RSS

[BOUQUINS] Laurent Loison – Chimères

20 Déc

AU MENU DU JOUR

L. Loison - Chimères
Titre : Chimères
Auteur : Laurent Loison
Éditeur : Auto-édition
Parution : 2018
Origine : France
426 pages

De quoi ça cause ?

Les forêts d’Île-de-France, seraient-elles devenues le terrain de chasse privilégié d’un ou plusieurs violeurs en série ? La liste des victimes s’allonge, si le mode opératoire reste globalement le même, les viols sont de plus en plus brutaux…

Justine Lasserre est la nouvelle recrue du quotidien Les Nouvelles, assistée de Jérémy Louvier, un collaborateur du journal, elle va enquêter sur cette sordide affaire…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Ça faisait quelque temps que j’avais envie de découvrir l’univers littéraire de Laurent Loison.

Cette exclusivité numérique était l’occasion rêvée, d’autant que 14 blogueuses y ont apporté leur grain de sel ; dont certaines que je « connais » via Facebbok ou la blogosphère.

Ma chronique

Commençons par les choses qui fâchent, en l’occurrence LA chose. Depuis que je lis en numérique j’ai croisé des bouquins plus ou moins aboutis (techniquement parlant) mais force est de constater qu’au fil du temps la qualité de l’offre numérique tend à s’améliorer. Chimères de Laurent Loison est malheureusement l’exception qui vient confirmer la règle ; sans mentir, je peux affirmer que c’est le bouquin le moins bien finalisé qu’il m’ait été donné de lire, on frôle le foutage de gueule (cf mon Coup de gueule en fin de chronique).

Grosse déception sur ce point, c’est d’autant plus regrettable que c’est le seul véritable reproche que j’ai à faire à ce bouquin. Impossible toutefois de faire comme s’il n’existait pas, on est carrément dans le vice de construction ; n’ayons pas peur des mots et usons du jargon juridique : « le bien (livre) est impropre à sa destination finale (lecture) ».

Pour son roman Laurent Loison s’est entouré de 14 blogueuses (choisies par tirage au sort parmi un panel de volontaires), si j’ai bien tout compris chacune devait proposer le portrait d’une victime (vous l’aurez compris, il y aura 14 victimes) qu’il livrera ensuite aux griffes de son (ses) violeur(s).

Peut-être vous demandez vous si avec 14 scènes de viols ça ne devient pas un peu redondant au bout d’un moment, eh bien non. L’auteur évite de nous rabâcher 14 fois la même chose, il fait un rapide tour d’horizon des points communs à chaque crime avant de mettre l’accent sur les différences d’une scène à l’autre. Différences qui consistent à aller crescendo dans la violence et l’humiliation… et je confirme, il faut parfois avoir le cœur bien accroché !

Proposer une enquête menée par deux journalistes nous change des flics et autres détectives. Enquête qui consiste essentiellement à croiser les témoignages et en tirer des conclusions de plus en plus glaçantes. À ce titre l’intrigue est rondement menée par l’auteur, en véritable chef d’orchestre il dirige ses personnages et balade (et occasionnellement égare) le lecteur. On se pose les mêmes questions que nos enquêteurs en herbe, on échafaude des théories avec eux et on essaye même de les doubler en découvrant la vérité avant eux. On doute, on émet une hypothèse que l’on remet en question et de nouveau on doute… impossible de ne pas se prendre au jeu.

Les personnages de Justine et Jérémy sont attachants, à la jeune femme sure d’elle et fonceuse (un peu trop parfois) s’oppose un jeune homme tout en réserve. Deux personnages qui vont s’avérer complémentaires. Mais il ne faut jamais se fier aux apparences…

Les autres personnages ne sont pas pour autant laissés pour compte. Qu’il s’agisse de l’équipe des Nouvelles (j’ai adoré le boss grippe-sou comme pas deux) ou des « vrais » enquêteurs qui viendront renforcer l’équipe devant l’ampleur de la tâche.

La construction du bouquin est intéressante. L’essentiel des chapitres se consacre au suivi chronologique de l’intrigue principale, mais d’autres intitulés Dialogue, Interlude ou encore LX viennent s’intercaler dans le déroulé de l’histoire. On comprend clairement le rôle de certains, pour d’autres ça ne saute pas aux yeux de prime abord, mais les choses se mettront en place progressivement et tout finira par s’imbriquer impeccablement. Bien malin quand toutes les pièces du puzzle celui ou celle qui pourra dire en toute honnêteté, j’en étais sûr(e) !

Au cas où certains détails vous auraient échappés lors de cet ultime retournement de situation, l’auteur nous donne quelques explications complémentaires dans son épilogue.

La narration apporte aussi sa touche d’originalité, qui est donc la narratrice ? Et d’ailleurs est-on bien sûr qu’il s’agisse d’une narratrice ? Une narratrice (?) qui n’hésite pas à interpeller directement le lecteur qui, de fait, n’aura de cesse de se demander qui se cache derrière le masque. Laurent Loison sème çà et là quelques indices, avec pour seul résultat de nous faire douter encore davantage ; même quand il vend la mèche (et ça m’étonnerait que ce soit involontaire) on continue de douter… tout simplement parce que ça ne colle pas avec ce que l’on sait (ou à tout le moins avec ce que l’on croit savoir).

Un thriller d’une redoutable efficacité qui a, en plus, le mérite de tirer son épingle du jeu par son originalité. Au risque de me répéter, quel dommage que l’aspect technique bâclé gâche une partie du plaisir.

Coup de gueule : irrespect ou foutage de gueule ?

Sympathique initiative de l’auteur de nous proposer une exclusivité numérique à petit prix (moins de 4 €), mais l’on aurait apprécié encore davantage si le texte avait été relu avant diffusion. Il reste en effet une palanquée de fautes en tout genre (orthographe, conjugaison, ponctuation, typographie…) dont certaines sautent aux yeux… et d’autres piquent franchement les yeux (ex. ils attinrent le bureau au lieu de ils atteignirent le bureau).

C’est d’autant plus dommage qu’un simple passage au correcteur de Word aurait permis de corriger les fautes les plus flagrantes (sérieux, ils attinrent…, c’est juste impossible de faire l’impasse là-dessus). Ça aurait pris dix petites minutes et tout le monde aurait été gagnant (l’auteur ne perdait pas en crédibilité, le lecteur évitait les irritations oculaires).

Le code du fichier aurait lui aussi mérité une revisite (même si je conçois volontiers qu’un auteur puisse ne pas avoir de connaissances en la matière) ; avant d’attaquer le roman, j’ai passé quasiment une journée à nettoyer et homogénéiser le code. La feuille de style initiale faisait plus de 800 lignes, après nettoyage elle en compte moins de 200 ; ça vous donne une idée de nombre de styles inutiles et/ou redondants.

Dans son épilogue, l’auteur nous invite à suivre un lien vers un article fort intéressant, sauf que ledit lien ne fonctionne pas. Heureusement j’ai pu retrouver l’article en question et corriger le problème.

De même, je n’ai pas très bien compris pourquoi le fichier intégrait deux éléments graphiques inutiles (et sans aucun intérêt)… mais à vrai dire je n’en étais plus à ça près !

Je veux bien être tolérant quand il s’agit d’un jeune auteur qui cherche à se faire connaître en autoéditant son premier roman (c’est en forgeant qu’on devient forgeron), mais de la part d’un auteur confirmé la pilule est nettement plus dure à avaler. J’hésite entre un manque total de respect des lecteurs ou un simple foutage de gueule ; qu’on ne vienne pas me parler d’un oubli ou autre excuse à deux balles…

Il m’a donc semblé parfaitement légitime (voire impératif) de sanctionner ces désagréments au moment de noter le bouquin ; c’est pourquoi j’ai retiré un point à mon verdict final (initialement j’envisageais de diviser la note par deux, ce que j’aurai fait sans la moindre hésitation si je n’avais pas été en mesure de retoucher le fichier) et je m’interdis de lui attribuer un top Coup de poing qu’il aurait pourtant mérité.

Ça n’empêchera certainement pas Laurent Loison de dormir sur ses deux oreilles, mais je serais malhonnête si je n’attirais pas l’attention des futurs acheteurs / lecteurs sur ces défauts loin d’être mineurs. J’ose toutefois espérer que ces remarques permettront à l’auteur de rectifier rapidement le tir afin de proposer à ses lecteurs un ebook digne de ce nom…

MON VERDICT

 
5 Commentaires

Publié par le 20 décembre 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

5 réponses à “[BOUQUINS] Laurent Loison – Chimères

  1. belette2911

    30 décembre 2018 at 04:15

    Non, franchement pas envie de lire ce roman, et rien à voir avec les fôtes ou les erreurs de typographie. Je grince souvent des dents, lorsque je lis des chroniques, de voir des erreurs avec les espacements des virgules, des points…. punaise, j’ai étudié la dactylographie, moi et si je garde un bon souvenir de ma prof, je sais qu’elle était intransigeante sur les espacements de la ponctuation ! 😆

     
    • Lord Arsenik

      30 décembre 2018 at 05:41

      Une fois remis en état c’est un bon bouquin.

      Ce n’était clairement pas mon truc la dactylo, mais ça m’a donné les bases en typographie. Ce qui ne m’empêche pas de ne toujours pas savoir taper à dix doigts…

      Perso c’est surtout sur FB que j’ai parfois les yeux qui piquent. Niveaux blogs il y a une forme de sélection naturelle qui s’est opérée 🙂

       
      • belette2911

        30 décembre 2018 at 06:11

        J’ai eu de la dactylo et mon premier TFE était entièrement tapé à la machine !! Pourtant, je ne suis pas si vieille que ça ! 😉

        Je tape à 10 doigts lorsque je suis concentrée sur mon clavier et que je ne pense pas que je tape avec mes 10 doigts, ce qui n’empêche pas de taper à côté de temps en temps….

        Purée, sur FB ou ailleurs, j’ai souvent les yeux qui saignent aussi ! Le pire, c’est qu’il y a un correcteur intégré qui souligne les fautes !! Un clic et tu as les propositions…

        Mais mes yeux saignent plus lorsque je lis des conneries, même si écrites sans fautes !

         
      • Lord Arsenik

        31 décembre 2018 at 06:09

        Les fautes d’orthographe peuvent se corriger… pour la connerie, je crains que chez certaines personnes se soit innée et incurable 😀

         
      • belette2911

        1 janvier 2019 at 01:58

        Alors il ne me reste plus qu’à ma suicider avec de l’houmous faisandé !!

         

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :