RSS

[BOUQUINS] Stephen King – L’Institut

12 Fév

AU MENU DU JOUR

S. King - L'Institut
Titre : L’Institut
Auteur : Stephen King
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2020
Origine : USA (2019)
608 pages

De quoi ça cause ?

Luke Ellis, un adolescent sans histoires, doté d’une très grande intelligence est kidnappé en pleine nuit par des inconnus, ses parents sont assassinés.

Il se réveille dans une chambre qui ressemble à la sienne mais n’est pas la sienne. Enfermé avec d’autres enfants au sein d’un mystérieux Institut.

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Are you kidding me ? Stephen King ! What else ?

Ma Chronique

Sans me tromper je pense pouvoir affirmer que Stephen King est sans doute l’auteur que je suis le plus assidûment et depuis le plus longtemps ; ça fait en effet plus de 35 ans que je lui suis d’une fidélité presque sans faille (j’avais commencé la saga La Tour Sombre avant d’y renoncer après le troisième tome, il faudrait que je trouve le temps de la reprendre depuis le début et d’aller jusqu’au bout cette fois).

Après un dérapage mal contrôlé avec Sleeping Beauties, le King a su redresser la barre et revenir au top du top avec L’Outsider ; du haut de ses 72 printemps et après plus de 50 romans à son actif (sans compter les recueils de nouvelles, les nouvelles isolées et autres romans courts), saura-t-il maintenir le cap, voire même nous surprendre en nous invitant à découvrir son Institut ?

Est-il besoin de rappeler que Stephen King est particulièrement inspiré quand il s’agit de mettre en scène des enfants / adolescents, confrontés à une situation qui les dépasse ? Carrie, Shining, Charlie, Christine, Ça et j’en oublie sûrement (et encore, je fais abstraction des nouvelles) sont là pour illustrer, si besoin, mon propos. Le dénominateur commun de toutes ces histoires est la grande capacité d’adaptation, d’action et de réaction de ses jeunes héros une fois passé l’effet de surprise et un temps pour analyser et comprendre la situation. Si le schéma directeur est identique, il n’y a toutefois aucune impression de déjà-vu tant l’auteur varie les angles d’approches et les conséquences de chaque action (en bien ou en mal).

Toujours est-il que dans la première partie du roman nous ne croisons aucun enfant appelé à jouer un rôle majeur dans le déroulé de l’intrigue. Tim Jamieson, un ex-flic de Sarasota (Floride) embarque dans un avion à destination de New York. Un concours de circonstances pour le moins inopiné le conduira à quitter l’avion et à entamer un road-trip en auto-stop sans but précis, sinon celui de rejoindre New York. Se laissant guider par les hasards de la vie et de la route, il débarque à DuPray (Caroline du Sud).

La seconde partie du roman nous embarque pour Minneapolis (Minnesota) où l’on fait la connaissance de Luke Ellis, un adolescent surdoué qui poursuit un quotidien pas tout à fait ordinaire mais sans histoires. Jusqu’à ce qu’il soit enlevé et reprenne connaissance à l’Institut, une structure isolée au fin fond des forêts du Maine… Les choses sérieuses peuvent alors commencer.

Stephen King prend le temps de poser son cadre et ses personnages pour bien nous faire comprendre (et haïr) le fonctionnement de l’Institut. Les méthodes des soignants et des gardiens ne sont pas sans rappeler celles des camps de concentration nazis ; tout comme la raison d’être de l’institut selon ses responsables. Sans aller jusqu’à parler de manichéisme (souvent reproché à l’auteur), on ne peut que prendre fait et cause pour les enfants et détester la plupart des adultes présents dans cette structure qui échappe à tout contrôle officiel.

Si l’intrigue se dessine en mode diesel (sans toutefois jamais susciter le moindre ennui chez le lecteur), une fois que les choses se mettent en branle le rythme du récit change radicalement, l’auteur enclenche le mode supraluminique. Et le lecteur se retrouve dans l’incapacité de quitter le navire avant de connaître le fin mot de l’histoire.

Pour répondre à la question que je posais au début de cette chronique, OUI, Stephen King confirme qu’il a encore plus d’un atout dans sa manche. OUI, il nous propose un récit qui flirte avec le sans-faute. OUI, il réussit encore à convaincre et à surprendre le lecteur.

J’ai lu çà et là quelques reproches concernant le côté engagé de l’auteur (il n’a jamais caché mépriser au plus haut point Donald Trump), sur le coup ça ne m’a pas dérangé outre mesure. Il est libre, comme tout un chacun, de ses opinions et les exprimer ; L’Institut est loin d’être un roman militant, le côté engagé du récit est plus anecdotique qu’autre chose (c’est en tout cas comme ça que je l’ai perçu en tant que lecteur français lambda).

Et Tim Jamieson alors ? Soyez assuré qu’il n’était pas là par hasard…

Incontestablement cette cuvée 2020 du King est un grand cru AOC ! À Consommer sans modération et de toute urgence !

MON VERDICT

 
10 Commentaires

Publié par le 12 février 2020 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

10 réponses à “[BOUQUINS] Stephen King – L’Institut

  1. Yvan

    12 février 2020 at 16:21

    Tes mots pourraient être les miens, tous (veux-tu sortir de ma tête !!) 😉

     
    • Lord Arsenik

      13 février 2020 at 06:25

      Promis, je n’ai copié 🙂

       
      • Yvan

        13 février 2020 at 06:37

        Ta négation est désuète 😁

         
  2. Zofia

    13 février 2020 at 00:13

    Est-ce que Stephen King pourrait s’arrêter d’écrire pendant 5 ans histoire que je puisse rattraper mon retard ?!! 😅😅
    Je viens de finir L’outsider qui m’a vraiment plu et ça m’a furieusement envie d’en lire plein d’autres, notamment les deux autres tomes de la trilogie de Bill Hodges vu les liens avec L’outsider…

     
    • Lord Arsenik

      13 février 2020 at 06:29

      La trilogie Bill Hodges tient la route de bout en bout.
      Par contre je ne crois pas qu’il ait l’intention d’arrêter, tu peux essayer de le lui demander avec un beau sourire et un regard de cocker (le chien , pas Joe), qui sait ?
      Il semblerait que son prochain forfait soit un recueil de 4 romans courts inédits. Annoncé pour 2020 en VO.

       
      • Zofia

        19 février 2020 at 07:23

        Même en ne lisant que ça sur un an, je ne pense pas pouvoir combler mon retard ^^
        Aller on va dire que je vais lire la fin de Bill Hodges d’ici à sa nouvelle parution…

         
    • belette2911

      26 février 2020 at 05:52

      Rhô, pas encore lu « L’outsider » !!!! Shame on me. Je vais essayer de ne pas trop laisser trainer l’institut… Sinon, le King m’enverra ses créatures pour me torturer les pieds !

       
      • Lord Arsenik

        26 février 2020 at 07:03

        Avec L’Outsider et L’institut tu as deux bouquins d’un Stephen King au top de sa forme.

         
      • belette2911

        27 février 2020 at 08:57

        Mon dieu, quelles longues jouissances littéraires en perspectives !! 😀

         
      • Lord Arsenik

        27 février 2020 at 09:58

        Non, rien de rien, je n’ajouterai rien…

         

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :