RSS

1994-2019 : 25 ans… et c’est pas fini !

08 Mar

25 piges !

En ce 8 mars 2019, Journée de la Femme, je « fête » (youpi, youpida… pis quoi encore ?!) mes 25 ans de carrière (qui a dit présence ?) au sein de la CAFAT…

Je ne vous referai pas l’historique, résumé des épisodes précédents ici.

C’est qu’il s’en est passé des choses ces cinq dernières années… et ça n’a pas toujours été la joie !

Pour commencer Julie est rentrée en Métropole, pour raisons personnelles, en juillet 2014. Elle nous avait prévenu mais ça fait quand même un petit pincement au cœur de la voir quitter le navire.
En septembre 2014, M. débarque comme nouveau chef du service Statistiques… C’est le début des années noires de la Stat, à force de pisser partout pour marquer son territoire, imposer ses méthodes et ses vues sur tout et n’importe quoi et tout vouloir chapeauter, il finira par faire littéralement imploser le service. Non seulement « Monsieur-Je-Sais-Tout » se mettra à dos la moitié du service (ça fait mieux que de dire 2 agents sur 4) mais en plus il se décrédibilisera totalement aussi bien en interne qu’en externe.
Jusqu’alors je me voyais finir ma carrière à la Stat, sans même chercher à devenir calife à la place du calife ; juste à faire sereinement un boulot qui me plait. L’énergumène aura fini par me faire remettre en question ce choix. Je me doutais bien que je ne pourrai pas éternellement faire fi de ses consignes (aussi stupides et injustifiées soient elles) et continuer de faire les choses à ma façon. Fin 2015, j’envisageais sérieusement d’entamer les démarches en vue d’un reclassement professionnel.
Heureusement l’expérience fut de courte durée… L’individu aimant se la jouer Caliméro finira par se victimiser au point de se coller en arrêt maladie pendant plus de six mois. Plantant la Stat et la CAFAT sur deux échéances majeures (budget et clôture des comptes) pour la Caisse ; et ça se prétend responsable !!! Il faudra attendre février 2017 pour qu’il se décide à tirer sa révérence, de son plein gré ou poussé vers la sortie… ça n’a jamais été très clair mais, quoiqu’il en soit, bon débarras !
Après une période de flottement et un recrutement resté sans réponse, on finira par avoir un chef de section, Cédric, chargé du management de l’équipe.

La mise en maladie de M. n’aura pas eu que des effets négatifs, outre le fait de ne plus l’avoir sur le dos en permanence, la CAFAT a mandaté un prestataire externe (Optimind Winter) afin de nous fournir un outil pour la production du budget (première mission) et un autre pour la clôture des comptes (seconde mission).
Des outils qui automatisent quasiment tout le processus de production (fini les copier-coller hasardeux et les ajustements manuels bidons) sous Excel (exit les algorithmes statistiques imbuvables) et produit des résultats tout aussi viables (voire même davantage) en un temps réduit (on est passé de 15 jours de traitements à deux jours) et sans prise de tête.

Aux premiers mois du Règne du Chaos, la Stat sera intégrée à une nouvelle direction, la DFM (Direction des Finances et Moyens), une organisation purement managériale n’ayant aucune incidence directe sur le fonctionnement du service. Depuis la mi-février un directeur adjoint a été nommé à la DFM ; son rôle étant, entre autres, de chapeauter les études ayant des enjeux financiers et stratégiques, nous aurons certainement l’occasion de travailler en étroite collaboration avec lui sur certains chantiers.

Au niveau des effectifs aussi il y a eu du mouvement :
– R. est arrivé (décembre 2014)… R. est reparti (février 2018) à l’issue d’une année sabbatique.
– C., après un caca nerveux incompréhensible a pété une durite et s’est foutue en congés longue durée, puis en congé maternité et de nouveau en arrêt longue durée ; elle ne devrait pas réintégrer la Stat.
– Wassélie a intégré l’équipe en remplacement de R. (février 2018).
Exit la tumeur et ses métastases… On peut de nouveau envisager de travailler dans un environnement sain et apaisé, même si en l’occurrence il manque une quatrième roue au carrosse pour qu’il soit 100% opérationnel.

Depuis novembre 2018 la Stat a réintégré les locaux de l’immeuble Mangin, au sein d’une DFM réunifiée, après un bref passage par le Sifra.

A suivre…
RdV dans 5 ans pour le prochain épisode.

 
9 Commentaires

Publié par le 8 mars 2019 dans Au boulot

 

Étiquettes :

9 réponses à “1994-2019 : 25 ans… et c’est pas fini !

  1. belette2911

    15 mars 2019 at 07:39

    Certains ont demandé du travail, d’autres une situation…. 😆 Je haï véritablement les petits chefs qui s’y croient et ne foutent rien, sinon le Bronx et le brun !! Puis après, ça te gueule dessus parce que c’est incapable de prendre ses responsabilités ! Heureusement, chez moi, si une couille tombe dans le potage, on ne peut pas accuser un autre ! Tu es responsable de ta merde ou de ton bon fonctionnement. Et j’aime ça !

    ♪ On s’était dit rendrez-vous dans 5 ans ♫ Même jour même heure même pommes ♪

     
    • Lord Arsenik

      15 mars 2019 at 18:23

      Ca n’empêche pas quelques crises de temps en temps… mais sans elle ça ne serait pas marrant 🙂

       
      • belette2911

        16 mars 2019 at 07:23

        Une petite crise ne fait pas de mal de temps en temps 😉 Pas trop souvent…

         
    • Lord Arsenik

      15 mars 2019 at 18:25

      En entrant dans cette boite je ne demandais rien et n’attendais rien… juste un peu de temps pour savoir ce que je voulais vraiment faire de ma vie professionnelle. Et bin voilà !

       
      • belette2911

        16 mars 2019 at 07:23

        On arrive dans un job pour de l’alimentaire, en passant, juste quelques temps et puis, on y est toujours 25 ans après ! 😉

         
      • Lord Arsenik

        16 mars 2019 at 18:26

        Aujourd’hui j’en suis à me dire que tant que mon job me plait et qu’on me fait pas chier, je reste. Je ne prendrai pas sur moi au-delà de ce que j’ai déjà accepté.

         
      • belette2911

        18 mars 2019 at 04:47

        J’ai fait mas calculs et fin du mois, j’aurai 18 ans de carrière avec des hauts et des bas aussi, surtout au changement de boss. Un enculé qui ne sait pas discuter, moi, je déteste ça. On t’impose des trucs sans concertation, sans discussion, sans réflexion… Certains étaient parti en maladie, je suis partie tout court ailleurs et je ne m’en porte pas plus mal.

         
      • Lord Arsenik

        18 mars 2019 at 07:20

        Ah le petit chef qui pisse partout, c’est un cauchemar !

         
      • belette2911

        19 mars 2019 at 04:17

        À avoir envie de lui couper la queue pour qu’il arrête de pisser ! Ou de lui couper les couilles, comme à un chat mâle…

         

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :