[BOUQUINS] Stéphane Cazenelle – Ma Belle-Mère S’Appelle Rex

AU MENU DU JOUR

Titre : Ma Belle-Mère S’Appelle Rex
Auteur : Stéphane Cazenelle
Éditeur : Albin Michel
Parution : 2018
Origine : France
320 pages

De quoi ça cause ?

Alicia et David sont un couple de vétérinaires qui travaillent pour une clinique privée. Le jour où Brenda leur trouve le local idéal pour s’installer, enfin, à leur compte aurait pu être le début d’un rêve éveillé ; sauf que la belle-mère est aussi intrusive qu’insupportable…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

La question ne se pose même pas, avec un titre pareil et une couverture pareille impossible de passer mon chemin !

Ma chronique

Je connaissais (et apprécie au plus haut point) les polars écrits par des flics (anciens ou toujours en service), avec ce roman j’ai découvert la comédie vétérinaire écrite par un vétérinaire (et ça se sent quand il parle des différentes interventions que ses personnages sont amenés à pratiquer).

Ayant avalé le bouquin d’une traite je ne peux pas dire que j’ai été déçu, mais je m’attendais à quelque chose de plus incisif. À ma décharge, il faut attendre le chapitre 24 (sur 43) pour voir enfin apparaître le fameux Rex. Non que les 23 premiers chapitres soient ennuyeux, ils plantent bien le décor et les personnages et nous permettent de mieux comprendre l’exaspération de David vis-à-vis de son horripilante belle-mère (perso j’aurai été nettement moins patient !).

J’ai beaucoup aimé la galerie de personnages que l’auteur nous invite à découvrir. À commencer par David et Alice, leur entourage (dont la fameuse belle-mère, Brenda puis Rex) et l’inénarrable M. Rudolski (le propriétaire des locaux occupés par David et Alice). Pas de traitement de faveur, personne n’est relégué au second plan, même les clients de la clinique.

Un récit à la première personne qui nous place dans la peau de David. Un David d’abord enthousiaste au vu l’opportunité que leur offre belle-maman, mais qui ne tardera pas à déchanter au fur et à mesure que la belle-mère s’imposera dans sa vie professionnelle et par extension dans sa vie privée.

Vous vous demandez peut-être si ce brave David perd la boule en imaginant que Brenda s’est réincarnée dans le corps de Rex, le chien qu’a choisi Alice pour surmonter son deuil, ou s’il se trouve réellement face à un cas de réincarnation pour le moins atypique… Ne comptez pas sur moi pour répondre à cette question, si vous voulez le savoir il faudra lire le bouquin.

Un feel good sympathique à lire et divertissant, pas de franches rigolades, ni de fous rires, mais des sourires satisfaits au fil des pages ; on peut estimer que le contrat est rempli même si j’aurai préféré un ton encore plus décalé. Pour un premier roman Stéphane Cazenelle n’a pas à rougir du résultat, je ne peux que l’inviter à persévérer si c’est une voie dans laquelle il compte poursuivre l’aventure.

MON VERDICT

Aparté en forme de coup de gueule…

Petit (moyen) bémol à l’encontre des correcteurs de chez Albin Michel. Où ont-ils vu écrire les chiffres décimaux avec un espace après la virgule ? Ca n’arrive pas qu’une fois, c’est systématique… perso lire « une température de 39, 5 » ça me pique méchamment les yeux ! En allant corriger le texte via Sigil j’ai découvert qu’ils avaient poussé le vice encore plus loin, la plupart de ces espaces étant des insécables.

Si tout le monde (ou presque) connaît les effets bénéfiques des oméga-3 sur la santé, j’ai été vachement surpris de découvrir leurs cousins germains les omégas 3… Ah bon, ça existe ? Non, à part dans l’esprit tourmenté de ces mêmes correcteurs.

Je fais volontiers l’impasse sur ce genre de bévue quand je lis un bouquin auto édité ou issu d’une maison d’édition indépendante ou de taille modeste ; venant d’un géant de l’édition comme Albin Michel je suis plutôt partisan de la tolérance zéro !

Je n’entends pas pénaliser l’auteur en abaissant la note que j’ai attribuée à son roman, mais je tenais tout même à souligner la chose.

13 réflexions au sujet de « [BOUQUINS] Stéphane Cazenelle – Ma Belle-Mère S’Appelle Rex »

  1. J’ai lu ce livre et j’ai beaucoup aimé . UN vétérinaire très très humain . L’envers du décor de la vie de l’homme en blanc enfin révélé. VOus ne verrez plus jamais votre vétérinaire du même œil!

    1. Je suis en très bon terme avec mon véto (enfin celui de mon chat) 🙂
      Ouvrir son propre cabinet demande des efforts et des sacrifices… sauf piston ou gros coup de bol !

  2. Merci pour vos encouragements. La suite est en cours, j’espère que mon éditeur sera partant. Enfin j’imagine que cela dépendra du succès du premier.

  3. Mélanger ma belle-mère (avec qui je n’ai jamais eu de soucis) et le nom de notre ancien chien (qui était une chienne… oui, erreur de casting sexuel de la part de l’éleveur), je me posais bien des questions.

    Tu y réponds et je pourrais me laisser tenter si j’ai un creux de la vague dans ma PAL… 🙄

  4. Des nouvelles: le verdict d’Albin Michel est tombé, il ne publiera pas la suite des aventures de Rex du fait du nombre trop faible de ventes du premier ( environ 3000) , mais il est sûr qu’un confrère s’y intéressera! Une façon polie de ne pas donner suite. Dommage pour tous ceux qui m’ont réclamé une suite. Je me mets donc à nouveau à la recherche d’un éditeur.

    1. Triste nouvelle, bon courage dans vos recherches.
      Vous pouvez aussi tenter de vous lancer en auto-édition, avec une diffusion via Librinova par exemple. Votre roman pourrait ainsi être mis en avant sur Net Galley et attirer des lecteurs qui en parleront autour d’eux. Le bouche à oreilles fonctionne encore, surtout à l’ère d’internet.

  5. La suite est sortie chez City et je me suis empressée de la lire. c’est tout aussi bien que le premier!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s