RSS

[BOUQUINS] Jon Marcello – Mais Qui Etes-Vous M. DB Cooper ?

28 Fév

AU MENU DU JOUR

J. Marcello - Mais qui êtes-vous M. DB Cooper ?
Titre : Mais Qui Êtes-Vous M. DB Cooper ?
Auteur : Jon Marcello
Éditeur : Auto-édition
Parution : 2018
Origine : France
260 pages

De quoi ça cause ?

1971. Dan Cooper embarque à bord d’un Boeing 727 reliant Portland à Seattle. Peu après le décollage, il informe une hôtesse qu’il possède une bombe qu’il fera sauter à moins qu’on lui remette une rançon de 200 000 $ lorsque l’avion se posera à Seattle…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que je connais (virtuellement, mais quand même) Jon Marcello et que je lui avais promis de lire son roman. Une promesse que je peux enfin honorer, sachant que je suis le seul responsable du délai écoulé entre ladite promesse et le passage à l’acte.

Cerise sur le gâteau, je connais aussi la préfaceuse (cherchez pas, le titre est AOP à usage unique et nominatif) qui n’est autre qu’une certaine Belette bien connue dans la sphère de la blog litt’.

Ma Chronique

Si en France le personnage de Dan Cooper est peu connu (je ne parle de son homonyme aviateur et héros de bandes dessinées), il semblerait qu’aux États-Unis il ait gagné sa place dans les annales du grand banditisme et jouisse d’une réelle reconnaissance populaire (de nombreux ouvrages lui sont d’ailleurs consacrés).

En l’occurrence je serai tenté d’affubler le mot banditisme d’un honorable B majuscule ; pourquoi donc me demanderez-vous ? Indéniablement les grands noms du côté obscur exercent une certaine fascination auprès du grand public (cf le cas Mesrine qui était pourtant loin d’être un enfant de chœur), plus encore ceux qui ont réussi leur coup sans arme, ni haine, ni violence (le plus célèbre étant d’entre eux, en France, étant sans doute Albert Spaggiari, le cerveau du casse de la Société Générale de Nice) ; c’est à ceux-ci que va mon respect et mon B majuscule.

Avec son braquage aérien particulièrement audacieux et totalement inédit, Dan Cooper s’offre le tiercé gagnant qui fait sa réputation et sa légende :
– Pas d’arme, pas de victime, pas de sang versé
– Une opération réussie
– Un coupable jamais identifié
Ça force le respect non ? Pour ma part je m’incline humblement devant un tel panache…

Avec un tel pedigree, pas étonnant que le personnage ait été source d’inspiration pour tant d’auteurs outre Atlantique. Il faut dire que l’immense zone de terra incognita autour du bonhomme (concrètement on ne connaît de lui que le braquage) offre un terrain propice à la fiction. C’est donc sur ce terrain fertile que s’est aventuré Jon Marcello, adaptant les faits aux besoins de son roman.

Un roman qui se divise en deux parties. Dans la première vous ferez connaissance de Silver, vous découvrirez pourquoi un gars ordinaire décide, le temps d’une opération jamais tentée auparavant, d’endosser l’identité de Dan B. Cooper. Une opération soigneusement préparée afin de ne rien laisser au hasard. Suivra le déroulé détaillé (bravo pour le travail de documentation sur le sujet) de ce qui fut le premier (et dernier ?) braquage aérien.

On a beau savoir que Dan Cooper a réussi son casse aérien et avoir envie de croire qu’il a survécu à son saut en parachute, on ne peut s’empêcher de dévorer cette première partie, et même douter avec Silver par moments. Les faits connus sont impeccablement encadrés par les éléments de pure fiction.

La seconde partie quant à elle est 100% fictionnelle puisqu’il s’agit pour Jon Marcello d’inventer l’après-braquage. Une étape cruciale qui peut bien souvent s’avérer fatale pour les apprentis criminels :

Il comprit alors pourquoi tant de criminels se faisaient pincer, ils avaient mis toutes leurs forces dans la préparation, mais avaient fait l’impasse sur l’après, imaginant que les dollars les protégeraient.

Le principal souci étant en l’occurrence de transformer un magot empoisonné (les billets de la rançon ont été identifiés par la banque et le FBI) en argent propre. L’étape obligatoire étant alors le blanchiment de l’argent ; plus facile à dire qu’à faire à moins de fricoter avec le grand banditisme ou les hautes sphères de la politique…

Cette seconde partie se lit véritablement comme un thriller, l’auteur gère parfaitement la tension inhérente à la situation et propose un « après » à la fois crédible et cohérent. Difficile en effet d’imaginer se frotter aux requins du crime sans y laisser quelques plumes (je n’en dirai pas plus afin d’éviter tout spoil malvenu)…

J’ai passé un très agréable moment de lecture en compagnie de ce bouquin, la plume de Jon Marcello fait mouche en maintenant le lecteur en alerte de la première à la dernière page. Quelques touches d’humour, bienvenues, viennent apporter un peu de légèreté à l’intrigue.

L’auteur m’a donné envie d’en savoir plus sur ce mystérieux Dan B. Cooper, force est cependant de constater que les sources francophones sur le sujet ne sont pas légion ; à défaut j’ai envie de croire à la version proposée par Jon Marcello.

Le côté amateur de l’écriture contribue au charme et à la cohésion de l’ensemble, sans doute parce que ça colle bien avec l’amateurisme de DB Cooper. Si ce dernier a réussi, avec son braquage, à entrer dans l’histoire ; je souhaite à Jon Marcello, avec son roman, une reconnaissance amplement méritée.

MON VERDICT

 
3 Commentaires

Publié par le 28 février 2019 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

3 réponses à “[BOUQUINS] Jon Marcello – Mais Qui Etes-Vous M. DB Cooper ?

  1. belette2911

    2 mars 2019 at 06:37

    En effet, tu étais en territoire connu ! Tu connais la moustache de l’un et la verve de l’autre (veuillez ne pas échanger les attributs de chacun, merci).

    Une belle découverte que ce roman, je m’étais couchée moins bête avec des envie de batifoler dans un parc américain à la recherche, non pas du temps perdu, mais d’un sac perdu 😆

     
    • Lord Arsenik

      2 mars 2019 at 07:55

      Je n’oserai point t’attribuer une moustache et suggérer l’épilation, ce n’est pas le genre de la maison !
      Chez l’épicier je n’ai trouvé qu’un seul autre bouquin traitant du cas Dan Cooper, pour le reste j’ai dû me contenter d’internet 🙂

       
      • belette2911

        4 mars 2019 at 08:31

        Oui, il n’y a pas grand-chose sur ce voleur de haut vol, dommage.

        Merci de ne me pas m’affubler des belles bacchantes de l’ami qui nous est commun 😉

         

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :