RSS

[BOUQUINS] Pierre Lemaitre – Couleurs De L’Incendie

22 Jan

AU MENU DU JOUR

P. Lemaitre - Couleurs de l'incendie

Titre : Couleurs De L’Incendie
Série : L’Entre-Deux-Guerres – Tome 2
Auteur : Pierre Lemaitre
Editeur : Albin Michel
Parution : 2018
Origine : France
544 pages

De quoi ça cause ?

1927. A la mort de son père, Marcel Péricourt, c’est sa fille unique, Madeleine, qui va hériter de son empire financier. Le jour des obsèques, son jeune fils, Paul, se jette par la fenêtre du second étage et vient s’écraser sur le cercueil de son grand-père.

Paul survivra à sa chute, mais restera paraplégique. Totalement accaparée par la santé de son fils, Madeleine ne se rend pas compte de ce qui se trame dans son dos. Au bord de la ruine, elle sera contrainte de vendre la demeure familiale et de s’installer en ville dans un modeste logement.

Quand elle réalise qu’elle a été trahie et manipulée par ceux et celles en qui elle avait placé sa confiance, Madeleine met en branle un plan de bataille aussi intelligent que machiavélique…

Pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Parce que c’est Pierre Lemaitre, un extraordinaire conteur qui, sortant de sa zone de confort, nous compose une trilogie consacrée à la période de l’Entre-Deux-Guerres.

Parce qu’il me tardait justement de renouer avec ce cycle initié en 2013 avec l’excellentissime et goncourisé Au Revoir là-Haut.

Ma chronique

En 2013, Pierre Lemaitre, qui jusqu’alors était connu pour ses thrillers (avec notamment la trilogie Verhoeven), crée la surprise avec son roman Au Revoir Là-Haut, une fiction historique ayant pour cadre la Première Guerre mondiale et l’après-guerre.

Un pari risqué, mais qui s’avérera payant grâce aux formidables talents de conteur de l’auteur ; pour ma part j’ai adoré suivre les mésaventures d’Albert Maillard et Edouard Péricourt. Et je ne suis pas le seul, le roman récoltant de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux prix Goncourt. Pas mal pour un premier essai !

Quatre ans c’est long, autant vous prévenir de suite Monsieur Lemaitre, vos lecteurs exigent que cette attente soit récompensée dignement. Et l’on est rassuré dès les premières pages avec une mise en bouche surprenante, mais savoureuse. Mais surtout on retrouve le style narratif qui nous avait tant enchanté à la lecture de Au Revoir Là-Haut, l’auteur s’adressant parfois directement au lecteur.

Au niveau des personnages l’intrigue se construit autour de Madeleine et de son fils, Paul. Deux personnages bien travaillés, l’auteur parvient à nous les rendre rapidement sympathiques. Alors même si les plans de Madeleine impliquent de faire quelques écarts avec la loi et la morale, on ferme les yeux en se disant que c’est pour la bonne cause.

Pour se reconstruire Madeleine va devoir déstabiliser, voire détruire, les responsables de sa déchéance. A commencer par Gustave Joubert, l’ancien adjoint et homme de confiance de son père, un individu à la fois aigri et imbu de lui même. Puis il y a Charles Péricourt, son oncle, un politicien véreux qui a toujours jalousé la réussite de son frère. Enfin il y a André Delcourt, un journaliste arriviste, qui, sous ses faux airs de gendre idéal, cache de bien sombres travers.

Si Pierre Lemaitre réussit à vous faire aimer certains personnages, il est tout aussi doué quand il s’agit de vous en faire détester d’autres. Il l’avait déjà brillamment prouvé dans Au Revoir Là-Haut avec Henri d’Aulnay-Pradelle, vous allez adorer détester ces trois sinistres sires.

L’auteur apporte le même soin à ses personnages plus secondaires. Vous découvrirez ainsi Solange Gallinato, une cantatrice au talent incommensurable mais un tantinet fantasque et exubérante. Pour ma part j’ai eu un faible pour le personnage de M. Dupré, qui deviendra en quelque sorte le bras armé de Madeleine. Je ne peux pas tous les citer mais je m’en voudrais de ne pas mentionner Léonce et son amant Robert ou encore Vladi, la nurse polonaise de Paul…

Au risque de me répéter (tant pis, j’assume), la plume de Pierre Lemaitre vous mettra du baume au coeur tant elle est agréable à lire, riche tout en restant parfaitement fluide et naturelle, tout amoureux de la langue française succombera inévitablement aux charmes narratifs de l’auteur.

Il est des livres très « visuels », au cours de la lecture on visualise littéralement l’action, comme si on regardait un film. Avec ce cycle de l’entre-deux-guerres, Pierre Lemaitre nous propose des livres « audiovisuels », non seulement on visualise l’action, mais en plus on la vit comme si l’auteur nous la racontait en personne.

Les thèmes abordés dans le roman sont graves, non seulement à cause du contexte (la seconde partie du récit se déroule à partir de 1933, Hitler est tout juste élu Chancelier du Reich, mais on devine rapidement les ravages de la propagande nazie), mais aussi du fait même de l’intrigue. Tout en restant sérieux dans son traitement, Pierre Lemaitre n’hésite pas à apporter çà et là quelques touches de légèreté et d’humour.

Il me tarde de découvrir l’ultime opus de cette trilogie. L’auteur se veut rassurant pour ceux et celles qui, comme moi, trépignent déjà d’impatience, il nous assure que cet ultime opus sera publié dans 18 mois (soit à la mi 2020).

MON VERDICT

Publicités
 
11 Commentaires

Publié par le 22 janvier 2018 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

11 réponses à “[BOUQUINS] Pierre Lemaitre – Couleurs De L’Incendie

  1. Zofia

    22 janvier 2018 at 20:08

    Je suis en train de terminer Au revoir là-haut !! je ne savais pas du tout qu’il y avait une suite ! d’ailleurs, je n’ai pas vraiment lu ton article pour ne pas me spoiler la fin 😉

     
    • Lord Arsenik

      23 janvier 2018 at 06:48

      Même si les bouquins sont totalement indépendants, il vaut mieux les lire dans l’ordre pour éviter les spoils.

       
      • Zofia

        23 janvier 2018 at 06:52

        Oui je pense que c’est quand même mieux car j’imagine que dans celui-là on parle des personnages de Au revoir là-haut…

         
      • Lord Arsenik

        24 janvier 2018 at 14:23

        On n’entend plus parler d’Albert et Edouard, mais un autre personnage (plus secondaire) occupe la première place dans cette « suite ».
        Mais en effet ça spoile pas mal et ce dès les premières pages…

         
  2. belette2911

    25 janvier 2018 at 06:58

    Si tu le garantis, alors je vais lui sauter dessus ! 😆 Contente que le deuxième opus soit aussi bien que le premier.

     
    • Lord Arsenik

      25 janvier 2018 at 11:41

      Je l’ai trouvé un peu moins intense que le premier (peut être moins d’effet de surprise, l’auteur a prouvé qu’il pouvait tenir la route hors du polar), mais ça reste du très haut de gamme !

       
      • belette2911

        26 janvier 2018 at 07:33

        Merci pour les dernières infos !

         
  3. Nathalie M

    29 janvier 2018 at 06:18

    j’ai adoré les romans noirs de Pierre Lemaitre mais va savoir pourquoi. .. je n’ai pas réussi à me décider pour ses romans plus « classiques « . Un peu comme Dennis Lehane en fait

     
    • Lord Arsenik

      29 janvier 2018 at 07:42

      S’il avait publié sous un pseudo bien malin ceux et celles qui auraient pu reconnaître Pierre Lemaitre. Il change totalement de style et même de registre linguistique.
      Je suppose que c’est la marque d’un grand auteur 🙂

       
      • Nathalie M

        29 janvier 2018 at 13:46

        Je suis entièrement d’accord

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :