révolutionnaire qui permet à l’homme de communiquer par télépathie. L’égoïsme mis de côté au profit de la collectivité, conflits et inégalités appartiennent désormais au passé.

Passionnée par les étoiles, Lyah est une jeune femme dotée d’une profonde soif de connaissances, qui la pousse à se poser beaucoup de questions sur le monde qui l’entoure. Bien plus que tous ceux qu’elle connaît… Pourquoi les humains ont-ils désormais interdiction de se toucher ? Pourquoi ne peut-elle pas choisir elle-même sa future Assignation ? Et pourquoi certaines bases de données lui sont-elles inaccessibles ?

Tandis qu’elle exhume secret après secret sur la société aseptisée dans laquelle elle vit, une interrogation grandit dans son esprit. Pour Community, à quoi l’humanité a-t-elle renoncé ?

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

C’est d’abord la couv’ qui a retenu mon attention. Si le pitch est plutôt un classique du genre (la promesse d’un monde idéal qui va finalement révéler ses failles), j’ai toutefois eu envie de découvrir cette énième vision dystopique du monde de demain.

Ma Chronique

Je remercie les éditions Hugo et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Écrit à la première personne, le roman nous propose de vire l’intrigue via le personnage de Lyah. Une jeune femme plutôt attachante au caractère bien trempée mais qui fait souvent penser, surtout dans la première partie du récit, à une ado de 16/17 ans davantage qu’à une jeune adulte.

Les premiers chapitres, jusqu’aux résultats de l’Assignation, permettent de définir le cadre de l’intrigue et notamment la vie au quotidien sous contrôle total de Community. Une vision idéalisée de l’avenir qui suscitera d’emblée une certaine méfiance chez tout lecteur un tantinet libre-penseur.

C’est après son Assignation que Lyah va découvrir ce qui se cache réellement derrière Community, notamment à quel point, au nom du bien commun, l’humain a été privé de tout ce qui fait de lui un individu à part entière. Des questions et des thèmes à fort potentiel sont soulevés au fur et à mesure que Lyah doute du bien-fondé de Community, malheureusement ils ne sont abordés que superficiellement par des réponses toutes faites apportées à la va-vite.

Dans les derniers chapitres du roman, Lyah va donc – sans surprise – vouloir se dresser contre le système. Là encore tout va trop vite, tout semble trop simple, elle ne rencontre quasiment aucune opposition et expédie le truc en deux temps et trois mouvements.

Vous l’aurez compris c’est mitigé que je referme ce bouquin. Une lecture qui n’en demeure pas moins sympathique mais qui laisse l’impression d’être complètement passée à côté d’un fort potentiel. Ce n’est pas avec Community que Luna Joice gravera son nom au panthéon des maîtres de la dystopie tels que H.G. Wells, George Orwell, Ray Bradbury, Ira Levin ou encore Margaret Atwood pour ne citer qu’eux (pardon à ceux et celles que j’ai injustement oublié).

MON VERDICT

 
8 Commentaires

Publié par le 8 septembre 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

8 réponses à “[BOUQUINS] Luna Joice – Community

  1. Yvan

    8 septembre 2020 at 15:27

    Je n’ai pas tenu jusqu’au bout, tant j’ai trouvé ça insipide (j’ai plus souvent pensé à une ado de 14 ans…), sans saveur, sans surprise, sans style. bref, pour un lecteur assidu de SF, ce livre est beaucoup trop light à mon goût

     
    • Lord Arsenik

      9 septembre 2020 at 06:41

      Dommage, je reste persuadé que le bouquin avait du potentiel à défaut d’un scénario 100% original.
      J’avoue aussi que la mention du prix de l’imaginaire Bernard Werber a joué dans mon choix… je sais pourtant que ces saloperies de bandeaux sont des attrape-couillons 😀

       
      • Yvan

        10 septembre 2020 at 00:13

        on s’est bien fait avoir…

         
  2. Aude Bouquine

    8 septembre 2020 at 15:51

    Je n’ai pas vu passer beaucoup de chroniques positives sur ce roman… toi aussi tu confirmes donc l’avis général….

     
    • Lord Arsenik

      9 septembre 2020 at 06:42

      Oui, largement dispensable comme lecture… j’aurai dû me lancer dans Les Testaments de Margaret Atwood, au moins je misais sur une valeur sure 🙂

       
      • Aude Bouquine

        9 septembre 2020 at 06:55

        Surtout qu’il est très bien 😉

         
  3. belette2911

    8 septembre 2020 at 23:04

    Faudra dire à la madame que le masque, c’est sur la bouche et le nez et pas au-dessus 😆

    Bon, tu douches mon envie de lire, là… je vais le laisser prendre un peu la poussière et si jamais j’ai plus rien à lire… 😆

     
    • Lord Arsenik

      9 septembre 2020 at 06:44

      Faut vraiment que ta PàL soit réduite à peau de chagrin alors 😀

      Quand je vois aux infos comment certains portent le masque je me demande s’il sert vraiment à qqchose dans ces cas-là… mais ceci est une autre histoire.

       

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :