RSS

[BOUQUINS] Robert Galbraith – Blanc Mortel

17 Mai

AU MENU DU JOUR

R. Galbraith - Blanc Mortel
Titre : Blanc Mortel
Série : Cormoran Strike – Tome 4
Auteur : Robert Galbraith (J.K. Rowling)
Éditeur : Grasset
Parution : 2019
Origine : Angleterre (2018)
704 pages

De quoi ça cause ?

Depuis que Robin s’est marié, Cormoran Strike a instauré une certaine distance vis-à-vis de sa jeune associée ; se contentant de relations strictement professionnelles.

Un matin, Billy, un jeune homme mentalement dérangé, fait irruption dans le bureau de Strike en affirmant avoir été témoin du meurtre d’une enfant, vingt ans plus tôt… avant de disparaître aussi vite qu’il est apparu.

Peu après, Strike est embauché par Jasper Chiswell, un homme politique qui serait victime d’un chantage dont il refuse de dévoiler la teneur.

Strike va rapidement découvrir que le maître chanteur n’est autre que le frère aîné du jeune Billy. Les deux associés vont devoir se serrer les coudes pour venir à bout de cette affaire…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est le quatrième roman de Robert Galbraith (nom de plume policier de J.K. Rowling, une façon sans doute de se démarquer de l’univers Harry Potter) mettant en scène le duo Cormoran Strike et Robin Ellacott.

Ma Chronique

Avec cette série de romans et son duo d’enquêteurs, J.K. Rowling a réussi à se défaire du lien qui la rattachait à Harry Potter (tant pis pour ceux qui pensaient que ce lien était indéfectible, et tant mieux pour l’auteure) et a s’imposer dans un genre radicalement différent.

Le pari était audacieux, surtout en jouant la carte de la littérature policière, qui foisonne déjà de grands noms, mais incontestablement Robert Galbraith a su se faire une place au soleil aux côtés de ses prestigieux aînés (et je ne parle pas que des auteurs britanniques).

Une réussite qui doit beaucoup au duo atypique formé par Cormoran Strike et Robin Ellacott ; deux personnalités que tout semble opposer, mais qui s’avèrent complémentaires à plus d’un titre. Cette quatrième enquête commune le prouve une fois de plus !

Au fil des romans on suit tout autant l’enquête à proprement parler que l’évolution de Cormoran et Robin (et donc de leurs relations). C’est encore plus vrai dans ce quatrième opus, à tel point que parfois on a le sentiment que l’aspect personnel tend à supplanter l’intrigue policière.

N’allez pas pour autant en déduire que l’aspect policier stricto sensu du roman est bâclé, loin s’en faut ! L’enquête est menée de bout en bout de main de maître et nous réserve bien des surprises dans son dénouement. Si j’ai eu quelques soupçons, ils étaient plus intuitifs qu’autre chose, et j’étais loin d’imaginer le niveau d’implication des différents protagonistes.

Une enquête qui va nous plonger dans les dessous crasseux du monde politique et de l’aristocratie britannique. Mais pas que…

Un milieu qui ne manque pas d’individus qui rivalisent d’execrabilité ou de superficialité (parfois même ils cumulent ces deux tares). Une sympathique galerie de personnages en perspective, n’est-il point ?

Pour en revenir à l’aspect personnel de l’intrigue, il est évident qu’un mariage est un cap important dans la vie d’un individu (même si personnellement je n’ai aucune foi, sinon économique, en l’institution du mariage). En l’occurrence le roman s’ouvre sur le mariage de Robin et Matthew, une étape majeure dans l’évolution de leur relation.

J’aime beaucoup le personnage de Robin et de fait je suis supposé espérer le meilleur pour elle ; mais jamais je n’ai autant souhaité qu’un mariage ne se fasse pas. Non pour qu’elle puisse vivre pleinement une relation idyllique avec Strike (on n’est pas dans un Harlequin… oubliez les nuages rose bonbon et les cœurs suintant de guimauve), mais simplement parce que ledit Matthew est un sinistre con sans aucun intérêt (plus que jamais dans ce quatrième opus).

Strike de son côté reste égal à lui même, bourru à souhait, mais d’une perspicacité à toute épreuve. Avec Robin il sera tour à tour protecteur (pour ne pas dire paternaliste), affectueux (voire même tendre), complice et distant au gré des situations et de son humeur. Quant à sa vie personnelle, c’est toujours un joyeux bordel dans lequel lui-même a du mal à discerner l’issue.

Au fil de cette enquête, Strike et Robin vont se faire aider par un nouvel enquêteur ayant récemment intégré l’agence, Sam Barclay. Au vu de l’importance qui lui est donnée dans le déroulé de l’enquête, nul doute qu’il soit appelé à tenir un rôle récurrent à l’avenir.

Le fait que le côté personnel soit prépondérant dans le bouquin n’a pas que des inconvénients (même si ça casse parfois le rythme de l’intrigue), d’autant que l’on se doute bien que c’est fait dans l’optique de l’évolution future des personnages (l’auteure a d’ores et déjà annoncé qu’elle avait des idées pour une dizaine de romans).

Si Blanc Mortel n’est pas le meilleur de la série Cormoran Strike (la palme reste à La Carrière Du Mal, le troisième opus), ça n’en reste pas moins un roman de très bonne facture. Il me tarde déjà de retrouver Strike et Robin…

MON VERDICT

 
17 Commentaires

Publié par le 17 mai 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

17 réponses à “[BOUQUINS] Robert Galbraith – Blanc Mortel

  1. Lilou

    19 mai 2019 at 05:52

    tu me donnes envie de tenter l’aventure… je vais démarrer par le premier… bisous Fred

     
    • Lord Arsenik

      20 mai 2019 at 06:43

      Les 3 premiers vont crescendo, le troisième étant juste excellent.
      Celui-ci est un poil en deçà de mes attentes…

       
  2. belette2911

    20 mai 2019 at 06:45

    Bon, je commencerai directement par le tome 3, alors ! Merci d’alléger ma PAL de 3 livres !!! Comment ça « ça ne se voit même pas » ?? 😆

     
    • Lord Arsenik

      20 mai 2019 at 09:56

      T’as déjà lu le premier, autant continuer sur ta lancée 😉 Je ne me souviens pas exactement comment Strike et Robin évoluent dans le deuxième bouquin.
      Tu ne devrais pas être dépaysée en passant du 1 au 3.

       
      • belette2911

        21 mai 2019 at 08:04

        Nan, pas lu le premier, lu aucun ! La fiche était notée et signée « Dame Ida », c’est ma pigiste non payée qui qui travaille vraiment, elle, pas comme la « Pet Née Lope Fion » 😆

         
      • Lord Arsenik

        21 mai 2019 at 15:44

        Non mais en plus tu exploites de braves lectrices !
        J’suis sûr qu’elles sont même pas rémunérées en plus !!!

         
      • belette2911

        22 mai 2019 at 07:02

        Ben non, chez moi, on bosse vraiment, mais on ne touche pas un balle ! Enfin, comme je disais toujours dans mon ancien job « on est mal payé, mais qu’est-ce qu’on rigole » 😆

        Bon, je lui offrirai des tailleurs ou des réceptions à Versailles, tiens. Fion et Goshn auront bien des tuyaux pour moi 😉

         
      • Lord Arsenik

        22 mai 2019 at 08:24

        Travailler plus pour gagner moins… c’est un concept dans l’air du temps 😀

         
      • belette2911

        23 mai 2019 at 07:19

        Un jour, on nous demandera de bosser plus pour ne rien gagner…

        Ok, je sors !

         
      • Lord Arsenik

        23 mai 2019 at 14:59

        Je vote pour celui qui me promets que je vais gagner plus (et non imposable) en restant peinard chez moi.

         
      • belette2911

        24 mai 2019 at 07:26

        Là, c’est de la SF !!! 😆

         
      • Lord Arsenik

        24 mai 2019 at 11:49

        On peut toujours rêver 😛

         
      • belette2911

        27 mai 2019 at 02:22

        J’ai été voter ce matin, la preuve que je rêve toujours ! Dans ma vie, j’ai même voté socialiste ! C’est te dire… Mais chuuuuut 🙂

         
      • Lord Arsenik

        27 mai 2019 at 07:15

        Incompatible avec mon emploi du temps ces élections. On a le repas de fête des mères à préparer… Mine de rien c’est du boulot.

         
      • belette2911

        29 mai 2019 at 05:31

        On fête nos mères avant les vôtres et donc, on va voter ! Puis on est obligé, nous, d’aller voter ! Sinon, panpan cucul. Non, plus de fessées, le Parquet n’a pas le temps ni les moyens de poursuivre les abstentionnistes. Il y a quelques années, si les abstentionnistes avaient été un parti politique, il gagnait ! :/

         
      • Lord Arsenik

        29 mai 2019 at 11:32

        Ici, on a été à prés de 80% d’abstention pour les européennes 🙂
        Mais bon, faut dire que l’Europe c’est loin et abstrait.

         
      • belette2911

        29 mai 2019 at 14:47

        Oui, c’est loin et abstrait, pas comme moi qui suis dedans, au milieu, à Bxl, là où se prennent toutes les décisions. Mais pourtant, t’as beau être loin, leurs décisions à la con, tu les bouffes, tu les subis ! :/

         

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :