RSS

Archives du 6 août 2019

[BOUQUINS] David Mitchell – Slade House

AU MENU DU JOUR

D. Mitchell - Slade House
Titre : Slade House
Auteur : David Mitchell
Éditeur : Éditions de l’Olivier
Parution : 2019
Origine : Angleterre (2016)
272 pages

De quoi ça cause ?

Slade House n’est accessible que pendant quelques jours, une fois tous les neuf ans. Le temps pour ses habitants, les jumeaux Norah et Jonah Grayer, d’y attirer leur future victime afin de se repaître de son âme.

Ainsi, entre 1979 et 2015, cinq individus (et quelques dommages collatéraux) tenteront résoudre l’énigme des disparus de Slade House…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

De David Mitchell je connaissais essentiellement La Cartographie Des Nuages et plus d’une fois j’ai été tenté de le lire ne serait-ce que pour avoir des éléments de comparaison avec son adaptation cinématographique Cloud Atlas réalisée par les Wachowski (initialement des frères, puis frère et sœur et aujourd’hui sœurs) et Tom Tykwer. Finalement, ayant trouvé que le film était une totale réussite je n’ai jamais franchi le pas de peur d’être déçu.

J’ai, au fil des temps, laissé passer quelques titres de l’auteur en me promettant de m’y mettre un jour ; c’est désormais chose faite avec son dernier roman en date.

Ma Chronique

Avec Slade House David Mitchell s’attaque à un grand classique du genre fantastique / horrifique en remettant sur le devant de la scène la maison hantée. Faire du neuf avec du vieux peut s’avérer payant à condition d’éviter l’impression de déjà-vu ; un écueil que l’auteur contourne sans mal en revisitant le thème avec une approche plutôt originale.

Le roman s’échelonne entre 1979 et 2015 et recense donc les cinq dernières apparitions de Slade House, chacune correspondant à une partie du récit. Outre la fameuse maison et le domaine qui l’entoure, la continuité de l’intrigue est assurée par les jumeaux maléfiques qui endosseront, selon leurs besoins, diverses personnalités leur permettant d’arriver à leurs fins (fin qui consiste justement à apaiser leur faim).

Cinq parties rédigées à la première personne, donnant la parole à chacune des victimes pour les quatre premières, et à Norah Grayer pour la dernière. Des approches différentes selon le narrateur et selon l’époque qui permettent à l’auteur de jouer avec divers arcs narratifs.

J’avoue que de prime abord je n’ai pas été emballé, c’est plutôt bien écrit et la lecture reste relativement fluide à défaut de susciter un réel intérêt. Heureusement que plus on avance dans le temps, plus les histoires deviennent intéressantes et plus on a envie de connaître le dénouement. La fin de la première partie sauve in extremis notre intérêt et notre curiosité de la léthargie qui les menaçait ; dès la seconde partie, ça ne fera qu’aller crescendo.

Le choix des victimes ne doit rien au hasard, les jumeaux Grayer ne se rabattent pas sur le premier quidam qui aurait la déveine de croiser leur chemin. Il leur faut des âmes suffisamment riches et denses pour les sustenter jusqu’à la prochaine apparition de Slade House.

Adeptes de l’horreur, si vous cherchez le grand frisson vous pouvez passer votre chemin. N’espérez avoir le sang qui se glace et le poil qui se hérisse au cours de votre lecture. Les Grayer ne se nourrissent que de l’âme de leurs victimes (point de festins de chair et de sang au menu), même si ce n’est pas forcément une partie de plaisir pour leurs proies, la description qu’en fait l’auteur serait presque poétique.

Au final j’ai apprécié cette découverte, ça m’a même donné envie de lire les autres romans de l’auteur, notamment L’Âme Des Horloges et Les Mille Automnes De Jacob Zoet qui semblent avoir un lien (même s’il est ténu) avec le présent roman.

Le hasard a voulu qu’au cours de mes pérégrinations sur le Net, je sois tombé simultanément sur deux versions du roman. La version française publiée par les Éditions de l’Olivier (c’est sur elle que j’ai jeté mon dévolu) et la version québécoise diffusée par les Éditions Alto sous le titre Cette Maison (cf la couverture ci-dessous).

D. Mitchell - Cette Maison

MON VERDICT

 
5 Commentaires

Publié par le 6 août 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,